Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Archives Bellaciao FR - 2002 -2021 Archives : IT | EN | ES

L’expression "Gauche decomplexee"... Arretons le massacre !

mercredi 23 mai 2007

de La Louve

Parce qu’il y aurait une "Gauche complexee" ? NON !

Il y a une gauche honteuse. Qui, justement, n’est pas complexee (ou ne l’etait pas encore) et c’est bien ca son drame, parce que des complexes il y aurait de quoi en faire apres la volee qu’on vient de se prendre tous et toutes, PCF LCR PS LO.

C’est sûr qu’après le 6 mai , en revanche, des complexes, i l y a matière à en faire.

Il ya matière à avoir honte, et avoir des regrets et des remords aussi - le tout étant de ne pas se tromper sur leur contenu et d’avoir la bonne analyse.

Là, les ami-e-s et camarades, il faut arrêter de colporter des formules toutes faites qui sont extrêmement nocives pour les idées que l’on prétend défendre ( et je dis ça avec amitié surtout aux camarades du PCF, je viens encore de voir passer ce trait sous la plume d’un camarade ici même) !

Pourquoi nocives ? Parce qu’elles sont chargées d’un sens qui n’apparaît pas a priori mais se révèle dès qu’on creuse le sujet - comme disait le grand Pierre, il faut savoir "ce que parler veut dire".

La "gauche" en France n’est pas "complexée" et donc, n’a pas besoin d’être "décomplexée" - en tout cas, au sens où on l’entend récemment.

Décomplexée par rapport à quoi ?

La dernière fois que j’ai lu u n truc de ce style, ça signifiait "complexée face au libéralisme" et on proposait allègrement en conclusion "un libéralisme de gauche".

La dernière fois que j’ai entendu parler de "gauche décomplexée" , j’étais au PS et on me parlait du Labour de Tony Blair.

Et ce que j’ai lu à chaque fois depuis quelques semaines sous le titre "gauche décomplexée" ce sont des appels au meurtre politique du communisme ET du socialisme.

D’ailleurs, pour mettre quoi à la place ?

Un vague "antilibéralisme", une "alternative progressiste" ?!

J’appelle ça de la vaseline pour sodomiser les coléoptères.

Mais ça va pas la tête ou quoi ?!

La "gauche" en France n’est pas complexée !

Elle est inexistante. Ou tout comme.

A la rigueur "pour une gauche vraiment de gauche" - ça aurait au moins le mérite d’être plus clair.

Ou "pour une gauche fière de l’être", si vous êtes en manque de formule - je renvoie au très beau "fièr-e-s et révolutionnaires" d’un tract LGBT.

Vous allez me dire que ce sont des détails - et bien non.

Comme disait Gramsci, on commence par gagner la bataille dans les urnes en la gagnant dans les idées.

En abandonnant les termes de communisme, socialisme, anticapitalisme, pour des mots vides de sens et vides de luttes, on livre le terrain Socialiste à deux forces contraires mais qui auront toutes les deux le même effet :

- les réactionnaires socialistes, y compris au PCF, qui s’empresseront de reprendre le flambeau dans une main de fer et avec des idées rétrogrades, pour nous chanter, dans un bel élan , les louanges du camarade Staline.
Ils sont minoritaires aujourd’hui (et ça nous a coûté assez cher qu’ils le deviennent) - très bien qu’ils le restent !

- les gauchistes et liquidateurs de tout poil, qui s’engouffreront dans la lutte fratricide que nous livrerons en interne face aux forces réactionnaires et en profiteront pour nous achever . Est-ce que ce sont eux qui offriront le meilleur rempart aux ravages qui nous attendent ? C’est pas sûr...

Et au final, qui gagnera ?

Les capitalistes, les libéraux, les conservateurs de droite...

Alors, j’aime bien les copains allemands, qu’ils fassent leur Linke fusionnelle et on verra, mais par pitié, je le répète je n’ai rien contre des alliances électorales claires et temporaires, mais arrêtons avec cette histoire de "gauche complexée" et appelons un chat un chat !

PCF : Un bon coup de marteau (et de faucille ;-)) aux formules creuses et sournoises.

Bonne nuit

Messages

  • La dernière fois que j’ai lu u n truc de ce style, ça signifiait "complexée face au libéralisme" et on proposait allègrement en conclusion "un libéralisme de gauche".

    La dernière fois que j’ai entendu parler de "gauche décomplexée" , j’étais au PS et on me parlait du Labour de Tony Blair.

    Et ce que j’ai lu à chaque fois depuis quelques semaines sous le titre "gauche décomplexée" ce sont des appels au meurtre politique du communisme ET du socialisme.

    Excuse la Louve, mais la "gauche décomplexée" peut avoir une autre signification que je ne trouve pas dans ton texte .

    En ce qui me concerne, quand j’utilise le terme de "gauche décomplexée", qui n’a rien à voir avec le libéralisme de "gauche", c’est affirmer avec force et conviction ses idées, ses valeurs de gauche et c’est contrer vigoureusement les propos méprisants tenus par la droite. Rappelle-toi la réplique tristounette de O.B. face à Dati. Il aurait dû lui rabaisser le caquet, tant ce qu’elle disait était débile. C’était à sa portée, mais il a joué au garçon poli qui baisse les yeux devant la dame. NON NON ET NON. Nous sommes en guerre (sans armes, heureusement) idées contre idées, mots contre mots, société contre société.

    C’est ce combat qui ne ressort pas, d’où cette impression de complexe. Il faut une gauche forte et décomplexée qui bouscule les idées, les principes, qui se fasse respecter et ne s’en laisse pas conter.

    Ne perdons pas de vue que l’enjeu majeur d’aujourd’hui, c’est veut-on vivre dans une société libérale, ou antilibérale ? C’est très très mal expliqué aux français, et en plus on vient nous coller une social-démocratie, dont les gens perçoivent mal la portée dans leur vie, si ce n’est de troubler davantage les esprits. Et en plus quand les médias penchent que d’un côté, au lieu de faire leur job objectivement, voilà comment on met en place une dictature.

    On ne le dénoncera jamais assez fort. La gauche devrait s’en plaindre plus souvent qu’il n’y en n’a que pour l’UMP, comme s’il n’existait plus qu’un choix en France. Un autre exemple, pourquoi les "juristes de gauche" ne dénoncent pas que le fait pour le 1er ministre de se présenter aux législatives alors qu’il vient d’être nommé est anticonstitutionnel. Pourquoi cette gauche ne dénonce pas les propos de Juppé qui revendique à présent de bénéficier de la "même logistique" de député, pour son poste de maire. Et le scandale des cumuls ? Il y a matière pourtant à pousser des hurlements, et je n’entends rien venant de la gauche ! Alors complexe ? j

    • PArdon "j" ( ça m’énerve de ne pas avoir ne serait ce qu’u npseudo entier, t’as pas idée.....)
      ce que tu dis rejoins exactement ce que j’ai écrit
      relis bien et t uauras la réponse à tes question
      E.

    • Je suis assez d’accord avec lui Elodie sur le fond il dit la même chose que toi, mais tu le reprend sur la dialectique.
      Pour ma part, quand j’entend Gauche décomplexée, j’entend, surtout au même titre que Sarkozy gagne non pas au centre mais avec malheureusement des idées de droites affirmées, il s’agit donc comme tu l’as avec d’autres si souvent répété ici d’affirmer haut et fort notre attachement aux fondamenteaux du communisme et du socialisme qui sont les vecteurs d’émancipations et de transformation de la société.
      Nous avons assez lutté et joyeusement pugnace nous continuerons à lutter contre ces faiseurs d’opinions qui nous promettent comme seule solution un centre mou pour éviter la dissolution de la gauche, mon oeillet dans leur P.A.F oui !

      Je comprend bien ta crainte sur la dialectique, il ne faut pas utiliser des mots creux qui vide de sens perdent leur substantifique ¨moëlle mais au contraire il nous faut redoubler d’effort pour donner à entendre ceux qui dérangent, les faire vivre et propsèrer.
      Dans le temps on parlait d’exploités aujourd’hui on parle de défavorisés, où est passé l’exploiteur ?! Avec les défavorisés par de responsable, c’est la faute à pas de bol.

      Reconnaît, chère Louve toujours prête a bondir et a ’oxcire’ pour la cause du peuple des nôtres, que l’on peu effectivement entendre derrière le mot décomplexée, une gauche revendicative qui arrête de faire le dos rond au libéralisme et qui assume son envie de faire évoluer les mentalités pour changer la société et ses comportements sucidaires.
      Salut et Fraternité
      Boroh Piotr

    • Evidemment Piotr
      Je suis d’accord sur le fond-
      Ce qui m’agace, et il faut le reconnaître aussi, c’es t que hélas aujourd’hui la plupart des "sympathisants" qui utilisent cette expression très "in", très "en vogue" (ce qui déjà est mauvais signe car tu remarqueras que si une expression ou un mot a une origine et un sens réellement communiste, socialiste, les médias ne la rapportent pas..) et bien ces gens - là ont une idée bien précise en tête qui à moi, ne me convient pas.
      Et je disais donc que comme l’expression, en fait ,est ambigue, de par l’usage qu’en font certains, il me semble important et urgent que ceux et celles qui préfèrent encore le Socialisme au gauchsime ou au libérlaisme tempéré de charité chrétienne trouvent une autre expression, et donc plutôt , une gauche fière de l’être, une gauche révolutionnaire, que sais-je moi, (enfin, moi si je sais, j’appelle ça gauche communiste ou gauche socialiste ou gauche anticapitaliste, voire quand je suis vraiment en forme, socialisme ou communisme....) mais pas "décomplexée" - c’est trop connoté.
      Fraternellement et amicalement
      Elodie

    • Attention, aussi, de ne pas trop étiqueter les gens, ils finissent toujours par tourner les talons. L’homme a besoin de liberté d’expression et non pas d’uniformisation. C’est pas avec 2 % qu’on peut s’autoriser à cracher sur les gauchistes, les anars et autres. Sait-on jamais si on doit faire bloc contre Sarko. de ménager ses alliés. J

  • C’est vrai qu’il faut appeler un chat un chat.
    Le discours droite gauche, sonne creux parce qu’il est faux. Combien d’électeurs ne savent plus où ils se situent.
    Posez-leur la question, provoquez-les : Etes vous du Monde du Travail ou du Monde de la Finance ? La politique c’est quoi pour vous, à quoi ça sert ? etc

    Enfin bon sang de bois on est plus nombreux à être du Monde du Travail que du Monde de la Finance NON !
    Nous voyons que les repères politiques sont flous. Ok, alors revenons aux fondamentaux.

    Mettre en lumière ce qu’est le du Monde du Travail (érémistes, salariés, chômeurs, cadres, artisans, petits commerçants, petits paysans, dirigeants de PME - Solidarité Nationale, Service Public Environnement, Développement durable etc) et le Monde de la Finance, (Dividendes, fonds de pensions, rentabilités financières, bourse, CAC 40, OPA, Stock Option, LBO etc). Parler de la Dictature de la Finance, la stopper, l’empêcher de nuire, la paralyser, en finir avec elle, pour vivre de mieux en mieux, et là c’est le tous ensemble, c’est l’efficacité du mouvement populaire qui nous revient en pleine figure. Je vous assure que si vous parlez comme cela c’est extraordinaire ce que cela révèle.

    Le Monde de la Finance s’approprie les richesses que le monde du travail produit

    Les richesses doivent revenir à ceux qui les créent sous forme de salaire, de pouvoir d’achat, et de solidarité nationale (Santé, retraite, enseignant culture, environnement, développement durable etc.)

    Appel au mouvement populaire
    Rentrons en résistance contre la dictature de la finance}

    Dire qu’il faut penser et agir antilibéral, c’est à dire qu’il faut prendre le contre pied de toutes les logiques libérales et de leurs mécanismes. Tout le monde peut et doit apporter sa pierre pas seulement dans les urnes, mais dans les luttes, de la cité à l’entreprise, avec du militantisme du soutien de l’action où être simple sympathisant .

    Nous rentrons en résistance, mais une résistance de combat, de lutte, de fraternité, de solidarité. Arrêtons avec le nombrilisme ambiant, nous n’avons pas besoin de multiples organisations politiques et de chef de clan ou de tendance, nous avons besoin d’efficacité politique, pas de sauveur suprême, et nous en avons une. Cette organisation a son histoire, ses échecs et ses victoires, elle a le sens des responsabilités elle est la seule qui peut rassembler, c’est le Parti Communiste c’est le seul aujourd’hui qui peut réveiller une force indispensable et incontestable parce qu’elle existe, il suffit de la réveiller de la révéler pour qu’elle entre en lutte contre le libéralisme et toutes ses formes. (Lire Michel Onfray dans l’huma du 22 mai). Nous avons besoin de cette force pour construire, pour inventer un monde nouveau. Résister c’est aussi créer (Raymond Aubrac).

    Aline Pinault