Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CQFD 75 : ENTRETIEN AVEC GIDEON LEVY
de : CQFD
mardi 16 février 2010 - 08h22 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

UN TÉMOIN LIBÉRÉ DE L’AUTOCENSURE

ENTRETIEN AVEC GIDEON LEVY, JOURNALISTE ISRAÉLIEN INDÉPENDANT

À l’occasion de la publication d’un recueil de ses articles par les éditions La Fabrique, Gideon Levy est venu à Paris présenter la réalité d’une occupation qu’il juge « aujourd’hui plus brutale, perverse et inhumaine que jamais ». Dans l’introduction rédigée à l’attention de son lectorat francophone, il déclare « j’aime Gaza », épinglant au passage la censure de TF1 qui a refusé de diffuser ses propos, sans doute pour éviter d’encombrer le « temps de cerveau disponible » de son Audimat. La position de Gideon Levy, journaliste critique d’Israël en Israël, n’est certes pas dénuée de contradictions. Mais celles-ci ne l’empêchent à aucun moment d’assumer une éthique à la fois claire et rigoureuse. Sans la moindre complaisance, il ne craint pas de bousculer ses compatriotes : « Le sang des enfants tués à Gaza est sur nos mains et non sur celles du Hamas. » Dans cet entretien, il revient sur le discours insidieux des médias, l’aveuglement des Israéliens et le silence complice de la communauté internationale.

CQFD : Gideon Levy, vos articles dépeignent l’occupation israélienne sans concession. Cela affecte-t-il vos rapports avec le reste de la rédaction de Haaretz, le quotidien qui publie vos chroniques ? Êtes-vous critiqué par vos confrères ? Subissez-vous une quelconque censure ?

Gideon Levy : Je vais vous raconter une anecdote assez significative. Au journal, nous avons une machine à expresso. De temps en temps, je vais me faire un petit café et dans le placard où sont rangées les capsules, j’ai trouvé plusieurs dossiers. Le plus épais d’entre eux portait l’intitulé « Gideon Levy, annulation d’abonnements » ! Je suis en fait très fier d’écrire pour Haaretz, qui m’a toujours soutenu. J’interviens aussi dans une émission télévisée hebdomadaire qui ne vise qu’à montrer une chose : Israël est une véritable démocratie – mais uniquement pour ses citoyens juifs. J’ai la chance d’en être, donc, en tant que journaliste juif, j’ai toute liberté. Il n’y a pas de censure gouvernementale. Pourtant la censure assurément existe – sous la forme beaucoup plus insidieuse de l’autocensure. Contre la censure d’État, il y a toujours une résistance possible, mais si c’est une censure volontaire, c’est plus difficile.

Qu’est-ce qui, dans l’évolution récente de l’État d’Israël, a rendu possible la situation décrite par vos articles, cet aveuglement suicidaire de la société israélienne ?

D’abord, il faut savoir qu’il n’y a pas à ce jour de vrai camp de la paix en Israël, ni de vraie gauche. Il y a environ dix ans, Ehud Barak revenait de Camp David en proclamant qu’il n’y avait pas de partenaire palestinien, qu’il avait offert la lune et que les Palestiniens n’en avaient pas voulu. En 2002, il y a eu les kamikazes et les explosions de bus, ça a été le grand test de la gauche israélienne. Elle a lamentablement échoué. Cela a d’ailleurs donné raison à un ami palestinien qui dit que, sous le vernis progressiste de la plupart des Israéliens, en grattant un peu, on finit par trouver un nationaliste de droite.

C’était vraiment bien de saluer le gouvernement lors des accords d’Oslo et de protester contre les massacres de Sabra et Chatila par des milices chrétiennes qui étaient sous la protection d’Israël. C’était vraiment bien de faire des films comme Valse avec Bachir, qui prouve que les véritables victimes sont en dernière instance les soldats israéliens : le militaire a des insomnies, il doit aller chez le psy, il est tellement sensible, le pauvre. Il tue et il pleure ! Mais quand on cherche le vrai camp de la paix, la vraie gauche, on ne trouve plus rien. Je me rappelle une blague des années 1970 où on disait que deux Israéliens partageaient trois points de vue. Aujourd’hui trois Israéliens partagent difficilement ne serait-ce qu’un seul point de vue. Il n’y a plus de discussions politiques en Israël, plus de manifestations. Les seuls sujets de conversation sont les prochaines vacances, la dernière jeep, les salaires… C’est le symptôme d’une société malade. La société israélienne n’est pas encore une société fasciste,mais toutes les conditions sont réunies pour le fascisme.

Pouvez-vous décrire plus précisément ce processus d’autocensure ? Comment expliquez-vous, par ailleurs, l’autre autocensure – celle de la communauté internationale ?

Vous savez, quand les jeunes Israéliens finissent leur service militaire dans les territoires occupés, ils partent en Inde ou en Amérique du Sud, pour se changer les idées – des endroits où on ne parle guère du conflit israélo-palestinien, et naturellement, ils ne vont pas aborder ces questions là-bas. Eux-mêmes ne semblent pas voir ce qu’ils font et ce qu’ils ont fait. Ils n’en parlent pas. Ce n’est pas un hasard si le service militaire est obligatoire à l’âge de 18 ans et non pas plutôt à 30 ans. Quand j’avais 18 ans, on m’avait certes lavé le cerveau mais je voyais, moi aussi, les choses différemment. En ce qui concerne la deuxième question, le silence de la communauté internationale s’explique, je crois, par une combinaison de facteurs. Il y a bien sûr le précédent de l’Holocauste. Il demeure un sentiment légitime de culpabilité des Européens vis-à-vis d’Israël et des juifs en général. Mais il faut aussi tenir compte de la vague massive d’islamophobie en Europe, qui est d’ailleurs aussi très présente aux États-Unis et qui sert parfaitement les intérêts israéliens. De plus, les Européens s’alignent sur une politique américaine, notamment influencée par le pouvoir incroyable qu’exercent les lobbies pro-israéliens. Je n’oublierais jamais cette scène honteuse lorsqu’un représentant de l’Union européenne, au moment où l’agression israélienne battait son plein à Gaza, est venu serrer la main d’Ehud Olmert et l’a encouragé à continuer, au cours d’un dîner à Jérusalem. Pas un seul représentant européen n’a daigné se déplacer à Gaza. L’un d’entre eux a même déclaré qu’il avait passé la meilleure soirée de sa vie !

Pour moi, un véritable ami d’Israël doit critiquer et agir activement contre la colonisation. Si un de vos amis devient toxicomane, vous n’avez que deux possibilités : soit vous lui donnez beaucoup d’argent pour qu’il achète davantage de drogues, soit vous l’incitez – de force, si nécessaire – à suivre une cure de désintoxication. Cela peut déclencher de la haine et des déchirements,mais c’est la seule façon d’agir si vraiment vous vous souciez de votre ami.

Vous avez, à plusieurs reprises, écrit dans vos articles que si les Israéliens ne payaient pas le prix de l’occupation, ils ne pourraient pas changer. Ne pensez-vous pas,malgré l’apathie des chefs d’États, que des formes de sanctions internationales peuvent exister, à travers les campagnes civiles de boycott notamment ?

C’est compliqué pour moi de vous répondre, car je suis un Israélien qui ne boycotte pas Israël, puisque je vis en Israël. Difficile donc de prôner le boycott pour les autres. En même temps, j’estime que les criminels de guerre doivent être traînés en justice et rendre compte de leurs actes. Et s’il n’y a aucun effort de la part d’Israël pour agir en ce sens, alors il est du devoir de la communauté internationale de faire pression pour que la justice soit rendue. C’est une possibilité d’intervention depuis l’extérieur. Le boycott, comme nous le savons, a bien fonctionné en Afrique du Sud. Mais la comparaison avec l’apartheid n’est même plus pertinente. Il y a peu, j’ai accompagné une délégation sud-africaine de militants des droits de l’homme dans les territoires occupés. Ils ont constaté que l’occupation israélienne était, à certains égards, pire que l’apartheid. La réaction spontanée des Israéliens devant le boycott sera la suivante : « Le monde est antisémite, le monde est contre nous. »

JPEG - 42.1 ko

Vous avez été membre de l’équipe de Shimon Peres de 1978 à 1982. Que s’est-il passé depuis votre démission ? Pouvez-vous expliquer cette évolution ? Avez-vous effectué une réévalution du sionisme, comme Hannah Arendt dans Zionism Reconsidered ?

Comme j’ai l’habitude de dire, j’ai fait mon service militaire et même pire que ça : j’ai travaillé avec Shimon Peres ! J’étais son directeur de cabinet. Vous savez, quand on a vingt-six ans, on est plus stupide et plus réceptif au lavage de cerveau qu’à cinquante-six ! Mon histoire personnelle est parlante. Quand j’ai démissionné du cabinet, j’ai commencé par faire ce que la plupart des Israéliens ne font pas, j’ai voulu voir les territoires occupés. Et c’est seulement après avoir parcouru Gaza et la Cisjordanie que j’ai vraiment compris ce qui se tramait dans l’arrière-cour de « la seule démocratie du Moyen-Orient ». Ce qui me pousse à une conclusion plutôt optimiste : si les Israéliens voyaient ce que j’ai vu, alors leur opinion serait différente. Mais tout le système est organisé de façon à les empêcher de voir et de savoir. Quand bien même ils voient, le système fait en sorte qu’ils aient toujours bonne conscience. Nous sommes persuadés d’avoir l’armée « la plus morale du monde ». Non pas la deuxième ou la troisième armée la plus morale du monde, non ! La première ! L’armée israélienne est encore plus morale que celle du Liechtenstein !

Cette illusion est entretenue par les médias qui conduisent depuis plus de dix ans une véritable campagne pour déshumaniser les Palestiniens. Et c’est à cause de cette déshumanisation que les Israéliens peuvent à la fois se croire des êtres moraux et continuer à perpétrer des actions immorales. Si vous grattez un peu le vernis de la morale israélienne, vous verrez que la grande majorité d’entre eux, y compris les personnes dites de gauche, ne considèrent pas les Palestiniens comme des êtres humains à part entière. Ce ne sont pas des êtres humains comme nous, ils ne peuvent pas être nos égaux. Une fois, lors d’une émission de télévision, on a demandé à un médecin palestinien, Ahmad Tibbi, membre de la Knesset [le Parlement israélien] : « Êtes-vous docteur, monsieur Tibbi, ou palestinien ? » Il m’est arrivé d’écrire que les Palestiniens ne devaient pas être traités comme des bêtes et de recevoir des lettres de protestation de lecteurs… affiliés à la société protectrice des animaux ! Cette déshumanisation n’est pas anecdotique. Ce n’est pas un phénomène marginal, elle est constitutive de l’occupation. Il suffit de voir comment la guerre à Gaza a été couverte. Je me refuse d’ailleurs à qualifier de « guerre » une incursion brutale de l’armée israélienne. Cette couverture médiatique en dit long sur le processus de déshumanisation. Par exemple, les médias ont incité les Israéliens à aller dans leurs jeeps sur les hauteurs qui surplombent Gaza pour assister au spectacle des lueurs provoquées par les bombes au phosphore qui décimaient la population civile.

Je vais vous donner un autre exemple de cette déshumanisation qui va vous sembler grotesque mais qui est bien réelle et que je peux prouver. Deux chiens ont été tués lors de l’opération « Plomb Durci ». L’un a été tué à Ashkelon par une roquette Qassam. La photo de ce chien mort a fait la une des deux principaux journaux israéliens. Avec les témoignages de la famille en pleurs, rivalisant d’hommages à l’intelligence et à la gentillesse du chien. Ce même jour, précisément, il y a eu cent Palestiniens tués. Cela n’a été mentionné qu’en page 16 et 18 de ces mêmes journaux. L’autre chien – de l’armée – est mort à Gaza, il a aussi fait la une des principaux titres. Il avait un nom, une tête, ses photos dans les journaux. Mais les 1 400 Palestiniens assassinés n’ont eu ni visage, ni nom, ni photo, rien.

En ce qui concerne la deuxième partie de votre question, sur le sionisme, c’est compliqué… Je suis assurément un patriote. On me demande souvent si je me considère comme un sioniste. Mais c’est un concept, disons, fluide. Il se peut que je sois antisioniste d’un certain point de vue. Mais si être sioniste, c’est considérer que le peuple juif a droit à un État, alors oui je suis sioniste. Tout dépend de la définition que vous donnez du sionisme. Mais je pense que du point de vue dominant, je ne suis assurément pas un sioniste.

Article publié dans CQFD n°75, février 2010.
http://www.cequilfautdetruire.org/s...


CQFD n°75, février 2010, actuellement en kiosques.

Ce mois-ci, dans CQFD 75 :

PAS D’ DROITS ? PAS D’ DEVOIRS !

< GIDEON LEVY : Entretien avec un Israélien anticolonialiste

> CONTIS : "On n’est pas des faibles !"

> ENRIC DURAN : La tournée du Robin des banques

> HAÏTI : Envahissante générosité

> MINOTERIE EN GRÈVE : Dialogue social, mon cul !

> CHRONIQUE JUDICIAIRE : Cyprès du paradis

> NANOTECHNOLOGIES : Cherche débat désespérément

> FAUX AMI : Le camarade André Gérin

> MÉDIAS : Siné-Hebdo et le sondage policier

> VIEUX DOSSIERS : Haïti, les origines du mal

> ROSARNO : Des sans-papiers défient la mafia calabraise

> HISTOIRE DE SAUTE-FRONTIÈRE : Afghans en errance

> Les chroniques de Jean-Pierre Levaray, Sébastien Fontenelle et Mademoiselle …

> Carte blanche à Foolz

> Les dessins de Aurel, Berth, Caroline Sury, Rémy Cattelain, Coco, Efix, Thierry Guitard, Ferri, Foolz, Jiho, L. L. de Mars, Lasserpe, Lefred-Thouron, Lindingre, Ludo, Mabic, Mric, Nardo, Rémi, Sirou, Tanxxx…

Le 15 FÉVRIER 2010 en kiosque

Rendez-vous sur le site www.cequilfautdetruire.org

À bientôt.

CQFD

BP 70054
13192 Marseille cedex 20



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
CQFD 75 : ENTRETIEN AVEC GIDEON LEVY
17 février 2010 - 18h10

Une délégation du Hezbollah s’est réunie avec le président du Sénat français Gérard Larché au palais des pins à Beyrouth, accompagné de membres de l’ambassade française.

Le chef du département des relations internationales au Hezbollah Ammar Moussawi et les deux députés Ali Fayyad et Nawar Sahili ont discuté avec la délégation française des dossiers de la région. Ils ont considéré que la politique israélienne provoque l’escalade, la tension et l’inquiétude au Moyen-Orient, réitérant l’attachement du Liban à son droit de se doter de la force nécessaire pour faire face



ENTRETIEN AVEC GIDEON LEVY, JOURNALISTE ISRAÉLIEN INDÉPENDANT
2 mai 2010 - 10h22

Deux fillettes palestiniennes de quatre et cinq ans ont été heurtées, mercredi soir, par un véhicule militaire israélien dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie.

La jeep de l’armée d’occupation a percuté la remorque d’un tracteur dans laquelle se trouvaient les deux petites filles. Deux autres Palestiniens, qui se trouvaient sur le tracteur ont été grièvement blessés, selon la radio israélienne.

LE HAMAS ACCUSE L’EGYPTE D’ASPYHYXIER 4 PALESTINIENS

Par ailleurs, le Hamas a accusé jeudi les forces de sécurité égyptiennes d’avoir asphyxié à l’aide de gaz toxique quatre Palestiniens qui travaillaient mercredi dans un tunnel reliant la bande de Gaza à l’Egypte.






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt à penser". Hubert Reeves
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite