Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La séquence photographique du meurtre de Carlo Giuliani

de : Gênes
jeudi 5 juillet 2007 - 01h16 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
L’EXECUTION
Gênes, piazza Alimonda. Il est 17 h 20 du 20/07/2001

traduit de l’italien par Karl&Rosa

foto1

Une jeep des carabiniers reste coincée dans une ruelle étroite, entre le trottoir et un conteneur poubelle, et elle est entourée par un groupe de manifestants. La fenêtre arrière n’existe plus, parce qu’elle a été défoncée à coups de godillots par l’un des militaires présents à l’intérieur de la jeep pour ouvrir un passage permettant de frapper les manifestants : un extincteur est lancé contre ces derniers de l’intérieur de la jeep.

Derrière, sur la gauche, on peut voir deux carabiniers appelant des renforts que des images grand champ permettent de voir massivement présents à moins de 30 mètres de là. La version selon laquelle les manifestants auraient donné l’assaut à une jeep isolée est donc un mensonge.

Mais, inexplicablement, les hommes de la Celere [C.R.S., NdT] ne bougent pas, ils n’interviennent pas.

foto2

Le carabinier à l’arrière braque son pistolet hors de la fenêtre arrière. Le jeune homme au sweat le voit. Au contraire, Carlo Giuliani (le jeune homme en débardeur et cagoule) ne s’en aperçoit pas parce qu’il est en train de regarder à terre, où il voit probablement l’extincteur qu’il est en passe de ramasser.

foto3

Le jeune homme au sweat, effrayé à la vue de l’arme, essaye de courir loin de la jeep. Il semble que d’autres manifestants, au contraire, ne se soient pas aperçus du pistolet braqué.

Carlo Giuliani ramasse l’extincteur.

foto4

Maintenant Carlo Giuliani a l’extincteur en main, face au visage du carabinier. Probablement, il ne s’est aperçu que maintenant qu’il était visé par un pistolet.

foto4bis

Ce cadrage latéral permet d’évaluer les distances réelles de la scène, en révélant l’écrasement de la perspective des images prises avec le téléobjectif : au moment où Carlo soulève l’extincteur et que le coup qui le tue est en passe de partir, il se trouve à peu près à quatre mètres de la camionnette.

Cela veut dire que le carabinier à bord est en train de tirer – en visant délibérément la tête de Carlo – sans être particulièrement pressé par une agression rapprochée ou par une situation de risque immédiat pour lui-même.

foto5

Le pistolet vise directement la tête de Carlo. C’est une exécution sans pitié.

Un fois visé, le carabinier tire deux coups, dont l’un touche le jeune homme : il entre sous la pommette gauche et sort par la nuque. Il est 17 h 27.

foto6

Carlo tombe par terre, touché. Le recul du coup lui fait faire une embardée avant de tomber. A ce moment la jeep est encore coincée contre le trottoir.

foto7

Le chauffeur fait marche arrière sur le corps de Carlo. Le carabinier qui a tiré se couvre le visage avec les mains.

foto8

Le chauffeur engage la première : en passant la deuxième fois sur le corps de Carlo, la voiture avance de quelques mètres, où de nombreux renforts attendent. S’ils étaient si proches, pourquoi a-t-il fallu tirer ? Le carabinier à gauche met les mains sur son casque, en état de choc.

Maintenant celui qui a tiré est visible, il porte une de ces cagoules en dotation à mettre sous les masques à gaz.

Mais il n’a ni masque à gaz ni casque. Le chauffeur ne porte lui aussi qu’une cagoule.

foto9
foto9a foto9b

Carlo reste sans vie sur l’asphalte. Quelques manifestants se précipitent pour lui porter secours, en essayant d’éviter qu’il ne se vide de son sang.

Les forces de l’ordre interviennent maintenant en masse et par de violentes charges et en lançant des lacrymogènes elles empêchent quiconque de s’approcher de l’endroit où l’Etat vient de commettre un meurtre sans pitié.

Les affrontements autour du corps de Carlo continuent plusieurs heures. Entre temps, dans leurs premières déclarations, les forces de l’ordre nient la responsabilité de ce qu’il s’est passé.

Les images de la télévision montreront un policier poursuivant un manifestant en lui criant « tu l’as tué, avec une pierre », et voilà la folle version à laquelle les responsables des carabiniers et de la police essayeront de faire croire, avant que ces images-ci commencent à faire le tour des agences et rendent clair pour tous de quel côté se trouve la vérité.

clicca per ingrandire

Le personnel de l’Assistance Publique parvient à entrer dans le cercle que les forces de l’ordre ont érigé autour du corps de Carlo. Penchée sur lui, une infirmière désespérée se prend la tête dans les mains. Il n’y a plus rien à faire.

De l’analyse de cette séquence on s’aperçoit donc que :

  La soi-disant agression des manifestants contre la camionnette pouvait être dispersée par l’intervention des dizaines d’hommes (parfaitement équipés) présents à quelques mètres de distance.

Il ne s’est pas agi, comme on l’a fait croire pour justifier le recours extrême au pistolet, d’une offensive contre une jeep et deux militaires isolés.

  La situation de danger pour les carabiniers présents à l’intérieur de la jeep, due à l’absence de la vitre postérieure, a été déterminée par le choix absurde des militaires eux-mêmes de casser la fenêtre.
  Carlo s’est approché de la jeep les mains nues et il a ramassé l’extincteur après qu’il ait été lancé sur lui par le carabinier. Sa réaction a été donc une réaction à un geste potentiellement meurtrier accompli par le militaire.

  Le choix d’avoir recours à l’arme de la part du carabinier a été absolument indépendant de sa préoccupation pour les conséquences possibles du geste de Carlo, puisque le militaire extrait le pistolet et le braque sur la foule bien avant que le jeune homme ramasse l’extincteur et le dirige vers la camionnette.
  Le carabinier avait tout le temps d’utiliser son arme d’une manière moins drastique, en essayant un coup en l’air ou – en hypothèse extrême – en visant des endroits non vitaux. Le militaire, au contraire, quand Carlo est encore à plusieurs mètres de la camionnette, choisit de viser la tête du jeune homme et tire deux coups.

Cher lecteur, maintenant tu es arrivé jusqu’ici, raisonne une seconde : tu es un carabinier et tu te trouves à l’intérieur d’une jeep fermée. Tu as des personnes turbulentes autour de toi, dont les mains sont nues. Que fais-tu ? Tu casses à coups de pieds la fenêtre, tu balances dehors un extincteur, tu extrais ton pistolet et le braques sur la foule et ensuite – quand un manifestant ramasse l’extincteur – même avant que celui-ci approche la jeep – tu vises sa tête (sa tête, bon Dieu) et tu tires. Et ils ont le courage d’appeler ça LEGITIME DEFENSE !!!

foto10

« Il ont tué un garçon sur la place où je suis né »

Pour ne pas oublier Carlo Giuliani, 23 ans, assassiné par le régime italien le 20 juillet 2001.

Voila le témoignage oculaire d’un ami de Carlo :

J’étais Piazza Alimonda le 20 juillet à 17 h.

J’étais avec Carlo et quelques autres frères devant le véhicule des carabiniers apparemment « bloqués » entre un conteneur poubelle et on ne sait pas bien quoi.

Nous étions peu nombreux là devant, peut-être une douzaine, et notre attention n’était par vraiment dirigée vers le tout-terrain des carabiniers mais vers le peloton des policiers qui, masque à gaz sur le visage, lançaient des pierres et braquaient leurs fusils sur les manifestants.

Les secondes passaient instant après instant, photogramme après photogramme.

J’ai tout de suite été étonné du fait que cette jeep et ceux qui étaient restés derrière (j’ai bien claire l’image d’un carabinier qui a le temps de sortir et de rejoindre les autres) faisaient « des choses étranges » : bien avant que quelques camarades ne s’approchent des fenêtres du côté des manifestants, le carabinier à l’intérieur frappait à plusieurs reprises avec ses godillots la fenêtre postérieure en essayant de la rompre.

J’ai vu clairement le godillot du militaire défoncer la vitre postérieure de la jeep.

C’était justement ce geste inhabituel, apparemment incompréhensible, qui m’a fait instinctivement m’éloigner et courir sur le parvis de l’église.

Tandis que je courais vers le mur de l’église j’avais déjà la sensation de me protéger de quelque chose qui n’était ni des pierres ni des lacrymogènes.

Je venais à peine de rentrer de la tête du cortège désobéissant qui essayait de se défendre de la violence brutale et irrépressible des policiers qui chargeaient les gens par des blindés, des pierres et des lacrymogènes et j’avais déjà vu ces camionnettes des carabiniers qui reculaient en marche arrière, la porte ouverte et le pistolet braqué à hauteur d’homme vers la foule.

Quelques minutes auparavant j’avais déjà entendu ces sons « différents », ces tirs secs et précis qui se distinguaient des tirs des lacrymogènes. Mais je n’avais pas encore réalisé.

Quand je me suis retourné, dos au mur, vers la rue j’ai vu le corps qui gisait immobile à terre. Mon souffle et mon temps s’étaient arrêtés. Je me suis précipité sur le corps en hurlant en moi-même : « Ce n’est pas possible ! Pourquoi ??! Pourquoi ??! »

Je me suis arrêté un instant qui ne finissait jamais en regardant Carlo, après je me suis retourné vers ces assassins en uniforme qui indiquaient le corps avec leurs matraques et qui commençaient à courir vers nous en hurlant.

Je suis parti en courant, le visage en larmes, la mort dedans et ces tirs qui rebondissaient dans mes tympans.

J’au vu gicler du sang de sa tête et ce pouvait être la mienne.

J’ai vu un corps massacré par le plomb et ce pouvait être le mien.

J’ai vu un frère tomber… c’était un de mes frères !!!

Carlo était un de nous.
VERITE SUR LE MEURTRE DE CARLO.
VERITE SUR LES EVENEMENTS DE GÊNES.

source : http://bellaciao.org/fr/article.php...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
La séquence photographique du meurtre de Carlo Giuliani
5 juillet 2007 - 09h55

C’est toujours aussi bouleversant de revoir ces images, de relire l’histoire...
Impossible de ne pas avoir les larmes aux yeux, le ventre noué.
Je ne sais pas comment les parents de Carlo font pour ne pas devenir dingues de douleur et de rage, compte tenu de l’omerta, du déni, des mensonges et des manipulations qui règnent sur cette affaire...Ils se battent, je crois que c’est comme ça qu’ils ont "transformé" toute cette misère...
En Italie donc, i lne faut pas l’oublier, être un opposant au régime en place, au capitalisme, de préférence, jeune, c’est tjs aussi risqué et se paie toujours aussi cher...
La Louve



La séquence photographique du meurtre de Carlo Giuliani
6 juillet 2007 - 00h59 - Posté par

C’est partout pareil : Cavaignac en 1848 tirait dans la foule ouvrière, Thiers en 1871 fusillait les Communards, les socialistes allemands recrutaient les Corps francs pour massacrer les Spartakistes, etc., etc. Quand le pouvoir des riches est mis en cause quelque part, ils tirent, ils tirent, ils tirent ... jusqu’à ce que tout rentre dans l’ordre : l’ordre des riches. La violence des riches est sans limites ; ils sont prêts à la guerre totale pour garder et augmenter ce qu’ils possèdent. Ils détruiront la Terre et les peuples. Ils sont marxistes : ils croient à la lutte des classes. C’est la gauche et les pauvres qui sont trop gentils. Ils faut combattre les riches par tous moyens, même légaux.


La séquence photographique du meurtre de Carlo Giuliani
27 août 2007 - 02h33

Carlo Giuliani...Carlo...Carlo...Ton nom, dans ma tête, résonne et se répète...Comme une prière pour la paix de ton âme, comme coulent les larmes invisibles de mon coeur...Carlo Giuliani...Tu continues de vivre à travers ceux qui t’aiment...Carlo...



La séquence photographique du meurtre de Carlo Giuliani
6 juin 2008 - 15h26

Arrêtez ces conneries, ce n’est pas notre rôle de s’apitoyer comme ça. Ok, l’un des notres est mort, ok c’est tragique... mais on ne le connaissait pas, nous. On n’est pas devant un film où l’on s’imagine un personnage parfait, beau, gentil, intelligent, avec un grain de beauté (même si Carlo était comme ça, je refuse de me l’imaginer) victime dune injustice effroyable à laquelle nous devons compatir... Ce n’est pas un FILM ! C’est la réalité !

Alors gardez vos larmes et vos envolées lyriques pour Titanic...

Battons-nous plutôt pour que justice et dignité lui soient rendues, à lui comme à nous, qui subissons toujours le mépris de nos dirigeants et de leurs soldats.

Que Carlo Giuliani repose en paix.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite