Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Dialogue avec Pierre Zarka : de la nécessité de faire clair et du zapatisme

de : Mouton Noir
mardi 26 juin 2007 - 23h07 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 13 ko

de Mouton Noir

A son tour, Pierre Zarka a publié un court texte dans l’Humanité pour livrer sa vision de l’avenir du PC (qu’on imagine donc assez proche de celle des "Communistes Unitaires").

Point positif, il souligne l’importance de nos relations avec les autres forces et mouvements anticapitalistes, et insiste sur la nécessité impérative d’une structure ad-hoc pour organiser ces relations.

Avant de revenir sur ce point essentiel, nous avons néanmoins relevé plusieurs ambiguïtés, ce qui est dommage pour un texte qui veut "faire clair" (au moins le texte des Huistes avait le mérite de ne pas tourner autour du pot).

Disons que je n’arrive pas à comprendre certains points, mais on va certainement m’expliquer :

1. Sur la responsabilités des "forces politiques" dans l’échec des collectifs

Les forces politiques n’auraient "pas rendu possible le passage de tout cela à l’expression politique"... c’est aller un peu vite et réécrire en partie l’histoire ! Cet échec doit autant être imputé aux manoeuvres de certaines personnalités qu’aux forces politiques constituées (mais nous avions déjà écrit à l’époque sur ce sujet). Surtout, il illustre parfaitement les dérives que ne manquent jamais d’entraîner des structures de décision et de pouvoir aussi floues qu’anti-démocratiques. Pour mettre les points sur les "i", le pouvoir que se sont arrogé les quelques personnalités du Collectif National à travers cette absurdité du "double consensus" était totalement exorbitant, et constituait un droit de veto leur donnant de facto la possibilité d’ignorer purement et simplement le vote souverain des milliers de militants qui ont fait vivre les collectifs locaux (que ce soit par calcul délibéré ou par impossibilité réelle de parvenir à un "consensus" entre ces personnalités).

Non, les forces politiques ne se sont pas disqualifiées, et encore moins le PCF dont chaque décision majeure dans cette période douloureuse a fait l’objet d’un vote démocratique auquel ont massivement participé ses adhérents.

Si un enseignement doit être tiré de cet épisode pour l’avenir du mouvement unitaire, c’est que les structures nationales doivent être "au service" des structures locales, et devraient s’inspirer du zapatisme : "commander en obéissant" et rotation régulière de leurs membres désignés par les structures locales... Que pensent les "unitaires" de cette piste ?

2. Sur le contenu du projet politique

Pierre Zarka affirme qu’il est impossible d’avancer sans "penser de manière cohérente un autre type de société". D’accord, mais quand il détaille ce que serait cette nouvelle "cohérence communiste", cela donne "émancipation individuelle, appropriation progressive des pouvoirs et nouveau type de développement". Ce n’est pas vraiment clair, ou plutôt cela fait surtout référence à l’aspect formel ou institutionnel de la politique et de la citoyenneté, sans aborder directement l’économie. Or le citoyen est aussi un producteur et un consommateur. Que pensent les "communistes unitaires" de l’appropriation sociale des moyens de production ? (promis, je vais aller voir sur leur site...)

A cette réserve près, je rejoins totalement cette nécessité de penser un "autre type de société". C’est bien un autre système de valeurs qu’il faut opposer au capitalisme et au consumérisme (comme le souligne La Louve dans ce texte que je vous recommande). C’est pourquoi l’enseignement et l’éducation constituent un axe essentiel de ce projet politique.

3. Sur l’impossibilité pour le PCF d’exister sans une structure unitaire formelle

"Que l’un des deux espaces fasse défaut et l’autre ne peut exister. N’est-ce pas la douloureuse expérience que nous sommes en train de faire ?" NON ! Ce dont nous faisons la douloureuse expérience, c’est l’absence de règles claires et démocratiques pour faire vivre cet espace unitaire. Mais cette absence n’est pas un hasard, elle découle directement de l’absence de formulation explicite des objectifs d’une telle structure. Chacun peut ainsi poursuivre son "agenda secret" en tentant d’instrumenter à son avantage un "machin" dont la nébulosité démontrerait l’alter-modernité...

Mais nous reviendrons sur ce point, car il va bien falloir avancer des propositions.

4. Sur le dépérissement de l’Etat au profit d’une nouvelle citoyenneté (qui aurait manqué à l’expérience soviétique)

Là ce n’est plus la boîte de Pandore, c’est carrément le gouffre... Alors allons-y, pourquoi pas ! J’ai récemment découvert qu’un philosophe Italien (proche des refondateurs) avait avancé l’hypothèse que l’échec soviétique pouvait justement s’expliquer par l’intériorisation de cette perspective du dépérissement de l’Etat : celui-ci étant voué à disparaître, il était vain de vouloir le développer, notamment pour en faire un Etat de droit dans lequel l’Etat serait justement garant du respect des droits de chaque individu.

Cette analyse est séduisante. Si l’on veut en tirer tous les enseignements pour définir ce que pourrait être le communisme du 21ème siècle, la première conséquence serait justement qu’il faudrait bannir de notre corpus théorique cette perspective du dépérissement de l’Etat, et la remplacer par la volonté affirmée de développer un Etat de droit profondément démocratique. Ce qui ne signifie pas dépérissement de l’Etat, bien au contraire.

Reste à trouver des sources d’inspiration pour définir cette nouvelle citoyenneté. Si pour les "Communistes Unitaires" les collectifs représentent un modèle de citoyenneté et de démocratie, alors là on est mal partis... Après la dictature du prolétariat, on va avoir droit à la dictature des alter-aristocrates !

Les travaux du PCF sur la 6ème République me semblent une piste plus intéressante. Et si l’on veut vraiment chercher du neuf dans ce domaine, là encore l’expérience zapatiste peut être une source d’inspiration.

Mais revenons aux formes du rassemblement.

Dans ce domaine plus que dans tout autre, il va vraiment falloir "faire clair". Et ne laisser aucune zone d’ombre. Au-delà du problème déjà évoqué des règles de fonctionnement, deux questions majeures devront être abordées :

1. Quel objectif pour les élections ?

Pierre Zarka fait référence à la Première et à la Seconde Internationale. Quelqu’un peut-il éclairer ma lanterne et m’expliquer si l’une ou l’autre a présenté en son nom des candidats ? Si oui à quelle élection ? (je n’en sais vraiment rien...)

Cette question est fondamentale. De sa réponse découleront une partie des règles de fonctionnement que nous devrons établir. La réponse peut d’ailleurs différer selon le scrutin envisagé.

Si c’est NON, alors une forme assez proche de celle des collectifs peut être envisagée. L’objectif est dans ce cas de constituer un espace de dialogue et d’élaboration commune de contenus, une sorte de forum permanent pouvant également permettre des mobilisations communes autour des luttes.

Si c’est OUI, alors il va falloir définir très clairement la plate-forme politique et les règles de désignation, donc d’organisation des primaires pour les scrutins uninominaux, ou de constitution des listes pour les scrutins de listes. Et à mon sens le PCF devra avoir pour ligne de ne jamais s’engager dans un tel processus sans que ces règles soient très clairement, démocratiquement et totalement définies au préalable. C’est pas gagné...

2. Quelles règles d’accès au financement de la vie politique ?

Disons le clairement : tous ces débats ont également en filigrane le problème de l’accès au financement public de la vie politique. Cette question est aussi une dimension essentielle de la question précédente, à savoir la façon dont on aborde "à plusieurs" une séquence électorale... Là aussi, il faudra que nous soyons bien clairs dès le départ, ce qui suppose d’abord une information transparente sur les modalités de ce financement public (qui est volontaire pour une petite note de synthèse ?), afin que nous disposions de tous les éléments du débat.

La formalisation nécessaire du rassemblement pose donc des questions de fond qui ne pourront être résolues dans l’urgence. Mais elles doivent être posées et avoir des réponses pour que le PCF puisse se positionner clairement.

En attendant, l’urgence pour notre congrès est surtout de redéfinir notre projet politique : la visée communiste au 21ème siècle. Car comment définir les modalités d’un rassemblement avec d’autres quand on ne se connaît pas soi-même ?

Mouton Noir

http://alter-politique.blogs.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Dialogue avec Pierre Zarka : de la nécessité de faire clair et du zapatisme
27 juin 2007 - 10h16

ah que j’aimerais que les échanges se fassent toujours de cette façon , par réflexions constructives et arguments , et non , comme on le voit trop souvent , par accusations de déviationnisme , d’opportunisme et autres ismes trop faciles et qui disqualifient d’entrée celui à qui on s’adresse ( directement ou non) ; oui , franchement , je m’enrichis , chaque fois que je lis de tels échanges ! Pierre



Dialogue avec Pierre Zarka : de la nécessité de faire clair et du zapatisme
27 juin 2007 - 11h40 - Posté par

Texte interessant mais qui s’attache à souligner les apories du point de vue de Zarka. Pour le reste il considére que l’essentiel réside dans la crédibilité de nos propositions. Comment ne pas etre d’accord ? Néanmoins, Pour avoir régulièrement discuté avec des non communistes (ça doit exister), il me semble que l’essentiel n’est pas là. ; qu’il réside dans la disparition des ressorts par lesquels on devenait communiste, ce qui permet d’accrediter la thèse de l’obsolescence du communisme.Beaucoup peuvent alors croire cette doxa d’aujourd’hui selon laquelle le PCF serait mort, que son projet appartiendrait au passé, etc. Dans ces conditions les meilleures propositions du monde seront sans impact. La tâche essentielle qui est aujourd’hui la notre est de prendre acte de la transformation totale du terrain social sous l’effet de l’approfondissement de la domination du capitalisme ; de la réorganisation permanente de l’ensemble des rapports sociaux. Ce qui conduit à ce paradoxe que la domination devient invisible, innomable à mesure qu’elle s’accroit. Notre première urgence est d’abord théorique (c’est d’ailleurs la fonction que Marx assignait à la création d’un parti communiste) Si nous sommes communistes, c’est parce que nous savons comment fonctionne cette société, comment les rapports de forces, de classes, s’y déployent. Et a contrario, ceux qui ne sont pas communistes ignorent cette rationalité là. De ce fait nous sommes conduit à souligner nos differences essentielles non seulement avec sarkozy (là c’est facile) mais également avec la social démocratie en déroute (théorique). On ne peut plus, on ne doit plus parler au nom de la gauche (laquelle est identifiée par la masse des gens au PS) mais au contraire insister sur les differences qui la traversent et amener à admettre que celui qui repond réellement aux aspirations émancipatrices, c’est le PCF. Il est impératif également d’insister sur la nature contradictoire du développement historique dans lequel nous sommes embarqués : Les conditions d’une société émancipée s’accumulent sous nos yeux mais sous la domination du capital. Donc ni technocratie, ni pessimisme historique mais montrer la possibilite et la nécessité d’agir sur les leviers politiques qui permettent une humanisation du monde. Ce n’est quà ce prix (ces quelques remarques sont de simples allusions partielles) que nos propositions pourront paraitre crédibles. Joel


Dialogue avec Pierre Zarka : de la nécessité de faire clair et du zapatisme
27 juin 2007 - 19h04 - Posté par

Bon les copains vous êtes bien gentils,mais mis a part pour un habitué,vos textes sont trop denses.

Alors s’il vous plait aérés vos textes tous le monde veut participer au débat,mais soyez clair et conçis,tout le monde n’a pas l’habitude des textes un peu serrés.

Jean Claude des Landes


Dialogue avec Pierre Zarka : de la nécessité de faire clair et du zapatisme
27 juin 2007 - 22h13

Pierre Zarka doit faire un inventaire sur l’ensemble de ses déclarations et prises de positions politiques... Que d’incohérence !!!

Le loup blanc







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Comment fut inventé le peuple juif
dimanche 16 mai
de Shlomo Sand, Historien, professeur à l’université de Tel-Aviv
MANIFS. interdites pour soutien à la Palestine !
samedi 15 mai
de joclaude
4 commentaires
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite