Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FACE À LA RÉPRESSION D’ÉTAT, DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION LUNDI 18 MARS À 13H30
vendredi 15 mars
de Info’Com-CGT
Signez la pétition pour défendre la liberté d’expression https://libertedexpression.jesigne.org/ La liberté d’expression est notre affiche et notre drapeau ! Christophe Castaner a décidé de porter plainte contre notre syndicat pour la publication de l’affiche "Touchez pas à nos enfants". Romain Altmann, secrétaire général du syndicat, est convoqué à la police judiciaire lundi 18 mars à 14h30, au 36, rue du Bastion à Paris. Info’Com-CGT appelle à un rassemblement (...)
Lire la suite, commenter l'article...

L’équilibration : de Proudhon à Corcuff
de : Pierre Bance
mercredi 29 août 2012 - 10h21 - Signaler aux modérateurs
PNG - 40.6 ko

Lecture du livre de Philippe Corcuff, "Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs", par Pierre Bance, syndicaliste, journaliste indépendant.

Philippe Corcuff est un homme du doute, en ce sens qu’il ne prend pas pour argent comptant les certitudes et les évidences ; comme dit Pierre Bourdieu, l’un de ses maîtres s’il en a, il faut « constituer comme faisant question ce qui apparaît hors de question » [1]. Après tout, le rejet de l’évidence est bien un caractère que devraient avoir en commun les universitaires et les militants, états réunis en la personne de Philippe Corcuff. Cette hybridité est, elle, loin d’être une évidence pour la Sorbonne qui n’aime pas trop les agitateurs anticapitalistes quand ils ne font pas allégeance à l’académisme et au mandarinat, plus encore s’ils ne sortent pas du sérail. Beaucoup l’ont appris à leurs dépens. Le risque encouru est à la mesure de la conscience sociale des intéressés ; le dernier livre de Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs ne laisse aucun doute sur la détermination de l’auteur [2]. Pour lui, non seulement l’activité politique ne nuit pas à la science mais, au contraire, l’aère, la nourrit. L’inverse étant aussi vrai, l’activiste ignorant est vulnérable. Le lecteur-militant comprend que ce qui l’intéresse chez Corcuff, sa recherche politique autour de l’idée de social-démocratie libertaire, n’est pas séparable de son travail de chercheur [3]. Mais qu’il ne s’y trompe pas, la finalité du livre est universitaire, c’est d’abord un livre de sociologue pour sociologues, donc un livre difficile pour les non-initiés, même si l’auteur aimerait croire qu’il est accessible aux militants [4]. Certains diront qu’il se livre à l’exercice périlleux d’intéresser l’intelligent et l’ordinaire au risque de décevoir les deux.

Le thème de la critique sociale se prête au jeu puisque la part du politique est inévitable sauf à tomber dans une sociologie « neutre », suspecte. Philippe Corcuff a horreur de la totalité, des systèmes parfaits car ils couvent le totalitarisme en écrasant les différences au nom du consensus qu’ils ont décidé. Point la critique du marxisme-léninisme évidemment mais sont aussi visées les théories scientifiques qui tendraient aux mêmes fins de « dominocentrisme ». Ainsi, dans l’arrogance du débat entre la théorie de la domination de Pierre Bourdieu et celle de l’émancipation de Jacques Rancière, laquelle l’emporte ? Ni l’une ni l’autre pour Corcuff, elles se complètent : certes, les dominés, les sans-parts, intériorisent et reproduisent la domination mais sans désespérance, sans renoncer aux espoirs de l’émancipation fondée sur l’égalité [5]. L’émancipation, se mettre hors de l’état de tutelle disait Kant, « s’arracher à la domination » dit Corcuff, est inséparable de l’homme révolté parce que l’homme humilié, toujours, finit par se révolter. Perce ici une philosophie libertaire porteuse d’une traduction politique.

Pourquoi, aujourd’hui, la critique sociale a du plomb dans l’aile ? Parce qu’elle est « de plus en plus déconnectée des pratiques militantes, associatives, comme des débats globaux de la cité. Et la pensée critique globalisante recule alors même que les ressources existent » [6]. La critique sociale doit être radicale et émancipatrice, elle doit renoncer à toute ambition totalisante (systémique) et rester artisanale (pragmatique). Corcuff défend « la possibilité d’une vision générale d’un monde pluriel plutôt que la connaissance totale d’un monde entièrement cohérent » [7]. Les débats philosophiques, comme les pratiques militantes montrent qu’il est vain de vouloir faire disparaître les antinomies sauf à sombrer dans des logiques hégémoniques. Alors, comment concilier la coexistence de divers points de vue, difficulté autrefois résolue, sur une courte période, par l’Association internationale des travailleurs (AIT) puis par la Confédération générale du travail (CGT), récemment, sans plus de continuité, par le mouvement altermondialiste ? Cette autre chose n’est pas dans l’émiettement des pensées postmodernes qui conduisent à la parcellisation d’intérêts communautaires égoïstes et à l’impuissance des petites troupes divisées. Cette autre chose, Corcuff l’a déniché dans l’idée d’« équilibration des contraires » de Proudhon [8]. Oui, ce Pierre-Joseph dont les marxistes dogmatiques à la suite de Marx lui-même ne finissent pas de tasser la terre de sa tombe de peur qu’il n’en ressorte. Bien sûr, le mot « équilibration » n’est pas beau, mais il est clair : on n’est pas obligé de s’aimer, on n’est pas tenu d’avoir les mêmes idées, mais on peut trouver des points d’accord au profit d’un « espace commun de justice et de la singularité individuelle incommensurable », dans une sorte de « singulier pluriel » selon Jean-Luc Nancy (que l’auteur ne cite pas), concrètement, dans le principe fédéraliste. L’idée d’équilibration permettrait à la nouvelle critique sociale d’articuler « une dimension globale tout en renonçant aux grands récits totalisateurs » [9]. La critique sociale, mais aussi la pensée critique qui, l’une comme l’autre, doivent sortir des cadres académiques pour s’instruire à l’école des luttes, se régénérer dans la littérature, le cinéma ou la chanson populaires [10]. Critique sociale et pensée critique pourraient reconstruire un idéal, une utopie de l’émancipation porteuse de radicalité et Corcuff, malicieusement, de citer Karl Marx en penseur anarchiste : « Être radical, c’est saisir les choses par la racine, mais la racine, pour l’homme, c’est l’homme lui-même » [11]. L’auteur signifie que l’effort préalable à l’équilibration est d’éviter « les préjugés réciproques éculés : la dénonciation par certains de “la trahison” des idéaux émancipateurs par l’institutionnalisation et la dénonciation par d’autres d’un “purisme” sans conséquence sur le réel » [12].

Si cet effort est fait, au moins en partie, que souhaite Philippe Corcuff avec ce qu’il appelle un « livre-atelier » ? Offrir, aux militants, aux intellectuels critiques « pris dans un certain brouillard », c’est-à-dire la plupart d’entre eux, « une boussole mobile » pour qu’ils se fraient des « sentiers émancipateurs » dans le monde présent vers un idéal fondé sur une nouvelle morale [13]. Utopie vivace qui ne craindrait ni les conflits, ni les contradictions, toujours prête à rediscuter ses présupposés théoriques et méthodologiques, à reformuler ses hypothèses après expériences pour « imaginer l’impossible » [14], rendre ainsi crédible un autre futur. Notes

[1] Actes de la recherche en sciences sociales, n° 61, mars 1986, page 2. Philippe Corcuff, Bourdieu autrement : fragilités d’un sociologue de combat, Paris, Textuel, « La discorde », 2003, 192 pages, 17,30 euros.

[2] Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du Mauss », 2012, 318 pages, 24 euros. L’absence d’un index de noms et d’un index des notions ne facilite pas la lecture et la recherche.

[3] Pierre Bance, « Des paradoxes de la social-démocratie libertaire », Autre futur.net, 1er décembre 2011 (http://www.autrefutur.net/Des-parad...).

[4] Dans un autre registre, de Philippe Corcuff, on lira : B.a.-ba philosophique de la politique pour ceux qui ne sont ni énarques, ni politiciens, ni patrons, ni journalistes, Paris, Textuel, « Petite encyclopédie critique », 2011, 140 pages, 9,90 euros.

[5] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 278, la dixième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[6] Philippe Corcuff, « Où est passée la critique sociale », entretien avec Joseph Confavreux, Mediapart, 30 juin 2012 (http://www.mediapart.fr/journal/cul...).

[7] Où est passée la critique sociale ?, page 19.

[8] Où est passée la critique sociale ?, voir, notamment pages 162 et suivantes et page 279, la treizième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[9] Mediapart, précité note (6).

[10] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 278, la neuvième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

[11] Où est passée la critique sociale ?, page 117. Vient de sortir, de Philippe Corcuff, Marx XXIe siècle. Textes commentés, Paris, Textuel, « Petite encyclopédie critique », 2012, 192 pages, 12 euros. Il s’agit de courts textes de Marx, avec un commentaire hérétique de l’auteur, accessible au public averti.

[12] Où est passée la critique sociale ?, page 228.

[13] Où est passée la critique sociale ?, citations pages 158 et 242.

Philippe Corcuff, par ailleurs, écrit qu’un « marxisme ouvert a servi à Daniel Bensaïd de boussole » (page 251). On espère que la « boussole mobile » n’est pas celle de Bensaïd, car au-delà de l’amitié mélancolique que lui porte Corcuff et du respect qu’on lui accordera, Daniel Bensaïd reste calé en direction d’un vrai bolchévisme qui ne remet en cause ni le parti, ni le centralisme démocratique, ni la prise du pouvoir, ni le dépérissement de l’État, ni la dictature du prolétariat même s’il en donne une image plus acceptable (Voir Pierre Bance, « Lecture syndicaliste révolutionnaire de Daniel Bensaïd », Autre futur.net, 2 septembre 2011, http://www.autrefutur.net/Lecture-s...).

[14] Où est passée la critique sociale ?, voir, page 277, la huitième des quatorze propositions vers une épistémologie de la fragilité.

http://www.autrefutur.net/L-equilib...



Imprimer cet article





19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes"
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police !
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49
Venezuela : la prochaine guerre ? (video)
lundi 18 - 15h18
LE "Média" , au fil de l’acte 18 à Paris, donnent la parole aux "gilets jaunes" (vidéo)
lundi 18 - 14h38
de : nazairien
2 commentaires
Fin du grand débat, début du grand débarras ! Frédéric LORDON Bourse du Travail Paris 14/03/2019 (video)
lundi 18 - 11h36
1 commentaire
"Fin du grand débat, début du grand débarras !" Priscillia LUDOSKY BT Paris 14/03/19 (video)
lundi 18 - 11h32
1 commentaire
La loi El Khomri censurée par l’Europe
lundi 18 - 10h54
de : Marianne Rey
Manifestation des Gilets Jaunes : un policier pris en flag avec un marteau à la main (video)
lundi 18 - 10h46
En Italie, enquête sur les funestes sauteries de Berlusconi
lundi 18 - 10h42
de : Léa Polverini
Colère Paris-Banlieue : Acte XVIII Bis
lundi 18 - 08h35
de : jean 1
Thierry Paul Valette, un "bobo" du show biz, aurait écrit à macron, pour demander une audience, pour une sortie de crise
lundi 18 - 02h02
de : nazairien
1 commentaire
LA CANAILLE À GOLFECH - Fragments d’une lutte antinucléaire (1977-1984)
dimanche 17 - 17h05
de : Ernest London
Une foule jaune en colère, déferle au coeur de Paris, sur les champs et toutes les rues avoisinantes (vidéo 1h 39)
dimanche 17 - 15h28
de : nazairien
5 commentaires
La pratique de manipulation des casseurs n’est pas nouvelle.
dimanche 17 - 13h30
1 commentaire
Et une, et deux, et cinq manifestations pour un printemps précoce
dimanche 17 - 12h48
Juan Branco, toujours, au coté de "celles et de ceux" qui ne sont "rien" ,les "sans dents" (vidéo)"
dimanche 17 - 10h54
de : nazairien
1 commentaire
Il faut désespérer Fouquet’s
dimanche 17 - 10h04
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Tuerie islamophobe de Christchurch : portraits des victimes
dimanche 17 - 01h13
de : Alina Reyes
ALGERIE LIBERTAIRE
samedi 16 - 22h26
de : Nemo3637
1 commentaire
Le Desparado Abad Boumsong poétisait à la Comédie Dalayrac
samedi 16 - 19h42
Retour a la monarchie
samedi 16 - 19h35
de : Irae
1 commentaire
L’Algérie est au bord de l’éclosion (video)
samedi 16 - 09h45
de : Mohammed Harbi, Nedjib Sidi Moussa
800 personnes et une ambiance électrique à la soirée “Fin du grand débat, début du grand débarras !” (videos)
samedi 16 - 09h04
de : Flora Carpentier
1 commentaire
Yvette Roudy féministe historique, maximaliste contre le voile - 15 mars 2004 - 15 mars 2019
samedi 16 - 00h29
13 commentaires
Le MRAP exprime son émotion après les attentats de Christchurch
vendredi 15 - 21h09
de : Christian DELARUE - MRAP
LUTTES ET RÉSISTANCES 15èmes Rencontres du film documentaire (video)
vendredi 15 - 19h32
de : gogolini
1 commentaire
Castagnette en vadrouille ou la folle nuit en boite du "Kéké" de marseille (vidéos)
vendredi 15 - 16h13
de : nazairien
3 commentaires
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 16 mai au Nez Rouge
vendredi 15 - 15h36

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite