Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

C’est la xénophobie ambiante qui a donné naissance à la rhétorique du choc des civilisations

de : Patrice Bardet
jeudi 9 février 2006 - 08h35 - Signaler aux modérateurs

C’est la xénophobie ambiante qui a donné naissance à la rhétorique du choc des civilisations.

Un contexte danois caricatural

par Heidi BOJSEN et Johan J. Malki JEPSEN
Heidi BOJSEN professeur à l’université de Roskilde et Johan J. Malki Jepsen politologue à Copenhague.

La question des caricatures de Mahomet est un enjeu qui concerne tout le monde. Les représentations qui s’y rapportent balancent entre divers registres de l’universel, pour se concrétiser dans des situations particulières : l’humour qui élucide côtoie aisément la provocation qui blesse ; l’arrogance, le mépris et l’ignorance se faufilent facilement entre les intentions les plus nobles et les idéaux les plus chers. Tout le monde peut se sentir touché et y voir une question de principe. Chacun selon ses intérêts, sa sensibilité, sa foi et sa part de sens commun.

Cette question a une histoire beaucoup plus nuancée que ne le laisse croire le manichéisme dans lequel elle a été enfermée. Il nous semble impératif de rappeler le contexte spécifique dans lequel ces dessins ont fait leur apparition, en l’occurrence le contexte danois, sans lequel toute compréhension de l’enjeu en question serait illusoire et toute sortie de crise serait vaine.

Nous ne souhaitons nullement dicter ce que devrait être la réaction des uns et des autres. Notre intention est ici d’éclairer et d’informer. En un mot, de contribuer à remettre le sens commun sur la voie du bon sens. Ces caricatures ne sont pas apparues au Danemark à partir d’une tabula rasa.

Le débat public danois s’est centré depuis plusieurs années, avec une intensité jusque-là inégalée, sur la question de l’altérité, révélant par là même la crise identitaire que traverse le pays : immigration, intégration, Europe, mondialisation, « valeurs danoises » (danskhed ou « danicité »), constituent les termes du discours public prédominant.

Celui-ci a fini par relever de l’injure xénophobe et du manque de respect. Les stéréotypes sont devenus, pour une part importante des milieux médiatico-politiques, la valeur absolue de la rhétorique du discours public.

La conséquence inévitable de cette effervescence du débat public a été une normalisation et une banalisation de la xénophobie pour un pan non négligeable de la société danoise au nom même du principe sacro-saint de la liberté d’expression. Dans notre société où la culture politique repose fortement sur le pragmatisme et le consensus, cette soupape populiste a principalement fonctionné pour stigmatiser les musulmans et l’islam, dont on méconnaît toute la complexité et la diversité.

A ceci s’ajoute le fait qu’au Danemark l’Eglise n’est pas séparée de l’Etat. Certains soutiennent, toutefois, que la politique y est séparée de la religion. Il existe néanmoins une religion d’Etat : le protestantisme luthérien. Les prêtres ont le statut de fonctionnaires. Les cours de « christianisme » sont obligatoires à l’école publique. L’inscription à l’état civil des nouveau-nés est effectuée exclusivement par l’administration de l’Eglise luthérienne.

Or la plupart des Danois se disent non pratiquants, certains non croyants. Mais la religion n’est pas une affaire strictement privée pour la majorité d’entre eux : elle est perçue comme constitutive de l’homogénéité culturelle et de l’identité nationales. On s’en sert aussi quand on veut se retrouver dans des rites communautaires tels que les grands repas de Noël ou les fêtes de mariage.

Mais le regard essentialiste prédomine : on se sert de la religion aussi pour définir l’étranger, dont on ne saisit pas immédiatement la proximité identitaire. Le recours croissant à la rhétorique de la stigmatisation ne s’est malheureusement pas limité aux termes du discours public.

La législation danoise n’a pas tardé à prendre le relais. Depuis 2002, le gouvernement a réduit l’aide sociale aux étrangers pendant les premiers mois de leur période de résidence.

Cette loi devait inciter, selon ses partisans, à une meilleure intégration. Elle entraîne plutôt une marginalisation accentuée, selon les analyses du centre de recherches sociales Casa. Egalement en 2002, a été votée la loi dite « des 24 ans ». Elle interdit aux résidents du pays ­ citoyens danois compris ­ d’habiter avec leur époux ou épouse de nationalité non danoise sur le territoire du royaume avant que l’un et l’autre aient atteint l’âge de 24 ans.

La loi a été critiquée par le commissaire chargé des droits de l’homme au Conseil de l’Europe. Une critique partagée et soutenue par la chef de l’Institut danois des droits de l’homme à Copenhague et par plusieurs politiciens de l’opposition.

C’est cette nouvelle pratique du pouvoir, fondée sur l’idée de « tolérance zéro » (ou intolérance ? ), inaugurée par le chef du gouvernement actuel, qui a été employée à l’égard des ambassadeurs des pays musulmans.

En refusant de les recevoir, après la publication des caricatures de Mahomet, et d’engager, à leur demande, le dialogue sur le terrain de la diplomatie, il a fait montre d’un manque de discernement surprenant. L’affaire a pris la tournure d’un incident diplomatique. Les bases de l’internationalisation de cette question des caricatures ont ainsi été jetées. La visite d’un groupe d’imams, présumés fondamentalistes et résidant au Danemark, dans certains pays arabes pour chercher un soutien à leur cause a alors ouvert le second acte de cette histoire.

Surpris et effrayé par la rapidité et l’efficacité de la campagne de boycott des produits danois, le gouvernement a préféré nier sa part de responsabilité et choisir la fuite en avant, adoptant une stratégie de coalition, européanisant ainsi une question de politique intérieure qui le dépassait soudainement. Sa tentative de polarisation à l’échelle internationale de cette question, entre, d’un côté, l’Occident et, de l’autre, le monde musulman, autour, exclusivement, du clivage de la liberté d’expression, est des plus cynique et des plus dangereuse pour la stabilité, déjà amplement mise à mal, d’une grande partie du monde. Curieusement, l’opposition danoise a montré une totale impuissance face à ce développement.

Mais l’impuissance ne signifie nullement la non-existence. A titre d’exemple, des collectifs de médecins, de prêtres, d’écrivains, d’ambassadeurs à la retraite, certains journaux et un nombre considérable d’associations ont tenté d’exprimer leur désapprobation vis-à-vis de cette orientation de la pratique politique au Danemark.

Leur contestation a le plus souvent été récusée. Il est nécessaire, du reste, de signaler que les deux autres grands quotidiens du Danemark, Politiken (centre gauche) et Berlingske Tidende (conservateur), ont ouvertement choisi, dès le début, de ne pas tomber dans le piège islamophobe de la pseudo-lutte pour la liberté d’expression invoquée par le quotidien par qui la crise est arrivée, Jyllands-Posten.

L’enjeu réel de cette question des caricatures n’est nullement celui d’une menace contre la liberté d’expression. Certains veulent cacher une forêt avec un arbre !

Les dessins n’ont pas été publiés en vue d’un véritable débat. Ils relèvent d’une entreprise de stigmatisation et de propagande xénophobe et populiste à l’encontre d’une minorité ethnique au Danemark. Le véritable enjeu est ici celui du respect de la diversité, que les sphères nationalo-populistes refusent, quitte à brandir la liberté d’expression lorsque celle-ci sert leurs intérêts. La liberté de la presse n’a jamais non plus été illimitée ! Il ne s’agit pas non plus de l’amputer.

Un minimum de vigilance éthique, de sens des responsabilités et de respect de la différence nous sortirait des méandres de ces pulsions destructrices héritées du temps où l’on justifiait la soumission de certains peuples par le besoin de les civiliser.

La liberté d’expression, dans un climat où l’un des partenaires est systématiquement rendu suspect, n’est pas une liberté réelle, parce que la liberté d’expression ­ y compris la satire la plus acide ­ sera vaine si elle n’est pas accompagnée d’un encadrement éthique partagé et d’une prise en compte des rapports de force en jeu.

Dans le cas présent, l’agresseur prétend être la victime. Une aberration !

Cela dit, le Danemark compte de nombreux adeptes du bon sens, toutes croyances confondues, qui ont besoin de soutien pour sortir de cette logique folle du « vous êtes avec nous ou vous êtes contre nous » et défendre le respect de la diversité.

L’enjeu est de vivre en paix et dans le respect mutuel, non pas de tomber dans le piège de l’idéologie du choc des civilisations dont rêvent les deux extrémismes prédominants du moment : le fondamentalisme religieux et le populisme xénophobe.

Paru dans libération du 9/2/2006

http://www.liberation.fr/page.php?A...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite