Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Léon est mort
de : via pilhaouer
mercredi 29 juillet 2009 - 22h39 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 87.4 ko

Notre maréchaussée au service du grand marché

de Lisa SION

En arrivant dans ce petit hameau en impasse qui donnait l’impression de paix un peu lugubre, après les premiers pas dans ce silence pesant vers cette sombre entrée, je découvris notre hôte. Il était seul derrière sa porte ouverte, comme prêt à la refermer, assis mais redressé dans son fauteuil usé, le bras gauche installé au repos et tranquille sur l’accoudoir noirci, mais le droit agrippé sur son fusil caché, juste derrière la porte.

Après avoir scandé sur un ton appuyé son nom à la volée, mon accompagnateur s’arrête comme pour vérifier qu’il l’a bien entendu et observe sa réaction en attendant le geste de sa reconnaissance. Le vieux Léon, dégage sa main droite à notre vue et d’un signe nous invite à approcher. Il est le dernier d’une longue lignée de paysans autarciques qui ont tout produit du fruit de leur riche terre. Sa dernière activité consistait à réchauffer une fois par semaine son four à pain classique. Celui-ci, construit plein vent dominant contre le pignon lui chauffait toute la maison. Il avait d’ailleurs installé son lit au dos exact dans la pièce principale, et le vent qui frappait le four en premier, dissipait sa chaleur dans les murs attenants et enroulait toute la bâtisse dans un cocon douillet.

Il était d’ailleurs encore chaud la semaine suivante et ne nécessitait qu’un maigre feu type cheminée, pour atteindre sa température idéale. Il y confectionnait des miches si tendres et si compactes, si lourdes pour les mains mais pas pour l’estomac, qu’elle se conservaient ainsi prêtes à être savourées durant sept longues journées. Se donnaient rendez vous une trentaine d’amateurs qui du bout du canton, arrivaient le dimanche, les habitués de leur tournées hebdomadaires dans leur famille, et passaient d’un détour par chez lui, au bout de son impasse.

Il ratissait de longues journées les céréales naturelles mûres qui poussaient dans ses champs, les laissait sécher au soleil des meilleures journées, après les avoir savamment étalées, et les battait dans le vent pour les séparer de leurs gangues légères. Il pilait cette farine dans son moulin à vent, une simple éolienne au toit d’un atelier, qui entrainait un axe fixé à une poulie dont une seule large courroie de cuir renvoyait l’énergie à différents outils. Il fabriquait la plus pure matière qu’il mélangeait à l’eau se sa source et un peu d’huile de noix chaude et ventilée, avant de la pétrir jusqu’à maturité. Son pain était si bon, si lourd et parfumé, si riche en qualité, qu’une seule miche dans ta musette, tu peux partir à l’aveuglette jusqu’à l’autre bout du pays sans manquer d’énergie, et chercher à partager l’amour avec cette miche dorée. Le seul fait de l’ouvrir, d’y planter son couteau, et d’en couper la première tranche, s’en extrait un fumet qui ressemble à rien d’autre, mais qui donne à lui seul une envie indomptée d’y planter droit son nez. En un mot, une invitation.

La plupart de ses client habitués échangeaient leurs services contre une part semblable de leurs activités réciproques, ce qui faisait d’eux, non pas des clients mais des participants. Ils apportaient une fois l’an une barrique de vin, collection de clous ou tirefonds, confitures et conserves, planches sciées ou savons artisanaux. Ainsi, les quelques clients qui le rétribuaient en monnaie, lui assuraient de payer ses factures d’électricité, d’assurances et l’essence de sa quatre ailes qui d’origine depuis trente ans affichait vingt huit mille kilomètres.

Il y eut un moment où tout était encore possible. L’homme, seul et fatigué, qui rencontrait tous les jours quelques jeunes pêcheurs habitués à passer par chez lui pour rejoindre la rivière toute proche, n’aurait eu qu’à accepter de donner son feu vert au plus dévoué d’entre eux, en courageux confrère. Notre homme aurait bien pu ainsi continuer jusqu’à la fin de sa belle vie, parce qu’un de ces jeunes rompu ou passionné, aurait entrepris de le seconder voire ensuite de s’installer, dans ce hameau abandonné qui abritait autrefois cinq familles, et lui appartenait dans sa totalité. Mais peut-être que la veille même de ce jour, une disparition fortuite d’un vélo ou d’une pendule, derrière un volet fracturé, l’a contraint à se refermer sur sa terre recroquevillée. Et cela d’autant plus qu’il dut faire appel à l’autorité pour se plaindre de ce forfait, prendre sa voiture et quitter son quartier pour porter sa plainte sur le cahier de main courante, et demander la protection de l’organe majeur de défense et de surveillance central du pays.

Mais c’est ce geste qui l’a achevé et l’a perdu à jamais. La maréchaussée, auprès de laquelle il venait demander protection, en profita pour enquêter sur son activité qu’il décrivit fièrement, bien mal lui en prit.

Ils lui interdirent d’effectuer sa dernière activité traduite comme un marché parallèle non déclaré, et s’est vu obligé de déclarer devant l’impôt, ce revenu illégal après l’avoir organisé dans la transparence la plus aux normes, dans les règles du grand marché. C’est à dire, n’acheter que de la farine agrémentée, ne la mélanger qu’avec des produits assermentés à de l’eau du réseau commun qu’il dédaignait pour son puits, et tenir une comptabilité sous la surveillance d’un fonctionnaire d’État. L’obliger ainsi à œuvrer pour une Société dont il n’avait qu’une mince conscience, et naturellement qu’une partielle confiance, n’ayant même pas la télé.

C’était lui demander, à son age avancé de se plier au règlement, d’entrer de plein gré, comme un maillon articulé, dans la grande chaine sociale légale, de devenir marchand, et il a dû s’exécuter...

Léon a cessé d’opérer, se coupant là de son filon, de son réseau sans prétentions, des ses amis de passage, de sa raison de se lever tous les matins pour s’activer, pour son bien-être quotidien, et la reconnaissance des voisins. Au bout de son impasse, où plus personne ne passe, que les vautours de brocanteurs, de rôdeurs, de chasseurs, et autres formes de menteurs, de voleurs patentés et de touristes immobiliers, cinq ans durant il a tenu, discutant avec son moral avant d’oser s’engager dans un dernier dialogue oral, un tête à tête frontal, un bouche à bouche fatal, avec son seul ami. Notre homme est mort, seul, tué par son plus fidèle ami...son fusil.

Léon s’est exécuté...

Les rouages du mécanisme de l’économie de marché, vers lesquels nous sommes tous tentés de nous tourner, contraints par l’autorité, tue par milliers, l’espoir perdu de retraités restés en leur terres et racines, et de par le monde entier.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Léon est mort
29 juillet 2009 - 23h19 - Posté par Bourguignon

Très belle nécrologie !



Léon est mort
30 juillet 2009 - 08h11 - Posté par airelle

Magnifique histoire d’un homme et d’un temps "perdu" à jamais, malheureusement !!!



Léon est mort
30 juillet 2009 - 11h28 - Posté par momo11

Beau et vrai.momo11



Léon est mort
30 juillet 2009 - 12h43 - Posté par marie.lina

Adieu , monsieur Léon, vous faisiez parti des personnages que l’on pouvait rencontrer ou rêver en lisant un livre culte ;"Chemin faisant" où le monde rurale s’ évanoui doucement marie.lina



Léon est mort
30 juillet 2009 - 14h53

On crèvera tous de cette mondialisation de merde parsqu’on est tous des monsieur Léon

Varenne



Léon est mort
30 juillet 2009 - 21h16 - Posté par

On n’en crèvera pas si on ne reste pas seuls face aux rapaces.

Léon est l’acteur, (Au sens noble du terme), de sa propre mort.

Mais ceux qui l’ont abandonné parce qu’il ne fabriquait plus de pain, au lieu de le soutenir et de se rebeller, le sont encore plus. Au moins autant que les vautours et les gendarmes.

G.L.


Léon est mort
31 juillet 2009 - 11h37 - Posté par

trés beau texte : la terre , elle , ne ment pas .





Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
6 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : Entretien avec Taha Bouhafs
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt à penser". Hubert Reeves
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite