Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
de : Nemo3637
jeudi 25 avril 2019 - 23h05 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires
JPEG - 49.3 ko

En introduction, nous évoquerons la conférence de presse du Président Macron surtout pour en faire remarquer la forme. Elle reste calquée sur ce qu’avait inauguré, voici 60 ans, son initiateur, le Général De Gaulle. Notons surtout qu’à l’époque le Président, dans une économie en expansion, disposait de leviers que ne possède plus Macron.

Mais, sans que cela soit une sinécure, il a hérité du costume, celui du Président-Monarque. Costume « démodé », devenant ridicule, à une époque où chaque état moderne est gouverné par une équipe et non plus par un seul individu. Et donc Macron est donc fort justement considéré, sans répit, comme le seul responsable de la politique gouvernementale.

Pour ce qui est du contenu de la conférence de presse, rien de nouveau de ce qui a déjà été dit après la « fuite » du contenu de son intervention qui aurait du avoir lieu une semaine auparavant. Beaucoup de projets, de promesses... et de lyrisme. Il faudrait de la confiance et là ...

Levons tout de même un « lézard » : les travailleurs français ne travaillent pas moins que les autres travailleurs européens. Ce qui compte c’est la productivité. Et à ce titre les travailleurs français sont plus productifs que les travailleurs allemands. Les travailleurs grecs qui travaillent plus que les travailleurs français, n’ont pas empechés l’Etat grec de faire faillite. Ceci dit pour couper l’herbe sous les pieds du Président dont l’objectif réel est de pressurer toujours plus les démunis, ceux qui travaillent vraiment.

I. La guerre est déclarée !

Après l’incendie de Notre-Dame certains ont cru ou rêvé en une trêve sociale voire une unité nationale retrouvée. Il n’en a rien été. Pire : certains ont même été choqués que tant d’argent puisse être ainsi réuni en si peu de temps pour sauver des vieilles pierres alors que des démunis, à qui il ne manque que quelques euros, sont toujours en train de crever (1).... Des milliers d’interpellations, plus de 800 condamnations de manifestants, des dizaines de blessés mutilés, 60 000 policiers régulièrement mobilisés... et des manifestants, qualifiés d’émeutiers, toujours présents et déterminés chaque semaine depuis bientôt six mois ! Une conférence de presse, du bla-bla, n’effaceront pas tout cela aussi facilement.

Par sa durée, la guerre d’usure engagée par Macron contre les Gilets Jaunes, se retourne contre lui. Et l’on s’aperçoit que deux conceptions antagonistes de plus en plus divergentes se font face dans la société française.

 Ceux qui, se mettant à l’abri dans la citadelle assiégée, approuvent, même en chipotant , le gouvernement et sa politique libérale-conservatrice (2)

 Ceux qui, se radicalisant de plus en plus, contestent le pouvoir au point de vouloir « la démission de Macron » voire la « Révolution » !

Comme toujours dans une telle situation de crise, les tièdes, les « neutres » finissent par s’interroger, ne pouvant se soustraire que difficilement aux enjeux, risquant par leurs atermoiements, d’être eux-mêmes jouet et victime expiatoire de l’un des protagonistes.

Ces deux camps qui se cristallisent, sont en réalité bien connus des analystes politiques : ils traduisent simplement une montée de la lutte des classes, comme cela s’est déjà produit à maintes reprises dans l’Histoire. Mais une telle conception, mettant en question la société capitaliste dans son ensemble, est évidemment inadmissible.

Les journalistes (3) des grands médias, aux côtés des politiciens, font flèche de tout bois pour discréditer les manifestants, insinuer une fantasmatique influence de « black blocs », détourner l’attention du public vers « les violences » et ainsi faire oublier leurs revendications (« ils n’en ont même pas ; ce ne sont que des casseurs »), pour criminaliser les Gilets Jaunes coupables des pires sacrilèges, comme par exemple insulter la police (4). Le défaut de leur cuirasse est leur «  addiction » aux images qui font le « buzz » et qui permettent de garder l’audimat...

Même avec des trémolos dans la voix, les dénonciations de la « violence », - celle des manifestants mais jamais de la police bien sûr -, les déprédations dont sont victimes les agences bancaires ou immobilières, le pillage des commerces , n’arrivent pas à vraiment retourner l’opinion et deviennent en fin de compte contre-productives, pouvant être interprétées comme des incitations « à en faire plus ». Une masse de révoltés de plus en plus nombreux est maintenant déterminée, bien décidée à en découdre, quoiqu’il en coûte. Et tout au contraire, ceux qui se battent, résistent, se font arrêter, benéficient, comme l’ex-boxeur Christophe Dettinger, d’un large soutien.

Deux mondes se méprisent, se haïssent, s’affrontent et le Président de la république se heurte à un mouvement de masse inédit dont il a fini par comprendre le danger.
Il n’est évidemment pas le seul chef d’Etat prêt à employer tous les stratagèmes, voire la force, pour se maintenir en place. Il s’en fallut de peu en mai 1968, pour que De Gaulle ne renverse la table. L’auteur de ces lignes se souvient des tanks et véhicules militaires venant de l’est, défilant alors en banlieue parisienne, sur la nationale 3....

Ce qui a changé comparativement à hier c’est, dans le cadre de la société capitaliste telle qu’elle est, l’absence de moyens à la disposition de l’Exécutif. Tous les robinets financiers sont controlés en fait par la Finance internationale qui ne lui laisse aucune marge de manœuvre de type keynésienne. En décembre le Président, avait bien réussi, avec l’aide de Pierre Moscovici, à faire accepter par l’Union Européenne et surtout Berlin, l’idée d’une augmentation du déficit du budget de la France. Cette France que Macron veut « exemplaire » dans une « belle » Europe libérale.

Toute une classe s’est donc rassemblée aujourd’hui derrière le chef de l’Etat, le brillant télé évangéliste, pour que « soit maintenu le cap ». Les sourires télévisés ne vont plus qu’à ses partisans, au carré d’un précieux électorat qu’il espère toujours fidèle. Pour les autres la matraque et les flash-balls deviennent la seule alternative. Il n’a même plus à s’en cacher, à essayer de les convaincre : tensions et haine aidant, tout le monde a compris.

Si l’on se place derrière les lignes, du côté des « patrons » qui ont mis Macron où il est, deux options se dessinent :

- On le vire, on l’élimine, au mieux en l’obligeant à dissoudre l’Assemblée Nationale, option de départ la plus « clean ». Et le système garde une chance de repartir sur des bases plus stables, avec un « bon gros » style Larcher, au pouvoir, par exemple. Mais cela ne revient-il pas à accorder la victoire aux insurgés et sans doute à renforcer leur camp ?..

 On le garde tout au long de son mandat, espérant rebondir avec les élections européennes qui seront un « thermomètre », tout en sachant que la « guerre » risque de continuer interminablement, avec des manifs récurrentes.

Quelque soit la voie suivie, elle reste périlleuse pour le pouvoir menacée par une révolution de type prolétarienne (5) Le désarroi a déjà atteint nombre de macronistes dont aucun n’avait prévu les débordements actuels , Et l’exécutif, dans sa fuite en avant trébuchante, risque bien de se raccrocher à la nappe quitte à à mettre par terre tout ce qui se trouve sur la table...

Le trou noir.

II. Un contexte de crise économique et financière insolvable.

Dans le passé, devant une poussée du mécontentement social, le gouvernement avec un minimum de stratégie, lâchait du lest. Les anciens se souviennent de slogans bon enfant - « Ohé Pompidou – Pompidou navigue sur nos sous... » - , des 0,... pour cent « d’augmentation » vite rognés par l’inflation mais qui justifiaient néanmoins les bureaucraties syndicales.

Aujourd’hui le Président nous dit la même chose que ses prédécesseurs : plus un rond dans les caisses ! Mais les riches sont de plus en plus riches, entend-on dans la vallée. Pas encore assez, mon fils, pour que le ruissellement attendu survienne, répond l’écho des montagnes macronistes...

Le trou noir de la Finance.

Il est vrai que la crise financière de 2008 a été révélatrice d’une faillite promise du système. Pas encore résolue, elle s’avére bien plus grave que ce que l’on avait voulu voir au départ. Comme lors de chaque crise on avait attendu que ça passe. Un nouveau départ aurait du se profiler à l’horizon glorieux d’un capitalisme toujours triomphant. Cela s’avérait finalement si « compliqué » que 10 ans après, la reprise économique n’est toujours pas au rendez-vous malgré tous les bobards distillés de temps à autre (6).

Nous avons expliqué, dès 2013, pourquoi cette reprise reste inenvisageable. L’impossible quête de valorisation capital ne laisse plus comme issue qu’une financiarisation inévitable, prélude à la fin du capitalisme lui-même (7). Nous ne reviendrons pas sur cette démonstration que tout le monde, sauf des nostalgiques d’autres temps, admet aujourd’hui. Le travail devient donc inutile dans le contexte de crise du capitalisme que nous vivons ; car il ne peut exister que s’il est susceptible de rapporter un profit. Or, dans la production, il n’y a aucune perspective d’investissement rentable.

Cela dit, bien sûr, le système aboutit à toujours payer le travail le moins cher possible pour tenter de sauvegarder ledit profit... Cela n’a rien à voir avec les besoins réels dont la satisfaction n’est pas un objectif premier. Comme dans l’espace intersidéral, la Finance représente sur Terre le véritable trou noir de la société. Elle avale tout, détruit, sans rien rendre... Et cela le jeune Macron le le sait (8).

III. Mensonges et manœuvres dilatoires.

Face à des manifestations de mécontentement qui se succèdent sans discontinuer, l’Exécutif, après un temps de panique et d’hésitation que l’on a pu constater, en concertation avec Berlin, avait donc décidé de lâcher quelques miettes. Que faire d’autre sans renier tous ses engagements ? Suivant la logique de voracité du système financier dominant, il ne pouvait pas plus. Car dans l’état actuel du capitalisme, un seul grain de sable, comme par exemple une baisse de profits, un conflit inattendu, une augmentation « inadmissible » du déficit public, et c’est le krach. Reste le bla-bla.

Réformes institutionnelles ?

Si du point de vue économique, pour les libéraux au pouvoir, la seule solution est de continuer à pressurer les plus démunis, côté institutions bien des réformes sont possibles. Cela ne mange pas de pain.

L’essentiel réside dans la continuité du business. On voit bien que le Brexit, par exemple, représente un désagrément pour les institutions parlementaires britanniques. Pour le business ce ne sera qu’une gêne temporaire : les échanges avec la Grande-Bretagne, sous une forme ou sous une autre continueront...

Le nouveau Rastignac aujourd’hui au pouvoir en France, n’a jamais caché son mépris des institutions. Quelque soient les critiques qu’il adresse aux populistes, il en fait lui-même partie de par sa volonté de gouverner sans les respecter. On s’en est vite aperçu lors de l’affaire Benalla, par exemple. Un égo surdimmensonné, alimenté par nombre de réussites,laisse apparaître logiquement un culot désarmant, et, de fait, un mépris absolu de la Démocratie. Les institutions et les usages de la Ve République permettent d’établir ce pouvoir personnel dans la pure tradition française bonapartiste, gaulliste et absolutiste.

Quant au Parlement, il est, comme c’est l’usage, entre les mains de la « majorité présidentielle ». Et donc considéré comme une simple chambre d’enregistrement des volontés de l’Exécutif. Chambre constituée de « nouveaux », de jeunes, ayant brillamment passés les tests, signataires de leur servile engagement et émerveillés d’en être arrivés là. Eux ne sont évidemment pas intéressés par une dissolution et de nouvelles élections...

Reste le Sénat, un moment menacé par Gribouille au pouvoir, qui se retrouve une nouvelle jeunesse, tout heureux de se la jouer « à l’américaine » face à un éxécutif désemparé...

La politique libérale se heurte à la résistance populaire.

L’objectif tout tracé, obligé, dans la ligne de l’Union Européenne, est le même que celui des gouvernements précédents : continuer une transformation dans une perspective toujours plus libéral.

Ce qui veut dire démanteler la protection sociale, le système des retraites, l’éducation et ce par toujours plus de privatisations. Mais, comme issue d’une résilience toute française, elle aussi, la révolte surgit.

Comme toujours, dans les premiers jours, la revendication est confuse. En 1789 qui voulait couper la tête du roi et proclamer la république ? Mais il n’y a pas de grève générale comme en mai 1968. Nombre de porte paroles des Gilets Jaunes, pressés de toute part, rejoignent le cirque politicien.

Mais pas tous. Les analyses s’affinent. Et l’on se rend compte que l’on est dans une phase inédite de lutte de classes. Une lourde atmosphère de haine se répand. Macron aura t-il des comptes à rendre ?

Tenir jusqu’aux élections européennes.

Reste les discours, la logomachie (9). Un « Grand Débat », que les opposants, goguenards, qualifieront vite de « Grand Blabla », soutenu par les médias, a donc été lancé. Une mystification d’un bout à l’autre, où même le chiffre des participants a été surévalué, où les contributions établies principalement par des sympathisants du Président, ne sont même pas toutes prises en compte...

En exergue, ce « Grand Débat » court-circuitait donc le Parlement que l’on sait pourtant tout acquis, par sa majorité parlementaire, au pouvoir en place. C’était donc faire peu de cas des assemblées, et souligner l’aveu de déficit démocratique du jeu parlementaire. Cette manœuvre grossière du « grand blabla », n’a trompé en fait, que de rares naïfs. Mais elle permettait néanmoins de rassurer le « Parti de l’Ordre », le carré des soutiens pétochards, en montrant que l’on faisait tout ce qu’on pouvait pour conjurer la menace contre l’ordre établi et sauver leur galette.

Il faut, pour ne pas sombrer irrémédiablement, conserver leurs votes, battre les populistes, et donc parvenir au plus près des 30% lors des prochaines élections européennes. L’objectif est de relégitimer autant faire se peut, un pouvoir pourtant contesté de façon inédite par la rue.

Une Révolution à venir

Plus de 50% de l’électorat serait hostile au gouvernement et à sa politique. Des manifestations hebdomadaires demandent sa démission . Une nouvelle crise financière se profile. Les « Black Blocs » se renforcent. Les esprits se radicalisent. Certains diront qu’il s’agit d’une prise de conscience...La France n’est-elle pas connue pour être le pays où le système capitaliste est le plus radicalement contesté ? Sortir du chaos par une Révolution libertaire ordonnée, harmonieuse et pacifiste sera la seule solution pour éviter les trous noirs de Macron, des libéraux et le caca brun des populistes.

Delenda Cartago.

Nemo, le 25/04/2019.

(1) Nombre de personnes, dont moi-même avons écrit et publié sur ce sujet. Voir mon billet « Notre-Dame : où va la générosité ? » écrit mercredi 17 avril sur le blog médiapart de Nemo3637 et sur Bellaciao.

(2) La politique de Macron et des libéraux consiste à rendre les riches encore plus riches en espérerant un « ruissellement » vers le reste de la société, notamment vers les démunis. Illusion qui traduit l’inconsistance de la pensée libérale d’aujourd’hui...

(3) Parmi les journalistes il faut distinguer les éditorialistes, les animateurs de plateau, les membres des comités de rédaction et ceux qui se retrouvent vraiment sur le terrain, dont les images ou les propos sont triés, sélectionnés par lesdits comités de rédaction.

(4) Cette police est aujourd’hui révoltée par les insultes dont elle fait l’objet parce qu’il s’agit d’un phénomène de masse : ceux qui crient ainsi sont aussi bien des ménagères que des profs.Que l’on ne vienne pas nous dire que de telles invectives sont inédites dans les banlieues traversées par nos pandores...

5) Révolution prolétarienne : révolution menée par le prolétariat, c’est-à-dire par tous ceux qui sentent qu’ils n’ont plus rien à perdre, sauf leurs enfants. Il peut donc être constitué du boutiquier, de petits patrons et d’ouvriers..

(6) La fameuse « reprise » aux Etats-Unis, profite surtout à ceux qui sont déjà riches. Un potentiel de près de 100 millions de travailleurs reste inemployé...

(7) A propos de l’impossible valorisation du capitalet de la fin du système, lire mon petit ouvrage « Krachs, spasmes et crise finale » en ligne :https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

(8) Au détour d’une phrase lors d’une allocution en décembre, Emmanuel Macron reconnaît que le « système financier va vers sa fin ». Petite pique macronienne à l’égard de ses « protecteurs » ?... Qu’il est drôle et éclectique notre président téléévangéliste et acrobate ...

(9)La logomachie consiste à croire que les mots et les discours ont un pouvoir. Certains macronistes y croient certainement d’autant plus qu’ils ne leur restent que leur verbiage pour tenter d’influer sur la benne qui se lève inexorablement pour les faire basculer dans les poubelles de l’Histoire...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
25 avril 2019 - 23h40 - Posté par Thomas

Très belle pièce de théatre dont Molière aurait été fier. Un monologue d’un acteur parfait dans son rôle et qui en redemande en se faisant une prolongation.
Du grand art dont il peut remercier sa professeur.



MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 00h37 - Posté par Nemo3637

Oui mais politiquement c’est minable. Il n’a plus de "munitions" (sauf les balles de flash-balls)...


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 02h48 - Posté par ARCHIBALDO

La chanson de Macron ou « Je ne regrette rien ! »

Non, rien de rien, non, je ne regrette rien
Ni tes mains, ni tes yeux, un régal, ton si beau visage
Ni le bien qu’on m’a fait, ni le mal que j’ te fais
Tout ça m’est bien égal,

Non, rien de rien, non, je ne regrette rien
Ni ta main sectionnée, ni ton œil arraché
Ton visage défoncé, je ne regrette rien !
C’est payé, balayé, oublié
Je m’ fous d’toi comme d’un lointain passé
Vrai de vrai, m’est égal, je t’ai bien arnaqué,

Avec ma politique, nos souvenirs et ta peine, j’ai allumé le feu
Dans l’pays, c’est la chienlit, y ’ a des flammes jusqu’à Notre Dame !
La fin du monde, ta misère
J’en jouis, ça m’ rend riche, j’ai encore besoin d’elles
Balafrée ta colère avec ses trémolos
Balafré pour longtemps
Tu repars à zéro !

Non ! Rien de rien, je ne changerai rien...
Ni le bien qu’on me fait, ni tout le mal que j’te fais
Non ! Rien de rien, Nada ! Fuck ! Rien du tout
Ni le CICE, ni l’ISF
Tu n’es rien, je ne regrette rien...
Ni mes amis qui prospèrent pendant qu’le pays crève
Non, rien de rien, j’ ne changerai rien !

Non ! Rien de rien, je ne regrette rien
Ni tes mains, ni tes yeux, un régal, ton si beau visage
Je ne regrette rien
Tes fins de mois fluorescents, j’m’en tape !
Ton R.I.C, tes chagrins, ton gilet
Tout ça m’est bien égal,

Car ma vie, oui, car mes joies
Aujourd’hui, encore et encore
Ça commence...avec moi !

Moi, moi, moi
Moi, moi, moi
Moi, moi, moi,

**************


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 22h03 - Posté par Nemo3637

Super ! Je diffuse...


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
27 avril 2019 - 23h24 - Posté par ARCHIBALDO

Cool ! Merci à vous Nemo3637


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 08h45 - Posté par jean-marie Défossé

Le changement dans la continuité !

C’est ainsi que se résume "son grand débat" .

Et pour ceux qui croient encore au Père Noël , demandez donc au Roi Macron 1er pour quelle raison ENCORE ... lui et ses sbires tentent DE GAGNER DU TEMPS par tous les moyens .

Quant au changement de mentalité du "bonhomme", elle reste la même tout en s’efforçant de masquer sa suffisance et son mépris à l’égard des moins que lui .

Mais il a beau faire , ses plus mauvais penchants ressortent quand même et en particulier celui de CULPABILISER, consciemment ou inconsciemment , ceux qui ne peuvent émerger la tête au-dessus des flots du courant du néolibéralisme version française monarco-religieuse qu’il tente de nous imposer .

Les Jésuites auraient dû lui apprendre comment s’imprégner d’un minimum d’empathie afin de ne pas se mettre à dos tout un peuple .



MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 08h55 - Posté par Thomas

J’ai lu le dernier livre de Ruffin sur Macron. Grace à ce livre, J’ai tout deviné de sa conférence de presse et de ses buts. A lire impérativement.



MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 11h51 - Posté par irae

J’ai acheté et lu le livre mais rien de nouveau.

Est-ce pour faire partie d’une administration dans laquelle il brilla par son inaction, ses erreurs (ventes à perte), ses médiocres réalisations (bus), son mépris écolo (re-bus), son aptitude à consommer nos impôts pour préparer sa campagne en frais de bouche et 25 collaborateurs dont certains uniquement dédiés à sa campagne (et tout ça pour même pas un programme, une ligne directrice, une vision), son action destructrice du code du travail que je suis restée hermétique à la propagande massive assénée par les merdias ?

J’ai bataillé inlassablement sur tous les réseaux pour tenter d’ouvrir les yeux des électeurs bêêêlant leur passion à la nouvelle idole médiatique en dénonçant les moyens fabuleux déployés (affichage refaits de neuf tous les matin, campagnes de textos et envahissement par les groupies de tous les réseaux sociaux) en vain.

Et je m’étonne à présent que son infinie incompétence, son manque d’intelligence pourtant déjà étalées dès son laborieux discours d’Orléans, éclatent aux yeux de tous, il s’en trouve encore pour le trouver brillant lors du grand blabla (largement manipulé, interlocuteurs sélectionnés et réponses soigneusement préparées à l’avance).

Le plus consternant ou peut être édifiant étant ces prétendues élites intellectuelles multi-sur-diplomées, à grands frais, les notres, mathématiciens (encore que s’ils brillaient par leurs capacités empathiques ça se saurait), pseudo-philosophes de cour, génies économiques mediatiques, carrément sous le charme, pâmées devant tant d’esprit qu’on cherche à présent au microscope, et s’étonner de l’arnaque de leur sommation à lui servir de caution grand blabla à l’Elysée. Sauf à croire que ces élites soient au moins une imposture aussi grande que leur prince.
Il manquerait plus que ça qu’un énarque qui nous coûte un pognon de dingue ne soit pas capable de faire illusion à l’oral, un bonimenteur de première.


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 22h01 - Posté par Nemo3637

son manque d’intelligence

Là c’est moins sûr. Il ne faut jamais trop mépriser ni oublier un adversaire qui continue, reste un nuisible. Il est là pour servir les intérêts de capital et c’est bien que de plus en plus de gens s’en aperçoivent.


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 22h15 - Posté par irae

Alors pourquoi un tel battage mediatique si ce n’est pour compenser les faiblesses du candidat ?
Je maintiens, bête à bouffer du foin, la preuve, connerie sur connerie depuis son élection et incapacité à gérérer la crise depuis novembre. Mais il parait que c’est l’élite la mieux formée à grands frais du pays. Lamentable.


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 22h24 - Posté par irae

Laquelle élite a fait depuis 40 ans de notre pays une nation prospère, un peuple heureux, réduit le chômage au résiduel, fait disparaitre les travailleurs pauvres, etc...
Oui il est très très con, ses homologues issus des mêmes promotions au moins aussi stupides, quant à leurs électeurs (aide soigante, seule 2 enfants, 1 200 euros mensuels et rousse) faut-il en rajouter sur leur débilité profonde ?


MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
26 avril 2019 - 12h24 - Posté par Nemo3637

Merci pour l’illustration : c’est super !






Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
5 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La vérité n’est pas dans un seul rêve, mais dans beaucoup de rêves. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite