Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sévices minimums, médias maximums
de : François GERALD
lundi 24 septembre 2007 - 23h34 - Signaler aux modérateurs

Répondant à un journaliste qui l’interrogeait sur la question du changement, le psychanalyste Serge Leclaire expliqua un jour combien ce concept lui semblait nourri d’ambiguïtés. « On voudrait que ça change, mais la plupart du temps, c’est surtout des réaménagements que l’on souhaite, que ça change un peu pour qu’on puisse continuer comme avant dans un ordre un peu modifié. »

Appliqué au concept de rupture, on pourrait s’interroger sur ce qui, dans le discours du président de la République récemment élu, ne relèverait pas, là aussi, du discours dénégatif. Certes les commentaires journalistiques se sont pour la plupart bornés à prendre à la lettre le discours sarkozyen, omettant au passage de rappeler que l’homme avait, sa vie durant, déployé une belle énergie à incarner tous les stigmates, voire les conformismes, de la bourgeoisie traditionnelle française, mais ce qui frappa le plus dans cette élection qui mobilisa comme rarement, fut l’émergence d’une rupture entre le discours médiatique et le réel.

Quelques semaines après, on en vient presque à se demander en simplifiant un peu si cette élection n’aurait pas vu s’affronter deux plans marketing (voire plus, Bayrou...), le sarkozyen triomphant du royaliste. D’aucuns y verraient l’énième signe de la décadence du pays et l’ultime preuve de la perte des « vraies valeurs », mais il faudrait pouvoir leur répondre que le marketing politique, qu’il soit pensé et organisé comme tel ou non, ne date pas d’hier et que le Politbüro de Leonid Brejnev télégraphiant à l’agence TASS l’invasion de l’Afghanistan relève, certes à minima, aussi de la politique spectacle.

Non ce qui frappe aujourd’hui, c’est que le Pouvoir semble s’être autonomisé du politique. Les émissions politiques télévisées ne se privent pas de nous décrypter les divers plans médias des uns et des autres souvent même avec une certaine intelligence, mais cette appétence pour les « offs de campagne » et autres coulisses du comment ça marche, si elles participent de cet engouement tout protestant pour la libération de la vérité et par là même à sa forclusion en droit, ne vise en fait qu’à renforcer cette autonomisation du Pouvoir.

On ausculte les prises de positions qui sont devenues des bastides comme sur un champ de bataille, on discute stratégie en faisant finalement abstraction du fait que les enjeux sont graves, incertains, complexes, et on emballe le tout dans des abstractions vaguement cosmétiques qui n’engagent personne. Comme si au fond, le réel avait cessé d’être une catégorie pertinente, car trop bornant pour notre imaginaire.

Dans un pays qui compte plus de deux millions de chômeurs, 1.25 million de Rmistes et plus de deux millions de travailleurs à temps partiel contraint, qu’un candidat prenne comme slogan « travailler plus pour gagner plus » aurait pu relever d’une fâcheuse provocation. Mais il n’en fut rien. Comme si au fond le débat se concentrant sur des enjeux de pouvoir exclusifs, les mots, les discours avaient perdu leur effet de vérité. Comme si devant le clivage politique ne pouvait subsister comme forme d’expression qu’un journalisme de droite et un journalisme de gauche ; opinions et faits ayant soudain acquis une capacité de transmutation selon les lieux de discours.

Rappeler par exemple que partout où l’économie dite libérale, c’est-à-dire d’inspiration néo-classique, a été mise en place depuis trente ans, le travail y a été systématiquement réduit au rang de variable unique et exclusive d’ajustement des crises du capitalisme aurait peut-être permis à nos conservateurs de se payer un moment de vérité quand aux fondements théoriques de leurs discours. Que ce modèle ait conduit l’essentiel des économies sud-américaines au bord de la banqueroute aurait sans doute été instructif pour des libéraux qui conspuent les 35 heures alors que certains de leurs éminents collègues d’outre-Atlantique nous expliquent sans rire que l’économie mondiale n’aura d’ici peu plus besoin que de 20% de la population mondiale pour tourner. Mais là encore, les débats sinon d’experts toujours bienvenus dans les médias quand il s’agit de mettre en scène la réserve d’un savoir disponible pour nos questions les plus ingénues, mais de non idiots n’avaient que peu de chances de se tenir face à des dispositifs de clochemerlisation de l’autre où le citoyen était censé mimer l’égalité de compétence avec les politiques.

Dans ce genre de simulacres l’enjeu est bien sûr de renverser la charge de la preuve ; ce n’est plus à l’ignorant de montrer qu’il peut se placer à l’endroit d’où l’on aperçoit un problème, c’est au savant de cacher les lieux d’où l’ignorant pourrait entre apercevoir qu’il n’a pas tout compris sous peine d’obérer sérieusement son image de proximité.

La réforme visant à instaurer un service minimum dans les services publics de transport s’inscrit donc dans un contexte où les discours ont perdu de leur effet de vérité car réduits par leurs opposants à des effets d’opposition. Que tous les régimes d’inspiration Reagano-thatchérienne aient partout dans le monde déployé des législation entravant très sérieusement le droit de grève, n’est donc plus un élément du débat, mais une opinion que l’on qualifiera volontiers de syndicale, voire syndicaliste et corporatiste, et tant qu’on y est d’archaïque. Pourtant, une récente étude de TNS-Sofres s’intéressant aux rapports que les Français entretiennent avec les syndicats comportait une toute petite question qui resta très peu commentée et qu’on imagine presque après coup avoir suscité quelques regrets chez ceux qui la posèrent.

S’adressant aux Français non-syndiqués, soit 92% de la population active, le sondage demandait les raisons de ce choix. Trente-cinq pour cent des sondés répondirent : « par peur des représailles patronales ». Cela en dit long sur la réalité du marché du travail en France et sur les ambitions réelles du Medef et de la droite dans cette affaire – pas besoin d’aller beaucoup plus loin : aucuns de leurs hiérarques ne commenteront ces chiffres. Mais le plus effarant dans cette affaire qui n’a il est vrai rien de comique fut sans conteste de voir les élus et autres ministres UMP argumenter sur le sujet. Car ce sont les mêmes qui depuis des décennies conspuent le service public qualifié tour à tour d’inefficace, dispendieux, anti-économique qui reviennent cette fois-ci à l’abreuvoir marxiste.

Les mêmes qui nous expliquaient –encore- hier et nous expliqueront –encore- demain que, non, le travail n’est pas un fait social, concept marxiste donc « archaïque », mais un bien qui s’échange comme les pommes, les poires et les scoubidous sur un marché doté d’une courbe d’offre et d’une courbe de demande, sur lesquelles l’état ne doit absolument pas intervenir –par exemple en créant un Smic, horreur absolue !- semblent soudain découvrir que le travail des salariés des entreprises publiques de transport a une utilité sociale ! On devrait pouvoir leur faire visiter une usine de fabrication des Pokemons qui, quoiqu’ils en pensent, a aussi une utilité sociale, et en poussant le bouchon jusqu’au bout : Nikos Alliagas et Benjamin Castaldi n’ont-ils pas eux aussi une utilité sociale ? Si on adopte un point de vue réellement marxiste ? Evidemment le fait que les entreprises publiques soient le fer de lance d’une certaine résistance syndicale au patronat tout- puissant n’est pas indifférent dans les revendications de la droite et du Medef, mais les mêmes qui plastronnaient hier sur la nécessité de privatiser à tour de bras clamant à qui voulait les entendre que ce n’était pas le problème du gouvernement, puisque le problème c’était le gouvernement, se voient aujourd’hui confronté à une autre réalité celle de la stalinisation du travail capitaliste.

A grands renforts de « culture d’entreprise » celle-ci a acté l’idéologisation du travail le long des nécessités du respect de la voie hiérarchique. L’économie capitaliste de production est devenu une usine à conformisme où quiconque est payé pour savoir ce qu’il en coûte de l’ouvrir. On pourra toujours dire que ce n’est qu’un retour de bâton après les excès inverses de 68, sauf que vient un temps où la chape de plomb que le patronat fait régner sur le travail n’est plus seulement un sujet de réconfort pour le Medef mais un frein à toute créativité à toute inventivité, bref à toute possibilité de croissance.

Et le quotient de tout cela est une vision bien singulière de l’économie fondée sur des entreprises privées s’autorisant d’une personnalité politique de plein droit face à laquelle le personnel politique réel c’est-à-dire démocratiquement élu est pour le moins désemparé. On imagine les mêmes élus nous expliquant que les grévistes de Michelin en empêchant les Français de s’approvisionner en pneus « prennent en otage ceux qui veulent vraiment travailler », et partant interdisant toute grève au nom de la réalité sociale de toute forme de travail. Il n’est pas sûr que la France soit prête pour un tel saut dans l’hypocrisie néo-libérale, mais il ne faut jurer de rien tant le décalage entre les discours publics et le réel semble grand aujourd’hui.

On a beaucoup glosé sur les vacances du président de la République à Malte dans les jours qui suivirent son élection. Certains n’hésitèrent pas à les affubler d’un qualificatif « beauf’ » qui en dit long sur la nécessité où ils sont de trouver des masses sur qui régner pour mieux s’exempter de leur propre ethnocentrisme. On pourrait ouvrir un débat sur la question de savoir ce qu’est un beauf –ou un Bobo pour les lecteurs du Figaro- mais tout ce qu’on y trouverait c’est la certitude que le bon goût est quelque chose qui ne se partage pas… et surtout pas avec ceux qui ne pensent pas comme vous.

On s’est moins arrêté sur le contexte des maltaises vacances du Président. En particulier sur la façon qu’eut le candidat d’alors de les présenter. Après son élection nous disait-il, il se retirerait quelques jours, loin des médias et de la pression de la campagne pour recharger ses batteries. Certains allèrent jusqu’à imaginer l’édile neuilléen retranché dans un improbable monastère, titillés qu’ils furent par la pose sarkozyenne conclue comme un pic culminant sur l’océan de la sincérité : « Ce sera mon ascèse. »
Darladirladada.

François GERALD

 http://www.francoisgerald.com



Imprimer cet article





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
4 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La révolution ne paraît jamais plus improbable que la veille du jour où elle éclate. Eric Hazan
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite