Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La guerre en irak : bonne pour les affaires, mauvaise pour les populations
de : Daniel Patrick Welch
vendredi 6 août 2004 - 15h12 - Signaler aux modérateurs

Daniel Patrick Welch

C’est marrant.Tout ça, je l’avais déjá vu. Dans la mesure oú ce n’est pas comme si lá-dedans, il y avait quoique ce soit de vraiment nouveau, pour quiconque aurait préte attention ces quelques derniéres années. Mais j’ai quand méme pleuré.Peut-étre est-ce dú au fait d’étre déconnecté, et d assister enfin á ce que nous avons déjá vu, mais rejoué sans aucune soi-disant décense pour un bref et excellent moment, au-delá de la camisole auto-infligée d’une docile et dangereuse presse nord-américaine. Peut-étre est-ce juste la bouffée d’oxygéne donnée á toutes ces impulsions que nombre d’entre nous ont réfrénées, toutes ces montées de colére, tristesse et embarras, renaissant dans un soudain accés de conscience.

Mon propre cheminement de pensées vis-á-vis du film de Michael Moore, m’a fait pensé á ces éponges compactées que l’on fait tremper dans l’eau et quelques heures aprés, hop : le tout petit morceau de mousse s’est transformé en un poisson tout gonflé, une grenouille ou un palmier, dix fois sa taille d’origine. Ou peut-étre á comme quand on ouvre un fichier d’archives, libérant un million de dossiers sauvegardés en m’me temps.Mon cerveau a presque explosé de colére contenue en revisionnant le désastre du recompte des votes en Floride : choses que j’avais su bien plus en détails avant que Moore ne gratte la surface une fois de plus, ramenant tout cela via un raz de marée.

En fait, dés que nous sommes rentrés á la maison, ma femme et moi, nous avons commencé á chercher dans de vieux fichiers d ’e-mails classés, datant de cette période, bien trop décourageants pour y faire face plus réguliérement. C’est bien le pouvoir de" Fahrenheit 9/11" : susciter la rage, naturelle et inévitable contre la machine de guerre, les mensonges, et les cassettes vidéo montées de toutes piéces. Bien súr, beaucoup de gens vont étre exposés, á ce qui pour eux s’avérera, de "nouvelles" vérités, ou aspects de la crise actuelle auxquels ils n’avaient pas vraiment pensé. Et je suspecte qu’encore plus, seront portés á reconnaitre ce sentiment persistant que quelque chose ne tourne définitivement pas rond dans ce pays, sentiment qu’ils avaient entrtenu mais craint d’exprimer.

Ce que Moore fait, c’est laisser sortir le diable de sa boíte, pour parler ainsi. Quand nous avons quitté le cinéma, il y avait une foule de jeunes journalistes aspirant, attendant nos impressions sur le film. Un jeune-homme en face de nous était un peu évasif, répondant simplement que c’était "essentiellement des trucs qu’il connaissait en long et en large, mais que peut-étre les gens allaient commencer á se réveiller." Alors qu’il s’éloignait, quelqu’un dans la foule le reconnut de l ’Université : "Hé, c’est pas Machin ? Son pére est mort sous les drapeaux et il vient juste d’en finir avec un contrat de travail de quatre ans."

C’est ce niveau de pénétration qui est familier, encore que surprenant. Depuis, meme les Républicains fuient de tous les cótés le naufrage du bateau puant de l’administration Bush. Cela va de soi, les défaillances s’enfonceant au plus profond de la chair. Il est satisfaisant quand méme de voir le mécontentement d’une telle et vaste catégorie, par rapport á la façon dont vont les choses , allant des soldats en Irak jusqu’aux ouvriers au chómage du Michigan et d’ailleurs.

Bien súr, j ’etais conscient comme d’habitude, que j’allais finir par détester quelque chose de si over-médiatisé.Mais j’ai été agréablement surpris d’étre aussi ému par ce film. Certes, Moore a recours á ces bonnes vielles tactiques usées de mettre une cible en embuscade et de s’eclipser, en loser rejeté, qui n’est aprés tout, qu’á la recherche de la vérité.Tout de méme, il est hilarant de voir tous ces gens du congrés détaler devant lui comme des cafards au soleil, alors qu’il essaie de recruter les enfants de leur classe dirigeante, spécialement attérant avec la présence de soldats américains á ses cótés, qui préféreraient risquer la prison plutót que de retourner en Irak "pour tuer d’autres pauvres gens".

En réalité, un des points les plus didactiques du film, dans lequel Moore suit pathétiquement l’évolution d’une mére de militaire qui au début se proclame "démocrate consevatrice", est aussi le plus touchant, probablement parce que Moore écarte ses primes instincts d’acteur de guerilla pour laisser le drame se dérouler de lui-méme. Exploiter la dramatique mine d’or de cette mére lisant la derniére lettre reçue de son fils décédé est cetres digne du commerce et issu du stock de Moore, mais quelques yeux sont restés secs dans la salle (les miens n’en faisant pas partie).

Il se peut qu’il soit quelque peu dérangeant pour les spectateurs américains initiés de se retrouver plus concernés -voire plus émus- par la situation désespérée de cette mére, que par la scéne précédente de civils iraquiens morts. Moore fait retentir l’echo du deuil des parents dans chaque pays. La "pleureuse" mére iraquienne se plaint á Allah : "Qu’a t-il fait ? Pourquoi fallait-il qu’il meurre ?." Inquiétant, la mére de Michael Pederson réitére cette plainte, appelant l’aide de Jésus et lui demandant : " Pourquoi fallait-il qu’ils le prennent ? C’était un bon garçon !" Ce brillant paralléle fait la liaison dont Moore apparemment espére que les spectateurs "de l intérieur" puissent s’identifier en voyant cette mére éffondrée de douleur aprés la confrontation avec un pauvre type acervelé qui l’accuse de mettre en scéne la mort de son fils á une manifestation contre la guerre devant la Maison Blanche. Emplie de fureur et d’auto-critique, elle se lamente que " les gens pensent savoir , mais ils ne savent pas. Je pensais que je savais, mais je ne savais pas non plus." Et ses jambes semblent la trahir alors qu’elle pleure du chagrin d’une mére : " J’ai besoin de mon fils !", pendant que la caméra inquisitrice mais tendre de Moore continue á tourner, impuissante, distante, paralysée par ces méme prise de conscience.

Cela extirpe le public des Etats-Unis de cette paralysie et pourrait étre le principal but et résultat de ce film, aussi énorme que cela puisse sembler. Ca fait mal de voir la face rouge et bouffie de Jim Baker de "Florida 2000", la dérive de l ’"engraissage" des membres du pouvoir gráce au pétrole, la mort et les profits de guerre qui stimulent ces batards, le mépris total pour les enfants pauvres et de milieu ouvrier, qu’implacables, ils prennent au piége, pour cible, en les recrutant sans vergogne, tout ça avec en téte l ’idée répugnante d amasser et d amasser encore plus, ce á quoi Bush référe, nauséamment dans une de ces immondes blagues de podium, préparée á l’avance : "Certains appellent ça l’élite, moi, j’appelle ça ma base !".

Mais, encore plus important, alors méme que centré sur quel genre d’áne (jackass en anglais) est Bush, est que le film de Moore, réussit á creuser plus profond que sa flatterie maladive du héros de guerre Clark au printemps dernier ne l avait suggéré. En particulier, les démocrates en prennent pour leur grade, ce qu’ils méritent quant au fait que pas un des sénateurs ne soient venu au "Congressional Black Causus" ( Comité du Congrés) pour protester officiellement contre les élections de l’an 2000. Trés adroitement, Moore parvient á faire correspondre ce láche manquement moral avec un systéme immoral hautement plus criminel, dans lequel les recruteurs, l’eau á la bouche, pourchassent ( il n’y a pas d’autre mot, la scéne le mettant bien en évidence) des gosses basanés et pauvres afin qu’ìls se battent pour la guerre des riches. La maladresse du soi-disant parti d’opposition est mise á nu, malgré quelques interviews notoires de membres du Congrés, en tant que corporation conspiratrice de léche-culs , trop enclins á benéficier de l’argent de la campagne pour s’opposer réellement á la course á la guerre du président. La guerre, comme le reconnait , penaud,un profiteur potentiel, est "bonne pour les affaires, mauvaise pour les populations."

Furieuse et honteuse (reste á espérer), l’audience du film de Moore peut certes encore se révolter, si elle saisit l’opportunité, rejetant cette connerie de mantra incrustée dans les esprits comme quoi "On est coincés en Irak", de méme que les faux arguments qui ont rapporté un paquet de crimes de guerre, déguisés sous le nom de "Libération". La réaction d’un ami a été simple et succinte :" Ca me rend dingue.J’aurai peut-étre du étre plus agressif avec les gens de l’épicerie, ou d ’autres á mon ancien boulot. Tu sais, ceux que t’as juste envie d’étrangler".

Est- il trop tard pour reflouer cette marée grandissante d’ignorance et de fascistes sympathisants ? Dans l’intéret de l’ Humanité, il faut espérer que non.

© 2003 Daniel Patrick Welch. Reproduction et diffusion encouragées. Traduction française de Malika Rassikh Brenas.

http://www.mamoveon.com/danielpwelc...


Welch vit et écrit à Salem, Massachusetts, USA, avec sa femme, Julia Nambalirwa-Lugudde. Ensemble ils font fonctionner The Greenhouse School. Welch a aussi été l’invité sur une diffusion de radio. D’autres articles, autocollants pour des manifestations à venir et d’autres "matériaux" sont disponibles sur :

http://danielpwelch.com/



Imprimer cet article





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite