Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

ITALIE : DES SYMBOLES ET DES CHOSES

de : Enrico Campofreda
samedi 8 décembre 2007 - 19h56 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 36.8 ko

de Enrico Campofreda

Si les symboles ont, comme les mots et plus encore, une signification, la convocation précipitée – presque comme s’il s’agissait d’un évènement fatal ou annoncé par un prophète – des assises de cette « Chose » que l’on s’obstine à définir rouge peut offrir des réflexions initiales justement à partir du choix du futur symbole. Voilà que tombe le dernier fil, vraiment rouge celui-là, de la faucille et du marteau célébrés par des hymnes, par des odes et par des vies consacrées à des idéaux, et que l’on donne de l’espace à une griffe publicitaire qui sent l’entreprise sanitaire ou le centre aéré.

L’effacement de l’emblème historique, soit dit sans nostalgies muséales, est la perte définitive de l’identité, la section des racines familiales, l’exact contraire de la conservation présumée de la mémoire dont une certaine gauche atteinte de logorrhée a plein la bouche. Cela semble plutôt dans le droit fil de cet homme sans passé que l’Olivier a répandu des années durant à pleines mains.

Bien sûr, on ne moissonne plus le grain avec la faucille et l’Italie actuelle est un pays où les start-up sont majoritaires. Mais l’ouvrier, bien que minoritaire, tourmenté, humilié, abandonné par le Parti et le Syndicat, existe encore pour mourir bouilli comme aujourd’hui à Turin où, malgré l’atrocité du massacre, CGIL-CISL-UIL n’ont pas arrêté le travail ni pour protester ni en signe de deuil. Ils auraient mécontenté Luca Cordero.

Bien sûr le révisionnisme du PSI et du PCI a, lui aussi, été cause de la dispersion, au cours des dernières décennies, de la présence, de la conscience, de l’orgueil d’une classe qui était l’essence de la Gauche Italienne mais la gauche radicale au gouvernement a produit, en direction des nouvelles fragilités sociales que sont la précarité et le chômage internes, la migration étrangère, la dégradation des conditions de vie, plus de discours que d’actes

Ce que le peuple de la Gauche rouge et sûrement ses professionnels de la politique devraient discuter et que nous espérons qu’ils discuteront samedi et dimanche dans les hangars de la Foire de Rome est : ce que veut faire la Chose. Et comment.

Ce qui ne signifie pas tant être au gouvernement ou à l’opposition mais ce que l’on fait quand on choisit un certain chemin. En ce sens, l’ambiguïté de nombre de positions prises par toutes les âmes de ce qui s’apprête à s’appeler Gauche l’Arc-en-ciel – tous nos vœux et nos compliments pour la fantaisie – remonte à bien avant mai 2006, quand fut rédigé le programme qui les amena eux aussi au gouvernement. On doit beaucoup à Bertinotti ces positions assaisonnées et farcies de plein de sauces, du pacifisme au cent Nassiryia, en passant par le spiritualisme, l’éthique matérialiste, le mouvementisme et le ministérialisme. Et qu’on ne définisse pas cette salade composée comme pluraliste, elle ressemble davantage à un « chaos agité » oubliant les liens directs avec ceux qui mènent les luttes et à qui l’on promet, sans tenir, des solutions et de la visibilité.

Les choses où la Gauche de gauche s’est obstinément distinguée ces années-ci, et qui devrait être une occasion de réflexion et de correction, ont été l’envie d’être présents, de défiler et de faire carrière, ce qui devait servir, en paroles, à soutenir des courants idéaux et des mouvements – comme à la belle époque du Soleil de l’Avenir, de la Résistance, de l’Automne Chaud et de Soixante-huit – et qui de fait représente surtout l’ego personnel, son propre présent et l’hypothétique futur d’une petite caste de la politique. Certains leaderismes réapparaissent justement quand on montre du doigt les partis en plastique des Berlusconi et des Veltroni mais sommes-nous sûrs que la nomenclature des Bertinotti-Diliberto-Pecoraro Scanio soit disposée à faire la place à de nouveaux représentants qui ne soient pas des dauphins ou des répliques ?

Et peut-on vraiment choisir des représentants de mouvement qui n’ont qu’eux-mêmes comme référence comme un certain Caruso ? Si on parle des batailles à mener, il n’y a que l’embarras du choix. On peut déjà pousser pour que soient signés les contrats de dizaines de catégories professionnelles, pour que soit appliquée une véritable et sévère législation contre les accidents de travail, pour l’abolition de la loi 30 restituant sa dignité à l’emploi, pour qu’on commence à opposer à la baisse du pouvoir d’achat des luttes contre les entreprises privées et publiques qui augmentent les coûts des services (énergie, transports, santé), pour que soit appliquée une véritable équité fiscale. Cela ne semble pas peu de chose si la Chose veut s’y attaquer. La Gauche de gauche est minoritaire au Parlement mais si elle doit vraiment y loger, qu’elle ne soit pas seulement présente mais qu’elle fasse peser le coeur et les intérêts des classes faibles sans se regarder dans le miroir et se maquiller pour de futures parades royales.

Enrico Campofreda, le 6 novembre 2007 publié dans alternativ@mente.info Traduit de l’italien par Karl&Rosa


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Refondation et la guimauve par le Rouge-gorge
9 décembre 2007 - 23h39

Quel beau logo, tiens j’en propose un autre :

http://bellaciao.org/fr/article.php...

Salut fraternel Roberto que je sais désespéré par tant de perte de substance.

le Rouge-gorge







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite