Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
de : jean 1
mardi 19 mars 2019 - 11h55 - Signaler aux modérateurs
PNG - 130.6 ko

Le 18 mars 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers tente de désarmer la Garde nationale et les parisiens en prenant le contrôle des canons de la butte Montmartre. L’évènement qui aurait pu être anecdotique se transforme en révolution qui durera deux mois et marquera l’Histoire.

Le 18 mars 1871

À trois heures du matin, l’armée de la République française, sous les ordres d’Adolphe Thiers, rentre dans Paris. Son objectif est clair : prendre le contrôle des canons parisiens sous les ordres de la Garde nationale. Ils avaient été fondus durant le siège de Paris (17 septembre 1870 au 26 janvier 1871) pour lutter contre l’invasion prussienne. Financés avec les deniers du peuple de Paris, ils étaient alors sous le commandement de la Garde nationale (force armée locale composée essentiellement de parisiens, organisée en quartier et élisant ces officiers).

C’était la troisième tentative du gouvernement (après celles du 8 et 16 mars), pour reprendre le contrôle de cette puissance de feu qui menaçait son autorité. Paris était alors en pleine ébullition après la défaite lors de la guerre franco-prusienne (1870-1871), et plusieurs décisions économiques en défaveur des petits artisans et commerçants.

A 6h du matin, les troupes du général Claude Lecomte s’emparent des canons de Montmartre avec succès, blessant mortellement l’une des sentinelles (le Garde national Turpin) dans l’opération. Mais les attelages prévus pour emporter les pièces d’artillerie se font attendre ... Alarmés, les Gardes nationaux et la population accourent et encerclent le 88ème régiment d’infanterie. Les femmes, parmi lesquelles Louise Michel, haranguent les soldats, et la foule se fait de plus en plus hostile. A 8 heures, se sentant menacé, le général Lecomte prend une décision qui provoquera une suite d’évènement qui finira par lui coûter la vie. Il commande à trois reprises à ses hommes de tirer dans la foule. Mais sous les ordres du sergent Verdaguer, son sous-officier, les soldats mettent crossent en l’air puis fraternisent avec le peuple. L’intervention militaire se mue alors en insurecction.

PNG - 285 ko

Tout l’Est de Paris s’érige alors en barricade et les forces militaires aux ordres du gouvernement pro-monarchiste d’Adolphe Thiers refluent vers les quartiers Ouest de Paris, plus bourgeois et pas encore ralliés à l’insurection. Le gouvernement donne alors l’ordre de réunir les gardes nationaux des quartiers bourgeois pour reprendre le contrôle de la ville. Sur les 12.000 hommes mobilisables, seulement 600 répondront à l’appel pour au final rentrer chez eux : la contre insurection n’aura pas lieu. Face à la révolte qui s’étend dans toute la ville et son incapacité à l’endiguer, le gouvernement décide vers 15h d’abandonner Paris et de se réfugier à Versailles.
Vers 20 heures, l’état-major de la Garde nationale, place Vendôme, et la préfecture de police sont au mains des insurgés alors que l’Hôtel de Ville est encerclé. Les ordres du Comité Central sont alors purement défensifs : « barricades partout. Ne pas attaquer ». Le bataillon de Garde nationaux cernant l’Hôtel de Ville se retire pour laisser Jules Ferry, alors maire de Paris, abandonner le bâtiment à l’insurrection. Vers 23 heures, le bâtiment est envahi, et le comité central de la Garde nationale s’y installe. Dans la journée le général Lecomte fut fusillé par ses soldats, en même temps que le général Clément Thomas, massacreur de la révolution de 1848, reconnu près de la place Pigalle par un lieutenant de la Garde Nationale. L’armée et le gouvernement sont en déroute.

JPEG - 64.1 ko

Le jour même le comité central de la Garde Nationale, devenu seul maître de Paris, appelle à des élections qui se dérouleront le 26 mars. La Commune est proclamée deux jours plus tard et durera jusqu’à la Semaine sanglante (21 au 28 mai 1871), durant laquelle Adolphe Thiers et ces chiens finirent par rentrer dans Paris en y déclenchant un bain de sang (entre 20.000 et 30.000 morts). Avec à peine deux mois d’existence, la Commune de Paris sera alors l’un des plus important laboratoire de l’histoire du socialisme révolutionnaire. Ébauchant une société démocratique, la Commune choisit de mettre en place des mandats impératifs pour ces représentants élus par tous (mais pas encore par toutes, le suffrage “universel” restant masculin même si le vote des femmes fut envisagé). Les entreprises abandonnées sont saisies et remises aux mains de coopératives ouvrières afin de relancer la production et supprimer le chômage et la misère. La liberté de la presse est ré-affirmée dès le 19 mars, allant jusqu’à laisser les journaux anti-communards paraître en pleine insurrection. Les fonctionnaires manquants (justice, enseignement) sont remplacés par des citoyens élus par le peuple, et leurs salaires sont plafonnés à celui d’un ouvrier. Le 2 avril, la séparation de l’Église et de l’Etat est votée et les biens de l’Église saisis.
Il faudra par la suite plusieurs dizaines d’années à la Troisième République pour réaliser ne serait-ce que la moitié des avancées sociales et politiques que réalisa la Commune en deux mois, et encore aujourd’hui, beaucoup de ces réalisations restent la hantise de nos politicards bourgeois.

JPEG - 2.6 Mo

P.-S.

Sur la Commune de 1871 :
• le web officiel des Amis de la Commune : Association qui cherche à faire vivre l’Histoire et la mémoire de la Commune en proposant de nombreux textes, images, photographies, chansons, bibliographies, filmographies sur leur site.

https://rebellyon.info/Le-18-mars-1...



Imprimer cet article





Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
2 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
4 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt-à-penser". Hubert Reeves
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite