Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
de : Karine Darmanche
samedi 13 avril 2019 - 08h52 - Signaler aux modérateurs
PNG - 1 Mo

En l’absence de consensus entre États membres, le projet européen de taxer les GAFA est aujourd’hui bloqué. Il n’avait aucune chance d’aboutir puisque l’Irlande défend toujours sa position de « paradis fiscal » pour les grandes entreprises du numérique.

 

« Les grandes entreprises qui font du profit en France doivent y payer l’impôt  », déclarait Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 10 décembre dernier. Premiers acteurs visés par cette affirmation de principe : les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui profitent des disparités du système fiscal européen pour faire de l’optimisation fiscale en transférant de manière artificielle – mais toujours légale – l’essentiel de leur activité et de leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité est plus accueillante, comme l’Irlande ou le Luxembourg. Résultat : dans l’Union européenne, les multinationales du numérique ne paient que 9 % d’impôts sur leurs bénéfices, quand les autres sociétés, y compris les PME locales, sont taxées en moyenne à 23 %, souligne la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Mais le combat mené par la France au sein de l’Union européenne pour taxer les GAFA s’est heurté à de fortes résistances… Et comme en matière de fiscalité, les décisions au sein de l’UE se prennent à l’unanimité des 28 États membres, la situation semble pour l’instant bloquée. À tel point que la France veut se lancer seule dans un projet de loi national.

 

Échec européen, petit bras français

 

Officiellement, quatre pays se déclarent ouvertement hostiles à cette « taxe GAFA » : la Suède, le Danemark, la Finlande et l’Irlande. L’opposition de ces États a empêché, lors du dernier conseil européen de décembre 2018, un accord sur le projet de taxer les géants du numérique à hauteur de 3 % de leur chiffre d’affaires. Un projet soutenu par le couple franco-allemand, même si l’Allemagne se montre plus timorée que la France par crainte de représailles américaines sur son industrie automobile.

Pour tenter de sauver cette taxe sur les services numériques, le ministre de l’économie et des finances français, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Olaf Scholz, avaient pourtant proposé une version édulcorée de la proposition initiale de la Commission, l’assiette de l’impôt étant finalement réduite à la seule vente de publicité en ligne. Ils s’étaient contentés d’appeler «  les pays de l’UE à adopter ce projet de directive au plus tard en mars 2019 pour une entrée en vigueur en 2021, si aucune solution au niveau international n’est trouvée ».

Mais cela n’a pas suffi. Pour les pays nordiques (Suède, Danemark, Finlande), «  une taxe sur les services numériques s’écarterait des principes fondamentaux de l’impôt en s’appliquant au chiffre d’affaires » et jouerait « contre les intérêts de l’Europe en compliquant la coopération internationale en matière de fiscalité ». Il s’agit donc pour ces pays de privilégier les discussions au niveau mondial… Sachant que celles-ci sont aussi au point mort, les États-Unis s’opposant fermement à toute taxe mondiale sur les GAFA, et les dirigeants du G20 attendant la présentation d’un rapport de l’OCDE en 2020 pour poursuivre leurs négociations.

 

Là où l’herbe est plus verte pour les GAFA

 

Cet argument de la solution mondiale est également utilisé par l’Irlande, qui est sans doute le plus farouche opposant à la « taxe GAFA » au sein de l’UE. «  Si l’Europe cherche à traiter seule cette question, elle court le risque de saper la coopération fiscale mondiale », a ainsi souligné le ministre irlandais des Finances Paschal Donohoe. Mais l’Irlande est surtout le pays qui profite le plus du système actuel. Avec son taux d’imposition sur les sociétés de 12,5 %, l’un des plus bas de l’OCDE (il est aujourd’hui de 23 % en moyenne dans l’UE, de 21 % aux États-Unis et de 31 % en France), l’Irlande fait figure de terre d’accueil idéale pour les sièges européens des géants américains de l’informatique et du numérique. D’autant que le gouvernement de ce pays n’hésite pas à pratiquer des négociations sur mesure en sous-main pour abaisser le taux d’imposition jusqu’à moins de 1 % comme ce fut le cas pour Apple en 2014.

Le quartier des Silicon Docks, à Dublin, est devenu le paradis des multinationales de l’économie digitale. Facebook vient d’y racheter un terrain pour quadrupler la taille de son siège et créer 1000 postes supplémentaires. De son côté, Amazon a annoncé la création de 1 000 emplois. À Cork, la deuxième plus grande ville d’Irlande, c’est Apple qui emploie 5 000 personnes et promet 1 000 nouvelles embauches. Autant d’opportunités pour la jeunesse irlandaise.

Plus de 1000 entreprises étrangères ont ainsi choisi l’île d’Émeraude, devenue depuis quelques années la destination de prédilection des multinationales américaines. Certaines, comme Google, Facebook, mais aussi Twitter, Yahoo, eBay ou LinkedIn, y ont installé leur siège européen. Huit multinationales informatiques sur dix (comme Apple, IBM, Siemens et Microsoft) sont implantées en Irlande. Dix-huit des vingt plus grandes entreprises pharmaceutiques du monde gèrent depuis l’Irlande une part significative de leur business (comme Merck, Pfizer ou Medtronic). Et environ la moitié des leaders de la finance, tels que JP Morgan et Merrill Lynch, sont également basés dans ce pays.

 

Optimisez, optimisez, il en restera toujours quelque chose

 

Jusqu’à présent, malgré leurs chiffres d’affaires et leurs profits colossaux, les géants du web paient ainsi peu d’impôts en France et en Europe. Selon Le Figaro, les GAFA auraient ainsi versé seulement 43 millions d’euros au fisc français en 2017. Par exemple, Google France, qui emploie environ 700 personnes, a déclaré en 2017 un chiffre d’affaires de 325 millions d’euros et a payé 14 millions d’euros d’impôt sur les sociétés. Mais les revenus réellement générés dans l’Hexagone par le géant américain sont bien supérieurs, ses recettes sur le marché publicitaire français étant estimées à 2 milliards d’euros par le Syndicat des régies internet.

Quant à la filiale française de Facebook (108 salariés), elle a, selon L’Express, déclaré un chiffre d’affaires de 56 millions d’euros et une charge d’impôt de 1,9 million d’euros. En réalité, le chiffre d’affaires réalisé en France est bien plus élevé selon BFM et peut être estimé, avec 35 millions d’utilisateurs actifs, autour de 900 millions d’euros. Twitter, Netflix ou Uber, entre autres, utilisent également les mêmes procédés. Mais les grandes firmes américaines ne sont pas les seules à profiter de ce système. Certaines entreprises bien françaises, qui pouvaient même symboliser à leurs débuts une « success story made in France », ont à leur tour cédé aux sirènes de l’optimisation fiscale.

C’est le cas par exemple de Smartbox, leader européen des coffrets cadeaux, qui réalise un chiffre d’affaires de 480 millions d’euros dans dix pays européens (dont 30 % en France) et emploie 800 personnes (dont 90 en France). En effet, si le siège de la marque se situe bien à Courbevoie, en région parisienne, sa maison-mère, Smartbox Experience Ltd, qui exploite la marque, est domiciliée en Irlande depuis 2009. En avril 2012, Smartbox a également licencié 90 employés français… Avant de créer, quelques jours plus tard, 70 postes à Dublin.

À l’image d’AirBnB, ces entreprises échappent donc à l’obligation éthique de payer leurs impôts là où elles exercent leur activité. Un paradoxe d’autant plus grand dans le secteur du tourisme et du voyage que l’activité est locale, avec des prestations vendues et réalisées localement.

https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-...



Imprimer cet article





Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l'action. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite