Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italiens, braves gens : à Reggio Emilia une "utilisation" différente de la mémoire histori
de : Collectif Bellaciao
dimanche 18 janvier 2004 - 17h48 - Signaler aux modérateurs

Italiens, braves gens : à Reggio Emilia une "utilisation" différente de la mémoire historique

A Reggio Emilia les "journées de la mémoire" ne se limitent pas au 27 janvier et, même en mettant au centre (comme il est juste) l’anniversaire de la libération du camp de Auschwitz, elles tentent un lien plus profond avec le versant habituellement refoulé de la mémoire historique italienne. En fait, on démarre le 14 janvier avec "Fascist legacy" (l’héritage du fascisme), à savoir le film de Ken Kirby qui fit scandale en 1989 en Grande-Bretagne, qui fut acheté par la RAI (Radio TV italienne : NdT) et ... y est stocké depuis : mercredi soir, au cinéma Rosebud de Reggio, Massimo Sani (réalisateur et chargé de la version italienne du documentaire) dialoguera avec Fabio Galluccio (auteur du livre "I lager in Italia", édité par Nonluoghi) et expliquera, peut-être, le mystère d’un film qui fut acheté pour n’être pas diffusé. Ou peut-être n’y a-t-il aucun secret et la vérité est-elle encore celle pour laquelle dans l’après-guerre quelques réalisateurs italiens furent littéralement empêchés d’aborder ces arguments : en somme un documentaire sur les crimes de l’Italie en Ethiopie, en Libye, en Somalie - mais aussi en Albanie, en Yougoslavie et en Grèce - démentirait le mythe commode des "Italiens, braves gens".

Et précisément "Italiens, braves gens", c’est le titre du numéro 113, daté de janvier 2004, du mensuel de Reggio Emilia "Pollicino gnus" (44 pages, l’abonnement annuel coûte 16 euros). Un choix cohérent, car auparavant, dans les années passées, la revue s’était occupée des "persécutions oubliées" - gitans, homosexuels, Témoins de Jéhovah, jeunes non-alignés, malades, opposants politiques.. - et avait traité ensuite du rôle de l’Eglise de Pie XII dans les persécutions nazifascistes.

Le matériel publié est en partie inédit et en partie déjà publié (mais souvent, hélas, dans des revues qui ne profitent aucunement du tam-tam médiatique) et parle de ce qui s’est passé dans les camps de concentration italiens pour les Juifs, dans ceux des colonies africaines et des Balkans et lors de l’assignation à résidence des "indésirables". La seule signature connue par le dit grand public est celle de Angelo Del Boca, qui se demande à la fin de son texte : "Quand aura lieu la projection à la TV publique de l’enquête Fascist Legacy de Ken Kirby ? Et pour quelle raison est-il encore interdit de projeter dans les salles "Le lion du désert", le film de Akkad, qui narre l’épopée tragique de Omar-el-Mukhtar, pendu par Graziani (gouverneur fasciste de la Libye dans les années 30 : NdT) dans le lager de Soluch ?". Et c’est précisément au héros de la Résistance libyenne, au vieux "lion" du désert dont tous les textes anti-colonialistes se souviennent encore aujourd’hui, qu’est dédiée la couverture de "Pollicino gnus".

Après la rencontre du 14 janvier, deux autres rendez-vous publics importants sont prévus à Reggio Emilia. Le 21 janvier chez Istoreco, c’est-à-dire l’Institut historique de la Résistance (0522 580890 http://www.istoreco.re.it), on discute de "Violence fasciste en Emilie avec les historiens Gianfranco Porta et Marco Minardi, tandis que le 31 dans l’après-midi est fixée une rencontre avec Carlo Spartaco Capogreco, président de la Fondation internationale Ferramonti et auteur du livre "Les camps du Duce : l’internement civil dans l’Italie fasciste" (édité par Einaudi). Même si peu de gens s’en souviennent, à Ferramonti di Tarsia, dans la province de Cosenza (ville du Sud de l’Italie : NdT), fonctionna le plus grand camp de concentration italien pour les Juifs. Le plus grand, pas l’unique : car entre Juin 1940 et Août 1943 les camps "soumis à la juridiction du Ministère de l’Intérieur" furent plus de 50, mais il y eut encore 200 localités supplémentaires - dites, par oxymoron, "d’internement libre" - où les Juifs (mais aussi les apatrides) furent amenés. De combien de personnes s’agissait-il ? Selon l’essai de Carlo Spartaco Capogreco (sorti en 1991 dans "Storia contemporanea" et dont on peut lire une synthèse dans le numéro cité de "Pollicino gnus"), en Juin 1940, les Juifs internés "comptés" en Italie étaient un peu plus de 4000 dont aussi quelques apatrides. Entre 1941 et 1942 s’y ajouta un "deuxième contingent des zones ex-yougoslaves faisant partie de l’Etat croate ou annexées par l’Italie, composé d’environ 2000 Juifs surtout slaves, qui comprend aussi les 500 naufragés du Pentcho, bateau fluvial parti de Bratislava en mai 1940 avec l’improbable propos de rejoindre la Palestine et échoué, six mois plus tard, près de Rhodes".

On doit rappeler aussi que, en ce qui concerne les internés dans les camps les plus grands du Sud de l’Italie (Ferentino, précisément, et Campagna, en province de Salerne), leur salut fut dû à l’arrivée soudaine des troupes alliées mais aussi à la solidarité que les "libérés" avaient trouvée dans les campagnes et dans les villages avoisinants (l’ordre d’internement ne fut révoqué qu’après le 10 septembre 1943), des "libérés" qui furent en pratique abandonnés à eux-mêmes par le nouveau gouvernement (le gouvernement Badoglio : NdT). Evidemment la situation des camps fut bien différente au Centre-Nord et - nous citons à nouveau Capogreco - "le sort des Juifs dépendait de deux facteurs : leur collocation géographique et la capacité à se trouver un refuge pour échapper à la capture par les Nazis" : avant septembre, environ 2000 Juifs, internés au Sud, étaient sous la protection des Alliés tandis qu’au Nord l’internement fut rétabli (officiellement le 30 Novembre 1943) par la soi-disant République de Salo’ et pour 6815 cet emprisonnement - écrit encore Capogreco - ne fut presque toujours "qu’un court répit sur le chemin d’Auschwitz".

Il est significatif (comme l’écrit Renato Moschetti en bas de la dernière page du numéro cité de "Pollicino gnus") qu’à partir de 2001 (année de la victoire du centre-droit aux élections législatives : NdT) la Fondation internationale Ferramonti, née pour que la mémoire historique ne soit pas perdue, ait été privée de tout soutien institutionnel.

C’est encore la peine de souligner que, hélas, le choix de lier la "Journée de la mémoire" (instituée par la loi 211 du 20 juillet 2000) à ce qui a été refoulé du colonialisme et/ou du fascisme n’a été fait que par Reggio Emilia et par très peu d’autres villes (parmi ces dernières Pise, qui va accueillir aussi une rencontre sur l’ "assignation à résidence"). Et si nous recevons des nouvelles en ce sens - même d’initiatives liant la mémoire historique à l’actualité - "Migra" sera heureuse d’en rendre compte, car la plante du racisme a encore en Italie - il est regrettable de devoir le dire - des racines bien solides et se nourrit aussi d’une mémoire refoulée ou partielle, ou seulement instrumentalisée. Qui désire recevoir la brochure citée peut s’adresser à la rédaction de "Pollicino gnus" : 0522 454832 ou pollicino@comune.re.it

Daniele Barbieri

(Traduction de M.c. et G.R.)

17.01.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Mobilisation de soutien pour Michel, éleveur, le 30 Avril 2019 TGI Dijon
mardi 23 - 22h34
de : Hors norme via Jyp
1 commentaire
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur. Gandhi
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite