Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007

de : Jean-Michel Hureau
vendredi 2 février 2007 - 19h37 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

Présent-e-s : Léonce Aguirre (LCR unitaire), Christophe Aguiton, Eric Coquerel (Mars), Patrice Cohen- Seat (PCF), Claude Debons, Brigitte Dionnet (PCF), Alain Faradji (LCR unitaire), Jean François Gau (PCF), Elisabeth Gauthier (PCF), Jean Luc Gonneau ( Cactus/ la gauche), Pierre Mascomere (Gauche Républicaine), Alain Montaufray (LCR unitaire), Christian Picquet (LCR unitaire), Jean Sylvestre (site), Chloé Barbier (étudiante socio) Excusé : Marc Mangenot

Cette réunion du Collectif national unitaire s’est tenue conformément à ce qui avait été décidé lors de sa précédente réunion du 16 janvier. Toutes les composantes et personnalités du CNU n’y ont pas participé. Les présent-e-s ont décidé de porter à la connaissance de l’ensemble des membres du CNUI le compte-rendu de cette réunion car il leur semble nécessaire, au-delà de l’échec que représente la dispersion des candidat-e-s partie prenante de la campagne du non de gauche au traité constitutionnel à la présidentielle, de discuter des possibilités de (re)constituer un cadre commun des forces antilibérales, sans préjuger de la forme qu’il prendra. L’objectif reste la construction d’une alternative à la droite et au social-libéralisme lors des prochaines échéances politiques, comme dans le cadre des nécessaires mobilisations sociales pour s’opposer aux politiques libérales quel que soit le gouvernement qui les met en œuvre.

Le rassemblement antilibéral – un objectif durable, poursuivre malgré les obstacles

• L’accord se fait rapidement sur l’idée que l’échec quant à la candidature à la présidentielle ne signifie pas renoncer à la construction du rassemblement antilibéral.

• La délégation du PCF tient à rappeler en début de réunion que son objectif de rassemblement de la gauche antilibérale est durable, décidé par des congrès, que toute son action en sera imprégnée quelles que soient les difficultés rencontrées. Il serait souhaitable, après l’échec d’une candidature unitaire à la présidentielle, de réunir les conditions pour présenter et faire élire un maximum de députés antilibéraux. Contrairement à ce qui peut être dit ou écrit, le PCF n’entend pas déroger de ce qui est dit dans les textes communs (10 mai, 10 septembre, 125 propositions). Il est disponible à participer aux cadres utiles pour travailler au rassemblement, sur la base des textes produits dans le cadre unitaire.

• Le MARS, en soulignant les enjeux de la période actuelle – relance du TCE (réunion de Madrid, présidence de Merkel, ambiguïtés des principaux candidats), précision des enjeux de cette élection – considère que tous les éléments qui ont été à l’origine de l’appel du 10 mai sont toujours bien en place et que la stratégie reste parfaitement valable avec l’objectif non pas de témoigner mais de gagner une majorité antilibérale à gauche à même de renverser la donne par rapport au social-libéralisme. Ce qui suppose toujours le rassemblement de la gauche antilibérale. Mais on ne peut faire comme si rien ne s’était passé : nous avons échoué pour les Présidentielles et de la manière que l’on sait, il n’y aura pas de candidat qui puisse se réclamer du mouvement des collectifs. Malgré les désaccords et les ruptures, les adversaires ne sont pas entre les sensibilités de la gauche antilibérale. A l’image des très nombreux collectifs locaux qui ont décidé de ne pas s’engager en tant que tel pour l’un des candidats, le MARS considère qu’il faut renouer les fils de l’unité et redéfinir un cadre unitaire pour les législatives, ainsi que le rassemblement durable en organisant des assises à la rentrée, en ouvrant y compris aux mouvements qui sont partis (PRS) ou ceux qui n’ont pas été de l’appel du 10 mai (majo LCR). Toutes ces composantes caractérisent aujourd’hui la campagne de Ségolène Royal comme social libérale ce qui peut donc être constaté ensemble.

• La LCR unitaire insiste également sur la nécessité de poursuivre la rassemblement, en se donnant un lieu où seraient associés le PCF, la LCR, d’autant qu’après la séquence de la présidentielle et des législatives, toutes les questions du rassemblement seront posées, à toutes les composantes antilibérales. Les législatives pourraient déjà permettre d’avancer (Christian Picquet).

• Claude Debons fait remarquer que les orientations de la campagne de Royal font grandir les contradictions au sein du PS, au sein de toute la gauche ce qui constitue un énorme défi pour le rassemblement antilibéral qui ne peut être relevé que par une perspective unitaire large et non des réponses éclatées de la gauche antilibérale.

Législatives

• Il y accord pour dire que notre préférence va vers la recherche de candidatures communes dans les collectifs, avec une modulation nationale, afin d’obtenir le plus grand nombre de députés à l’assemblée nationale. Pour le PCF, l’accord politique conditionnant de telles candidatures peut être recherché selon cette méthode qui avait été décidée dans le cadre du travail du CNU d’une construction commune entre les collectifs et les organisations politiques, avec harmonisation au plan national. Si cela ne s’avérait pas possible, certains proposent comme solution ‘minimaliste’ de rechercher une répartition (entre forces politiques antilibérales) par circonscription.

• Une volonté d’écrire la suite ensemble, à commencer par les législatives, fait rapidement consensus dans la réunion. Ce qui suppose la relance du travail commun sous des formes appropriées.

• L’échec concernant la candidature à la présidentielle doit faire l’objet d’une réflexion approfondie, hors polémique, non pas tant en termes de ‘recherche de responsabilités’ mais de ‘recherche des causes’.

Appel aux collectifs : ne vous divisez pas !

• La situation des collectifs est très contrastée. Les chiffres concernant la fréquentation du site internet (Jean Sylvestre) montre le maintien d’un haut niveau d’engagement, de volonté de participation au processus, les collectifs les plus récents s’avérant les plus menacés de division/disparition. La lecture des PV (JL Gonneau) montre 4 cas de figure, en gros : des cas de séparation, des collectifs qui s’engagent unanimement pour un des candidats, des collectifs qui s’engagent majoritairement pour un des candidats en perdant un certain nombre de militants en désaccord avec ce choix, des collectifs qui décident de ne pas s’engager en tant que tel pour un-e candidat-e, mais de poursuivre le travail commun (contenus, parfois législatives, mobilisations….). Jean Luc Gonneau propose de lancer un appel à tous les collectifs unitaires de continuer leur travail unitaire, de ne pas se diviser ! De mener ensemble un travail sur les contenus, les mobilisations nécessaires, sur tout ce qu’ils peuvent décider de faire en commun. De chercher à faire émerger localement des candidatures communes aux législatives.

Cadre unitaire

• La réunion nationale à Montreuil les 20/21 janvier a comme légitimité celle des présents (représentant des cas très divers : un certain nombre de collectifs majoritairement, des minoritaires dans d’autres collectifs, des participants non validés par des collectifs, certaines forces politiques….), mais pas celle de l’ensemble « des collectifs ». Dans la mesure où cette rencontre n’a pas été convoquée par le CNU, rappelle JL Gonneau, de nombreux collectifs n’ont pas souhaité y participer. Elle a été largement perçue – et utilisée par une partie des organisateurs et des représentants de collectifs comme rampe de lancement de la candidature de José Bové. Elle est en tout cas représentative d’une partie du mouvement, mais pas de la totalité du mouvement. Plusieurs intervenants précisent que la coordination issue du 20/21 janvier aura à préciser son rôle lors de sa prochaine réunion le 3 février, notamment par rapport à la campagne de José Bové qui, comme Marie George Buffet, ne saurait se réclamer ‘des collectifs unitaires’. Après une longue discussion à ce sujet se dégage l’opinion que cette coordination ne pourra pas constituer (ou risque de ne pas pouvoir le constituer, pensent certains) le cadre unitaire, reconnu par tous les collectifs issus de l’appel du 10 mai, dont nous avons besoin pour poursuivre l’effort de rassemblement le plus large, le plus inclusif possible. Le Mars et LCR unitaire rappellent cependant que s’il est possible d’émettre des critiques plus ou moins fortes sur le déroulement et les conclusions de la réunion de Montreuil, cette réunion nationale – proposée à l’origine à toutes les sensibilités du collectif national unitaire - est le fruit de l’échec et de la rupture de la réunion de St Ouen. Pour la LCR unitaire (Aguirre), si la candidature de José Bové ne peut être considérée comme plus légitime du point de vue des collectifs que d’autres, sa responsabilité dans la division du « camp » de la gauche du non ne saurait être mise sur le même plan que celles, déterminantes, des directions de la LCR et du PCF.

• Le CNU créé en mai 2006 ne peut pas non plus poursuivre son action dans une simple continuité en raison de l’échec d’un des ces objectifs majeurs : faire émerger une candidature commune à la présidentielle. Il faudra tenir compte des éléments de continuité, et de discontinuité. Il doit être vérifié, en s’adressant à toutes les composantes engagées à un moment du processus, s’il est possible, comme le souhaitent les participant-es, de constituer, sur la base d’un nouveau texte un cadre renouvelé concernant l’ensemble des collectifs. Si possible dans la configuration issue de l’appel du 10 mai et sur la base de l’orientation du texte du 10 septembre. Plusieurs intervenants proposent d’y intégrer la LCR, si elle le souhaite. Il est souligné que cette initiative ne peut en rien anticiper ce qui pourrait faire l’objet de futures Assises proposées par certains.

• Il y a débat sur la composition, le mode de travail de ce cadre. Accord sur un certain nombre de caractéristiques : ne pas constituer une direction du mouvement, mais un cadre de travail, un facilitateur, l’outil d’une construction politique en bas et à l’échelle nationale ; pas de rapport de dirigé/dirigeant entre cadre national et collectifs locaux ; rassembler forces structurées, personnalités sans devenir une usine à gaz qui appelle à nouveau des cadres plus restreints (type secrétariat) pour pouvoir réellement coordonner …. ; travailler à l’élaboration d’accords politiques par la recherche de ce qui fait consensus, ce qui reste le seul moyen de construire ; concevoir le travail au consensus par étapes : propositions du collectif national à élaborer au consensus tout en constatant les désaccords – vérification si large accord dans les collectifs locaux – prise de décision. La discussion s’engage sur la participation de collectifs locaux au cadre national. La recherche doit continuer pour trouver un modèle qui permette une participation active de représentants de collectifs locaux, sans que la désignation de ‘représentants’ au niveau local, voire départemental ou régional, nous engage dans une voie de structuration des collectifs en tant qu’organisation. Il s’agit de répondre aux besoins des collectifs locaux de participer, de maîtriser le processus (Claude Debons, Eric Coquerel). La recherche doit aussi porter sur les difficultés rencontrées dans la coopération entre partis politiques et militants de mouvements sociaux, politiques, de collectifs (Christophe Aguiton, Christian Picquet).

Décisions concrètes

• Large circulation de ce compte rendu

• Rédaction d’un texte en vue de la relance d’un cadre national

o Il reprendra les termes de nos textes antérieurs, en actualisant.

o Il appellera à travailler à des candidatures unitaires aux législatives (en reprenant les termes du texte déjà existant élaboré dans le cadre du CNU)

o Il proposera un cadre de travail national unitaire, en faisant appel à toutes les forces disponibles de l’intégrer (dont PRS, la LCR, les absents de cette réunion : Alternatifs, AlterEkolo, Objecteurs de croissance, CCAG, personnalités)

• Site : Il est un élément de la continuité du processus. Il sera tenu compte de la volonté unitaire fortement affirmée lors de cette réunion. L’espace commun ne prendra pas position pour une des candidatures à la présidentielle, dans la mesure où aucun candidat ne pourra se réclamer « des collectifs » et sera retravaillé en fonction des décisions de la soirée, avec mise en valeur de ce qui est commun. Les espaces des collectifs seront à leur disposition, et sous leur entière responsabilité. L’équipe de rédaction restreinte dans un premier temps à 4 personnes (et pouvant de nouveau s’élargir par la suite) fonctionnera de façon plus pluraliste.

• Prochaine réunion le 13 février, 18h, Fabien. Toutes les composantes seront invitées.

CR rédigé par Elisabeth Gauthier et validé par les présents.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 21h04

j’en ai marre de ce collecif national qui appelle maintenant les collectifs à ne pas éclater... un peu facile surtout quand sa fait deux mois qu’on vire les militant du PC de ces derniers ou qu’on monte des doublon dans les villes (pour en monter des tous neuf sans militants PC) tout ça pour taper leur petit putch a montreuil et lancer Bové !!! maintenant le moustachu démago est en campagne, il va faire campagne contre le PC, il va renforcer le vote utile, mais faudrais qu’on se range en rang d’oignons pis qu’on prépare les législatives avec vous !!!! bande de démagos !!!

Je peux vous dire qu’il va falloir ramper auprès des 140 000 staliniens (et tous les nouveaux petit staliniens en herbe qui vont suivre Marie George) pour qu’il se passe à nouveau quelque chose entre nous...

Vous ne nous aurez pas deux fois !!!

Que l’on consulte les collectifs pour qu’ils élisent un collectif national réellement représentatif et après on verra !!! Marre des carriéristes et des petites orgas de bobo qui veulent se donner le frison en jouant les révolutionnaires.

Vous êtes responsable de cet échec !



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 21h09

Collectifs unitaires ou l’on ne compte que des" rouges" !!!!!!Reveillez vous les mecs c’est une réunion de cellule.
(yvan de poussan)



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 21h24

évidement qu’il n’y a pas que des rouges dans les collectifs .... c’est le principe du collectif... mais Je me vois mal (et je suis loin d’être le seul) soutenir aux législatives un candidat qui aurait fait campagne contre MGB. Je veux bien avaler des couleuvres mais faut pas exagérer ! on nous insulte en nous traitant de stal, sa fait deux mois qu’il crient à qui veut bien l’entendre que le PCF est une relique de la guerre froide !!! pis après faudrais tout oublier et porter cette tripoté de carriéristes aux affaires .... non merci

Le PCF a fait preuve d’ouverture... et encore une foi on l’a poignarder dans le dos... donc nous seront très vigilant à ce qui va se passer dans les mois qui viennent c tout



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 22h12

Quelques idées pour participer aux échanges. En lisant le communiqué, on ne peut pas considérer que le parti communiste a de la rancune !!!, après les insultes et les menaces, les masques sont tombés. Comment peut on espérer travailler avec des gens qui n’ont pas respecté les principes élémentaires de la démocratie et les décisions majoritaires de leur parti (PC,LCR,VERT etc) et des comités, et qui ont proféré des insultes et des menaces. Ils viennent de donner une chance historique à la droite et à son candidat menaçant.
Si la politique d’union est juste sur le fond, ce n’est pas certain que dans la pratique la méthode soit saine.
Celle-ci peut être assimilée à une entreprise de débauchage et très mal vue par les adhérents et électeurs de gauche et donc d’avoir un effet boomerang. Je pense à mon humble avis, qu’il existait une autre méthode bien plus démocratique, à savoir se battre à l’intérieur de chaque composante pour convaincre une majorité d’hommes et de femmes de la nécessité d’une politique anticapitaliste. Cela n’empêchait nullement de se retrouver dans des structures pour élaboré des propositions comme celles qui sont portées par Marie George.
Merci de m’avoir lu. FV



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 22h17

Il va falloir que cela rentre dans la vraie vie ces bonnes intentions.Il semble que le site alternativeagauche2007 retrouve un peu la raison. Il faut amplifier et faire en sorte tout de même que JB n’aille pas au bout de sa démarche car cela ne fait qu’ajouter de la division.

Jean-Philippe VEYTIZOUX



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
2 février 2007 - 23h17

TROP C’EST TROP !

Les escarmouches sur les sites internet ne changeront rien à l’affaire :les militants communistes ne sont pas seuls a avoir compris ce qui se passe !

Les uns et les autres (militants, ex-militants qui rentrent à la maison, non encartés qui ont pu juger de près) ne vont pas se laisser faire aussi facilement pour les législatives.

Remettons tout à plat s’il le faut, pour relancer l’indispensable unité sur des bases plus saines et plus solides !

j-c coualan



Compte-rendu de la réunion du Collectif National Unitaire du 30 janvier 2007
3 février 2007 - 15h45 - Posté par

APPEL AU CALME, APPEL AU CALME !!!

y’a qui dans les collectifs locaux ? En gros, des adhérents ou sympathisants PCF, des adhérents ou sympathisants LCR et des sympathisants d’une certaine "écologie radicale" qui est moins structurée au niveau politique mais représente un réel courant d’idées. Chacune de ces composantes se retrouve avec son-sa candidat-e. Bon, tout le monde est d’accord pour dire que c’est naze, mais c’est comme ça (seul point positif : trois fois plus de temps de parole pour les idées antilibérales à la télé pendant la campagne officielle ... je sais, c’est un peu tiré par les cheveux comme point positif ...).

A partir de là, chaque individu et chaque collectif se positionne comme il le souhaite, mais n’oublions pas qui sont les vrais ennemis, évitons de nous tirer dans les pattes et essayons de réaliser l’unité partout où c’est possible pour les législatives et les municipales.

D’accord le Collectif national est criticable, comme le sont les décisions des directions du PCF, de la LCR et de l’assemblée de Montreuil. Mais je trouve plutôt positif qu’un cadre unitaire soit maintenu tant bien que mal pour la suite des événements. Alors on arrête de se traiter de "staliniens" et de "bobos", on colle les affiches de qui on veut, et on se retrouve dès que possible pour continuer à bosser ensemble !
DIVISéS NOUS N’OBTIENDRONS JAMAIS RIEN !!! ... et j’en ai vraiment marre de voter "moins pire" au deuxième tour !

TM-93






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite