Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Hopital psy en lutte à Toulouse
de : gep
jeudi 18 novembre 2010 - 09h53 - Signaler aux modérateurs

Voici un lien vers l’appel lancé par l’hôpital marchant de Toulouse en lutte depuis 1 mois...pour de meilleures conditions de travail, contre le loi Bachelot qui impose aux soignants une politique purement gestionnaire et délestée de l"humain"...
Notre travail n’est pas une marchandise !
Résistons !


Appel de la Tente de l’Hôpital Charmant (1) ou
Comment se réapproprier le droit de penser et de résister ensemble

A Charmant, donc l’Hôpital Marchant, beaucoup d’anciens craignaient de quitter le métier sur une terre de désolation clinique, dans un univers de grisaille inerte. Et pourtant …

Allez savoir pourquoi ce lundi 18 octobre 2010 (2), nous, soignants, nous sommes rebiffés alors que nous étions traités depuis bien longtemps comme les ouvriers spécialisés d’une usine à « produits de soins » des Temps modernes. Stock de robots blancs multitâches, bardés de clefs et de bips, baladés ici et là en fonction des unités à réapprovisionner, un oeil rivé sur les caméras, l’autre sur les écrans d’ordinateur. Du côté patients, même gestion : un stock d’entrants et de sortants, à estampiller du code barre DSM (3) en vue de la T2A et à réguler en fonction de l’offre et de la demande.

Ce 18 octobre, nous avons fait un arrêt sur image, un bilan humain de cette gestion à flux tendu des stocks de la sacro-sainte économie d’échelle : épuisement, perte de sens, pénibilité, clivage organisé, glissements de tâches, précarisation, culpabilisation, ambiance délétère de concurrence entre rayons/pôles, arrogance et mépris des instances dirigeantes, plus on monte à la fameuse échelle.

Les discussions vont bon train : « comme si tout l’arsenal sécu, bips et compagnie ça soignait ! Le pire c’est qu’on s’est tous laissé prendre. Mêmes les toubibs, ils prescrivent dès l’entrée d’un patient une Mise en Chambre d’Isolement (MCI) si besoin, puisqu’ils savent qu’on est pas nombreux et qu’en plus on est que des nanas en service !. On ne peut pas leur en vouloir mais c’est tout de même le monde à l’envers ! » ... « Cette semaine, lundi j’étais en matin, mardi en après-midi, mercredi en journée eet jeudi vendredi en nuit ! Suis sur les rotules. T’es dispo pour les patients avec un planning comme ça ! »... « Cette semaine on nous a dit qu’on utilisait trop de couvertures pour les patients. Ben oui, les nuits sont froides et ils en ont tous deux par personne ! » Waouh, quel gâchis ! Ce n’était pas de ça dont avaient rêvé les plus jeunes. C’était contre ça que les plus vieux s’étaient battus.

Le contexte général des luttes contre la réforme des retraites et le mépris opposé par le Président de la République aux millions de personnes dans la rue nous ont certainement aidé, la situation à Marchant n’étant qu’un reflet locale d’un ras le bol général. Quoi qu’il en soit, soutenus par l’ensemble des syndicats de l’hôpital, nous avons dit STOP ! Nous avons décidé de nous arrêter là, à la porte de l’hôpital et d’y planter une tente qui serait à la fois le symbole de notre résistance et une alternative à une action de grève classique, difficilement compatible avec la continuité des soins.

Dès les premiers jours, le défilé sous la tente laissait bien penser que quelque chose était en train germer sur ce campement. Très rapidement les langues se sont déliées et si le feu aux poudres avait démarré chez les soignants, les techniques et les administratifs pouvaient décliner les mêmes revendications. Puis ceux du dehors s’en sont mêlés et ont déroulé à leur tour les mêmes difficultés.

Une seule solution pour tous : REFUSER et RESISTER. Qu’ils quittent ou prennent leur service, qu’ils soient en repos, en grève ou pas, des cuistots et des familles, des comptables et des ouvriers, des zinzinsoignants et des étudiants, des ambulancières et des lingères, des patients et des « usagers », des docteurs et des secrétaires se relaient 24h/24. Bref, c’est devenu en quatre semaines un joyeux barnum sur lequel veille tranquillement l’Equipe de sécurité depuis sa loge.

Les passants, des associations, des collègues inter-pro, des étudiants, des familles, des patients, des élus apportent à la tente palettes et victuailles à toute heure du jour et du soir. Autour du brasero, un p’tit tour, un casse-coûte, un canon et puis s’en vont. Ça discute dur, politique et soin, politique de soin. Des violoneux modernes apportent leur écot musical aux soirées. Le dedans et le dehors se rencontrent, les générations, les corporations, les cultures aussi.

Le Cahier de Doléances, ouvert à tous, de l’hôpital ou d’ailleurs se remplit. Certains laissent un message, d’autres, juste leur nom. Extraits :

Parole de patients :

« Quand un patient est attaché dans la chambre d’isolement … l’effet, croyez-moi se trouve renversé, voire destructeur pour le sujet ». La discussion continue après la rédaction de son témoignage :
« Vous avez raison de vous battre pour être plus nombreux pour pouvoir prendre le temps de vous asseoir avec nous … »

Paroles de soignants :

« L’’hiver arrive et la température des chambres chute vertigineusement dans notre service. Cet été par contre, l’alarme incendie d’une chambre s’est déclenchée en raison de la chaleur combinée aux vapeurs d’urine !... » (relevés de température dans les chambres d’un service voisin, sur une semaine l’été passé aux moment les plus chauds de la journée : 36°).

« Un matin où je suis allée renforcer dans le service de gériatrie, j’ai passé la relève à une équipe d’après-midi composée d’une étudiante infirmière 3ème année et d’un interne en médecine en stage pour un mois ! (en lieu et place de 2 infirmières) ».

Jusqu’ici le Directeur a joué la montre (vacances, mauvais temps). Il a essayé le bluff et la force. Au bout de 3 semaines, aucune avancée significative, si ce n’est que le Directeur a demandé notre évacuation par les forces de l’ordre et que la Préfecture a refusée. Nous n’avons toujours pas de RV à l’ARS : « Qu’est-ce que vous voulez, en Novembre il y a des ponts » !.

Aucune instance dirigeante n’a voulu prendre l’affaire de la Tente de Marchant au sérieux, disant à qui voulait l’entendre que cette action reposait sur une tête d’épingle de jusqueboutistes.

De notre côté aussi nous avons joué la montre, le temps que tous les collègues rentrent de vacances.

Dès leur retour, nous avons organisé en 2 jours une consultation pour savoir si l’ensemble des personnels soutenait toujours l’action. Si nous avions la conviction que tous étaient convaincus, les résultats du scrutin (votes à bulletin secret à la tente, de 6h à 22h le 4 novembre) ont dépassé nos espérances : Sur 1200 personnels de l’hôpital, 429 votants et 91% POUR !

Une majorité écrasante s’est donc exprimée pour la poursuite du mouvement et assoit désormais notre légitimité. Nous espérions que cette semaine les choses sérieuses commencent mais toutes négociations sont reportées après le pont du 11 novembre. D’ici là, nous avons besoin de vous tous.

Pour le moment, nous faisons figure de dernier village gaulois alors que : Les revendications à l’Hôpital Marchant sont les mêmes que partout dans la santé et particulièrement en psychiatrie, où l’humain fait encore plus cruellement défaut. Les exigences que nous avons sont liées à une éthique de soin, au respect de l’humain et des conditions de travail que tout professionnel est en droit d’exiger. En cela, ces revendications concernent les professionnels certes mais aussi l’ensemble de la société civile. Nous avons besoin de tous pour avancer.

Appel à tous les hôpitaux psychiatriques
et l’ensemble de la communauté psy

ENTREZ EN RESISTANCE !

Appel aux usagers, aux familles et à tous les élus

Soutenez publiquement l’Hôpital Marchant !

Manifestez sur le campement !

Écrivez au Directeur de l’Hôpital Marchant (4)

Au Directeur de l’ARS (5)

Et sur le blog

http://marchantlatente.canalblog.com

1 C’est ainsi que nos anciens appellent le Centre Hospitalier Gérard Marchant de Toulouse

2 Le vendredi 16 octobre 2010, les personnels du CH G. Marchant, soutenus par les syndicats CFDT, CGT, FO et Sud, en unité d’action, ont décidé de se mettre en grève reconductible à partir du lundi 18 et de planter une Tente à l’entrée de l’hôpital, symbole de leur résistance et alternative à une grève difficilement compatible avec le service public hospitalier.

3 Classification des maladies par code

4 Centre Hospitalier Gérard Marchant, Directeur, 134 route d’Espagne, 31057 Toulouse cedex

5 M CHASTEL, Directeur de l’Agence Régionale de Santé, 10 chemin du Raisin, 31050 Toulouse cedex 9

http://storage.canalblog.com/50/81/...



Imprimer cet article





L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888
mardi 23 - 11h40
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h33
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h23
de : jean 1
Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
1 commentaire
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
1 commentaire
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
1 commentaire
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes passent, les idées généreuses restent. Léo Ferré
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite