Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le Tamiflu et les porcheries industrielles
de : F. William Engdahl
samedi 2 mai 2009 - 09h30 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Le Tamiflu et les porcheries industrielles

Par F. William Engdahl

Le 1 mai 2009

Si nous devons croire ce que rapportent nos médias internationaux dignes de confiance, le monde est sur le point de voir l’éclosion d’une pandémie mondiale causée par une nouvelle souche mortelle de la grippe, appelée « H1N1 » ou plus communément « grippe porcine ». On affirme que le foyer de cette grippe mortelle a été d’abord découvert au Mexique. Selon les reportages, on signalait après plusieurs jours que ce virus porcin s’était propagé chez les humains, leur était fatal, serait dorénavant transmissible de personne à personne et était possiblement responsable d’environ 150 décès dans ce pays. On rapportait des cas toutes les heures du Canada à l’Espagne et ailleurs. La seule chose qui cloche avec cette histoire est qu’elle est largement fondée sur le mensonge, la tromperie et le camouflage des causes probables de la mort de citoyens mexicains.

Un site web, portant le nom révélateur de « Swine FLu Vaccine », rapporte la nouvelle alarmante : « Un résident sur cinq de la ville la plus peuplée du Mexique portaient un masque afin de se protéger contre le virus, puisque Mexico semble être la source de l’éclosion. Jusqu’à présent, pas moins de 103 décès ont été attribués à la grippe porcine et l’on s’attend à ce qu’il y en ait beaucoup d’autres encore. Le ministère de la santé du pays affirme que 1 614 autres cas ont été documentés. » On nous dit que le virus H1N1 « comporte le bagage génétique des influenzas à la fois humaine, aviaire et porcine ». 1

Dans les aéroports à travers le monde on a installé des scanners thermiques afin d’identifier les passagers dont la température corporelle serait au dessus de la normale comme de possibles porteurs du virus. Les voyages en direction du Mexique ont chuté et les ventes de vaccins contre la grippe, principalement Tamiflu de Roche Inc., ont explosé en quelques jours. Craignant une mort certaine, les gens ont cessé d’acheter du porc. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré « une urgence de santé publique de portée internationale » qu’elle définit comme « l’apparition ou la menace imminente d’une maladie ou de problèmes de santé causés par le bioterrorisme, une épidémie, une pandémie, des agents infectieux mortels ou des toxines posant un sérieux risque pour un nombre significatif de personnes. » 2

Quels sont les symptômes de cette prétendue grippe porcine ? Tout cela n’est pas très clair selon les virologues et les experts en santé publique. Ils affirment que les symptômes sont relativement généraux et n’ont rien de spécifique. « De nombreux facteurs différents peuvent provoquer ces symptômes, c’est un dilemme », a affirmé un médecin interviewé par CNN. « Il n’existe pas de test parfait à l’heure actuelle permettant de confirmer à un médecin qu’un patient a la grippe porcine. On a remarqué que la plupart des personnes atteintes ont d’abord fait de la fièvre. Ils avaient également des étourdissements, des douleurs corporelles et des vomissements, en plus des autres symptômes habituels de la grippe, incluant les éternuements et les maux de tête. Ces signes sont si vagues qu’on peut dire qu’il n’y en a pas.

Le Center for for Disease Control (CDC) à Atlanta , organisme du gouvernement américain, indique sur son site web officiel que « l’influenza porcine (grippe porcine), est une maladie respiratoire de porcs, causée par des virus d’influenza de type A, provoquant régulièrement des épidémies chez les porcs. Normalement, les humains n’attrapent pas la grippe porcine mais les cas d’infections humaines sont possibles et se sont déjà produits. Les virus de la grippe porcine se transmettraient de personne à personne, mais par le passé, la propagation a été limitée et n’est pas allée au-delà de trois personnes. » 

Néanmoins, ajoute-t-on, « le CDC a conclu que ce virus d’influenza porcine de type A (H1N1) est contagieux et qu’il se transmet de personne à personne. Cependant, on ignore pour l’instant si le virus se propage facilement d’une personne à l’autre. » 3

Combien de médias s’étant saisis ces derniers jours de la une « cas présumé de grippe porcine » ont pris la peine de revérifier auprès des autorités sanitaires locales afin de leur poser des questions élémentaires ? Par exemple le nombre de cas confirmés de H1N1 et leur emplacement ? Le nombre de décès confirmés dus au H1N1 ? Et les dates de ces confirmations ? Le nombre de cas et de décès présumés liés à la grippe porcine ?

Quelques faits connus

Selon Biosurveillance, division de Veratect, un centre de rapport étatsunien sur les épidémies lié au Pentagone et au gouvernement, le 6 avril 2009 les autorités sanitaires locales ont déclaré une alerte médicale due à l’apparition d’une maladie respiratoire à La Gloria, dans la municipalité de Perote, située dans l’État de Veracruz au Mexique.

Le centre rapportait que « des sources avaient dépeint l’événement comme une “étrange” éclosion d’infection respiratoire aiguë menant à la bronchopneumonie dans certains cas pédiatriques. D’après un résident, les symptômes incluaient une fièvre, une toux sévère et une quantité importante de mucosité. Des représentants de la santé ont enregistré 400 cas ayant demandé un traitement médical la semaine dernière à La Gloria, qui compte 3000 habitants, et ont indiqué que 60 % de cette population (environ 1 800 cas) avait été affectée par cette infection. Aucun délai précis n’a été mentionné, mais des sources révèlent qu’un responsable local demandait de l’assistance médicale pour la ville depuis février ». Ils ont par après mentionné que ce n’était pas la forme de la maladie qui était « étrange », mais la période de l’année à laquelle elle survient, puisqu’au Mexique la plupart des grippes apparaissent entre les mois d’octobre et de février.

Le reportage notait par ailleurs que « des résidents ont prétendu que trois cas pédiatriques, ayant tous moins de deux ans, sont mort de l’épidémie. Toutefois, des responsables de la santé ont indiqué qu’il n’y avait aucun lien direct entre ces décès et l’épidémie, que ces trois cas fatals étaient « isolés » et n’étaient « pas reliés ».

Puis, fait encore plus révélateur et largement ignoré par les grands médias, l’article révélait que « des résidents croyaient que l’épidémie avait été provoquée par la contamination des fermes d’élevage porcin situées dans la région. Ils estimaient que les fermes, exploitées par Granjas Carroll, polluaient l’atmosphère et les étendues d’eau des environs, ce qui, par ricochet, avait déclanché l’épidémie. Selon eux, la compagnie niait être responsable de l’épidémie et attribuait les cas à la “grippe”. Un représentant municipal de la santé a cependant déclaré que des enquêtes préliminaires indiquaient que le vecteur de la maladie était une espèce de mouche se reproduisant dans les déchets de porc et que l’éclosion était reliée aux porcheries » 4

Depuis la naissance de l’« agro-industrie » étatsunienne, un projet lancé à l’aide du financement de la Fondation Rockefeller dans les années 1950 dans le but de faire de l’agriculture un commerce purement orienté vers la maximisation des profits, l’exploitation porcine a été transformée en industrie hautement efficiente de production de masse, de la naissance à l’abattage. Les porcs sont mis en cage dans ce que l’on appelle des fermes industrielles, des concentrations industrielles exploitées avec l’efficience des camps nazis de Dachau ou de Bergen-Belsen. Les porcs sont tous conçus par insémination artificielle, et on leur injecte des antibiotiques dès la naissance, non pas en raison des maladies abondantes dans les enclos surpeuplés, mais afin qu’ils grandissent et engraissent plus rapidement. Le délai requis avant l’abattage est un facteur de profit de la plus haute priorité et l’opération en entier est intégrée verticalement : de la conception à l’abattage en passant par le transport, jusqu’à la distribution aux supermarchés.

Granjas Carroll de Mexico (GCM) est justement une de ces fermes industrielles, une usine de concentration pour porcs. En 2008, ils ont produit presqu’un million de porcs industriels, 950 000 selon leurs propres statistiques. GCM¸ est une coentreprise détenue à 50 % par la plus grande compagnie productrice de porcs industriels, Smithfield Foods de Virginie. 5 L’élevage se fait dans une petite zone rurale du Mexique, pays membre de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Les bêtes sont ensuite transportées par camion de l’autre côté de la frontière et livrée principalement dans des supermarchés des États-Unis sous les étiquettes du groupe Smithfield. La majorité des consommateurs étatsuniens n’ont aucune idée de quel élevage provient leur viande.

Maintenant, l’histoire devient intéressante.

Étendues de fumier et autres terrains de jeu

Le Times de Londres a interviewé la mère d’Edgar Hernandez de La Gloria à Veracruz, où se trouve la gigantesque usine d’élevage porcin de Smithfield Foods. Leurs reporters locaux notent qu’« Edgar Hernández joue parmi les chiens et les chèvres errant dans les rues, vraisemblablement en ignorant que la grippe porcine qu’il a attrapée quelques semaines auparavant – le premier cas avéré – a mené son pays à s’immobiliser et mis le reste du monde en état d’alerte. « Je me sens très bien, admet le garçon de cinq ans, mais j’ai eu mal à la tête et à la gorge et j’ai fait de la fièvre pendant un bout de temps. Je devais rester au lit. »

Les journalistes ajoutent : « Lundi (27 avril 2009) on a confirmé qu’Edgar était la première victime de la grippe porcine, une révélation ayant mis La Gloria, ses usines porcines industrielles environnantes ainsi que ses « étendues de fumier » au centre d’une course mondiale visant à trouver comment cette nouvelle souche mortelle de grippe porcine a fait son apparition. » 6

Cela est très intéressant. Ils parlent de La Gloria, de ses fermes porcines industrielles et de ses « étendues de fumier ». Ces derniers, situés autour des usines porcines de Smithfield Foods, sont probablement l’endroit où l’on déverse les matières fécales et l’urine d’au moins 95 000 porcs de l’usine chaque année. La coentreprise de Smithfield au Mexique, Norson, affirme qu’elle abat à elle seule 2 300 porcs quotidiennement. C’est énorme. Cela donne une idée du volume de déchets porcins associés à l’usine de concentration de La Gloria.

Fait révélateur, selon les reporters du Times, « les résidents de La Gloria se plaignent depuis le mois mars que l’odeur des déchets porcins de Granjas Carroll entraînaient des infections respiratoires sévères. Ce mois-ci, ils ont manifesté munis de pancartes où figuraient des images de porcs marquées d’un X et le mot peligro (danger).7 On a par ailleurs réclamé l’exhumation des corps d’enfants morts de pneumonie afin de les examiner. L’État de Veracruz a demandé à Granjas Carroll, propriété de Smithfield, de publier des documents concernant leurs pratiques de manutention des déchets. Smithfield Foods aurait refusé de commenter cette requête en disant ne pas vouloir « réagir aux rumeurs ».8   Une compilation de recherches d’Ed Harris signalait ceci : « Selon les résidents, la compagnie a nié être responsable de l’épidémie et a attribué les cas à la « grippe ». Un représentant municipal de la santé a cependant déclaré que des enquêtes préliminaires indiquaient que le vecteur de la maladie était une espèce de mouche se reproduisant dans les déchets de porc et que l’éclosion était reliée aux fermes porcines. »9 Cela signifierait que toute l’alerte de la grippe porcine pourrait avoir été l’œuvre de spin doctors des relations publiques de la plus grande exploitation industrielle de porcheries au monde, Smithfield Foods.

Le journal de Veracruz La Marcha blâme Granjos Carroll pour l’épidémie, mettant en évidence le traitement inadéquat de quantités massives de déchets d’origine animale provenant de la production porcine.10

Naturellement, la compagnie est possiblement fort embarrassée par l’attention soudaine qu’on lui porte. Fournisseur des chaînes de restauration rapide McDonald et Subway, elle a été condamnée à une amende de 12,3 millions de dollars aux États-Unis en 1997 pour avoir violé le Loi sur la qualité de l’eau (Clean Water Act). Peut-être que la compagnie profite des règles relativement souples d’une petite zone rurale isolée du Mexique, où elle n’a pas à craindre d’être accusée de violer une quelconque Loi sur la qualité de l’eau.

La production industrielle de porcheries est une source traditionnelle de maladies et de toxines, mais suscite peu d’intérêt.

L’agriculture industrielle tient lieu de concentrations toxiques.

L’élément moteur de l’externalisation des usines de la gigantesque agro-industrie vers des sites du Tiers-monde comme Veracruz, est, à tout le moins, davantage lié à la réduction supplémentaire des coûts et à l’absence d’inspection sur la santé et la sécurité qu’à l’amélioration de l’aspect sanitaire et sécuritaire du produit alimentaire final. Les usines de production animale à grande échelle telles Granjos Carroll sont connues pour être des terreaux fertiles de pathogènes toxiques, un fait largement documenté et ayant fait l’objet de rapports du Congrès des États-Unis.

Une récente étude de la Pew Foundation étatsunienne en coopération avec la Johns Hopkins School of Public Health signale qu’« aux États-Unis, la méthode de production d’animaux destinés à l’alimentation est passée du système extensif de la petite et moyenne ferme détenue par une seule famille à un système de grande exploitation intensive, où les animaux sont enfermés en grand nombre dans des structures cloisonnées s’apparentant davantage à des bâtiments industriels qu’à des étables traditionnelles. Ce changement s’est opéré principalement à l’insu des consommateurs, mais elle a un coût pour l’environnement et un impact négatif sur la santé publique, les communautés rurales, ainsi que sur la santé et le bien-être des animaux eux-mêmes. »11

Cette étude note également ceci : « Les fermes familiales diversifiées et indépendantes d’il y a 40 ans, produisant une variété de cultures et élevant peu d’animaux, constituent une entité économique en voie de disparition et sont remplacées par des fermes industrielles bien plus grandes et souvent extrêmement profitables. Les usines de transformation de la viande sont propriétaires des animaux produits par bon nombre de ces fermes, et ce dès qu’ils naissent ou sortent de l’incubateur jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’usine de transformation et soient mis sur le marché. » 12

Le rapport insiste sur le fait qu’appliquer « des déchets d’animaux sur des terres cultivables contribue à un apport excessif en nutriments, contamine la surface des eaux, stimule la création de bactéries et la croissance d’algues aquatiques, et réduit ultérieurement les concentrations d’oxygène dissous de l’eau de surface.13

C’est là que la véritable enquête doit commencer, au niveau des dangers sanitaires des porcheries industrielles comme celle de Perote à Veracruz. L’alarmisme propagé par les médias dénombrant chaque personne dans le monde qui présente par hasard des « symptômes » correspondant vaguement à la grippe ou même à la grippe porcine et les déclarations faites jusqu’à présent par des autorités comme l’OMS ou le CDC sont loin d’engendrer une enquête scientifique rationnelle.

Tamiflu et Rummy (Rumsfeld)

En octobre 2005, le Pentagone a ordonné la vaccination de tout le personnel militaire étatsunien à travers le monde contre ce qu’il appelait la grippe aviaire ou H5N1. Des histoires alarmistes abondaient dans les médias de la planète. Puis, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a annoncé qu’il avait budgété au-delà d’un million de dollars pour stocker le vaccin Oseltamivir, vendu sous le nom de Tamiflu. Le président Bush a également demandé au Congrès d’acquérir des stocks de Tamiflu pour 2 milliards de dollars de plus.

M. Rumsfeld a toutefois omis de mentionner à l’époque un conflit d’intérêt colossal. Avant son arrivée à Washington en janvier 2001, M. Rumsfeld était président d’une compagnie pharmaceutique californienne, Gilead Sciences. Celle-ci détenait exclusivement les droits de brevet mondial de Tamiflu, un médicament qu’elle avait mis au point et dont les droits de commercialisation avaient été vendus au géant pharmaceutique suisse Roche. Donald Rumsfled aurait été le plus grand actionnaire de Gilead, laquelle obtenait 10 % de chaque dose de Tamiflu vendue par Roche. 14 Lorsque cette information a coulé, le Pentagone a déclaré de façon laconique que le secrétaire Rumsfeld avait décidé de ne pas vendre ses actions de Gilead, en prétendant qu’un tel geste aurait été un signe qu’il y avait quelque chose à cacher. Cette décision déchirante lui a valu des millions additionnels puisque le prix des actions de Gilead a grimpé de 700 % en quelques semaines.

Le Tamiflu n’est pas un bonbon à prendre à la légère. Il a de forts effets secondaires et contient des substances aux conséquences potentiellement fatales si elles touchent le système respiratoire. Certaines informations signalent par ailleurs qu’il entraîne des nausées des étourdissements et d’autres symptômes semblables à ceux de la grippe.

Depuis le début de la panique de la grippe porcine (non pas de la grippe porcine mais bien de la panique de la grippe porcine) les ventes de Tamiflu ont explosé, tout comme celles de tout médicament contre la grippe. Des firmes de Wall Street se sont empressées d’émettre des recommandations « d’achat » pour la compagnie. « Donnez-moi un vaccin doc, je me fous de quoi il s’agit…. je ne veux pas mourir. »

L’administration Bush a habilement utilisé la panique et la peur de mourir afin de promouvoir la fraude de la grippe aviaire. La psychose actuelle de la grippe porcine fait sinistrement écho à la grippe aviaire : on a déterminé qu’elle provenait des gigantesques fermes industrielles productrices de poulets en Thaïlande et ailleurs en Asie, et dont les produits étaient transportés à travers le monde par voie maritime. Au lieu de procéder à une enquête sérieuse sur les conditions sanitaires de ces entreprises, l’administration Bush et l’OMS ont blâmé les poulets de petites fermes familiales, un geste aux conséquences économiques dévastatrices pour les agriculteurs dont les poulets étaient élevés dans les conditions les plus saines et les plus naturelles. D’après certaines informations, Tyson Foods de l’Arkansas et CG Group de la Thaïlande s’en sont mis plein les poches.

À présent, on verra si l’administration Obama se servira de la frayeur entourant la grippe porcine pour reprendre le même scénario, cette fois-ci avec des cochons plutôt qu’avec des poules. Les autorités mexicaines ont déjà signalé que le nombre de décès confirmés de grippe porcine est de 7 et non de 150 et plus, un chiffre balancé par les médias, et que la plupart des autres cas présumés étaient de simples grippes ou l’influenza.

 (À suivre) 

Article original en anglais : Flying Pigs, Tamiflu and Factory Farms, publié le 29 avril 2009.

Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.

Notes

1 Health Advisory, accessed in http://www.swine-flu-vaccine.info/.

2 Ibid.

3 Centers for Disease Control, Swine Influenza and You, accessed in http://www.cdc.gov/swineflu/swinefl....

4 Biosurveillance, Swine Flu in Mexico- Timeline of Events, April 24, 2009, accessed in http://biosurveillance.typepad.com/....

5 Smithfield Foods website, accessed in http://www.smithfieldfoods.com/our_....

6] Ruth Maclean in La Gloria and Chris Ayres in Mexico City, I had a headache and fever’ says boy who survived, London Times, April 28, 2009.

7] Ibid.

8 Ibid.

9 Ed Harris, Bloggers Examine Environmental Role in Mexico Swine Flu Outbreak, April 27, 2009, accessed in  http://www.planetthoughts.org/?pg=p....

10 Ibid.

11 The Pew Commission on Industrial Farm Animal Production, Putting Meat on the Table : Industrial Farm

Animal Production in America, accessed in http://www.ncifap.org/_images/PCIFA....

12 Ibid.

13 Ibid.

14 F. William Engdahl, Is Avian Flu another Pentagon Hoax ?, GlobalResearch, October 30, 2005.

  F. William Engdahl est l’auteur de deux livres traduits en français : Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain, et le dernier, préfacé par José Bové, OGM : Semences de destruction – L’arme de la faim. Le présent article est adapté de son prochain livre dont la sortie est prévue pour l’été 2009 : « Power of Money : The Rise and Decline of American Century. » Il peut être contacté par l’intermédiaire de son site Internet : www.engdahl.oilgeopolitics.net.

http://mondialisation.ca/index.php?...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le Tamiflu et les porcheries industrielles
2 mai 2009 - 09h36

on en viendrait presque à oublier que la plus grosse porcherie se trouve à Wallstreet, il s’en émanne une odeur nauséabonde.



Le Tamiflu et les porcheries industrielles
2 mai 2009 - 12h00

Epidémie de grippe H1N1 : une multinationale de l’agrobusiness US dans la tourmente

Par Esteban Eviry (1er mai 2009)

L’épidémie de grippe « porcine » est peut-être due aux pratiques polluantes d’une multinationale, Smithfield, spécialisée dans la production de porcs. Depuis trois mois, les habitants du village de La Granja, au Mexique, qui vivent à proximité d’une des usines de la filiale mexicaine de Smithfield, sont massivement victimes d’infections respiratoires.

En septembre 2008, une épidémie de grippe aviaire avait déjà éclaté, sans que le gouvernement mexicain ni l’OMS ne s’en émeuvent. Smithfield a déjà été lourdement condamné aux Etats-Unis pour ses pratiques polluantes.

Le petit village de La Granja, dans l’Etat de Veracruz au Mexique, est en train de devenir mondialement célèbre. Bien malgré lui. Il serait à l’origine de l’épidémie de grippe H1N1 qui fait désormais la une de nos journaux. Que s’est-il passé exactement dans cette communauté de 3000 habitants, qui fait partie de la municipalité de Perote au Mexique ? Les cas d’infections respiratoires ont commencé dès le mois de février, selon les habitants, cités par le journal mexicain La Jordana dès le 4 avril dernier. « Depuis février dernier, l’agent municipal Bertha Crisostomo Lopez a sollicité l’appui des autorités sanitaires car des dizaines de familles souffraient subitement d’affections des voies respiratoires », explique le journaliste Andres Timoteo. Entre 30% et 60 % des personnes auraient été touchées selon les sources.

Scandales sanitaires

Pour les habitants, l’origine de cette brutale épidémie ne fait aucun doute. Ils luttent depuis plusieurs années contre l’installation de l’entreprise Granjas Carroll, la filiale mexicaine de la plus grande entreprise mondiale d’élevage et de conditionnement de porc, Smithfield Foods (11,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires). Les habitants de La Granja se plaignent des pratiques de cette entreprise qui déverse à l’air libre ou dans les cours d’eau les matières fécales et organiques des porcs et laissent les charognes des porcs pourrir à l’air libre. Des pratiques pour lesquelles l’entreprise états-unienne a déjà été condamnée à une amende record de 12,6 millions de dollars par l’agence de protection de l’environnement des Etats-Unis après avoir déversé près de cinq tonnes de matière fécale en Caroline du nord et en Virginie en 1997.

En août 2007, Smithfield a été obligé de détruire trois élevages de porcs (sur 33) en Roumanie, contaminés par la fièvre porcine « classique » (la multinationale compte également cinq usines de porcs en Pologne, et une de ses marques de jambon, Aoste, est diffusée en France).

À La Granja, les quelques habitants qui ont tenté de s’organiser et de demander le départ de l’entreprise, voire des sanctions contre ses pratiques, ont été poursuivies pour diffamation, menacées et même condamnées à de la prison pour l’une d’entre elles. Granjas Carroll a donc pu continuer à polluer tranquillement grâce à la vigilance des autorités de l’État de Veracruz.

En mars, des cas d’infections respiratoires ont commencé à provoquer la mort de trois enfants. Face aux accusations des habitants, l’entreprise s’est défendu en faisant dire à des membres de son personnel que ces symptômes étaient de simples grippes. Une communication mensongère révélée par le journaliste de La Jornada. Un mois plus tard, dans la tourmente du scandale qui commence à s’ébruiter, la stratégie de défense a, comme par miracle, bien changé…

Dans un communiqué du 26 avril, elle soutient que « qu’il n’y avait aucun signe clinique ni aucun symptôme de la présence de la grippe porcine dans les troupeaux de la compagnie, ni chez les employés de ses entreprises au Mexique ». Elle a bien évidemment reçu l’appui du gouverneur de l’État de Veracruz, qui soutient mordicus et sans aucune preuve scientifique que le virus est arrivé de Chine…

Une précédente épidémie ignorée par l’OMS

L’association Grain, dont le but est de promouvoir la gestion et l’utilisation durables de la biodiversité agricole en lien avec les populations locales, révèle, dans un article très documenté, qu’une épidémie de grippe aviaire a touché l’État de Veracruz en septembre 2008. Cette épidémie n’a été révélée que par des journaux locaux, et n’a même pas fait l’objet d’une alerte auprès de l’OMS. Est-elle à l’origine de la recombinaison du nouveau virus qui comporte, comme nous le répètent les médias en panique, deux souches porcines, deux souches aviaires et une souche humaine ?

Rien d’impossible : à 50 kilomètres de La Gloria, un élevage de volaille du plus grand producteur mexicain de volaille, Granjas Bachoco, a été touché par cette épidémie de grippe aviaire. Cette épidémie n’a pas été révélée par crainte des conséquences sur les exportations de volailles mexicaines, indique Grain, qui rappelle par ailleurs que « l’un des ingrédients courants de l’alimentation animale industrielle est ce que l’on appelle les déchets de volaille, c’est-à-dire un mélange de tout ce qu’on peut trouver sur le sol des élevages intensifs : matières fécales, plumes, litière, etc. »

De là à considérer, comme le pensent de nombreux experts, que le virus passant de la volaille au porc ait pu se recombiner avec des gènes humains, il n’y a qu’un pas que les habitants de La Granja ont, semble-t-il, été les premiers à expérimenter.

Le gouvernement mexicain mais aussi l’OMS, relève chaque jour leur niveau d’alerte pour cette épidémie qu’on ne sait plus comment appeler (grippe « porcine », grippe « mexicaine » et maintenant grippe « A »). Ils ont, semble-t-il, été bien lents à réagir.

Dès le 11 avril, une compagnie états-unienne (Veratect counsulting voir communiqué en anglais à télécharger ici), qui enquêtait sur les cas suspects de La Granja, avait alerté l’Organisation panaméricaine de la santé et le Center for Disease Control and Prevention des États-Unis. Leur rapport avait de quoi inquiéter n’importe quelle autorité.

Or, il aura fallu attendre fin avril pour que les autorités mexicaines et l’OMS finissent par réagir. Certes une réaction plus rapide n’aurait certainement pas empêcher la propagation rapide du virus, mais cette affaire montre que les système d’alerte des organisations onusiennes demeurent des outils bien faibles devant les intérêts des grandes multinationales. « Nous engageons notre responsabilité sociale, dans tout ce que nous faisons », tel est l’un des slogans de Smithfield...

http://www.bastamag.net/spip.php?ar...






À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite