Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
de : via pilhaouer
mardi 28 février 2012 - 09h35 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Irlande La culture pub touche à sa fin

The Irish Times Dublin, Presseurop

JPEG - 91.7 ko
Le Railway Bar, Bundoran, Co. Donegal. Linda McNulty

Tous les deux jours, un pub ferme en Irlande. Autrefois attraction numéro un du pays, ils sont aujourd’hui en déclin. Une tendance qui ne s’explique pas que par la récession interminable, mais aussi par un profond changement culturel, rapporte l’Irish Times.

Extraits.

Paul Cullen


Il n’y a pas si longtemps, le pub était le cœur de toute la société. Les anniversaires, les communions et les enterrements trouvaient toujours le moyen de s’y conclure dans ses sombres entrailles. C’était souvent contre leur gré que les buveurs en étaient extirpés par des membres de leur famille. Les lève-tôt y croisaient les couche-tard pour une pinte avant le boulot. D’aucuns se vantaient de s’être retrouvés enfermés pour la nuit dans de petites salles humides avec des sous-bocks pour seule compagnie.

Aujourd’hui, les pubs ferment, au rythme d’un tous les deux jours – plus de 1 100 ont mis la clé sous la porte depuis 2005. On cite régulièrement leur déclin comme une preuve supplémentaire de la décomposition du tissu rural, mais en réalité, ce sont des pubs de tous les types, et dans tous les environnements, qui jettent l’éponge. Les gens n’ont ni le temps ni l’argent

On a avancé plusieurs raisons pour expliquer cet effondrement du secteur. Depuis près de dix ans, les gérants d’établissements s’en prennent à l’interdiction de fumer et aux changements dans les lois sur la conduite en état d’ébriété. Or, ces modifications sont déjà anciennes – l’interdiction de fumée a été imposée en 2004, et les premiers changements dans les lois sur la conduite en état d’ébriété remontent à l’introduction de contrôles d’alcoolémie volants en 2003.

Pour d’autres, c’est un phénomène plus général – un bouleversement radical dans notre façon de vivre, et surtout de passer notre temps libre.“En fait, il semblerait que l’on assiste à un profond changement du style de vie, constate Mary Lambkin, qui enseigne le marketing au University College de Dublin. Plus ils se sont enrichis, plus ils se sont instruits, moins les gens ont eu envie de traîner dans des pub sales. Les jeunes en particulier voulaient des endroits plus neufs, plus clairs, plus modernes.”

Si elle reconnaît l’importance des pubs pour le tourisme et admet qu’il en existe de convenables, elle ne mâche pas ses mots. “On trouve encore des pubs sans intérêt, qui n’ont vraiment rien pour eux. Avec leurs intérieurs sombres et lugubres et leurs comptoirs crasseux, beaucoup donnent l’impression de ne pas avoir été retapés depuis 1954. Les endroits de ce genre ne vont probablement pas survivre à la récession. D’ailleurs, ils ne le méritent probablement pas.”

Pour les patrons de pubs, c’est un changement culturel autant qu’économique. “Les gens avaient de l’argent, mais pas de temps. Maintenant, ils n’ont plus d’argent, mais ils n’ont toujours pas le temps,” déclare Padraig Cribben, directeur général de la Fédération irlandaise des débits de boissons, qui représente 4 500 tenanciers du pays.

Pour beaucoup d’entre eux, poursuit-il, il ne sert plus à rien d’ouvrir en dehors des heures d’affluence. “C’est devenu une activité à temps partiel, un peu comme l’agriculture il y a une vingtaine d’années. Il y a des pubs qui restent fermés jusqu’à vingt heures, ou jusqu’au mercredi.”

Geraldine Lynch, patronne de pub de deuxième génération, est propriétaire du Cuckoo’s Nest (Le nid du coucou) à Tallaght. Elle dit avoir vu la fréquentation des jours de semaine chuter des deux tiers, conséquence de la récession et d’autres facteurs. Ce qui était prévisible et par conséquent gérable en resserrant la gestion.

C’est alors qu’elle a assisté à un nouveau phénomène, tout aussi inquiétant : la fréquentation du weekend a commencé à baisser. “De mon temps, le weekend commençait le jeudi soir, mais la récession y a mis fin, raconte-t-elle. Ensuite, ça a été le tour du vendredi. Les gens ont cessé de venir après le travail, ou alors, ils passait boire juste un verre avant de filer.” Autrement dit, les joyeuses soirées du vendredi avaient vécu.

Lynch considère que ses clients ont des vies de plus en plus occupées, et le samedi est de plus en plus leur seul moment de repos de la semaine. Le samedi matin étant désormais consacré à des activités en famille ou aux courses, la soirée du vendredi se passe dorénavant à la maison.

Au début du mois, un administrateur judiciaire a pris le contrôle du pub de Colman Byrne à Ballaghaderreen, dans le comté de Roscommon. Pour Byrne, c’était la fin de six années passées à lutter pour joindre les deux bouts. Au début, les affaires étaient florissantes, puis elles ont piqué du nez pour diverses raisons, comme la récession et l’émigration. La sociabilité est en train de disparaître

Mais certains voisins se sont aussi opposés à ce qu’il ouvre tard le soir, ce qui a torpillé les soirées du samedi, pourtant vitales. Outre les facteurs économiques, Byrne a aussi été témoin de l’évolution culturelle constatée par d’autres. “Cet élément typiquement irlandais, la sociabilité, est lentement en train de disparaître. Les gens ne vivent plus en société comme avant.”

Au lieu de clients réguliers venant se retrouver pour parler de la vie locale au bar, Byrne soutient que sa clientèle était le plus souvent “des jeunes qui se soûlaient chez eux avec de la vodka et de la bière bon marché”. Les rares à venir jusqu’au pub y entraient avec des mignonettes d’alcool scotchées à la cuisse.

Conor Kenny s’inquiète lui aussi de l’image de l’Irlandais sociable et aimant vivre en société. “La génération des moins de 26 ans est complètement différente des précédentes.” Le résultat, poursuit-il, c’est une génération qui n’aime guère passer des soirées tranquilles au même endroit dans un pub discret. Ils travaillent dur, boivent comme des trous et sortent à l’heure où leurs parents auraient eu coutume de se coucher, selon lui.

C’est là l’autre grand bouleversement à frapper le secteur des pubs. La consommation d’alcool a chuté d’un cinquième en dix ans, mais elle continue de jouer un grand rôle dans la vie sociale irlandaise. Le problème, pour les patrons de pubs, c’est que cet alcool se consomme de plus en plus chez soi plutôt que dans des établissements dotés d’une licence.

D’après une enquête effectuée pour le compte de la Drinks Industry Group of Ireland (DIGI), il y a dix ans, près de 80 % des alcools étaient vendus dans les débits de boissons. Aujourd’hui, ils ne représentent plus que moins de la moitié de l’ensemble des ventes.

Les supermarchés, affranchis en 2006 de l’interdiction des rabais sur les alcools, se sont transformés en entrepôts de boissons, et ils se servent de l’alcool comme d’un article promotionnel pour attirer la clientèle. “Il y a eu une explosion en termes d’accessibilité, et les prix ont dégringolé,” affirme Donall O’Keefe, directeur général de l’Association des propriétaires de débits de boissons, qui représente les patrons de pub de Dublin.

Par conséquent, si le pub était autrefois une institution bien définie, qui occupait une position centrale dans la communauté, aujourd’hui, il a perdu de son sens. Kenny pense qu’il incombe aux tenanciers de reconquérir leur place. “Il faut avant tout se réinventer, revenir à l’essentiel. Les pubs ne savent plus créer leur marché, il faut qu’ils mettent l’accent sur leur différence. Du temps du Tigre celte, l’argent coulait à flots, et ils ont oublié comment se donner du mal pour séduire leur clientèle.”

Lambkin prédit que les fermetures vont se poursuivre, mais que l’on assistera à une vague de consolidations, version économique de la “survie du plus fort”. “Dans toutes les villes, il y a des pubs connus, qui se distinguent. Ça reste un secteur viable pour ceux qui sont bons, et ils vont s’en sortir.”

Lire l’article intégral – The Irish Times

http://www.irishtimes.com/newspaper...

Debate

Alcohol abuse report shocks country

Selon un rapport récent du ministère de la santé, "l’adulte irlandais moyen boit l’équivalent d’une bouteille de vodka par semaine, ou 482 pintes de bière blonde par an", rapporte the Irish Independent.

L’abus d’alcool provoque la mort de 88 personnes par mois et augmente les risques de développer une soixantaine de problèmes médicaux, précise cette étude qui a lancé un grand débat en Irlande, entre autre parce que l’alcoolisme coûte quelque 1,2 milliard d’euros à l’Etat par an. John Waters de l’Irish Times est l’un des premiers éditorialistes à s’emparer du sujet :

Quand des étrangers me demandent d’expliquer pourquoi les Irlandais ne se sont pas révoltés contre l’incompréhensible et injuste poids placé sur eux, je leur suggère de regarder les dernières statistiques sur l’alcoolisme. L’alcool fonctionne comme un instrument efficace d’une cohésion sociale artificielle. Il est la raison principale qui explique que le peuple irlandais ne descende pas dans les rues ou ne fasse pas sortir les portes des bâtiments du gouvernement de leurs gonds.

http://www.presseurop.eu/fr/content...

http://www.irishtimes.com/newspaper...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
28 février 2012 - 12h54

des radis si, mais des radis noirs !



Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
28 février 2012 - 13h09 - Posté par robin des bois

vive l’irlande et merde au modèle anglo saxon



#OCCUPYLESBISTROTS
28 février 2012 - 14h42 - Posté par Ardwenn

Attaque délibérée contre la culture populaire, de nouveau.
Concurrence subventionnée du modèle « cocooning » ( boire chez soi devant la télé, interdiction du tabac dans TOUS les lieux publics sans aucun débat démocratique ).
J’aime le commentaire… » cohésion social artificielle »…S’il y a bien eu un pays où la cohésion sociale était réelle, et bien vivante, avant l’introduction de l’individualisme de masse par le Saint Marché, c’était l’Irlande.
Pensez-y le jour de la Saint Patrick ( 17 mars ) #OCCUPYLESBISTROTS
SINN FEIN -NOUS SEULS



Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
28 février 2012 - 16h24

“On trouve encore des pubs sans intérêt, qui n’ont vraiment rien pour eux. Avec leurs intérieurs sombres et lugubres et leurs comptoirs crasseux, beaucoup donnent l’impression de ne pas avoir été retapés depuis 1954. Les endroits de ce genre ne vont probablement pas survivre à la récession. D’ailleurs, ils ne le méritent probablement pas.”

Purée... Le rêve quoi. Un vrai pub, où tout le monde, les moches les beaux les pauvres les riches.... peut venir, pas un bar à gogos propriété du fonds de pension MCCREW AND CO ou COSTE ou que sais je...où on te sert pas si t ’es pas "brilliant"...

Un vrai pub avec cette odeur caractéristique de relent de cigarette (même si la dernière a été fumée là il y a 8 ans), de Kilkenny ou de Guiness, de whiskey, et même un arrière-nez de vieille pisse, et de sueur.

Vive The Pogues !!!! vive ce qu’est pas droit, pas clinquant, pas "in" , pas "bankable".

Vive les dents toutes pourries de Shane !!!

http://www.youtube.com/watch?v=kVUZ...



Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
28 février 2012 - 17h15 - Posté par pilhaouer

Tout fout le camp : Il s’est fait retaper les ratiches ! ( ;-))

http://musique.fluctuat.net/blog/41...


Plus de rades ici ! Plus de pubs en Irlande ! Ca veut dire quoi ?
28 février 2012 - 18h28 - Posté par

 ;-) en même temps hein c’était franchement plus du luxe à ce niveau là, c’était carrément une question de santé ...





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsqu'on ouvre une école, on ferme une prison. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite