Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
de : Hassan Moali
mercredi 15 juillet 2009 - 01h44 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Hassan Moali

Charles Saint-Prot. Directeur de l’Observateur d’études géopolitiques de Paris

Chercheur à la faculté de droit Paris Descartes et spécialiste du monde arabe et de l’Islam, Charles Saint-Prot est également professeur à l’université ouverte de Catalogne, à Barcelone, dans le cadre du mastère international d’études islamiques et arabes dirigé par Mustapha Chérif. Il a codirigé, avec Zeïna el Tibi, l’ouvrage collectif Quelle union pour quelle Méditerranée ? publié par la collection « Etudes géopolitiques » de l’Observatoire d’études géopolitiques dont il est directeur. Dans cet entretien, il dresse un premier bilan de l’Union pour la Méditerranée, identifie ses dysfonctionnements et souligne la voie à suivre pour optimiser ce processus.

 Une année après son lancement, quel sentiment vous inspire cette Union pour la Méditerranée ? Certains pensent que cela a été juste un dessein personnel du président Sarkozy pour se donner une aura régionale, voire internationale via cette UPM qui fait un peu doublon avec l’Union européenne...

 Tout d’abord, il faut avoir la lucidité de reconnaître que le président Nicolas Sarkozy a eu le mérite de lancer ce projet qui a permis de replacer la Méditerranée au centre des enjeux géopolitiques. En effet, après la chute du mur de Berlin, les pays européens avaient concentré tout leur intérêt sur l’Europe centrale et ils avaient oublié le sud de la Méditerranée, qui est pourtant leur partenaire naturel. Sous l’influence d’une Allemagne marquée par son esprit boutiquier et son désintérêt pour tout ce qui n’est pas son environnement immédiat, le processus de Barcelone ne présentait aucune perspective d’envergure pour le sud de la Méditerranée. Toute différente est l’Union pour la Méditerranée. C’est une grande idée, c’est un projet nécessaire et sa construction est un défi que nous devons relever. Il est clair que le président Sarkozy, qui est un homme qui sait voir loin, a voulu rétablir les équilibres nécessaires entre le nord et le sud de la Méditerranée et engager les pays européens dans une nouvelle forme de coopération avec les pays de la rive sud. Il fallait donc imaginer autre chose de plus égalitaire : un partenariat Nord-Sud. C’est pourquoi nous sommes, heureusement, sortis du processus de Barcelone pour faire autre chose à la fois de plus équilibré et de plus ambitieux.

 Pourtant, il a suffi de l’agression d’Israël sur Ghaza pour que ce processus s’arrête net. Pensez-vous que l’UPM puisse réussir tant que le conflit israélo-palestinien n’est pas réglé ?

 Partisan du projet d’Union pour la Méditerranée, je suis aussi de ceux qui ont dit, dès le début, qu’il ne fait pas confondre volontarisme et irréalisme. La réalité politique ne peut pas être laissée de côté. Cette réalité est dominée par une série de conflits. La crise majeure est naturellement la question de la Palestine.Bien sûr, on aurait pu rêver que l’UPM pourrait servir de cadre pour favoriser la paix au Proche-Orient, c’est-à-dire le retrait israélien de tous les territoires occupés en 1967 et l’instauration d’un Etat palestinien pleinement souverain, mais cela impliquait un véritable désir de paix de la part des dirigeants israéliens. Hélas, tel n’est pas le cas et la scandaleuse attaque israélienne contre Ghaza, fin décembre 2008, a été un véritable coup de poignard dans le dos de l’UPM. Un camouflet ! Pourtant, cela ne signifie pas que l’UPM s’est arrêtée. Il est d’ailleurs notable que ce sont les deux coprésidents de l’union, la France et l’Egypte, qui ont déployé le plus d’efforts pour arrêter le massacre de Ghaza. Pour le reste, si l’UPM ne peut servir de cadre de paix et contribuer à faire avancer le règlement juste et définitif du conflit israélo-arabe, il faudra en tirer les conséquences et, pour éviter toute paralysie, il vaudrait mieux faire avancer les choses selon une géométrie variable, par exemple en travaillant au sein de l’UPM à relancer le dialogue euro-arabe. Cela aurait le mérite d’éviter des ambiguïtés et de permettre une coopération plus équilibrée entre deux grands ensembles : les 27 pays de l’UE et les 22 de la Ligue arabe. En tout cas, la persistance du conflit israélo-arabe ne peut être un prétexte pour ne rien faire et ne pas prendre les décisions innovatrices concernant l’avenir de notre espace euro-méditerranéen.

 Sur le plan structurel, cette Union peine également à installer ses organes exécutifs. N’est-ce pas là une preuve qu’elle a pris un faux départ ?

 Je ne pense pas que l’Union ait pris un faux départ mais elle a été rattrapée par la crise du Proche-Orient, avec l’attaque israélienne contre Ghaza. En outre, elle a été reléguée au second plan par la crise financière internationale qui a conduit les pays à rechercher d’urgence des stratégies de sortie de crise. Enfin, en ce qui concerne plus précisément l’installation des organes exécutifs, il faut bien voir que les rivalités interétatiques et les susceptibilités des uns et des autres ont contribué à freiner le processus. A cet égard, il est indispensable de mettre un terme aux querelles stériles entre certains pays du Sud. Mais le processus a tout de même avancé ; un siège a été trouvé à l’UPM : c’est Barcelone. Une coprésidence franco-égyptienne s’est établie. Le reste va suivre, notamment l’installation du secrétariat. Il faut bien voir que nous sommes en présence d’une construction ambitieuse et fondamentale, cela ne se fera ni facilement ni rapidement, mais ce qui importe est la volonté qui sous-tend le projet. Celui-ci n’est pas en panne, malgré ses imperfections dues à la frilosité de nombreux partenaires européens, non méditerranéens, de la France et, il faut bien le souligner, le manque d’engagement résolu de certains pays du Sud.

 Avec cette coprésidence franco-égyptienne, on a l’impression que l’exemple du couple franco-allemand au sein de l’Union européenne a fait tache d’huile...

 Toute construction politique a besoin de locomotive. Elle doit s’identifier par l’intermédiaire de responsables ou de porte-parole. Surtout, la coprésidence franco-égyptienne traduit bien la volonté de la France de faire en sorte que l’UPM soit un véritable partenariat fondé sur une base égalitaire entre la rive nord et la rive sud. La coprésidence, c’est l’expression d’un projet partagé et solidaire, dans l’égalité des droits et dans le respect mutuel. C’est d’ailleurs tout ce qui manquait à l’ancien processus de Barcelone. Pour ma part, je suis persuadé que le couple franco-égyptien fonctionne d’une façon beaucoup plus sereine, plus confiante et plus franche que le couple franco-allemand. Mais ce couple n’est aucunement exclusif, il est souhaitable que d’autres grands pays s’impliquent, en particulier ceux du Maghreb.

 Le sommet de Paris avait opté pour des partenariats bilatéraux à géométrie variable entre les pays membres pour éviter de forcer des digues politiques. Qu’est-ce que cela change, concrètement, avec le processus de Barcelone ?

 Il faut répéter qu’il y a une différence fondamentale avec le processus de Barcelone. Il y a un changement total. Piloté par l’administration eurocratique de Bruxelles, le processus de Barcelone a été également marqué par tous les défauts de l’Union européenne : bureaucratique, gagne-petit et sans souffle. A vrai dire, dès le départ, le processus de Barcelone était fondé sur de mauvaises bases. Déjà déséquilibré en 1995, alors que l’Union européenne ne comptait que 15 Etats membres, il l’est devenu encore plus quand l’Union européenne a réuni 27 membres pour une petite dizaine de pays du Sud. Le principal vice du processus de Barcelone venait du fait qu’il était déséquilibré et inégalitaire. Les programmes étaient le plus souvent soumis à des conditions politiques ou sociales et à des pressions de toutes sortes de la part des partenaires européens. Enfin, les concessions se sont faites à sens unique, au détriment des pays du Sud : ouverture de leurs marchés aux produits européens mais restriction à l’entrée des produits du Sud dans le marché des pays européens. L’UPM s’inscrit dans un tout autre cadre : plus pratique, plus égalitaire, plus tourné vers des réalisations communes et concrètes, avec une meilleure implication des sociétés civiles, des acteurs économiques, intellectuels, artistiques.

 Beaucoup d’observateurs de la rive sud estiment que l’UPM sert un peu d’instrument politique pour endiguer les flux migratoires vers l’Europe, dans une espèce de coopération à sens unique. Quel est votre commentaire ?

 Ce serait un mauvais procès de réduire l’ambition du projet à cet aspect des choses. Le problème des flux migratoires est un problème auquel nous sommes tous confrontés, aussi bien en Europe que sur la rive sud de la Méditerranée. On assiste maintenant à un flux migratoire vers des pays comme l’Algérie, la Tunisie ou le Maroc. Il est clair que l’intérêt commun des pays du sud de la Méditerranée – je pense surtout aux pays du Maghreb – et de ceux du Nord est d’endiguer ce mouvement. On sait bien que ces flux sont organisés par des mafias, des gens sans scrupules, des « négriers » des temps modernes. Ces flux ne règlent aucun problème et ne font pas reculer la misère. Les solutions à la misère sont ailleurs : elles sont précisément dans des projets communs d’aide au développement, dans des formes renouvelées et originales de coopération Nord-Sud. Les solutions passent aussi par la cessation des crises politiques. Souvent, les candidats à l’exode sont les ressortissants de pays frappés par les crises politiques et les guerres : l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie...

 Quel regard peut-on porter sur l’UPM, un an après la grand-messe de Paris ?

 D’abord que la France a été fidèle à une certaine idée d’elle-même en réunissant à Paris tous les riverains de la Méditerranée pour leur proposer de voir loin et de voir grand ensemble. Le meilleur moyen de n’arriver à rien aurait été de rester à ne rien faire et de laisser les autres bâtir l’histoire de demain. Nations européennes et monde arabo-musulman, nous sommes devant un grand défi commun pour construire une intégration régionale qui permettra de fonder un axe euro-arabe, un ordre régional original et une dynamique de partenariat exemplaire. Nous devons être persuadés que nous avons encore un rôle à jouer. Et ce rôle, nous le jouerons d’autant mieux que nous saurons imaginer ensemble une politique de civilisation reposant sur la construction d’un dialogue fécond, faisant de la Méditerranée un nouveau creuset de civilisation. L’UPM est un projet qui s’inscrit dans la perspective d’une politique de civilisation visant à renouer un dialogue constructif entre les grands pôles de nos civilisations voisines et cousines qui sont à la source des hautes valeurs spirituelles, intellectuelles et morales partagées par le christianisme et l’Islam. Cette union est donc une formidable occasion de nous rapprocher pour répondre ensemble aux défis du monde moderne.

http://www.elwatan.com/L-attaque-co...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
15 juillet 2009 - 03h04

Il est sympathique ce "charles saint prot" quand il rappel la grandeur de la france et nous sert son discours a la sauce "rencontre des civilisations". Mais j’ai bien peur pour lui que l’UPM soit destiné à sombrer corps et ames a l’image du "processus de barcelone" qui l’a précédé.

1 l’UPM n’est un "grand projet" que du coté nord de la méditerrannée. Et on peut remarquer le peu de zele manifesté par les dirigeants des pays arabes ainsi que par l’absence de connaissance de ce projet dans leur pays respectifs.

2 l’UPM n’a pas que des amis en europe. Notamment l’allemagne et les pays du nord qui craignent que cela chamboule l’equilibre des puissants européens au profit de la france

3 que tout cela a des relants de projet neocoloniale. et se deroule sur les plates bandes d’organisations deja existantes comme l’union du maghreb arabe.

4 et que s’il restait encore une chance que tout cela fonctionne, sarkozy l’a lui même dynamité en se rangeant sagement derriere l’OTAN et les USA. Imaginons que la france soit resté independante militairement et qu’elle developpe ce projet. La cela aurait eu une toute autre gueule. Et cela aurait meme pu siginifier un gros probleme pour l’union europeenne (tant mieux)

= on a quand meme les gouvernants et les projet que l’on merite...



Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
9 août 2009 - 08h52 - Posté par AFI

Tout a fait d’accord avec ce commentaire. De toute manère, le projet UPM est mort né et ne pourra jamais aboutir compte tenu de l’attitude actuelle d’Israël.
Le Liban et Gaza où Israël a commis des crimes contre l’humanité ne pourra pas être oublié. Maintenir un camp de concentration à ciel ouvert (le plus grand du monde, continuer a spolier les Palestiniens de leurs terres, à pratiquer une discrimination de facto, ne pourront que contribuer à enterrer le projet UPM et à aviver la tension au Moyen et proche Orient.
Il faut être réaliste du côté Européen !!!!et arrêter de se gargariser avec ce projet UPM.
Tant qu’Israël continuera a bafouer les résolutions Onusiennes prises à son encontre, tant que ce Pays passera outre aux injonctions internationales, il n’y aura pas d’UPM.


Charles Saint-Prot : « L’attaque contre Ghaza a été un coup de poignard dans le dos de l’UPM »
16 juillet 2009 - 00h53 - Posté par Doumé09

Pardon ! Quels efforts ont déployé la France et l’Egypte pour stopper l’agression, le massacre, les humiliations, le blocus perpétrés pas les dirigeants d’Israël sur le peuple palestinien, de Ghaza et de Cisjordanie ? Envoyer des frégates pour stopper un éventuel traffic d’armes qui alimenterait les résistances palestiniennes ?
Poudre aux yeux, miroir aux alouettes, foutaise, foutage de gueule ....






Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un peuple qui n'aide pas son théâtre est moribond, s'il n'est déjà mort.Federico Garcia Llorca
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite