Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
de : NOSE DE CHAMPAGNE
lundi 25 juin 2007 - 13h13 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires
JPEG - 25.5 ko

de NOSE DE CHAMPAGNE

À travers les résultats que donne L’HUMA du 12 juin et aussi avec ceux du 19, j’ai fait quelques statistiques (rapides, donc peut être pas absolument précises) qui me paraissent intéressantes sur 556 circonscriptions métropolitaines d’une part et les 577 au total d’autre part.

Tout d’abord, je note que le parti ne présentait pas de candidat "estampillé" dans 37 circonscriptions, ce qui représente tout de même 6,4% et parfois dans des départements entiers. Cela doit nous alerter sur le risque que nous prenons à laisser la solidarité communiste s’estomper et laisser la friche grandir. Mais encore, il se retrouve avec des candidats "dissidents" dans 19 circonscriptions (3,3%) de 11 départements (plus de 11,5%) ce qui est considérable et interroge la notion de parti, sur certaines tendances centrifuges préjudiciables. Ces petits jeux nous coûtent assurément un député dans la 2° de l’Isère et auraient pu aussi nous coûter dans la 5° de Seine Saint-Denis. Jusqu’où peut-on tolérer la mise en cause des règles communes ?

Par ailleurs, et dans le temps où nous avions décidé de participer à une expérience de rassemblement antilibéral au point de soutenir une quinzaine de « candidats antilibéraux », 72 candidats « antilibéraux » ont été présentés sur tout le territoire (13% des circonscriptions) et ont été nos adversaires dans 52 circonscriptions (9,5%). Cela fait réfléchir sur notre stratégie du rassemblement antilibéral après le 29 mai 2005.

Enfin, nos scores se décomposent ainsi lors du 1er tour :
  le PCF réalise 3% et plus dans 272 circonscriptions métropolitaines (83 départements) et 278 circonscriptions au total (89 départements ou TOM) ;
  il atteint ou dépasse 5% dans 137 circonscriptions métropolitaines (56 départements) et 143 circonscriptions au total (62 départements ou TOM) ;
  il égale ou dépasse 10% dans 56 circonscriptions métropolitaines (29 départements) et 62 circonscriptions au total (31 départements ou TOM) ;
  il atteint ou dépasse 15% dans 33 circonscriptions métropolitaines (18 départements) et 38 circonscriptions au total (20 départements ou TOM) ;
  il atteint ou dépasse 20% dans 24 circonscriptions métropolitaines (12 départements) et 29 circonscriptions au total (14 départements ou TOM) ;
  il atteint ou dépasse 25% dans 14 circonscriptions métropolitaines (8 départements) et 17 circonscriptions au total (10 départements ou TOM) ;
  il égale ou dépasse 30% dans 8 circonscriptions métropolitaines (4 départements) et 10 circonscriptions au total (6 départements ou TOM) ;
  il égale ou dépasse 35% dans 2 circonscriptions métropolitaines (2 départements) et 3 circonscriptions au total (3 départements ou TOM) ;
  il atteint ou dépasse 40% dans ces mêmes 2 circonscriptions métropolitaines (2 départements) et 3 circonscriptions au total (3 départements ou TOM)…

Il est intéressant, au terme du 2° tour de constater que nos 19 députés, qu’ils soient « rattachés » ou non au groupe communiste (puisqu’il y a des menaces de ne pas rejoindre si Alain BOCQUET est reconduit Président), proviennent de 12 départements ou TOM. Celui d’entre eux qui a fait le plus faible score au 1er tour se qualifie à 16,7% et celui qui réussit avec le score le plus élevé obtient 46,5%. Au 2° tour, ces 2 candidats rassemblent respectivement 51,1% et 69,2%. Il fallait donc obtenir entre 15 et 20% pour se qualifier. On mesure la fragilité de l’électorat communiste qui n’atteint les 5% que dans ¼ des circonscriptions et la moitié des départements et qui ne parvient à qualifier des candidats au 2° tour que dans 6% des circonscriptions et 19% des départements. 52,5% de nos élus progressent tandis que 47,5% sont en recul. Les députés élus gagnent près de 2000 voix sur 2002 et presque 1%.

Dernières remarques, concernant les candidatures féminines vers la parité et celles des « minorités visibles ».
 Engagé avec 46,5% de candidates et parti le plus proche de la parité, la PCF arrive avec 21% d’élues, contre 24% au PS et 25% chez les Verts, devançant tout de même la droite qui ne réalise que 14,3%. Comment corriger des résultats très insuffisants dans ce domaine de la parité ?
 Présentant seulement 16 candidatures chez les « minorités visibles » (2,8%), la moitié de celles-ci n’atteignent pas 3%, 16,5% franchissent les 5%, 12,5% atteignent 10%, et 1 (6%) les 15-20%. À l’arrivée elles n’obtiennent aucun élu, confirmant là aussi le préoccupant retard communiste par rapport à la prise en compte de la diversité « ethno-culturelle » de la société française. Qu’allons-nous faire pour remédier à de pareils résultats qui discréditent notre discours ?

Il n’y a dans ce « tableau » ni raison de se réjouir ni raison de faire preuve de catastrophisme. Les résultats montrent que nous n’avons pas modifié notre situation depuis 2002, dans un système de plus en plus verrouillé. L’issue est de plus en plus difficile à trouver, avec une gauche explosée (y compris le camp de la gauche antilibérale) face aux droites rassemblées sous un chef unique, lancé dans la démolition des solidarités pour livrer le maximum d’espaces au marché. Devant l’absence de perspective à gauche, les français paraissent n’avoir d’autre alternative que de chercher des solutions d’adaptation au système qui se développe depuis maintenant 15 ans dans un cadre hyper-mondialisé .

Comme le note le rapport de Marie-George BUFFET à ce CN post-électoral de juin 2007, l’extrême personnalisation et la présidentialisation de nos institutions (acceptées par le PS) écrasent le débat politique et rejettent le peuple à l’état de spectateur. Cet effet institutionnel est démultiplié par l’efficacité de l’offensive idéologique et sociale de la droite, du MEDEF, et du CAC 40 afin de réer des lignes multiples de fracture à l’intérieur du peuple : travail/assistanat ; immigration/nationaux ; droits collectifs/mérite individuel… La social-démocratie en crise dans l’ensemble de l’Europe contribue à la dissolution progressive des repères sur lesquels s’ancraient les aspirations sociales.

La question des alliances (indispensable à un dépassement démocratique du capitalisme) adossée au PS est dans ce contexte vivement interpellée, autant pour ceux qui la refusaient que pour ceux qui la privilégiaient. Il serait intéressant de se poser la question suivante : L’expérience des collectifs antilibéraux est-elle dépassée ou dépassable par la généralisation, à travers toute l’Europe, de formes nationales et confédérées du Parti de la Gauche Européenne (PGE) telles qu’elles apparaissent en Allemagne (Die Linke), en Italie (La Sinistra), etc. ?

Le mouvement social qui va se poursuivre donnera une partie des réponses. Et précisément, une autre partie des réponses à nos interrogations tient dans le rôle que joueront les syndicats. Vont-ils continuer à s’éparpiller ou commencer à travailler au nécessaire syndicalisme rassemblé qu’appelle la situation ? Pour ce faire, les partis politiques de gauche (le PCF en particulier) vont-ils continuer à encourager subrepticement la balkanisation syndicale et « la concurrence libre et non-faussée » en son sein ou la remettre en cause ? J’attends, comme beaucoup, sur le terrain, à la fois une clarification et une pratique qui tranchent. Notre histoire sociale montre que tous les mouvements de résistance et de reconquête sociale et politique ont eu besoin de cette indispensable réunification syndicale qui n’a pas encore eu lieu…

Sur la scène politique intérieure ou internationale, notre parti doit revenir aux fondamentaux. Engagé dans la bataille pour le dépassement du capitalisme en France, en Europe et dans le Monde, il soutient les peuples en lutte pour s’affranchir de toute domination économique, politique ou militaire. Les luttes engagées en Amérique latine, adossée à l’expérience de Cuba, méritent notre réflexion, notre considération et notre solidarité sans faille. Il en est de même pour les peuples du Moyen-Orient qui font face à une bataille géopolitique et militaire pour le contrôle des sources d’énergie, destructrice des équilibres écologiques et environnementaux.

Le contexte de notre combat appelle, à l’intérieur même de notre parti, l’affirmation par les faits plus que dans les discours, que le collectif humain, militant, est notre première richesse. Cette pétition ne souffre pas d’exception. Il est donc intolérable qu’ici ou là, des directions s’affranchissent des règles communes et ne fassent pas vivre la démocratie à travers toutes les structures, de la base au sommet. Les procédures statutaires concernant la désignation (ou la non-désignation, par exemple aux élections cantonales de Vitry-Ouest les 24 juin et 1er juillet 2007, dans la Marne) des candidats aux élections (municipales, cantonales, législatives, présidentielles, européennes) doivent être respectées et c’est une des tâches prioritaires des fédérations.

Marie-George BUFFET appelle à « un débat qui laisse libre cours aux critiques, idées, constructions des uns et des autres ». C’est dans un esprit constructif que je réponds à cet appel et que je soutiens pleinement la démarche engagée par notre Secrétaire nationale. J’en terminerai donc par un regret : celui d’avoir constaté, dans les débats télévisés « à chaud » sur les résultats des soirées post-électorales trop peu de présence et de participation communiste alors que tous les autres courants étaient représentés (TF1, France 2 et France 3, en particulier).

Bien fraternellement.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
25 juin 2007 - 13h31

Législatives :« Le discours social de la gauche n’est plus crédible »

Le géographe Christophe Guilluy, scrutateur des fractures sociales, réagit au premier tour des législatives et s’inquiète du « divorce quasi définitif » entre la gauche et les catégories populaires.

Quel est selon vous le principal enseignement de ce premier tour ?

L’abstention : la moitié des ouvriers, des revenus modestes et des jeunes de 18-24 ans, plus de 40% des employés et des 25-44 ans se sont abstenus. La vague bleue, c’est sans les catégories populaires. Reste à savoir pourquoi cet électorat populaire ne s’est pas mobilisé pour les candidats de gauche. Il ne s’est pas rendu aux urnes ou, quand il l’a fait, c’est pour voter Nicolas Sarkozy, qui arrive en tête chez les revenus les plus bas tout en étant sur-représenté chez les plus élevés.

Observe-t-on encore une fracture géographique entre villes et zones périurbaines ?

Les poches de résistance du PS et de la gauche sont plutôt dans les grandes villes. Mais cette mécanique très forte lors du premier tour des élections présidentielles - les villes à gauche et les zones péri-urbaines à droite - est moins marquée du fait de l’abstention.

Comment expliquez-vous l’absence de mobilisation à gauche malgré la menace ?

On sait qu’il va y avoir une vague bleue mais on ne se déplace plus pour voter. Cela pose la question du discours à l’égard de gens qui veulent être protégés. Depuis 2002, la gauche ne se pose pas la question du projet, ni celle des catégories populaires et de leur attente d’une autorité protectrice. Nicolas Sarkozy, avec son discours sécuritaire et autoritaire face à la mondialisation, donne l’impression d’avoir entendu le message. Comme si les gens avaient intégré que la protection face à la mondialisation était incarnée par Nicolas Sarkozy et la droite. Le candidat le plus néo-libéral se muant en protecteur face à la mondialisation néo-libérale... C’est hallucinant !

L’effondrement du FN est-il durable ?

Le FN est très bas, mais ses idées sont très hautes. Le PCF disparaît parce que ses idées ne sont pas prégnantes. Le discours du FN a totalement été intégré par Nicolas Sarkozy et son discours d’autorité face à la perception qu’ont les catégorie populaires de la mondialisation via l’immigration. Certaines des catégories qui se sont le plus abstenues sont celles qui votaient plutôt pour le FN, en particulier dans les zones rurales. On peut se réjouir de son effondrement mais ses idées sont toujours là. Marine Le Pen réalise 25% des suffrages dans le Nord, dans une circonscription de gauche. Quand la droite ne capte pas cet électorat, le FN continue de le faire. Entre un discours néo-libéral et une illusion de protection, combien de temps Sarkozy arrivera-t-il à tenir les deux bouts ? La captation de cet électorat se fera en allant toujours plus dans le sens du FN.

Pourquoi l’extrême gauche n’attire pas davantage ces catégories populaires ?

La gauche - y compris l’extrême gauche - est perçue comme exclusivement tournée vers la protection des salariés du public, auprès desquels elle arrive d’ailleurs en tête. Si le PCF se maintient tant bien que mal, c’est grâce à l’abstention et pas à un vote d’adhésion. C’est un maintien par défaut. Même le discours radical de l’extrême gauche et le bla-bla trotskiste ne marchent pas. Le discours social tel qu’évoqué par la gauche n’est plus crédible.

Y compris chez les jeunes pourtant majoritairement hostiles à Sarkozy ?

La gauche s’effondre en banlieue. Les jeunes de banlieue n’étaient pas pro-Royal mais anti-Sarkozy. Même cet électorat n’a pas suivi. Il n’y a pas d’adhésion idéologique à la gauche gouvernementale. Tout est à reconstruire.

En prend-elle le chemin ?

A entendre les déclarations au soir du premier tour, pas un représentant de la gauche n’a tenu de discours répondant à ces questions. Que les bas salaires votent d’abord pour Sarkozy n’a pas l’air de les choquer. Ils appellent à se mobiliser pour le second tour. Cela révèle une fois de plus leur incapacité à écouter. Les catégories populaires n’iront pas plus voter au second qu’au premier. Ils ne veulent pas être le dindon de la farce. Va-t-on assister à un divorce absolu et quasi définitif entre la gauche et les catégories populaires ?

Recueilli par Ivan du Roy

http://www.bastamag.org/journal/art...



QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
25 juin 2007 - 14h14 - Posté par

L’analyse de Christophe Guilluy est intéressante, mais elle date d’avant le second tour des législatives.


QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
25 juin 2007 - 14h49

Interressantes statistiques,Nose.Et dommage que l’on ne puisse pas avoir ce genre de décompte en ce qui concerne la présence de responsables communistes sur les different médias.

En effet,sans vouloir absoudre nos dirigeants de toutes erreurs,il faut continuer à dénoncer le comportement des médias à notre égard,de façon à décrédibiliser un peu plus leurs manipulations.Pas plus tard qu’hier dans l’émission de Moati "Ripostes",on assiste à un débat sur l’avenir de la gauche,et on trouve le moyen de n’inviter aucun représentant du PCF...(Ha oui,j’allais oublier...y’avait Autain...).Et souvent c’est le même processus.Soit le PC n’est pas représenté,ce qui accroit un peu plus son invisibilité,soit il est représenté par une personalité qui est critique envers la direction.

Les exemples sont nombreux : lors d’un France Europe Express (d’Okrent) consacré à la gauche antilibérale,toutes les tendances étaient représentées,et le PC l’était en la personne de Karman...

Et cette invisibilité du PC est grave.On sait très bien que les campagnes électorales se déroulent de plus en plus comme des campagnes publicitaires.Même localement,les campagnes se jouent au plus visible.(Sièges de campagne placés en coeur de ville,omniprésence dans les journaux locaux,tracts luxueux qui ressemblent à des pubs d’Hypermarchés,etc...).Et le plus visible,c’est le plus cher.Comme pour la pub.Et si la pub n’était pas efficace,il ne se dépenserait certainement pas les sommes astronomiques qu’elle engoufre.

Bref,c’est l’argent disponible qui fait la difference.Et malheureusement la présence des communistes dans les quartiers et devant les entreprises est loin de pallier le rouleau compresseur médiatique.(Et là,je pose la question de la pertinence de l’action du parti et de la crédibilité de son programme.)

Un autre exemple pour terminer.Je me suis amusé à relever l’appartenance politique des invités de la matinale de France-Inter (le 7-9) l’an dernier,durant 6 mois ,d’octobre à juin :UMP 34 ; PS 36 ;UDF 7 ;MRC 2 ;FN 2 ;Verts 1 ;DeVillier 1 ;PCF 1...Faut pas rater l’émission...Sinon il faut avoir la chance de rencontrer un militant dans le quartier.Et ça,c’est pas gagné...

Alors si il y a un travail à effectuer au sein du parti,il faut aussi prendre en compte le fait que nous ne sommes pas en mesure de rivaliser sur le terrain médiatique.Nous ne jouons pas dans la même catégorie que nos adversaires.Ils utilisent l’artillerie lourde lorsque nous nous battons avec des lance-pierres

.Allez...pour rester optimiste,c’est le combat de David contre Goliath.Et l’on sait ce qu’il advint.

Mustou (Narbonne)



QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
26 juin 2007 - 15h17 - Posté par


C’est la première action au niveau national que l’on doit développer.

Insuportable le black-out des médias aux mains de la finance envers le PCF est très préjudiciable

Ce mano à mano UMP/PS est organisé par les médias de la finance , les chaines du service public étant confisquées. Ce matrquage médiatique organisé à notre encontre n’est pas innocent. C’est la mort du PCF que la finance veut obtenir.


Je déplore la complicité du PS qui ne dénonce pas l’accaparation de l’information.

Je propose que l’on agisse, que l’on agisse fermement pour démocratiser l’information.

Il faut préparer et organiser des journées de manifestation, la protestation grandissante devra raisonner dans tout le pays.

Je suis persuadé du succés de ces manifestations, lorsque l’on regarde l’information sur toutes les chaines on étouffe. ON nous a baillonné, il faut rompre ce silence assourdissant. On nous prive de notre oxygéne.

Il ne sert à rien d’avoir des idées si l’on ne peut pas les véhiculer.

Ne laissons pas dans les mains de la haute finance l’information. Ces trusts médiatiques ont pour objectif de véhiculer une information orientée uniquement dans l’intérêt du capitalisme.
Ses moyens sont puissants et déstabilisants, ils envahissent les consciences, formatent les esprits à la pensée unique du capitalisme.

Nous porterons une grande responsabilité si nous laissons baillonner et aliéner la classe ouvrière.

FELIX


QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
25 juin 2007 - 15h42

UN JOUR VIENDRA CAMARADE .....

Un jour pourtant, un jour viendra couleur d’orange

Un jour de palme, un jour de feuillages au front

Un jour d’épaule nue où les gens s’aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche .....

UN JOUR VIENDRA ...

quand nous sortirons de la PERSONNALISATION outancière des responsables et candidats ou comment on ne porte plus les idées ....

quand l’ECOLE retrouvera sa dimension éducative citoyenne ou comment l’on formate les futurs citoyens en réponse au MEDEF ....

quand notre GAUCHE aura le courage de CRIER les VRAIES réponses aux problèmes posés et qu’elle sera ECOUTEE et ENTENDUE par le PEUPLE

quand les MEDIAS seront porteurs d’une information plurielle ou comment ils se contentent ( sous des pressions ???) de relayer le capitalisme splendeur de leur monde

quand la POLITIQUE, la nôtre, s’ouvrira enfin aux communs des mortels par le biais d’autres entrées ( associatives ???) puisque le fonctionnement actuel est sclérosé....et que nombre de citoyens souhaitent s’investir, mais refusent les approches partidaires ..

j’arrête là , je dois m’absenter .....mais vous pouvez continuer !!!!! Anna



QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
27 juin 2007 - 00h34 - Posté par

si l’ouvrier ne comprend pas notre discours, c’est qu’il en attend un autre, et qu’on ne lui parle pas "politique" mais "charabia".

Notre "discours" , nous avons le devoir d’en faire une "alerte au peuple méprisé" :

Et loin d’être "démagogue", il devait être un appel au refus de la médiocrisation du peuple, donc une dénonciation vigoureuse de la médiocrité impériale du système de la Vè république !

"notre discours", pour redevenir audible ?

Il doit redevenir "politique" au sens où nous devons porter haut et fort "l ’appel républicain" :

croire que le peuple serait inapte à recevoir ce message, l’invitant à reprendre tous ses droits républicains confisqués par une constitution de "pouvoir personnel", et renoncer à porter l’essentiel de notre intervention sur ce terrain éminemment "politique", c’est "voler au mouvement social son propre terrain" tout en désertant le nôtre !

(cherchons dans notre passé quel "discours " eut le candidat qui fit 22% !)

Nous ne sommes pas le parti qui cherche à récupérer le mouvement social faute d’avoir une stratégie proprement "politique" :

nous sommes le parti qui , avec l’HUMANITE, a su alerter le peuple quand l’Europe du capital tentait de lui imposer la "loi de la concurrence libre et non faussée" :

le peuple est capable de se passionner pour cette question nodale de la politique :

"QUI DOIT FAIRE LA LOI EN REPUBLIQUE" ?

profitant de notre manque de courage politique , et donc de notre désertion de ce terrain là, le capital s’organise pour violer toujours plus "la souveraineté populaire" :

notre campagne des présidentielles n’a pas été assez offensive contre le système du pouvoir personnel qui fait une France à l’image de l’entreprise patronale de droit divin, dans une europe organisant la confusion des pouvoirs entre les mains de commissaires et de ministres n’ayant de comptes à rendre qu’aux lobbies qui les sponsorisent !

Tout doit marcher de concert : la proposition politique n’est pas indépendante de la stratégie ni de la forme d’organisation : toutes ces varables doivent évoluer face au système actuel du capitalisme, selon des logiques propres mais "compatibles entre elles" :

une "logique de rassemblement " qui soit compatible avec une "logique identitaire" suppose que le "rassemblement devienne notre identité" :

les communistes doivent devenir les rassembleurs , non seulement du "monde du travail", mais aussi de tous les citoyens qui sont stoppés brutalement dans leur "marche vers leur "devenir humain" par la médiocrité imposée du système de pouvoir personnel type capitaliste (chef d’entreprise monarque !)...

il y a une "logique constitutionnelle" à laquelle se confrontent les "logiques des luttes spécifiques", et il n’est donc pas nécessaire de "récupérer chaque combat" : il suffit de lui apporter la perspective d’une victoire dont seule est porteuse cette "logique compatible" : celle d’une remise en question fondamentale de la Constitution : le succés des jeunes contre le CPE est le plus pur exemple du fonctionnement efficace de cette "logique de rassemblement pour un droit fondamental constitutionnel " : tous les conflits sociaux nous ramènent à des questions "constitutionnelles" , et c’est bien là l’enjeu dont se préoccupent les grands stratèges du patronat européen !

Il fallait donc dire plus clairement à la tribune dont on disposait avec cette campagne des présidentielles : la première des revendications populaires pour laquelle nous appellons au rassemblement le plus large, c’est une VIè république avec une Constitution écrite par et pouir le peuple !

Il fallait dénoncer l’usurpation présidentielle, en tant que déni de république, bien plus que le seul "sarkosy" en tant que dangeureux postulant !


QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
27 juin 2007 - 07h12

Bravo pour ce (sacré) boulot !

Il faudrait pouvoir disposer d’une analyse équivalente pour comparer les "scores" de ceux qui se sont "liés" aux collectifs genre Braouzec, ... - ont-ils été mieux élus "avec" ou "sans", ont-ils été mieux élu que les copain qui s’affichaient PCF ????

SAd



QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
27 juin 2007 - 11h07 - Posté par

SI ON VEUT POSER LA QUESTION AINSI...

... la réponse est évidente par Alain BOCQUET : c’est non ! Mais je ne crois pas qu’il faille la poser ainsi.
Par contre la question des scores des candidats de l’AU/"Bové-sans Bové" aux législatives me parait mériter un peu plus d’attention et je regarderai ce que je peux tirer des données que j’ai.

NOSE


QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
27 juin 2007 - 11h19

UN ADDITIF TRÉS IMPORTANT :

L’HUMA d’hier 26/06 (qui ne nous donne toujours pas de compte-rendu du congrès de La Sinistra) publie un article très intéressant de Jean-Paul SCOT avec un tableau des sièges obtenus par tous les groupes durant toute la 5° République, assorti de ceux qu’ils auraient eu avec l’application de la proportionnelle intégrale.
Pour moi, c’est un aspect fondamental de la question.
On s’aperçoit que la "dotation" PS-PRG-divers gauches apparentés plus ou moins au PS comme la "dotation" UNR-RPR-UMP est surévaluée très largement au détriment du PCF (et des autres formations dites "d’extrême gauche") et aussi de l’extrême droite qu’on fait disparaître artificiellement par le tripatouillage du mode de scrutin pour ne pas avoir à mener un débat politique sur le fond.
C’est ainsi que "normalement", en toute démocratie les représentations devraient être pour 2007 : PCF 27 (au lieu de 18 ou 19), PS-etc 160 (au lieu de 206), UMP 263 (au lieu de 313), FN 27 (au mlieu de 0). Ce qui fait qu’avec moins de 50% des voix aux législatives, l’UMP n’aurait plus la majorité absolue...
Cela change toutes les discussions sur groupe PCF ou pas, comme sur la réalité de la force du PS qui serait ramené à 154 en 2002 et 160 en 2007 (d’où pas réelle progression et devoir de se pencher sur lui-même et ses rapports au pays), etc.

NOSE DE CHAMPAGNE



QUAND FERA-T-IL JOUR, CAMARADES ?
27 juin 2007 - 14h39 - Posté par

En tout cas, quoiqu’en dise les profs de droit constitutionnel, il faut une dose de proportionalité pour que tous les courants de la société soient représentés et de plus, cette proportionalité serait une garante de la démocratie faisant barrage à toute tentative d’instauration d’une dictature !

D’ailleurs à ce propos, personne ne bronche pour le moment, et ça m’étonne beaucoup, que Sarko veuille entrer de gré ou de force à l’Assemblée nationale ! Plongez-vous dans vos bouquins de droit constitutionnel et vous verrez que la loi interdit au président de la république d’y aller, histoire de séparation des pouvoirs ! On sait maintenant que Sarko s’en fiche de bousculer nos lois, mais tout de même il faut que quelqu’un le ramène à l’ordre. Ca suffit déjà qu’il ait évincé Fillon de la Lanterne, qui pourtant est la résidence des 1ers ministres depuis 1959 !

Qu’attendent les députés de la Gauche pour réagir !





Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La difficulté, ce n'est pas de rêver, mais d'accepter et de comprendre les rêves des autres. Zhang Xianliang
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite