Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

IGNACIO RAMONET : Cien horas con Fidel, Mon livre s’adresse aux nouvelles générations
de : Jean-Guy Allard
dimanche 28 mai 2006 - 18h26 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 11 ko

de JEAN-GUY ALLARD

"MON livre s’adresse aux nouvelles générations qui n’ont pas eu accès à la pensée, à l’œuvre de Fidel Castro et qui ont de la difficulté à connaître cette œuvre à cause de la muraille de mensonges, de calomnies et de critiques systématiques concernant la Révolution cubaine, particulièrement en Europe", a affirmé le journaliste français Ignacio Ramonet, au cours d’une rencontre avec la presse à La Havane, ce vendredi 19 mai.

L’énorme volume présenté à Cuba il y a quelques jours sous le titre Cien horas con Fidel (Cent heures avec Fidel) est déjà un succès instantané de librairie dans la péninsule ibérique où Mondadori (Collection Debate) l’a publié sous le titre Fidel Castro. Biografía a dos voces. Une première édition de 12 000 exemplaires est épuisée et une réédition est en cours.

« En Espagne, quelques lecteurs sont venus me dire qu’ils n’avaient pas idée de ce que pensait Fidel Castro parce que les médias espagnols en parlaient fréquemment mais qu’il n’avait jamais la parole », a raconté Ramonet.

L’auteur, qui est directeur du Monde Diplomatique, le respecté mensuel publié à Paris, signale comment « un des dangers pour un professionnel qui interviewe Fidel Castro est de se laisser fasciner par le personnage ».

« Il a une personnalité fascinante pour un journaliste de ma génération », avoue-t-il. « C’est un témoin, un acteur et un protagoniste de faits historiques si considérables qu’évidemment il y a, ou il peut y avoir, une sorte de fascination ».

Prenant conscience de ce danger, il s’est adressé à plusieurs de ses amis - dont des personnalités très connues nommées dans le livre - « et je leur ai demandé, s’ils avaient l’occasion de parler avec Fidel Castro, quelles sont les questions indispensables qu’ils lui poseraient ».

« Mon engagement moral a été que ces questions se retrouvent dans le livre... et elles y sont ! ».

Accusé par une certaine presse madrilène - et de Miami - d’avoir repris des citations de discours, dans certaines pages de l’œuvre, Ramonet explique qu’il l’a toujours fait en répondant à des indications de Fidel lui-même, qui estimait avoir précisé clairement sa pensée de cette façon sur certains éléments.

L’auteur du livre a ironisé sur la provenance de telles critiques, signalant qu’il y a eu des gens pour prétendre qu’il n’avait jamais fait l’entrevue et que « les photos de Fidel avec Ramonet sont des montages ».

Il a raconté qu’un autre personnage de la faune espagnole, Arcadio Espada, est arrivé à écrire dans son blog qu’en réalité « cette entrevue n’a pas pu avoir lieu parce que Fidel Castro est mort depuis déjà plusieurs semaines ou bien davantage ».

« La dimension de disqualification de l’entrevue en est arrivée jusque là », a-t-il commenté.

Pour Ramonet , « le journaliste est quelqu’un qui va à contre-courant ».

« UNE DES PERSONNALITÉS LES PLUS CENSURÉES EST FIDEL »

« En France et en Espagne, une des personnalités les plus censurées est Fidel, par la censure du consensus, parce que quand tout le monde dit que cela est une dictature atroce et que Fidel Castro est un dictateur cruel, cela crée un tel consensus que même les journalistes qui prétendent être des personnes critiques n’osent dire autre chose que ce qui domine ».

« Et c’est normal, » ajoute-t-il. « Moi qui ai essayé de le faire, je vois ce qu’on peut subir. J’avais une chronique d’opinion dans un journal espagnol et quand est sorti un extrait du livre dans El Pais, on me l’a enlevée... Au nom de la liberté, on supprime la liberté d’expression, la liberté d’opinion ! Voilà c’est que le consensus, la censure du consensus ».

L’éditeur et journaliste français souligne : « Je considère que notre devoir est d’essayer de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. En Espagne, en France ou en Europe, la personnalité internationale qui a le moins la parole est Fidel Castro et mon devoir de journaliste, mon honnêteté de journaliste consiste à la lui donner ».

Quel est le thème central de ce volume, de ces longues conversations qu’il a eues avec le président cubain ? « L’idée, c’est d’expliquer le mystère qui fait qu’un enfant né dans une bourgade éloignée de tout, dans une famille d’agriculteurs d’origine extrêmement modeste - sans grande culture, dirions-nous aujourd’hui - comment cet enfant éduqué dans des écoles catholiques, réactionnaires, de jésuites qui venaient de la guerre d’Espagne... comment s’est-il transformé en un leader révolutionnaire ? D’où lui est venue, d’où a surgi cette créativité ? »

« C’est ce qui traverse le livre... »

« J’AVAIS PEUR... »

Sur le ton de l’humour, Ramonet raconte comment son approche du président de Cuba durant « quatre fois 24 heures » l’a amené à voyager avec lui jusqu’en Équateur « dans son très vieil avion ».

« J’avais peur... je ne volerais pas dans cet avion comme il le fait... c’est un homme courageux ».

Ramonet décrit Fidel, dans ses activités quotidiennes qu’il a observées, comme « une personne qui a toujours un tact extraordinaire avec ceux qui l’entourent, très respectueux, très prévenant , il ne veux pas déranger ».

« C’est un homme très généreux. Vous direz que c’est normal mais je connais des hommes politiques qui, en public, son très attentionnés mais qui, en réalité, sont des dictateurs avec leur entourage », a-t-il signalé.

Il précise : « Il vit dans une situation de frugalité extrêmement marquée. Dans son environnement, il n’y a pas de luxe, absolument. Il vit comme un moine soldat. Je lui ai demandé combien il gagnait et il s’explique là-dessus dans ce livre. Je l’ai dit, je ne vivrais pas avec son salaire, évidemment. Et je me réjouis de gagner un peu plus que lui ! »

Le livre de Ramonet sortira bientôt en Argentine, au Mexique, au Venezuela, au Brésil, au Portugal, en Allemagne, en Pologne, en Grèce, en Russie, en Corée, au Japon, ainsi qu’en Italie (Mondadori), en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis (Penguin Books). En France, il sera publié en fin d’année par Fayard. En Espagne, 20 000 exemplaires à couverture cartonnée se vendent accompagnés d’un DVD/documentaire présentant plusieurs heures des échanges entre le journaliste et le président cubain.

http://www.granma.cu/frances/2006/m...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> IGNACIO RAMONET : Cien horas con Fidel, Mon livre s’adresse aux nouvelles générations
28 mai 2006 - 20h36

MONSIEUR RAMONET JE SUIS FIER D ETRE ABONNE AU DIPLO ET JE SALUE VOTRE COURAGE DE NE PAS CHOISIR LE POLITIQUEMENT CORRECT DE LA GAUCHE BOURGEOISE QUI CRACHE SUR NOTRE CAMARADE FIDEL ET SUR LA REVOLUTION CUBAINE.
MERCI

VENCEREMOS

SEBASTIEN DE TOULOUSE



> IGNACIO RAMONET : Cien horas con Fidel, Mon livre s’adresse aux nouvelles générations
28 mai 2006 - 21h25 - Posté par

Abonné au diplo, je puis vous dire le sérieux de cette publication, la qualité d’investigation ; Les articles ne sont jamais superficiels et vont vraiment au fond des choses et bien-sûr je lirai ce bouquin qui doit être de même facture. Ignacio Ramonet bénéficie -chez moi- d’une image de grande qualité.
Ce n’est pas de la pub gratuite que de vous conseiller de lire le diplo. Ca vaut vraiment le coup.
JP


> IGNACIO RAMONET : Cien horas con Fidel, Mon livre s’adresse aux nouvelles générations
29 mai 2006 - 08h12 - Posté par

Bravo à M. Ramonet. Abonné au Diplo j’ai toujours apprécié ses articles. Je trouve que le peuple Cubain (et Castro) devraient bénéficier plus souvent de reportages en leur faveur.
J’ai voyagé à Cuba et j’en suis revenu admiratif, un peuple attachant, fier de leur président et de leur révolution.
Il faudrait parler plus souvent des "los cinquos", ces cinq Cubains emprisonnés aux USA pour avoir pourchassé et découvert des térroristes anticubains en Floride. Innocentés, ils sont toujours emprisonnées aux USA, et cela depuis sept années, l’un deux est même emprisonné dans cette centale de haute sécurité ou est placé le Francais Moussaoui !!!
Comme le dit JP, je lirais ce bouquin et je conseille egalement la lecture du Diplo, j’ajouterais allez donc à Cuba, n’ayez pâs peur c’est un pays ou l’on rencontre des gens extraordinaires, ou l’on se proméne sans crainte le soir dans les rues, ou l’on ne vois pas de police à tous les instants, ou l’on chante et ou l’on danse partout.
Cuba est menacé par les USA, il faur sauver Cuba.... N’en déplaise à M. Badinter !!!
Georges du 64


> IGNACIO RAMONET : Cien horas con Fidel, Mon livre s’adresse aux nouvelles générations
29 mai 2006 - 15h49

Bravo pour l’article de Jean-Guy Allard et surtout pour le livre de Monsieur Ignacio Ramonet.
Je connais personnellement le journaliste J-G Allard, je l’ai rencontré à Montréal et à La Havanne et il fait de l’excellent journalisme d’enquête. Il a été directeur au journal de Montréal et de Québec et écrit maintenant par choix pour le journal Granma international à Cuba. J’ai organisé récemment un voyage de solidarité de 104 personnes à Cuba dont plusieurs ne connaissaient à peu près rien sur le pays. Tous et toutes ont été transformés par l’expérience et sont repartis touchés et admiratifs de la solidarité et de la vaillance du peuple cubain. Nous étions au milieu d’une foule de près de deux millions de cubains à La Havanne pour les célébrations du 1er mai 2006. Nous avons été témoins de l’esprit révolutionnaire du peuple cubain, de l’amour et du respect manifesté envers leur leader Fidel Castro qu’ils ont acclamé joyeusement et écouté attentivement. Fidel est un humaniste et il est là parceque le Peuple le veut là, et pas ailleurs ! Nous avons participé à de nombreuses conférences sur la démocratie et les droits de l’homme à Cuba, sur les 5 héros cubains emprisonnés injustement aux USA, sur l’économie cubaine, etc. Nous avons fait du travail volontaire dans une école d’informatique, rencontré des étudiants, des enseignants, visités une école pour handicapés intellectuels, etc, et partout, nous avons constaté la solidarité et la culture avancée du peuple cubain.
J’espère que la vérité sur Fidel et sur Cuba finira par traverser le tissus de mensonges médiatique !
Ginette Moreau, Québec






Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
3 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1
Contre la pudibonderie d’Etat
samedi 2 - 16h21
de : Christian DELARUE
6 commentaires
Les 7 théories du complot.
vendredi 1er - 23h05
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Guerre de classe : la « gauche » joue désormais perdant ! Pourquoi ?
vendredi 1er - 22h50
de : Lepotier
5 commentaires
DIMANCHE 20 OCTOBRE 2019, JOUR DE VOTE A LA PAZ
vendredi 1er - 17h31
de : Allain Graux

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite