Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Serge Rivron, "Octobre Russe" Le Crépuscule des icônes
de : Eric Bonnargent
samedi 11 juin 2011 - 17h16 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 23.1 ko

S il suffit de quelques heures d’avion pour relier Paris à Moscou, il en faut 54 en autocar. Seuls les fauchés, les amateurs de lenteurs et/ou les acrophobes choisissent ce moyen de transport et c’est pourquoi on ne rencontre dans ces autocars que des étudiants, des autochtones et des écrivains atypiques comme Serge Rivron, l’auteur de Crafouilli et de La Chair, que l’actualité, en ce 11 septembre 2001, a fini par convaincre de se résoudre à une telle odyssée :

« C’est donc en plein dans l’effervescence d’Oussama Ben Laden, dont je dois t’avouer que j’étais assez peu captivé, quitte à passer pour un qui n’a pas le sens de l’Histoire farouchement offensif, que je me suis retrouvé à la boutique lyonnaise d’Intercars (j’habite dans la région, un village du nom de Sain-Bel) acheter mon aller-retour, finalement pour le 2 octobre, départ de Paris Montparnasse à midi. »

Comme le laissent deviner ces lignes, Octobre russe est le journal du séjour de trois semaines en « Poutinie » effectué par Serge Rivron à l’automne 2001 pour aider le metteur en scène Christophe Feutrier à monter une pièce de théâtre à Moscou. Ces lignes sont caractéristiques du style de l’auteur qui n’est pas sans rappeler celui de Louis-Ferdinand Céline dans Le Voyage au bout de la nuit : une langue aussi familière que travaillée et un sens étonnant du néologisme. L’écriture de Serge Rivron est d’autant plus vivante, qu’il tutoie son lecteur, l’interpelle, l’invective, le provoque… Serge Rivron est un conteur et un titre de Paul Claudel décrit parfaitement l’expérience que fera son lecteur  : L’Œil écoute.
Comme Céline auquel décidément il ressemble à bien des égards, Serge Rivron pose dès le début de son voyage un regard acéré, lucide et ironique sur le monde qui l’entoure :

« Nous traversons ensuite la sémillante ville de Brest[1], qui ressemble à un faubourg de Vénissieux en 1963 : rues peu ou mal éclairées, défoncées, cernées de cages à poules cubiques d’une dizaine d’étages, voitures épaves sur les trottoirs… Ça fleure bon la re-stalinisation permanente, on n’a pas dû parler goût ici depuis Alexandre le Grand. »

Derrière l’ancien rideau de fer rien n’a vraiment changé, encore moins la corruption, comme en témoignent les taxes aléatoires, à la tête du client, que les naufragés de l’autocar doivent verser aux postes-frontières. En Russie, la corruption s’est même généralisée : pour obtenir un billet de train, une place de théâtre, un document administratif… et tout se négocie, comme avant, en dollars :

« à part le taux de change et le décor, RIEN n’a changé, la bureaucratie, la soumission grégaire et l’inefficacité, tant décrites et moquées par la littérature slave depuis deux siècles, semblant un état endémique de la société russe. »

L’escroquerie est devenue si structurelle que pour visiter le Kremlin, il y a un tarif pour les autochtones et un autre pour les étrangers ! Seuls les opportunistes de la pire espèce ont profité de la chute du communisme. Pour les autres, la misère est la même et la déliquescence de l’ancienne patrie des tsars est telle qu’il est aussi dangereux d’avoir affaire à la police qu’à la mafia. On l’aura compris, Octobre russe n’est pas un exercice d’admiration. À l’instar de Rome, regards de Rolf Dieter Brinkmann, ce livre doit être classé dans la catégorie des anti-guides de voyage. Les moindres travers de la société russe y sont pointés du doigt. Les amateurs de folklore peuvent passer leur chemin s’ils ne veulent pas s’apercevoir que la momie de Lénine est revêtue d’un costume Hugo Boss… Les uns après les autres, les clichés sont abattus, comme autant d’illusions. Il n’y a guère que l’alcoolisme invétéré des Russes qui se révèle vrai. On boit tant que Serge Rivron, toujours en verve, crée le verbe « vodker ». Comme du temps de l’Union Soviétique[2], l’alcool reste un ultime refuge face au désespoir. En Russie, il n’y a pas d’avenir. Ainsi en est-il de Sacha, l’éclairagiste du théâtre, qui boit en rêvant d’Occident :

« Il est jeune, à peine trente ans, mais il est russe – et sa jeunesse et son talent ressemblent à ceux de tant dans ce pays, leur histoire ravagée d’alcool et d’espoirs éteints, leur présent laminé par l’ennui et les illusions déjà perdues de la liberté retrouvée, leur avenir d’avance écrasé par la cupidité et la course au plaisir. Détestable bilan d’un détestable siècle. »

Il ne faut cependant pas croire qu’Octobre russe ne soit qu’un livre incisif, c’est aussi un livre drôle. Le chaos moscovite fait naître des situations absurdes et je défie quiconque de ne pas sourire, voire de ne pas rire lorsque Rivron tente de traverser une rue dont les feux de circulation sont contrôlés par un policier et surtout lorsqu’une nuit, il tente de rentrer chez lui dans un taxi clandestin dont le chauffeur est si ivre qu’il est incapable de se repérer dans les rues de Moscou. Le salut viendra alors d’un travesti…

Octobre russe est un très bon livre. Et pourtant, aucun éditeur n’en a voulu. La « postface navrante » raconte, sous forme de journal de nouveau, l’incroyable histoire de la publication de ce livre entre fin 2001 et… début 2010. La lâcheté des éditeurs est surprenante. Ceux-ci souhaitaient de nombreuses coupures, notamment parce que Serge Rivron n’hésite pas à s’en prendre au petit milieu de la culture française et de la diplomatie en donnant des noms. Au fil des pages, le lecteur croisera aussi bien Lionel Jospin que Nilda Fernandez, un chanteur à la voix de fausset dont certains se souviennent peut-être, « minuscule, le teint jaunasse, le cheveu gras mi-long teint, hideusement vêtu d’un jean frangé sur toute la couture latérale et d’une chemise épaisse orange rose marronneuse. On dirait une mite […]. » Et Rivron entre en résistance : il ne retouchera pas son livre. Pour cela, il lance une souscription sur internet, une souscription à laquelle ma méfiance à l’égard de l’auto-édition m’a, je le regrette maintenant, empêché de participer et Octobre russe est enfin publié. Cette postface est un complément adéquat à Octobre russe. Le désenchantement de ce second journal fait écho à celui du premier et tous les écrivains qui recherchent un éditeur y verront des raisons de continuer à… désespérer. Serge Rivron a toujours été lucide : dans l’autocar qui le ramène en France, il écrivait :

« Octobre Russe, ça s’appellera, ça m’a sauté aux yeux cette nuit. J’ai comme idée qu’on n’en parlera pas beaucoup dans les média de son temps. J’ai comme idée que ça va même être encore un sacré parcours pour lui trouver un éditeur, si j’arrive à le finir. Qu’il vaudrait mieux sauter des passages, si je veux espérer le consensus. Mais je redoute le consensus, j’ai déjà dit. Surtout quand je raconte ma vie. Elle est consensuelle, ta vie, à toi ? »






Serge Rivron, Octobre russe. Pluton éditeur. 15 €







Ce livre peut être commandé ici : srivron@free.fr
Pour les Lyonnais, Octobre russe est disponible à la librairie du Tramway.




[1] En Biélorussie.
[2] Cf. Moscou sur vodka de Vénédict Erofeiev.

Imprimer cet article





Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Chacun de mes contacts avec la politique m'a donné l'impression d'avoir bu dans un crachoir. Ernest Hemingway
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite