Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
de : CGT-Police
vendredi 17 mai 2019 - 12h12 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 179.2 ko

A l’heure ou notre syndicalisme de classe, de masse et révolutionnaire aurait un intérêt certain à s’exprimer sur le rôle de l’État et son autoritarisme grandissant accentuant la répression syndicale, et les enjeux de débattre sur le rôle d’une police au service de sa population, notre structure a demandé la parole sur chacune des journées du congrès. Notre inscription a, à chaque fois, été retenue et, à chaque jour, le bureau nous a expliqué que nous aurions la parole sur la demie-journée suivante.

A cet instant, toutes les inscriptions sont closes, notre profession n’aura donc pas la parole dans notre52eme congrès, malgré les enjeux. Il est scandaleux de museler la parole des rares policiers progressistes engagés dans un syndicalisme de lutte dans ce contexte social. La confédération reste timide sur la condamnation des violences policières, comment pouvons-nous interpréter cette frilosité ? Quel message envoyons nous aux policiers qui sont attentifs aux réactions et soutiens de la CGT ?

La CGT-Police dénonce ces méthodes d’un autre âge qui confisque la parole des organisations quicritiques de façons constructives les orientations de la direction confédérale.

Vous trouverez à la suite notre intervention écrite pour le 52éme congrès de la CGT, engagée dans un syndicalisme progressiste.

Dijon le, 16 mai 2019.

DECLARATION 52EME CONGRES CGT

Dans une société psychologiquement troublée, politiquement incertaine et socialement ruinée,les forces de sécurité, qui devraient être la base d’ un grand service public au service de la population, peinent à trouver leur place au sein de la société.

Pire, elles sont confrontées à des évolutions extrêmement inquiétantes.

Après les bouleversements de mai 68, la police avait retrouvé son rang, s’affranchissant de l’amalgamepolice-pouvoir et s’insérant au plus près des populations dans le cadre des expériences de la police de proximité.

Nicolas Sarkozy y a mis fin de façon brutale, révélant ainsi sa conception autoritaire de l’usage de la police, qu’il considère comme devant relever uniquement du pouvoir et non pour répondre aux besoins de la population.

Bien sûr, au détour des attentats de 2015 un certain, mais éphémère, retour d’affection de la populationpour sa police s’était fait jour, mais les pouvoirs successifs se sont appliquer à recréer un fossé entre police et population.

La transposition opérationnelle de cette volonté politique a été particulièrement visible lors des manifestations des 1er mai 2017 et 2018.

La mise en place délibérée de services d’ordre plus que serrés avait mené à des désordres.

L’éruption récente d’une colère sociale profonde, sous la forme d’un mouvement difficile à cerner dit « des gilets jaunes » a mené le gouvernement actuel à aggraver la situation, en abandonnant les doctrines traditionnelles de gestion des manifestations, au profit d’un tout répressif.

Une telle conception mène directement aux rejets de forces de sécurité par la population, cette dernièreétant dès lors considérée comme bras armé du pouvoir politique. Cette situation est particulièrement dangereuse.

Se sentant rejetés du corpus social, certains policiers pourraient être tentés d’accepter le rôle de gardeprétorienne du régime qui leur est implicitement proposé, ce qui constituerait un premier pas vers une structure politique de type totalitaire.

On constate déjà que dans sa conception autoritaire de l’ordre public, Emmanuel Macron assisté de l’ineffable Castaner multiplie les textes répressifs, essentiellement anti-manifestants, qu’il fait voter par une majorité aux ordres.

Ainsi a-t-on assisté récemment à des maintiens de l’ordre destinés à assurer une répression, notamment lorsqu’il s’agit de charger la CGT et son secrétaire général !

Pire, il a aussi pris des dispositions au niveau du ministère de la justice et de la Chancellerie pour queles décisions judiciaires concernant les interpellations faites en vertu des dispositions anti-manifestations qu’il a fait voter aillent dans le sens qui lui convient.

Il a ainsi multiplié les pressions sur les officiers de police judiciaire et mobilisé les plus hauts échelonsde la hiérarchie judiciaire pour mettre les juridictions au garde à vous et les faire juger ainsi qu’il lui plaira.

Cette négation du principe de séparation des pouvoirs constitue un danger majeur jamais connu dans notre pays pour les libertés individuelles fondamentales.

Fort heureusement, la conscience professionnelle des policiers les empêche de franchir le pas quisépare une police républicaine d’une police du pouvoir.

Mais les pressions sont lourdes, permanentes et multiples. 1 suicide tous les 4 jours depuis le débutde l’année.

L’équilibre républicain est fragile, et nous devons aider les membres des forces de sécurité à résister àces pressions.

Garants des libertés, les policiers constituent au sein du monde du travail une catégorie de salariés parmi d’autres, avec certes ses spécificités, mais rencontrant les mêmes difficultés de vie et les mêmes difficultés professionnelles que les autres.

Leur refuser cette place dans la société au motif qu’ils exercent une profession qui les amènent parfois à s’opposer dans un cadre républicain aux autres catégories de travailleurs ne pourrait que faciliter la tâche d’un pouvoir qui rêve d’en faire un outil à son service exclusif et non plus au service de la nation, bref de transformer une police nationale en police politique.

Au sein de la CGT se pose parfois la question de la place des policiers, et aussi d’une organisationspécifique « ministère de l’intérieur ».

Disparition ou non de sa fédération au profit de l’UFSE, la question est posée.

En conclusion,

Les écarts de conduite de certains policiers sont patents. Il n’est pas question de les couvrir et les poursuites doivent suivre leur cours.

Mais pour l’immense majorité des policiers qui font leur travail avec conscience et dans le respect deslois républicaines, nous, militants syndicaux, devons être d’une extrême vigilance afin d’éviter que les pouvoirs ne se les accaparent.

Avec eux, avec l’ensemble des forces de notre organisation syndicale, nous devons continuer à nous battre pour mettre en place le grand service de police nationale répondant aux besoins des gens, au service des populations et assurant un ordre social juste et républicain qui nous fait aujourd’hui tant défaut.

Merci de votre attention.

Vive la CGT !

Dijon le, 13 mai 2019.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
17 mai 2019 - 13h23 - Posté par Pedro

Pour la LTF, ni les policiers, ni les surveillants de prison, ni même les agents de sécurité ne sont des travailleurs. Mais il y a un syndicat SUD Intérieur qui regroupe notamment des policiers. Il n’est pas forcément interdit à un flic d’être progressiste même si la grande majorité vote à droite voire RN.



52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
17 mai 2019 - 19h54 - Posté par Christian DELARUE

Que la CGT Police veuille s’exprimer en interne lors d’un congrès est normal. Pourquoi cela n’a pas été possible c’est autre chose.

Ce qui importe surtout ce sont les silences des syndicats de police ces derniers mois tant au niveau national que pour les grandes villes. Car on entend surtout les syndicats corporatistes bien en accompagnement de la répression policière. Il y a donc un vide.

Si on remplace l’Etat Providence par l’Etat Pénitence il faut bien voir que ce sont les couches populaires pauvres et moyennes, soit les 85 à 90% d’en-bas, qui en souffrent !





Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite