Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gauche Européenne : Vittorio Agnoletto soutient Bellaciao... Merci Vittorio
de : Vittorio Agnoletto
dimanche 24 septembre 2006 - 20h10 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 12.1 ko

"Vers la Gauche Européenne. Maintenant ou jamais plus"

de Vittorio Agnoletto traduit de l’italien par karl&rosa

Avec plusieurs d’entre vous nous nous sommes rencontrés tout au long de ces années dans le bénévolat, dans le travail associatif, dans l’action sociale et politique fondée, outre que sur la passion, sur la compétence aussi.

Le sens de ma candidature et des modalités de mon travail au Parlement Européen a été depuis le début la tentative de tenir ensemble ces multiples racines, en essayant de développer un travail pouvant fournir des instruments utiles à ceux qui sont actifs dans le social et en même temps de bâtir une perspective politique collective participée et partageable.

C’est pourquoi depuis les élections européennes j’ai considéré comme un parcours intéressant celui de la "Gauche Européenne", un parcours cohérent avec mon histoire et mon engagement.

Je voudrais donc partager avec vous quelques réflexions sur les initiatives prévues prochainement.

Les 23 et 24 septembre à Rome aura lieu le lancement officiel de la Gauche Européenne.

Un projet annoncé depuis longtemps, dès 2004, quand, à l’occasion des élections européennes, Refondation modifia aussi son symbole en insérant l’inscription Gauche Européenne. Mais, après ces élections-là, le projet sembla finir aux oubliettes, dépoussiéré pour être relancé, annonce après annonce, dans quelques occasions publiques, mais quasiment refoulé au congrès que Refondation tint à Venise en mars 2005.

Par la suite, le projet fut repris dans l’hiver 2005-2006 et annoncé à nouveau pendant la récente campagne électorale dans laquelle Refondation a décidé, par un acte marqué d’un fort courage politique, d’ouvrir ses listes à de nombreux indépendants et d’en élire une douzaine au Parlement.

Maintenant nous sommes au moment de la vérité : ou on fait avancer ce projet vite et avec une forte conviction ou il vaut mieux le considérer définitivement enterré.

Quelle identité ? Pour quel projet politique ? La réflexion initiale est très simple. Dans ces années le mouvement alter mondialiste a montré l’existence en Europe, et spécialement en Italie, d’un vaste secteur de population intéressée à construire des parcours communs autour de quelques objectifs fortement innovateurs par rapport à la culture du vingtième siècle : la défense des biens communs, la cohérence entre les moyens et les fins, la non violence, un rapport Nord/Sud bâti sur la souveraineté alimentaire et sur une critique de la quantité et de la qualité des consommations et du concept même de développement, le bilan participatif, le rapport entre global et local, la critique des institutions économiques et financières internationales, spécialement l’OMC, la Banque Mondiale et le FMI.

Ce mouvement, en refusant les synthèses préconstituées, a indiqué différentes modalités de travail : les décisions par consensus, l’égale dignité entre différentes subjectivités sociales et entre de multiples points d’observation, la critique à la forme parti verticale, centraliste, machiste et entendue comme un univers comprenant tout.

A l’idéologie comme ciment identitaire est contraposée le partage d’un programme commun où puissent converger des histoires, des cultures et des traditions différentes parce que conscientes chacune de sa non exclusivité.

La contraposition du binôme réformes/révolution est remplacée par l’idée d’une radicalité culturelle, et pas seulement sociale, découlant de la conscience que la situation que vit la planète est dramatique et que le temps à notre disposition pour essayer de la modifier est limité.

L’antilibéralisme, dans sa version comprenant des propositions l’alter mondialisme, devient le point de rencontre de traditions différentes : il y a ceux qui arrivent du communisme hétérodoxe, du christianisme social, de l’écologisme, de la simple pratique quotidienne dans une des nombreuses réalités associatives qui ont bâti le mouvement des mouvements.

Dès le début Refondation, unique force politique italienne, a partagé le parcours du mouvement, en a reconnu l’autonomie et a renoncé en même temps à la tentative de se poser comme synthèse comprenant tout. Ou au moins c’est ce qu’elle a déclaré et, parmi mille contradictions, essayé de pratiquer dans certaines parties significatives du territoire national.

L’écart, même électoral, qui sépare les voix recueillies par le PRC de l’ampleur et de la force du mouvement alter mondialiste est un fort indicateur de l’impraticabilité de la croissance progressive du PRC sur lui-même. Et le groupe dirigeant de Refondation en semblerait assez conscient.

La réalisation de la Gauche Européenne implique la construction d’une subjectivité politique à laquelle participent avec égale dignité Refondation et tous les sujets collectifs locaux et/ou nationaux intéressés partageant un programme et une déclaration de principes.

Réfléchir sur Gauche Européenne veut dire réfléchir aussi sur le rôle des partis, sur ce que veut dire aujourd’hui le mot politique lui-même, surtout pour ceux qui doivent se confronter tous les jours, en tant que militants « compétents », à une réalité sociale de plus en plus complexe, fragmentée et en transformation. Cela veut dire découvrir la possibilité de donner une voix, dans un espace politique, à cette intelligence collective qui s’est manifestée à Gênes en juillet 2001 et qui nous a accompagnés, avec des hauts et des bas, pendant ces années.

L’adjectif « européenne » n’est pas pléonastique mais il indique une conscience que, à l’époque de la globalisation libérale et de la crise des Etats nationaux, la dimension européenne est aujourd’hui condition nécessaire de tout projet ambitionnant un monde multipolaire, pour la construction duquel le rôle de l’Europe est essentiel.

Les risques Parmi tant de pièges, inhérents à un parcours aussi nouveau et complexe que celui-ci, les principaux dangers me semblent au nombre deux.

Le premier est interne à Refondation : que ce parcours soit vécu comme un choix décidé au sommet, imposé, destiné à dévaluer et vider la vie et les responsabilités démocratiquement identifiées dans le parti. Le doute que le projet soit géré dans une clef modérée, pour caractériser davantage la phase gouvernementale marquant au demeurant la vie du parti et en même temps la crainte que tout se réduise à la cooptation d’une classe politique en attente de se recycler et d’occuper de nouvelles places.

Le deuxième concerne, au contraire, le rapport entre Refondation et les réalités externes intéressées à participer au projet. Ou bien la rencontre a lieu dans les territoires locaux autour d’objectifs partagés, ou le rappel entre les classes politiques et la solidarité à cause du militantisme du passé sera destiné à prendre le dessus et il sera alors très difficile de penser entraîner de nouvelles ressources venant du monde associatif et du militantisme social.

La conscience des risques et des difficultés du parcours peut effrayer et pousser certains à se retirer ou, au contraire, peut être une stimulation pour éviter des pièges et des fautes qui pourraient autrement être fatals. Il ne reste qu’à essayer... mais en faisant attention à ne pas interrompre, entre-temps, le travail social quotidien fondé sur la rencontre concrète avec les espoirs et les droits des personnes. En fait, la Gauche Européenne n’aura un sens que si elle arrive, avant tout, à rompre la séparation entre la politique institutionnelle, de plus en plus transformée en profession, et les dynamiques sociales et la quotidienneté de chacun de nous.



Imprimer cet article





Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pécher n'est pas faire le mal - Le vrai péché, c'est de ne pas faire le bien. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite