Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mambo : un chien écorché à vif.
de : N.E. Tatem avec ARGOTHEME
vendredi 21 août 2009 - 13h14 - Signaler aux modérateurs
25 commentaires
JPEG - 15.6 ko

Les habitants du village d’Espira-de-L’Agly prés de Perpignan (Pyrénées-Orientales), révoltés du cruel fait dont a été victime un chien, ont manifesté sur appel de la SPA une semaine après les faits. Le 10 août vers minuit, des jeunes, désœuvrés par l’ennui de l’estivale saison où se vident les agglomérations, se sont attaqués à Mambo. Un chien baptisé ainsi après qu’il ait été recueilli par la SPA, suite aux brûlures de second et troisième degré qui couvrent bien plus de 50% de son corps.

La presse avait longtemps rechigné de traiter des infos peu significatives. Celles n’arrogeant pas de l’importance à son contenu, voire des ventes, au point d’avoir eu comme adage désignant l’actualité jugée minime : Chien écrasé ! Ce mépris, des autres êtres habitants notre planète, dénote que la prédation humaine sur la surface de la Terre est des plus insensible envers l’environnement et surtout l’espèce animale. Elle règne en toute suprématie désormais mais continue aussi de sévir.

Les habitants du village d’Espira-de-L’Agly prés de Perpignan (Pyrénées-Orientales), révoltés du cruel fait dont a été victime un chien, ont manifesté sur appel de la SPA une semaine après les faits.

Fichier hébergé par Archive-Host.comLe Midi-Libre et le Parisien ont rapporté le morbide acte, RTL en a consacré une page de sa diffusion matinale du vendredi 21 août, La Nouvelle République a cité nombreux actes similaires dans son article à ce sujet et La Dépêche en a rapporté de son côté cette barbarie. Et un blogueur a aussi relaté le délit macabre. L’écœurement des journalistes qui ont porté à bras-le-corps cette information, a unanimement alerté de la perte des valeurs, de l’inculture et de la haine qui occupent certains esprits égarés. Et qui a son ampleur dans la société.

Le 10 août vers minuit, des jeunes, désœuvrés par l’ennui de l’estivale saison où se vident les agglomérations, se sont attaqués à Mambo. Un chien baptisé ainsi après qu’il ait été recueilli par la SPA, suite aux brûlures de second et troisième degré qui couvrent bien plus de 50% de son corps. Pour ses soins, il est soumis à anesthésie et ses souffrances datant déjà de 7 jours continuent.

Un garçon de 17 ans connu par les gendarmes pour de minables larcins et sa copine âgée d’environ 20 ans, après avoir à deux reprises, siphonné de l’essence d’une mobylette, ils ont aspergé la pauvre bête et ont mis le feu à l’aide d’un briquet. Le garçon a été interpellé ainsi que sa complice. Ils ont été présentés au parquet de Perpignan après vingt-quatre heures de garde à vue, et ont reconnu les faits sans expliquer leur geste.

Certainement abandonné par ces maîtres, pour ne pas s’encombrer à l’heure des vacances d’été, le chien s’est retrouvé en errance dans ce petit village de la France profonde. Personne ne sait combien de jours a-t-il été accablé de solitude et a subi l’indifférence. De son instinct multiséculaire, il recherchait la compagnie des humains pour rester non loin de ceux qui ressemblent à ceux qu’il a déjà suivi.

Les témoignages ont tous assuré que le chien n’est agressif, perdu dans l’abandon ne sachant où trouver refuge. Il recherchait une âme, un brin d’affection… Il a croisé un calvaire.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 13h53 - Posté par paul

En fait

ce fait divers est un echo au traitement que les humains s’infligent à eux même par des cultures inspirées du plaisir, de la valorisation égotique, par l’intermédiaire de la domination sous toutes sortes de formes.

L’individu dans ces cultures, ne se sent de valeur que par la force de domination qu’il est capable de manifester.

Avoir le pouvoir total sur la vie d’autrui est son désir ultime et est parfaitement représenté par les dieux qu’ils s’inventent.

Certes présente-t-il ses dieux toujours sous des formes moralisatrices prétendument positives. mais derrière cette apparence se cache le besoin de légitimation de l’omnipotense : avoir le pouvoir total sur la vie, donc sur le monde.

L’histoire de ce chien révèle que des individus soient simplement capables, comme tant d’autres, d’utiliser n’importe quel support pour assouvir leur besoin de domination. La souffrance est l’ultime preuve de pouvoir total sur autrui. Autrui au sens large. donc Autrui c’est aussi le monde. Ce qu’ils ont fait à ce chien, l’humain des mêmes inspirations culturelles le fait au monde.

je sais d’avance que bon nombre de militants de gauche vont se moquer probablement de la sensibilité et de l’émotion que l’on puisse éprouver à l’égard du sort d’une chien.

Pour moi c’est une question radicale de liens affectif au MONDE. Du comment je considère ce qui me lie au monde, aux éléments du monde, le vent, les pierres, les végétaux, l’eau, les animaux dépend totalement mon inspiration de liens aux autres humains.

Pour me reconstruire en face de la destruction opérée par mes parents typiquement occidentaux, je me suis beaucoup influencé des cultures d’amériques. D’où mon intérêt particulier pour l’article récent publié sur Bellaciao
Le mouvement indigène en Amérique Latine - Mónica Bruckmann
jeudi 20 août 2009 (20h02)
traduit par Thierry Pignolet

Mais plus encore mon identification non pas aux humains mais au monde vivant.

Je suis aussi radicalement touché par cette parole de jésus : ce que vous lui faites, c’est à moi que vous le faites !
que je n’interprête pas comme intouchabilité divine, mais comme message d’éducation au lien à l’autre, l’autre au sens large, dépassant l’espèce.

Quand la culture sera reconstruite sur l’acceptation du besoin d’affection tendre, sensuelle, de chacun, on ne méprisera plus ni le chien, ni l’amoureux éconduit. et les désoeuvrés ou les déracinés rechercheront peut-être autrement que dans la domination, la souffrance infligée à autrui, une revalorisation égotique.

Les punitions à l’égard de cette domination sont inutile car totalement inefficace.

Ce qu’il faut c’est reconstruire la culture qui construit les personnes.

La réponse est collective et culturelle. elle est psychanalytique et intime : apprendre à respecter son corps et à en connaître la douceur et la tedresse fondatrice pour accepter la demande de tendresse et de douceur de l’autre.

Je me souviens aussi de cette autre parole de Jésus : laissez les petits enfants à moi ! je ne l’ai jamais entendue comme incitation à l’endoctrinement. mais en le replaçant dans le contexte hiérarchisée de l’accès à la reconnaissance de l’autre, historique, et toujours d’actualité, son sens pour moi est d’accepter que même le bas de l’échelle sociale et universelle, donc les animaux et les enfants, aient accès à la reconnaissance affective et à la reconnaissance de la connaissance.

Il faut réapprendre à regarder l’autre au delà de son espèce : tout corps vivant est en demande affective.



Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 15h56 - Posté par antifa

très franchement je ressens une vraie colère en lisant ça, et je n’ai qu’un regret, c’est de n’avoir pas été là ce soir là pour leur mettre des coups dans la tronche.. car c’est la meme logique que les ratonnades, les agressions sexistes et homophobes. Des gens qui sont capables de faire ça ne comprennent que la force et la peur, y a que ça qui peut les faire reculer.. j’espère surtout que Mambo pourra se remettre et croiser sur sa route de vrais humains....


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 16h30 - Posté par paul

il semble que vous soyez en meilleure forme morale que moi.

car à la lecture de cette histoire, j’ai imaginé le chien qui attend de l’amour se faire incendier : et j’ai éclaté en sanglot...

je sais qu’il y a une grande part de projection de ma part m’ayant toujours été fait repprocher d’être trop en demande d’amour.

mais mes larmes sont incontrollables.


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 17h55 - Posté par

Terrible réalité de ce monde !!!
Ils nous avons inventé un paradis pour que nous ne voyons pas l’enfer dans lequel nous survivons !

Il faudra toujours que le faible trouve plus faible que lui pour montrer sa force........


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 18h13 - Posté par

je sais d’avance que bon nombre de militants de gauche vont se moquer probablement de la sensibilité et de l’émotion que l’on puisse éprouver à l’égard du sort d’une chien.

comme d’habitude, tu "sais"...


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 18h22 - Posté par paul

vous préférez peut-être qu’on emploie les formules hypocrites classique du genre "je me doute"... quand on dit je sais c’est tout simplement parce qu’on a déjà lu et essuyé des critiques bien précise du genre très énervés qu’on se sente très préoccupé du sort des animaux alors que tant d’humain souffre et que les préoccuppations du genre vivissection et spa ça fait peit bourgeois larmoyant...


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 20h01 - Posté par

donc vous savez...

on attend donc de pied ferme les vilains militants de gauche sans coeur...

Je suis aussi radicalement touché par cette parole de jésus : ce que vous lui faites, c’est à moi que vous le faites

 !

houla...


Mambo : un chien écorché à vif.
24 août 2009 - 20h16 - Posté par Pifou

Pourquoi dis-tu que les militants de gauche vont se moquer de tant de sensibilité vis à vis d’un chien ?
Je suis un vieux militant de gauche (Parti Communiste Français), et la souffrance de tout être vivant, à fortiori un chien, m’émeut.
Un être humain pour qui la souffrance animale ne compte pas n’est pas loin d’avoir la même attitude vis à vis des humains.
Je rêve depuis fort longtemps d’une socité de justice et même d’amour.
Tous les êtres vivants sont concernésEt je veux croire que les hommes qui aspirent à une meilleure société sont aussi les amis des bêtes.


Mambo : un chien écorché à vif.
24 août 2009 - 22h52 - Posté par

Pourquoi dis-tu que les militants de gauche vont se moquer

il ne répond pas, on ne saura jamais ce que Paul a contre les militants de gauche !


Mambo : un chien écorché à vif.
24 août 2009 - 23h27 - Posté par paul

je visais quelques militants de gauche pas tous les militants de gauche

et plus particulièrement des souvenirs cuisants lors de discussion en section locale du pc...


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 18h31 - Posté par Charlie Bravo

Mes sentiments vont du chagrin à la colère.

Je pense être quelqu’un de solide, mais j’ai été pris de nausées lorsque j’ai appris les circonstances de cet acte ignoble.
Je ne parviens pas à m’en remettre.
Le seul exutoire que j’ai trouvé à été de donner à mon chien des caresses et de l’affection pour tous ceux de sa race ; il a eu l’air de comprendre !

Ce que ces monstres ont fait subir à ce pauvre petit être innocent, ils auraient aussi bien pu le faire subir au "ravi" du village ou à un pauvre vagabond de passage...

Si j’avais ces deux ordures sous la main, leur peau ne vaudrait pas un kopek.


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 19h55 - Posté par

leur peau ne vaudrait pas un kopek.

euh... et la peine de mort pour les assassins d’enfants ?


Mambo : un chien écorché à vif.
26 août 2009 - 12h15 - Posté par noelle

Moi aussi j’ai éclaté en sanglots à la lecture de cet article. Je respecte la vie, sous toutes ces formes. ceux qui trouvent ridicules d’éprouver de la tristesse, de la colère face à ces faits, ne doivent pas connaitre le vrai sens du mot amour.


Mambo : un chien écorché à vif.
21 août 2009 - 19h59

c’est pas écorché vif, mais brulé vif...

et l’article est plein de répétitions...

sinon, oui, c’est un geste ignoble...



Mambo : un chien écorché à vif.
22 août 2009 - 02h17 - Posté par

Cela relève que de la psychiatrie, car ce pauvre chien est tombé sur deux malades.
J’ose espérer que ce gentil toutou ne souffre plus.

Cordialement Alain 04


Mambo : un chien écorché à vif.
22 août 2009 - 10h05 - Posté par ctrop

Voila comment commencent les fous dangereux, par bruler un pauvre toutou ou incendier un local de danse etc... Ils ne doivent pas rester impunis sous peine de les voir recommencer en pire , ils semble évident que ces gamins sont plus que méchants ! des spychopathes en puissances
Et d’ailleurs ceux qui les ont laissé faire, ne valent pas mieux !...
Il faut une justice pour Mambo les animaux souffrent aussi et sont bien plus sensible que les hommes.



Mambo : un chien écorché à vif.
22 août 2009 - 21h24 - Posté par N.E. Tatem avec ARGOTHEME

N.E. Tatem avec ARGOTHEME

je sais d’avance que bon nombre de militants de gauche vont se moquer probablement de la sensibilité et de l’émotion que l’on puisse éprouver à l’égard du sort d’une chien.

Je trouve, je ne suis pas le seul, que cette formule est expéditive, sans recours... Selon son auteur. Or c’est totalement faux ! Si Paul ne connaît pas de grands humanistes à gauche, c’est que vraiment il ne les voit comme tels quand il les croise... Ils ont des profils de guerriers qui cachent leurs âmes plus sensibles que celles "SDI", Sans-Domicile-Idéologique.

Rares surtout sont les médias qui ont rapporté le calvaire de Mambo. Ils se comptent exactement sur les doigts d’une main, et il sont cités pour ne pas tomber sur l’expéditif de notre ami Paul, auteur de la formule sans recours. Non seulement parce qu’il s’agit d’une bête mais aussi le pays profond, où se trouve généralement le peuple d’en bas, n’intéressent pas la France d’en haut.

Une info d’une localité, n’a peut-être pas l’effet sur l’Histoire de la Terre, n’est pas comme l’édito d’un Rédacteur-en-chef, sinon juste la couleur du sous-vêtement d’un People a, de nos jours, plus d’attrait et de lectorat. L’éminence grise aussi regarde de haut, elle n’est dans notre mêlée.

La vie de chien a intéressé par et dans plusieurs oeuvres un communiste de vielle date qui a mérité bien des lettres de noblesse en littérature universelle. Il s’agit de Jack London. Je prie de lire les commentaires qui ont suivi mon modeste texte sur Bellaciao, à propos de ce formidable écrivain. Ils sont édifiants dans la manière de permettre certains sujets, jugés intéressants, qu’à ceux qui ont un nom public. Mais c’est une autre affaire...

Les règnes : Animal, Végétal et Terrestre... sont à la merci de la suprématie de l’homme, il en mange et en abuse grandement souvent gratuitement. Une éthique quelconque le lui permet pour se nourrir, se soigner et assouvir ses besoins nécessaires à son existence. Pour répondre au reproche de vivisection qu’un post-commentaire a soulevé dans notre modeste débat. Mais delà à se permettre des atrocités gratuite, c’est abominable.

Je tiens à rapporter que le modeste journal de cyberpresse que j’anime sur le Web, POPULISCOOP : Scoop populaire ou VOX-POPULI a diffusé ce même sujet. VISIBLE ICI



Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 17h32 - Posté par paul

Ben je connais très bien effectivement ce roman de Jack London.

Mais les grands humanistes comme Jack London sont l’arbree qui cache la forêt du gros de la troupe.

et je faisais allusion de façon très réaliste à pas mal de remarques que les gens qui présentent des articles contre la corrida, contre la vivissection, contre la maltraitance animale subissent de la part de beaucoup de militants de gauche, pas uniquement sur ce site, mais encore plus souvent dans les sections des partis où ils vont militer ou_ témoigner.

des humanistes j’en rencontre parfois : et ce qui me frappe c’est qu’ils sont extrèmement rares. dire le contraire n’est qu’entretenir un idéalisme à l’égard d’une prétendue morale intrinsèque à la plus part des gens dans tous les mouvements.

merde


Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 18h10 - Posté par momo11

Des salauds !!!!!momo11



Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 21h39 - Posté par DébardeurÀCheval

"Long comme un jour sans enfant battu" sur un mur du quartier St-Cyprien, à Toulouse, vers 1988 : qu’est-ce qu’un chien face à un enfant battu ?



Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 21h55 - Posté par DébardeurÀCheval

Pas de réponse, alors je réponds : s’il n’y avait pas de d’enfant battu, il n’y aurait pas de chiens battus ou incendiés.

L’affectivité se retransmet, comme la bienveillance et la générosité. Si les parents sont débiles ou donnent à interpréter une débilité de leurs actes, les enfants seront débiles affectivement et ne pourront JAMAIS s’identifier à la bonté, au bien-être, à l’autre relatant de soi.

Ces deux jeunes gens, il n’y a pas de scandale à leur faire, mais plutôt au MANQUE qu’ils ont manifesté dans leur ennui, leur manque de passion pour la VIE.

De voir souffrir l’autre est réverbérer en soi sa propre souffrance. C’est cela que NOUS devons comprendre, de même que l’origine de leur ennui, et à la fois cet aspect sombrement burlesque de ce qu’ils ont fait au lieu de s’offusquer de la souffrance-mort d’un animal que des bigots voudraient nous faire passer pour une abjection vitale du fait de la peur qu’ils éprouvent (comme nos journapisseux) devant la mort qui doit pourtant advenir, implacablement, immanquablement et principalement pour nourrir l’autre dans une certaine souffrance, fussent-ils d’abjectes cloportes !


Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 22h25 - Posté par DébardeurÀCheval

Toujours pas de réponse donc : d’autre part, si la vie n’est pas essentiellement la souffrance de l’autre, elle se devrait donc d’être, pour le moins, une disposition bienveillante. Qu’en est-il de ces étrangeté qu’est cette étrange chose de l’exploitation de la femme et de l’enfant par l’homme (directe ou indirecte).

Oui, bien sûr, cette exploitation est aussi l’exploitation du reste de la vie, de la nature. Précisément. Mettez deux jeunes gens bourrés à la gueule d’ennui, d’absence d’étreinte sexuelle satisfaisante et d’indifférence quant à ce qui se passe das le monde, et vous aurez le produit qu’ils ont réalisé.

S’offusquer de ce résultat est faire fi de ce qui l’a provoqué et c’est aussi bien CACHER ce qui l’a provoqué. Un tel article semble dénué de tout sens commun, sinon qu’un chatouillement d’un affectif déplorable, resurgissant (ou cherchant à faire resurgir) d’un déplorable souvenir de leur propre enfance démunie devant le regain d’affectivité de la puberté éperdue face à l’impossible réalisation de leur plaisir de la vie éprouvée, pour le FIXER sur ce qui est déplorable et sans importance, pour NOUS.

Si la guerre d’une classe contre ce qui semble humain à nos cœurs disparaît dans ce genre d’alerte, c’est pour faire perdre la perspective de solution à cette guerre par le genre de disposition adoptée qu’elle renie et qui est implacable.

Ne nous dispersons pas ! Les bigots ne seront toujours que des BIGOTS quelque soit leur nature !


Mambo : un chien écorché à vif.
23 août 2009 - 23h22 - Posté par paul

eh bien il semble que ce que vous dites rejoints ce dont je parlais dans ma première intervention.

Pour moi le chien et l’enfant battus sont les victimes du même mal.

et ce mal à pour origine les racines de la culture des gens qui font ce mal. une incapacité à construire de l’affectif sur autre chose que de la domination de la souffrance de l’autre.


Mambo : un chien écorché à vif.
28 août 2009 - 19h59 - Posté par paty

SALOPARDS INDIGNES DE S’APPELER HUMAINS. QUANT A CEUX QUI L’ONT ABANDONNE JE SOUHAITE QUE LEURS VOISINS OU CONNAISSANCES NE SOIENT PAS AUSSI LACHES ET INHUMAINS QU’EUX ET AIENT LE CRAN DE LES DENONCER.



Mambo : un chien écorché à vif.
11 septembre 2009 - 12h00 - Posté par Un internaute outré

Bonjour,
Je suis tombé par hasard sur votre site, et ce que j’y ai lu notamment l’histoire de ce pauvre chien m’a simplement révolté.
Je suis outré et j’en ai les larmes aux yeux, de voir jusqu’à quel point la cruauté et la bêitse (pour ne pas employé un autre terme...)peut aller !
Sans être extrémiste, il y a des affaires comme les viols ou autres agressions de ce type, mais aussi ce genre de cas où il serait bon d’envisager de durcir les peines et les sanctions !
Je vous souhaite une bonne continuation et félicitations pour vos actions.






Messages du président Bachar al-Assad en visite surprise sur le front d’Idleb (vidéo)
mercredi 23 - 12h38
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement soutien à Vincenzo Vecchi le 23 oct
mercredi 23 - 11h26
DÉSORDRE
mercredi 23 - 10h17
de : Ernest London
15 photos qui racontent les manifs à Barcelone
mercredi 23 - 10h11
À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite