Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pas mortes les classes !!!
de : charly
lundi 11 février 2008 - 22h42 - Signaler aux modérateurs

11 février 2008 Le réveil des classes sociales, interview de Roland Pfefferkorn.

Le néolibéralisme a-t-il occulté la notion de classes sociales ? Ce n’est pas l’avis du sociologue Roland Pfefferkorn, auteur d’un essai sur les rapports sociaux, pour qui la conflictualité sociale connaît actuellement un regain. HUSSON Michel

Politis, n°988, jeudi 7 février 2008.

Qu’appelle-t-on le « paradoxe néolibéral » et comment s’explique-t-il ?

Roland Pfefferkorn : Au moment où la polarisation sociale se renforce à travers la montée des inégalités sociales, le discours de classe, tel qu’il se déclinait jusqu’à la fin des années 1970, s’efface. Il y a plusieurs raisons à cela. Le noyau central de la classe ouvrière industrielle s’est effondré. La bourgeoisie et ses institutions défendent en permanence les intérêts de cette classe et imposent sa vision du monde. Et ce, d’autant plus que les liens entre les intellectuels et la gauche se sont fortement distendus et que de nouveaux discours et pratiques managériales se sont progressivement imposés. Ajoutons à ces transformations une difficulté sémantique réelle : longtemps, une confusion a été entretenue entre la « classe ouvrière » et la catégorie ouvrière au sens des catégories socioprofessionnelles de l’Insee. Or, cette classe ne s’est jamais limitée aux seuls ouvriers. Elle comprend la très grande majorité des salariés. C’est pourquoi il vaut mieux parler de « classe des travailleurs » ou de « classe laborieuse », à l’instar d’autres langues comme l’anglais ou l’allemand (working class, Arbeiterklasse). Certains discours de substitution se sont provisoirement imposés dans les années 1980-1990 du fait de ces transformations et de ces difficultés combinées à des changements plus « mythiques ». Ce sont notamment les thèses de la « moyennisation », de l’individualisation du social, de l’invisibilisation des classes ou, plus particulièrement en France, de l’exclusion.

Quels sont les facteurs qui vous permettent de constater un « retour des classes » ?

Les expressions « classe sociale », « classe ouvrière », « classe salariale », « classe laborieuse », ou d’autres, réapparaissent dans nombre de titres de livres ou d’articles. Le renouveau des conflits sociaux a conduit une part croissante de sociologues à (re)prendre au sérieux les analyses en termes de classes et à abandonner la rengaine de l’individualisation du social. Ce regain d’intérêt peut s’observer, avec certes des rythmes propres à chacun des États concernés, dans différents pays européens, en France, en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne ou en Allemagne, mais aussi aux États-Unis ou au Japon. Le développement à l’échelle internationale du mouvement altermondialiste et des forums sociaux ou l’implication de millions de salariés dans des mobilisations collectives, souvent prolongées témoignent aussi de ce regain de la conflictualité sociale. En France, la multiplication et la généralisation, début 2006, de manifestations rassemblant des jeunes scolarisés et des salariés contre le démantèlement du droit du travail en sont une belle illustration.

Tout en développant une mystique du rassemblement, il est clair qu’avec les lois votées au cours de l’été 2007, Nicolas Sarkozy et ceux qui sont rassemblés autour de lui alimentent l’actuelle lutte des classes. Par exemple en organisant de nouveaux transferts de richesses des couches salariées vers les fractions les plus aisées de la société, et singulièrement vers les propriétaires les plus fortunés. De nouvelles mesures vont encore accentuer les inégalités sociales. Il faut rappeler qu’au cours du quart de siècle écoulé, la part des salaires dans la répartition des richesses a déjà reculé de 10 points en faveur des profits, en passant de 70 % à 60 % du revenu national.

Dans quelle mesure les rapports sociaux de classes et de sexes sont-ils « entremêlés » ?

Longtemps, le regard des militants et des chercheurs s’est polarisé sur les seuls rapports de classes. La prise en compte du « sexe social » comme variable structurante est très récente. Dans la littérature sociologique, elle n’intervient pas avant les années 1970. Les transformations de la place des femmes et l’émergence du genre en tant que catégorie d’analyse ont bouleversé ce regard. La recherche sur les rapports sociaux de sexe se développe aujourd’hui dans les sciences sociales. Par ailleurs, les rapports de génération et les rapports de « racisation » sont également l’objet de davantage d’investigations depuis deux ou trois décennies. C’est, à mon sens, l’ensemble des rapports sociaux qu’il s’agit d’appréhender dans les enquêtes et recherches. En effet, les rapports sociaux ne se rencontrent pas à l’état pur, ils ne sont pas simplement juxtaposés : les rapports de classes s’entremêlent avec les rapports de sexes, de racisation ou de génération. La structure sociale peut être appréhendée comme un entrecroisement dynamique de l’ensemble des rapports sociaux, chacun imprimant sa marque aux autres.

Quels sont les défis que doit aujourd’hui relever une sociologie des rapports sociaux ?

Les défis ne manquent pas. Les analyses classicistes antérieures étaient insuffisantes. Il faut notamment prendre en compte les apports de la sociologie féministe et les transformations de la structure sociale : les modifications des contours et caractéristiques des différentes classes et fractions de classes, les transformations induites par la montée de l’activité professionnelle des femmes et les effets de la transnationalisation croissante des économies. La question de la subjectivité et de la conscience de classe mérite de ce point de vue une attention particulière, car elle est décisive pour le développement des mobilisations. Comment penser la façon dont les hommes et les femmes sont façonnés par les rapports sociaux suivant leur place dans les rapports de production, leur génération ou leur « race », et, dans un même mouvement, la façon dont ils peuvent construire collectivement, par leurs interactions permanentes, des marges de liberté et d’action leur permettant de déplacer ces mêmes rapports ?

Propos recueillis par Michel Husson.

Les rapports sociaux revisités

Les classes sociales sont-elles solubles dans le néolibéralisme ? Tel est le fil directeur de la première partie de cet ouvrage important de Roland Pfefferkorn (Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Roland Pfefferkorn, éditions La Dispute, 412 p., 25 euros.), qui s’ouvre sur une histoire des représentations des rapports sociaux pour déboucher sur un paradoxe, celui du tournant néolibéral.En effet, comment expliquer que la montée des inégalités depuis le début des années 1980 s’accompagne d’une dilution, voire d’une occultation, de la notion de classe ? Pour y répondre, l’auteur discute les figures nouvelles de la sociologie, par exemple l’exclusion, le lien social (ou la « multitude »).

Cet examen critique des « discours de substitution » conduit à une hypothèse selon laquelle l’offensive néolibérale tous azimuts travaille à un « retour des classes ». Mais le projet du livre ne s’arrête pas là. Il cherche aussi à articuler rapports de classes et rapports de sexes conçus comme « entremêlés » dans leurs « antagonismes ». Après avoir présenté les apports conceptuels des sociologues féministes, cette seconde partie analyse les inégalités hommes-femmes, en soulignant à la fois les transformations et les obstacles persistants. « Pas de sexe sans classe, ni de classe asexuée », telle est la conclusion de cette belle invitation à penser dans un même mouvement la dynamique des classes et l’oppression spécifique des femmes.

Michel Husson

Source : Hussonet, site de Michel Husson, économiste, administrateur de l’ INSEE, chercheur à l’ IRES (Institut de recherches économiques et sociales), membre de la Fondation Copernic. Auteur entre autres, de "Les casseurs de l’ Etat social", La Découverte.



Imprimer cet article





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Cabine téléphonique ?
dimanche 21 - 08h54
de : Tassadit
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite