Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La Gare du Nord et la goutte d’eau

de : Lionel Labosse
samedi 31 mars 2007 - 11h30 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 27.4 ko

de Lionel Labosse

Urbanisme et urbanité

Je suis un utilisateur quasi-quotidien depuis une quinzaine d’années de la Gare du Nord. Pendant 5 ans, habitant et travaillant en Seine-Saint-Denis, je laissais ma voiture auprès d’une gare du RER B ou E pour me rendre à Paris pour mes loisirs ; puis j’ai emménagé à Paris 18e, vendu ma voiture et utilisé le RER pour me rendre sur mon lieu de travail quatre fois par semaine ; enfin depuis deux ans j’ai obtenu une mutation dans une ville plus proche de Paris, où je me rends en bus, en attendant une prolongation du métro (ligne 12) ; et j’utilise la Gare du Nord fréquemment pour mes déplacements sur Paris ou en banlieue. Ces précisions nombrilistes sont nécessaires pour préciser que les remarques qui suivent sont inspirées par un vécu.

Les échauffourées du 27 mars 2007 à la Gare du Nord ne m’ont pas surpris, et elles sont amenées à se reproduire de plus en plus fréquemment parce que des décideurs à mon avis incompétents ou vénaux ont laissé faire ou organisé un environnement aliénant et criminogène. Voici un certain nombre de gouttes d’eau qui, emplissant jour après jour le vase des usagers de cette gare, ne peuvent que déborder. Il m’est arrivé d’avoir envie de « tout casser » dans ce trou à rats inhumain, alors comment s’étonner qu’avec des jeunes un peu plus nerveux que moi, on en arrive à ces extrémités !

1. Observez un plan du métro de Paris, et comptez le nombre de stations de RER B au nord de Paris et au sud de Paris. Tout au sud, la station Cité internationale dépose les honnêtes citoyens directement auprès du riant Parc Montsouris ; un peu plus au nord, les stations Denfert-Rochereau, puis Port-Royal au nom si prophétique, puis Luxembourg, enfin Saint-Michel, déposent l’usager au pied de son appartement cossu. Le RER est comme un métro. Au centre de Paris, Châtelet permet de changer de ligne ou de profiter du centre commercial que naguère le maire de Paris Jacques Chirac a installé au centre de la plus belle ville du monde ; puis on a Gare du Nord pour déverser ses foules de pauvres, et point barre. 5 stations au sud, une au centre, une seule au nord. L’habitant des quartiers populaires (10e, 18e, 19e) n’a pas la chance du bourgeois des 14e et 5e arrondissements : il lui faut entamer ou terminer son trajet biquotidien dans des bus ou métros bondés, mais surtout, les centaines de milliers d’habitants de ces quartiers s’ajoutent à ceux des banlieues nord et est pour se fondre dans une des plus grandes gares du monde. Comment s’étonner alors des conséquences inévitables d’une telle concentration de personnes issues pour une grande part des classes populaires ?

2. Pourquoi traîne-t-on les pieds pour entamer les travaux pour créer des stations intermédiaires qui réduiraient cette concentration et soulageraient les usagers d’un quart d’heure à une heure de trajet par jour ? La future station de la porte d’Aubervilliers sur la ligne E est enfin programmée pour 2012 je crois, alors qu’elle est envisagée depuis une dizaine d’années. Je n’ai jamais entendu un seul politicien parisien évoquer un pendant de la station Cité Internationale au nord de la ligne B, à la Porte de la Chapelle. Les habitants des quartiers populaires et populeux du XVIIIe et du XIXe, qui fournissent pourtant un grand nombre des travailleurs à bas salaire de la zone de Roissy (ou de la Plaine Saint-Denis, etc.), sont obligés de descendre Gare du Nord, puis de remonter sur Roissy. Ce sont peut-être leurs enfants qui ont causé les émeutes. Il est vrai que ces parents qui rentrent tard et épuisés du travail, et pour cause, ont sans doute moins le temps de s’occuper de leurs enfants que les riverains de la station Port-Royal.

3. Les récents travaux d’aménagement de la Gare du Nord, en sous-sol puis en surface, n’ont pas consisté en l’amélioration de la vie des usagers, mais à créer de toutes pièces un immense centre commercial souterrain, avec entre autres un Monoprix et la litanie des franchisés qui pourrissent déjà tous les centre-ville de toutes les villes de France ; avec sans doute dans le cahier des charges secret, de retarder au maximum la création d’autres stations, pour pourvoir aux actionnaires de ces magasins le maximum de clientèle. J’ai tendance à ne pas les plaindre, et si je ne me réjouis pas des émeutes, parce que j’en serai forcément la victime un jour ou l’autre, je constate tous les jours ce qu’on aurait dû faire pour éviter cette situation, et qu’on a fait exactement le contraire. Comment peut-on avoir tout fait pour retenir un maximum de gens dans ce sous-sol glauque, pour enrichir les actionnaires des chaînes de distribution, et s’étonner que des jeunes aiment s’y réunir ? Les travaux qu’aurait engagés un véritable service public, au lieu de créer un centre commercial, auraient consisté par exemple à créer une sortie directe à l’extrémité nord des quais. (Je ne parle pas de la belle vitrine du parvis, mais de ce qui se cache en sous-sol, la où grouillent les banlieusards des lignes B, D, E). Au lieu de cela, l’usager est obligé d’emprunter le couloir interminable de correspondance avec la station La Chapelle de la ligne 2. Un couloir avec des angles morts, où les caméras n’empêchent pas les agressions. Les flux ainsi créés permettent de transformer l’usager de la SNCF en client captif. La sortie par ascenseurs côté rue du Faubourg Saint-Denis, propose des appareils inadaptés, en verre, à fonctionnement manuel, donc constamment cassés et en panne pendant des semaines, voire des mois. On peut se demander pourquoi, dans un lieu de passage si intense, la SNCF n’a pas installé des ascenseurs à fonctionnement automatique, avec habillage métallique et non en verre, beaucoup moins fragiles, comme il y en a par exemple à la station Auber (RER A).

4. On peut évoquer encore le type de rames choisi pour le RER D : longues rames à deux étages, avec seulement 2 portes, qui créent des bousculades quotidiennes et ralentissent le trafic et les voyageurs. Erreur rattrapée pour les rames plus modernes du RER B (un seul étage et 4 portes) et du RER E (deux étages et 3 portes), mais pendant combien d’années les usagers de la ligne D (la ligne la plus populaire et la plus bondée de toutes, comme par hasard) vont-ils supporter ces bousculades créées par un matériel inadapté ?

5. Il faudrait aussi réfléchir à un moyen pour que tous les clochards et toxicomanes du nord de Paris n’investissent pas les escaliers et quais de cette immense gare. On réfléchirait utilement à la décision à mon avis stupide de la RATP de supprimer les sièges des stations de métro des quartiers nord de Paris. Par exemple à la station Marx-Dormoy, il n’y a pas un seul siège, soi-disant pour éviter les personnes indésirables. La RATP n’aurait jamais osé agir de cette manière dans le XVIe arrondissement. Comme si, dans les quartiers nord, il n’y avait pas non plus de personnes âgées et de femmes enceintes qui auraient besoin de sièges. Mieux, savez-vous comment s’appellent ces appuie-fesses inconfortables qui prolifèrent dans nos stations de métro pour empêcher qu’on puisse s’asseoir confortablement ? Des « appuis ischiatiques » (sic !). Je l’ai su pour avoir écrit à la RATP à l’époque où une adresse courriel était affichée. Maintenant, ce n’est plus possible, il faut se perdre dans des « FAQ » (lire à l’anglaise) ou des numéros de téléphone surtaxés. Le problème est qu’en agissant ainsi, toutes ces personnes se concentrent à Gare du Nord. Les habitants des quartiers populaires sont toujours plus mal servis que les autres. Par exemple la station citée ci-dessus est actuellement en travaux pour remplacer l’escalier mécanique, ceci jusqu’en juin 2007 (alors qu’elle avait déjà été fermée pour rénovation il y a trois ans !) L’unique escalier d’accès, réduit à 1m50 de large, engendre des bousculades tous les jours, parce que cette station est une des plus fréquentées de Paris, mais jamais on n’a investi dans la création je ne dis pas d’une sortie à l’autre bout de quai, pourtant fort nécessaire, mais simplement d’un autre escalier qui éviterait de traverser le carrefour gris et dangereux baptisé ironiquement « Place Paul Eluard ». On pourrait faire un effort, quand on compare avec le luxe inouï que la RATP a déployé pour creuser d’immenses tunnels déserts pourvus de luxueux trottoirs roulants pour créer des accès directs aux Galeries Lafayette depuis le RER E à Saint-Lazare.

6. Les usagers de la Gare du Nord habitant ou travaillant dans le quartier n’ont pas digéré l’escroquerie dont ils ont été victimes il y a une dizaine d’années, quand les billets terminus en gare du Nord (pareil pour les autres gares) ont été supprimés, avec obligation d’acheter un billet couplé train + métro dit « section urbaine ». En outre, ces billets obligent à utiliser le métro et non le bus. Dans le cas de Marx-Dormoy, au lieu de prendre le 65, direct et rapide aux heures creuses, il faut prendre le métro n°4 pour 3 stations, puis emprunter l’interminable couloir de Marcadet-Poissonniers, puis la ligne 12 pour une station, tout ça pour ne pas se faire arnaquer d’un billet qu’on nous a forcé à acheter. Autre escroquerie, quand vous avez une carte orange et que vous voulez dépasser votre zone, depuis quelques années, il faut payer le trajet entier. Avant, on ne payait que le dépassement. Les adultes des classes populaires ont accepté ça sans broncher, mais sans doute leurs enfants ont-ils entendu leurs récriminations, jour après jour, depuis des années…

7. Enfin, cerise sur le gâteau, depuis plusieurs années, sur les quais des stations de RER E et B, depuis la gare du Nord ou Haussmann jusqu’en terminus de réseau, est diffusé sans aucune interruption, le programme d’une radio commerciale privée, informations et publicité comprises, en l’occurrence RFM. Le volume est suffisamment élevé pour qu’une personne normalement constituée ne puisse plus se concentrer sur aucune autre activité intellectuelle, par exemple lire un livre. Vous me direz : « Quelle importance, puisqu’il s’agit uniquement de l’attente du train ? » Je vous répondrai que, si l’on rate un train en soirée, et que le train suivant est annulé, ce qui, si l’on est un utilisateur quotidien, vous arrive au moins une fois par semaine, cela entraîne entre quinze et trente minutes d’attente sur le quai. Trente minutes, quand on a entre les mains un livre passionnant et dans les oreilles une ritournelle dont on n’a aucun moyen de se protéger, certains spécialistes de la torture n’auraient guère imaginé plus sadique comme conditionnement. De plus, la radio choisie est RFM, une radio privée qui appartient sans doute encore au groupe Lagardère.

Les gens qui ont décidé d’obliger les usagers de la Gare du Nord à écouter la radio d’un vendeur d’armes, ou qui ont laissé faire, sont sans doute parmi les premiers à s’offusquer des émeutes. Quant à moi, quand on me parle de violence et de délinquance, j’ai tendance à étendre le concept, et à chercher des solutions. Je sais bien que l’on va me traiter de doux rêveur politiquement correct. Je ne nie pas que nous sommes dans une époque de brumisation. Je me souviens du drame du stade du Heysel en 1985. Certes, on peut, au café du Commerce, gloser sur la sauvagerie des supporters de football comme sur celle des jeunes usagers de la Gare du Nord. Un commentaire pourtant m’avait marqué : si les sorties du stade avaient été protégées par des larges colonnes de béton situées devant et non sur le côté des portes, les gens ne se seraient pas écrasés les uns les autres. Du lien entre urbanisme et urbanité… À voir s’accumuler ces gouttes d’eau, on ne s’étonne pas que le vase déborde. En résumé, après avoir laissé hurlé les loups, si vous voulez réduire le nombre d’émeutes, construisez de nouvelles gares plus respectueuses des flux de voyageurs, de nouvelles sorties, utilisez un matériel plus adapté, encouragez la SNCF et la RATP à rester des fournisseurs de transports et non des fournisseurs de clients pour des centres commerciaux.

 http://www.altersexualite.com/spip....


JPEG - 35.2 ko

Dernier ouvrage de Lionel Labosse :

Un regard critique de jeunes adultes sur la société contemporaine.
Karim & Julien
Lionel Labosse,
Éditions Publibook, 2007, 199p., 19 €.
 http://www.altersexualite.com/spip....


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La Gare du Nord et la goutte d’eau
31 mars 2007 - 11h42

Merci pour l’apport de cette goute d’eau, qui nous donnes, une autre vue de la vie, à la gare du Nord. Il serai souhaitable de faire parvenir ce méssage, auprès de MGB, ou de son équipe.



La Gare du Nord et la goutte d’eau
31 mars 2007 - 14h55 - Posté par

 Le fric règne

 L’actionnaire commande

 Le politique obéit

 Le peuple subit.

... et puis un jour, ça pète.


La Gare du Nord et la goutte d’eau
31 mars 2007 - 14h46

Cette excellentte radiographie de notre réeau de transport francillien est inquiétante .
Cet article devrait être publié dans les grands quotidiens. Il démontre que la lutte des classes est loin d’être finie et que la subtilité manipulatoire du grand capital aidée en cela par l’Etat doit être démasquée.



La Gare du Nord et la goutte d’eau
31 mars 2007 - 14h47

Vu ce que nous montre avec précision et pertinence ce message, analyse que l’on pourrait multiplier sur nombre d’autres aménagements urbains et du territoire, ce n’est pas seulement d’autres gares qu’il faut construire, mais bien mettre à bas le capitalisme dont c’est l’essence même de générer ces situations inégalitaires et violentes !

GREVE GENERALE !



La Gare du Nord et la goutte d’eau
31 mars 2007 - 16h47

Oui, il est temps de revoir comment sont ficelées nos banlieues. L’urbanisme y est pour quelque chose. Quand on entasse la misère sur plusieurs niveaux ou étages, il est normal que ça redescende comme un torrent, polluant tous les espaces. C’est pas la faute aux gens si des "têtes bien pensantes" ont fait certains choix plutôt que d’autres, pour servir d’abord les intérêts des friqués et les salariés en dernier.

Attention, parce que pas de salariés, pas de riches !



La Gare du Nord et la goutte d’eau
1er avril 2007 - 12h50

SUITE GARE DU NORD Representants du personnel

Les representants du personnel de la gare du nord menent des actions contre les politiques imposées par leur direction. Il leur manque incontestablement l’analyse et le poid des usagers pour avancer collectivement. L’article proposé par lionel est exeptionnel par sa précision dans l’observation qu’il porte sur l’exploitation du système et surtout par les inconhérences qu’il soulève.
Il est temps que l’on se rencontre pour travailler ensemble. Nos actions en interne (Comité d’établissement,...) n’ont pas d’échos et sont de suite ou étouffées ou marginalisées... Nous avons besoin de construire des liens durables pour faire cesser ces mesures qui sont mise en place et s’attaquent à nos conditions de vie et de travail....

Pour ecemple

La Gare du Nord est exploitée en toute illégalité par rapport au code de l’environnement lois 1977 et sans autorisation. La certification affichée par la SNCF concerne l’exploitation des lieux et non pas les régles préconisées par la législation en matière de sécurité du site.

Deux faits combattus
En Janvier 2006 un agent SNCF MOINY (militant syndical) est décédé en gare routière dans un incendie dans des bungalows installées sans autorisation (DSRIRE), ni permis de construire
(DDE). Des milliers d’in,stallations illégales sont exploitées sans accord préalable ou contrôles conformes de la préfecture. La SNCF ne paye pas les impôts ICPE sur des millions de m2 !!!

En Août 2006 suite aux décés sur la légionellose en gare d’austerlitz, les élus ont fait arrêté les tours aéroréfrigés de la gare du nord (toujours immobilisés) Motif : non déclarées , non conformes, non entretenues et devenues dangeureuses puisque les % trouvés de rejets dépassaient les seuil.
POSONS NOUS LA QUESTION : Que peut’il se passer en cas d’incendie grave dans les sous sol de la gare et boyaux du RER en matière d’évacuation desfumées ?

Nous avons déposé une plainte (partie civile) pour mise en danger de la vie d’autrui contre le directeur de l’époque qui n’est autre que le directeur DRH national actuel. nous avons interpellé à plusieurs reprises les autorités (prefet,....)

Il est temps qu’usagers et personnels des transports unissent leur energie pour stopper ces situations qui restent trop souvent des sujets émotionnels relayés aux oubliettes trop rapidement.

Ci joint notre communiqué de presse suite aux incidents et nos coordonnées
sudrail.parisnord@wanadoo.fr 39 bis Boulevard de la chapelle 75010 PARIS

Paris le 29 Mars 2007

COMMUNIQUE
INCIDENT EN GARE DU NORD.

Suite à un contrôle de titre de transport par la RATP des affrontements se sont déroulés le 27/03/2007 en gare du nord

Ce contrôle a rapidement dégénéré : d’une interpellation musclée à 16h30, en affrontement dés 16h40, puisque le service d’ordre sur place a utilisé des gaz lacrymogènes dans les sous sol de la gare du Nord ; pour repousser une foule qui contestait cette arrestation. Le climat d’émeute relayé par des casseurs s’est propagé dès 20h00 et poursuivi jusqu’à une heure du matin.

Ce type d’incident, qui s’enchaîne à partir d’interventions disproportionnées, se sont déjà produits dans cette gare et nous les avions dénoncé.

Les rapports dégradés, police et citoyens et l’exploitation politique du tout sécuritaire, accentuent incontestablement ce risque d’émeute dans nos gares qui restent des lieux de vie et d’échange essentiels. Les attaques dirigées contre les services publics et les cheminot (e) s favorisent aussi de nouvelles dualités au quotidien avec certains usagers excédés par la dégradation continue de l’offre qui leur est faite. L’exploitation politique immédiate des candidats présidentiables potentiels et d’autant plus lamentable que certains, d’entre eux, incitent l’électorat sur ces logiques d’affrontement et dénigrent le service public

Les cheminot(e) s ont assuré le service public.
Cinq cheminots ont été blessés dans l’exercice de leur fonction, d’autres ont pu se retirer et se réfugier pour éviter les agressions. De nombreux agents SNCF malgré cette situation, ont assuré la continuité du service et permis ainsi aux usagers de transiter et d’évacuer la gare.

La direction SNCF n’engage pas sa part de responsabilité.
Lors d’une rencontre le 28/03/2007 à 16h la direction SNCF a finalement reçu les organisations syndicales qui très tôt l’avaient pourtant sollicité. La Direction veut nous rassurer sur l’intérêt qu’elle veut porter pour coordonner plus et mieux le recours et l’intervention des forces de police.

SUD rail exprime une réelle inquiétude devant cette concentration excessive des forces de sécurité qui filtrent, contrôlent et conduisent aux interpellations qui dérapent. Cette émeute est aussi révélatrice de ce climat de tension que nous subissons dans notre quotidien sur de nombreuses gares qui laisse apparaître les symptomes assimilables à la crise des banlieues.

La direction SNCF de Paris Nord n’apporte pas de réponse sur la part de responsabilité qui la concerne et ne contribue pas à prévenir et contenir des situations qui deviennent explosives. Elle s’abandonne à cette logique du tout sécuritaire au détriment de ses obligations citoyennes de service public. Bien au contraire elle supprime les moyens réels humains nécessaires pour assurer de nombreuses missions.

Les instances représentatives (CPRS) chargées d’analyser, de proposer des mesures de prévention sur la sûreté ne sont plus convoquées ou écoutées par les dirigeants SNCF.

Les installations complexes de la gare (internationale) du nord ne répondent pas aux obligations légales qui imposent une étude d’impact, des études de dangers dites ‘catastrophe’ et ne sont pas validées par le préfet. La présence des galeries marchandes, dans ces lieux de fort transit, peut rendre critique la sécurité générale des usagers. Dans ces conditions ces risques d’exploitation sanitaires et industriels, pourraient entraîner une catastrophe si une émeute venait à propager un incendie général dans ces galeries souterraines.

SUD rail demande que l’exploitation conjointe avec la RATP ou les missions fixées avec les autorités publiques qui ont des missions de sûreté soient soumises à débat dans nos instances et ne restent pas des domaines ‘top confidentiel’

SUD rail dénonce inlassablement cette mise en danger permanente du personnel et l’absence de consignes claires pour gérer les situations exceptionnelles que pourraient subir les usagers.

SUD rail Paris Nord..



La Gare du Nord et la goutte d’eau
1er avril 2007 - 20h26

Bravo pour cet excellent décryptage, très compréhensif et enrichissant, plein de diagnostics et de solutions de remèdes... Le constat d’observation du RER Gare du Nord est fort lucide !

Pierre de Bellevue.



La Gare du Nord et la goutte d’eau
2 avril 2007 - 12h11

La partie sud de la ligne RER B (la "partie chic") , c’est l’ancienne ligne de Sceaux qui... ne date pas d’hier. Seule la prolongation vers la gare du Nord est récente. Et pour ceux qui ont connu l’ancienne gare du Nord banlieue, elle était franchement inquiétante. Y’a quand même du mieux.



La Gare du Nord et la goutte d’eau
10 avril 2007 - 17h25

Tres bonne annalyse de la situation Lionnel

Les transports en commun doivent être de la même qualité que ce soit à st denis ou dans le 16 ème. Mais voit tu je suis aussi pour la gratuité des transports en commun. Il n y a que des avantages. Que ce soit par l’abscence de tourniquets pour les méres de famille avec poussette ou les personne agées (ces dits tourniquets n’empéchent pas la faude car il suffit de coller de prés un non fraudeur et on passe !!!) et la diminution sensible du traffic automobile qu’elle entrenerait, elle est pourtant refusée.
C’est d’autant plus injuste que les succés s’accumulent (Gap,chateauroux,chamonix...).Mais la encore sous couvert de connaitre les flux de déplacements (si c’était le cas pourquoi est on toujours dans des transports en commun bourrés et sérrés et qu’on donne priorité à la couverture de la N13 à Neuilly...au lieu de construire le T1 et le T2) on flique les citoyens pour mieux les controler.
En tous cas je vais voter à ces présidentielles pour le paysan







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite