Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sabiha AHMINE : Pour la Mémoire de Charonne et du 17 octobre
de : Alain France
lundi 16 février 2009 - 15h27 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 2.9 ko

A une semaine du 8 février, il est important de ne pas oublier les victimes de Charonne, pour notre mémoire commune et pour la Paix en Europe et dans le monde. Note de Sabiha AHMINE :

L’histoire du Métro Charonne est une partie de notre histoire sociale commune. Elle évoque pour nous une page noire de notre mémoire, celle du sort tragique d’une des manifestations pacifiques pour la paix et contre la guerre.

Rappeler Charonne aujourd’hui, c’est dire combien le combat pacifique de nos anciens, sans divisions et sans repli, a été déterminant.

Même si la guerre d’Algérie fait partie de sujets difficiles, ce combat représente pour nous la poursuite du projet humaniste de la résistance, celui de transformation sociale pour l’égalité citoyenne, la liberté, la paix et pour la défense des valeurs de la république contre le mépris, contre la guerre et l’exploitation. 47 ans plus tard, en incitant à commémorer cette même mémoire commune, sans divisions, nous voulons inciter à mieux défendre nos acquis. Charonne comme octobre ont toujours besoin de reconnaissance pour être mieux renforcée et pour mieux défendre nos libertés.

8 personnes meurent écrasées autour de la Bastille et la République

C’était en février 1962, la fin de la guerre d’Algérie est imminente. Les opinions publiques nationales et internationales sont prêtent à accorder à l’Algérie son indépendance. Seule l’OAS y est opposée et le fait savoir violemment, avec des attentats cruels, entretenant un climat de peur, de violence, qui ont fait plusieurs victimes en France et en Algérie. Le 7 février 1962, un attentat vise André Malraux et blesse au visage une fillette de 4 ans. Le 8 février, à l’appel du PSU, du PC et plusieurs autres organisations syndicales, politiques, étudiantes, une manifestation pour la paix, contre la guerre en Algérie, et contre l’OAS, est organisée à Paris autour de la place de la Bastille et la République. Le préfet Maurice Papon donne l’ordre de réprimer cette manifestation, à l’instar de la répression du 17 octobre 1961 (où des centaines d’algériens sont tués à Paris et en banlieue). Les CRS chargent les manifestants qui s’engouffrent dans une bouche de métro fermée, station Charonne. 8 personnes meurent écrasées contre les grilles. On dénombre une centaine de blessés.

Liste des victimes de Charonne : qui étaient toutes à la CGT et, à une exception près, membres du Parti communiste

Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur
Fanny Dewerpe, 31 ans, secrétaire
Daniel Féry, 15 ans, apprenti
Anne Godeau, 24 ans, employée PTT
Édouard Lemarchand, 41 ans, menuisier
Suzanne Martorell, 36 ans, employée à l’Humanité
Hippolyte Pina, 58 ans, maçon
Raymond Wintgens, 44 ans, typographe
Maurice Pochard (décédé à l’hôpital), 48 ans
Plusieurs autres dizaines (voir des centaines) de blessés étant par ailleurs dénombrés.
Reconnaissance : les martyrs de Charonne et d’octobre doivent avoir leur place à Paris et dans nos villes

Les martyrs de Charonne et d’octobre doivent avoir leur place à Paris et dans nos villes.

En dépit des difficultés et des calcules mercantiles, cette reconnaissance est en train de suivre sa voie républicaine. En 2007, la place du 8 février 1962 a été inaugurée jeudi, au métro Charonne, à Paris. Après la place du 17 octobre 1961, la place Maurice Audin et la Place Abdelkader, Paris reconnaît une fois de plus « les crimes d’Etat que l’Etat se refuse à reconnaître ». A Lyon, c’est Sabiha AHMINE, ancienne adjointe au maire de Lyon, conseillère régionale de Rhône-Alpes et présidente du CHRD qui, avec la société civile lyonnaise, a mené depuis 2001 ce combat de reconnaissance, qui c’est couronnée par la création du square Abdelkader en septembre 2008.

Voici un extrait d’une des interventions de Mme Sabiha AHMINE :

« Le 17 octobre ou l’effacement de notre mémoire

Pour la quatrième année consécutive, la ville de Lyon commémore officiellement, avec la société civile et l’ensemble des démocrates de notre pays, les événements du 17 octobre 1961.

Il s’agit là d’un hommage citoyen et républicain, un engagement clair de notre part pour défendre la mémoire et la dignité de ces dizaines de milliers de travailleurs algériens et leurs familles qui manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu raciste qui leur était imposé. Leur seule faute était de défendre leur droit à l’égalité, à l’indépendance et le droit des peuples colonisés à disposer d’eux-mêmes. Tous les historiens reconnaissent que l’action des forces de l’ordre que dirigeait M. Papon fut d’une extrême violence. Pour la comprendre, il faut remonter beaucoup plus loin, en amont, et étudier les méthodes répressives, forgées en Algérie et dans d’autres contextes coloniaux, avant leur application en région parisienne. Aujourd’hui, c’est au nom des valeurs de la République que nous exigeons reconnaissance et justice pour les familles de ces disparus qui furent tués par des policiers relevant de l’autorité publique de l’État français. Alors que

le groupe communiste au Sénat vient de déposer, le 12 octobre 2006, un projet de loi pour que la France puisse « reconnaître ce massacre », il n’y a toujours pas de véritable prise de conscience républicaine de l’ampleur de ce drame colonialiste, de son impact sur la jeunesse. En effet, pourquoi cet inexplicable silence officiel qui occulte notre devoir de mémoire et discrédite, aux yeux de la jeunesse, notre conception de la République ? La réponse est simple : faire l’histoire du 17 octobre, c’est faire l’histoire de toute la répression coloniale, ce que la loi du 23 février 2005 a tenté d’interdire… Invité au Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation de Lyon, dont je suis la présidente, l’historien anglais Jim House, nous explique comment

la disparition rapide de la visibilité de cette répression, dès novembre 1961, de notre mémoire commune, fait partie d’une interrogation plus large qui touche aux stratégies mémorielles institutionnelles. Il s’agit d’un effacement programmé d’une mémoire interdite. M. House explique dans ses travaux comment des manifestants, témoins de l’événement, ont été obligés pendant longtemps « de garder le silence dans un contexte politique, social et culturel peu propice à la prise de parole publique, voire à la transmission familiale, avant que d’autres générations ne se réapproprient cet événement qui va "renaître" dans les années 1980 dans un tout autre contexte ». Aujourd’hui, comme nous l’explique l’Appel de l’égalité d’abord, qui vient d’être lancé à l’Assemblée nationale,

il est urgent de faire de la reconnaissance et du partage de l’ensemble des mémoires de toutes les populations vivant sur notre sol, une des prérogatives de notre combat contre les discriminations. Car ce sont les colonialistes et leurs alliés antirépublicains qui, avec tous les moyens, ont empêché hier l’émergence de cette vérité du 17 octobre et veulent aujourd’hui avec des mensonges et autres moyens nous interdire de manifester contre leurs crimes.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Sabiha AHMINE : Pour la Mémoire de Charonne et du 17 octobre
18 février 2009 - 22h30 - Posté par gilles

Merci Mme AHMINE pour votre analyse. Même si les antirépublicains disent qu’ils ne comprennent rien, ils ont en réalité peur d’être démasqués



Sabiha AHMINE : Pour la Mémoire de Charonne et du 17 octobre
19 février 2009 - 14h54 - Posté par nif

Cette article de sabiha ahmine est libérateur


Sabiha AHMINE : Pour la Mémoire de Charonne et du 17 octobre
26 juillet 2009 - 10h57 - Posté par Couca

Merci mme Ahmine pour votre action pour la mémoire lyonnaise





Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
2 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Thomas Jefferson
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite