Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Madrid lui reproche des faits dans l’Hexagone
de : Antton ROUGET
mardi 6 novembre 2012 - 10h59 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 25.5 ko

L’affaire Aurore Martin n’avait pas besoin de cela pour se transformer en polémique. Mais, l’information va sans doute renforcer l’indignation générale autour de l’application d’un mandat d’arrêt européen (MAE) à l’encontre de la jeune militante de Batasuna.

Le juge d’Instruction no5 de l’Audience nationale espagnole, Pablo Rafael Ruz Gutierrez, a, en effet, dans son arrêt de mise en accusation d’Aurore Martin (“auto”), repris des accusations pour lesquelles la justice française avait refusé l’application d’un mandat d’arrêt européen.

Contradiction avec le droit européen, jugement de faits commis dans un autre Etat : cette importante décision pose plusieurs problèmes juridiques de poids.

Des activités dans l’Etat français

La participation à une conférence de presse à Bayonne le 21 septembre 2006 et à un meeting à Ustaritz le 27 janvier 2007 : lorsque la Cour d’appel de Pau s’était prononcée, le 23 novembre 2010, en faveur de la remise aux autorités espagnoles d’Aurore Martin, elle avait refusé d’accepter le MAE pour ces deux faits ayant eu lieu dans l’Etat français (cf édition du 24/11/2010). Pourtant, faisant fi de cette décision, Pablo Rafael Ruz Gutierrez, a repris, le 2 novembre 2012, ces deux accusations parmi les éléments d’inculpation de la militante de Batasuna.

L’audience nationale espagnole s’apprête ainsi à juger une ressortissante de nationalité française pour des activités politiques dans l’Etat français ; Etat dans lequel elles ne sont, de surcroît, pas considérées comme répréhensibles.

De même, le juge d’Instruction a également maintenu l’accusation portant sur un article d’opinion publié le 11 janvier 2008 dans les colonnes du quotidien Gara (cf. p.4) pour laquelle la cour de Pau avait, là aussi, refusé le MAE.

Enfin, selon le document du 2 novembre, Aurore Martin est aussi inculpée par l’Audience nationale pour avoir été salariée du parti EHAK alors que la cour d’appel avait, de nouveau, rejeté la demande espagnole au motif que l’interdiction de ce parti dans l’Etat espagnol est postérieure aux faits reprochés.

Une erreur de l’Audience nationale ? Une volonté délibérée d’outrepasser la décision de la cour d’appel de Pau ? Les questions portent maintenant sur les intentions du magistrat espagnol.

Reste qu’en maintenant des accusations pour lesquelles la justice française avait refusé la remise de la militante de Batasuna aux autorités espagnoles, l’Audience nationale outrepasse le “principe de spécialité”. Principe selon lequel, dans le cadre d’un MAE, une personne remise par Etat à un autre Etat ne peut être poursuivie ou privée de liberté pour une infraction commise avant sa remise qu’avec l’autorisation de l’Etat d’exécution.

“C’est tout simplement hallucinant !” s’insurge Jone Gorizelaia, avocate d’Aurore Martin qui pointe les “contradictions” dans le dossier.

L’avocate de la jeune militante abertzale du Pays Basque nord prévoit d’ailleurs d’intégrer cet élément dans la demande de libération conditionnelle qu’elle va formuler dans les prochains jours.

http://www.lejpb.com/paperezkoa/201...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Madrid lui reproche des faits dans l’Hexagone
6 novembre 2012 - 11h45

Donc, ce qu’on savait depuis un moment (je ne reviendrais pas sur les différentes chroniques judiciaires) la justice espagnole n’est pas celle d’un Etat de droit. D’ailleurs "Etat de droit" est probablement un oximore dans le cadre du capitalisme.
Et Manuel Valls qui rétorque aux députés PS PC et autres qui protestent contre la livraison d’Aurore : "comment vous ne faites pas confiance à la justice".
Donc demain, moi qui soutient les droits du peuple Palestinien, je pourrais être livré à la "justice" israëlienne pour être inculpé de mes activités sur le territoire français.
Que l’Etat espagnol héritier de l’Etat franquiste agisse tel qu’il le fait ... Mais je crois qu’on est en train d’atterrir dur avec les pratiques de l’Etat socialiste qui se pose ainsi en héritier de Mitterand, de sa francisque, des condamnations à mort pendant la guerre de libération du peuple algérien, de l’exécution d’Eloi Machoro ...
Ca promet



Madrid lui reproche des faits dans l’Hexagone
6 novembre 2012 - 12h19

Ce n’est que la première étape d’une manœuvre destinée à permettre à la France de sauver la face.

Étape suivante : Taubira et c° feront part de leur "préoccupation" quant aux chefs d’accusations énoncés par le juge Espagnol qui les abandonnera partiellement. Taubira pourra se targuer d’être intervenue avec efficacité sur ce dossier.

Dernière étape : Aurore Martin prendra 8 ans au lieu de 12 et Valls pourra s’attendrir devant la clémence de la justice espagnole.

Et il ne faut pas se faire trop d’illusions sur la mobilisation de l’opinion publique en France : le cas d’Aurore Martin ne suscite déjà plus que quelques brèves dans les "grands médias". A comparer avec les traitements médiatiques des affaires Cassez, Polansky, Sakineh ou Shalit.



Madrid lui reproche des faits dans l’Hexagone
6 novembre 2012 - 14h11 - Posté par Paco NPA

C’est bien plus grave que ça.

Valls la honte et son Normal sont en train de coorganiser la mise en place d’une stratégie de tension (englobant mais aussi dépassant la criminalisation du mouvement social) organisée par le gouvernement de son très disgracieux roitelet d’Espagne.

S’ils souhaitaient que le sang (celui du mouvement ouvrier et populaire) coule, ils ne s’y prendraient pas autrement.

La légitime indignation provoquée par l’extradition d’Aurore doit se transformer en mobilisation nationale.

Avant qu’il ne soit trop tard.


Madrid lui reproche des faits dans l’Hexagone
6 novembre 2012 - 19h13 - Posté par arnold

Voici l’acte d’accusation et incarcération d’Aurore Martin en français :

Ministère de la Justice

Tribunal Central d’Instruction n°5
Audiencia Nacional
Madrid

ACTE

Madrid, le deux novembre deux mil douze

FAITS

PREMIÈREMENT.- En ce jour a eu la comparution, en vertu de l’article 505 du code de procédure criminelle (Ley de Enjuiciamiento Criminal), la remise par les Autorités Françaises, l’inculpée AURORE MARTIN.

Au cours de cette audience, le Ministère Fiscal a demandé la prison inconditionnelle de l’accusée ; la Défense, la liberté provisoire, avec l’accord de l’intéressée.

AURORE MARTIN a été livrée en date du 1.11.12, par les Autorités Françaises, grâce à un jugement de la Cour d’Appel de Pau du 23.11.10, et mise à disposition de ce Tribunal en vertu du mandat d’arrêt européen émis par ce même Tribunal le 14 juillet 2009, et renouvelé postérieurement le 13 octobre 2010.

DEUXIEMEMENT.- Des actes du présent dossier, il appert à ce moment de l’histoire du procès, que l’inculpée Aurore MARTIN est une des personnes élues comme membre du Secrétariat National (Mesa Nacional) de BATASUNA formé en janvier 2006, car elle a participé à la conférence de presse publique de présentation de ce secrétariat à la date du 24/03/2006, à l’Hôtel Tres Reyes de Pampelune.

A la date du 26/04/2006, elle participe à une conférence de presse dans la ville de Pampelune, avec Juan Cruz Aldasoro Jauregui, Jon Garay Vales, Jean-Claude Aguerre et Francisco Urrutia Jauregui, eux aussi membres du Secrétariat National de BATASUNA.

A la date du 21/09/2006 elle participe à une conférence de presse dans la ville de Bayonne (France), avec les membres du Secrétariat National de BATASUNA, Jean-Claude Aguerre et Xavier Sarralde.

A la date du 28 janvier 2007, elle figure dans le quotidien GARA, à côté d’autres membres du secrétariat national de Batasuna, dans la localité d’Ustaritz (France), au cours de la présentation de la proposition politico-institutionnelle élaborée par Batasuna pour le territoire basque-français.

A la date du 03/03/2007, elle participe à un meeting politique de la Gauche Abertzale au Pavillon ANAITASUNA de Pampelune, avec Gloria Recarte Gutierrez, et dresse un bilan de la « répression » et des différentes propositions de la Gauche Abertzale depuis 1990.

A la date du 14/09/2007, elle participe à une réunion du Secrétariat National organisée dans la localité de Salvatierra (Álava).

A la date du 11/01/2008, dans le quotidien GARA, elle publie un article écrit en français et signé par elle, et par Zigor Gojeascoechea Arronategui, les deux étant identifiés comme membres de Batasuna.

Par ailleurs, et comme d’autres membres du Secrétariat National de Batasuna, à partir du 2 novembre 2006, elle est inscrite à la Sécurité Sociale comme salariée de EHAK (Parti Communiste des Terres Basques, parti politique illégalisé en date du 08/02/2008).

En date du 17/12/2007, elle reçoit deux transferts pour des sommes identiques de 12.000€ (total de 24.000€), en provenance du compte XXXXXXXXXXX de la Caja de Ahorras de Pensiones de Barcelone, dont le titulaire est EHAK, et les signataires Jesus Maria Aguirre Arruabarrena et Sonia Jacinto Garcia. Cette opération est réalisée grâce à un transfert vers le compte référencé XXXXXXXXXX de la Société Générale dont la titulaire est Aurore Martin.

Le parti politique BATASUNA avait été déclaré illégal par le Tribunal Suprême en 2003, ses activités étant suspendues par des actes de ce Tribunal en date du 23 août 2002 et du 17 janvier 2006.

RAISONNEMENTS JURIDIQUES

PREMIEREMENT.- La légitimité constitutive de la prison préventive réside en ce que, en application expresse de la Loi de Procédure Criminelle (article 502 et suivants, principalement 502, 503 et 504), au moment de sa décision et de son application il existe, comme présupposé, des indices rationnels de la commission d’une activité délictuelle présumée avec une qualification pénale déterminée (« que la procédure se base sur l’existence d’un ou divers faits qui présentent un caractère de délit sanctionné avec une peine maximal qui soit égale ou supérieure à deux années de prison, ou bien une peine privative de liberté inférieure si l’accusé a des antécédents pénaux non rémissibles ni susceptibles d’être remis, en application d’une condamnation pour délit ») et qu’elle puisse être attribuée à une personne précise (« que la procédure fasse apparaître des motifs suffisants pour supposer la responsabilité criminelle du délit d’une personne contre laquelle on devrait délivrer un ordre d’incarcération ») ; comme objectif la poursuite de fins constitutionnelles légitimes et congruentes avec la nature de cette mesure (devoir de l’Etat de poursuivre efficacement le délit –pour éviter la disparition des sources de la preuve, empêcher la fuite du responsable présumé, rendre inefficace toute activité qui tendrait à obstruer l’action de la Justice, éviter que l’accusé puisse agir contre les biens juridiques de la victime, empêcher le risque de récidive délictueuse-, d’un côté ; et le devoir de l’Etat d’assurer la liberté des citoyens de l’autre) ; et, comme objet qu’on la conçoive, dans sa rédaction, et son application, comme une mesure d’application exceptionnelle, subsidiaire, provisoire et proportionnée à l’obtention des fins susdites.

L’article 502 de la Loi de Procédure Criminelle fixe : « 2. La prison provisoire sera choisie seulement quand elle sera objectivement nécessaire, en conformité avec ce qu’établissent les articles suivants, et quand il n’existe pas d’autres mesures moins attentatoires au droit à la liberté au moyen desquels on pourrait arriver aux mêmes fins qu’avec la prison préventive. 3. Le juge ou le tribunal tiendront compte, pour adopter la prison préventive, la répercussion que cette mesure pourra avoir sur l’accusé, en considérant les circonstances et celles des faits objets de la procédure, ainsi que la mesure de la peine qui pourrait être infligée ».

L’article 504.1. de la Loi de Procédure Criminelle signale : « La prison préventive durera le temps nécessaire pour obtenir quelconque des fins prévues dans l’article précédent, et tant que subsisteront les motifs qui ont justifié son adoption ». Et ces fins son prévues dans l’alinea 3 de l’article 503 de la Loi de Procédure Criminelle. (…)

DEUXIEMEMENT.- Sur le plan légal, le Ministère Fiscal demande l’incarcération préventive d’AURORE MARTIN qui est inculpée par un acte daté du 23 mars 2009.

Dans le cas présent, les circonstances nécessaires prévues par l’article 503 de la Loi de Procédure Criminelle pour accorder la prison préventive sont réunies :

Tout d’abord il convient de reproduire les raisonnements contenus dans le précédent acte du 14 juillet 2009 dans lequel on accordait la prison préventive de l’intéressée :

« Conformément à l’acte de procédure du 23/03/09 les faits relatés dans cette procédure pourraient être constitutifs d’un délit d’appartenance à une organisation terroriste selon les articles 515.2° et 516.2° du Code Pénal, appliqués à AURORE MARTIN tant que, dans la description des faits, elle aurait participé à l’exécution de ces faits, et contribué à la réalisation de la fin délictueuse en suivant les directives de l’organisation terroriste ETA, qui est à la tête du complexe dans lequel s’intègrent les différentes structures et personnes citées.
L’organisation présumée terroriste connue comme BATASUNA, déclarée illégale par le Tribunal Suprême en 2003, a continué à se rénover à chaque fois, de manière plus clandestine, au vu des décisions successives des Tribunaux, spécialement les dossiers 18/98 de ce Tribunal sur les structures KAS-EKIN, dans lesquels la Chambre Pénale (Sala de lo Penal) du Tribunal Suprême, le 19 janvier 2007, a condamné pour participation à une organisation terroriste ses divers composants, ou le verdict prononcé dans le dossier 33/02 sur les GESTORAS PRO AMNISTIA et ASKATASUNA, par la Chambre Pénale de l’Audiencia Nacional.

La période à laquelle se réfère cette décision relativement à BATASUNA va des années 2005 à 2008, postérieures à l’acte d’accusation du dossier 35/02 de ce Tribunal pour ce qui est des responsables du Secrétariat National de Batasuna et à ce même parti politique, entre les dates du 25-01-05 et ses successeurs du 28-02-05 et 02-06-05, et en cela, on doit prendre comme point d’inflexion de l’enquête la date du mois d’avril 2006, quand s’est constitué le nouveau Secrétariat National de BATASUNA, rénové parla suite en conséquence des arrestations qui se sont produites au mois d’octobre 2007, jusqu’à ce que le 11 février 2008, on procède à l’arrestation des nouveaux membres du secrétariat à qui ont été étendus cette procédure ».

De tels raisonnements sont toujours valables en l’état actuel de la procédure, relativement à l’ensemble des preuves dont nous disposons dans les actes, motivé par le fait que contre l’inculpée on a émis un acte d’accusation motivé en date du 23 mars 2009, et postérieurement, en absence de sa comparution à la demande judiciaire, un mandat d’arrêt européen en date du 14 juillet 2009 et du 13 octobre 2010, finalement exécutés par la Cour d’Appel de Pau à travers la résolution en date du 23 novembre 2010 accordant la remise de l’intéressée.

Concrètement, dans l’ensemble des indices exposés dans le présent arrêt, nous déterminons la participation présumée de l’inculpée AURORE MARTIN à un délit de participation à une organisation terroriste tel que défini par les articles 515.2° et 516.2° du Code Pénal dans sa version en vigueur à la date de la commission des faits, le Corpus Légal prévoyant une peine élevée pour ce type d’accusation (jusqu’à douze ans de prison), au-delà dans tous les cas des prévisions pénales contenues dans l’article 503 de la LECrim., et nous déduisons la participation de la mise en cause à l’examen des activités institutionnelles et organiques qu’elle a pu avoir au sein du parti illégalisé Batasuna, qui fait partie du complexe politique de l’organisation terroriste ETA durant la période comprise entre les années 2006 et 2008, ainsi que les liens prouvés par la réception de fonds économiques en provenance de l’organisation à laquelle elle participe.

TROISIEMEMENT.- Quant aux motifs pour éviter la prison préventive, on est fondé à apprécier, à la teneur des actes dans le cas d’AURORE MARTIN, un risque évident de fuite et de soustraction à l’action de la Justice, au vu des circonstances ci-dessous énoncées :

1er.- Il y a eu une enquête judiciaire de laquelle peut dériver une sanction grave et qui a une relation étroite avec une organisation terroriste déterminée –ETA, qui peut impliquer la possibilité, à ce moment concret de la procédure, que la mise en liberté de l’inculpée favorise le risque de fuite, ou bien pour des raisons personnelles, ou bien à cause d’indications ou de directives émanants de l’organisation terroriste sus-citée qui viseraient à faire obstruction à l’action judiciaire.

2ième.- L’arrestation en France de l’inculpée illustre ceci, ainsi que sa remise à l’Espagne en exécution du mandat d’arrêt européen délivré par les Autorités judiciaires espagnoles, car l’inculpée s’est volontairement placée en état de ce soustraire à la procédure judiciaire qui la visait.

3ième.- Une autre preuve, est annexée au présent dossier de situation personnelle rédigé par les Renseignements Généraux (Comisaria General de Informacion), un article de presse attribué à la mise en cause Aurore Martin et daté du 22 décembre 2010 dans lequel celle-ci annonce son intention de se soustraire à l’action de la justice, suite à l’approbation de sa remise à l’Espagne par la Cour d’Appel de Pau. Dans cette missive, on distingue entre autres les passages suivants : « je n’ai aucune intention de me mettre à la disposition des juges espagnols », « je n’ai pas d’autre option que de me cacher pour pouvoir continuer mon activité politique au sein de Batasuna », ou encore « j’ai décidé de me soustraire au contrôle judiciaire », ce qui indique que cette volonté répétée, même si elle a été exprimée à la date ci-dessus indiquée, ne permet pas d’accorder une quelconque crédibilité aux assertions de l’inculpée aujourd’hui, dans lesquelles elle assure sa disposition à continuer de vivre à son domicile et à suivre un contrôle judiciaire.

Tout ce qui précède détermine que dans le cas présent la prison préventive est la seule mesure de précaution, nécessaire et proportionnée qui permette d’assurer de forme effective la sujétion de l’inculpée aux suites judiciaires du procès, tenant compte de plus du fait que ce procès est déjà transmis à la Chambre Pénale de l’Audiencia Nacional, de quoi on peut prédire que la célébration du procès est proche, circonstance qui pourrait augmenter encore le danger de soustraction à l’action de la justice de l’inculpée.

Vus les préceptes cités et les autres d’application pertinente et générale, ainsi que les substitutifs.

DISPOSITIONS

JE DISPOSE : Je décrète la prison provisoire et inconditionnelle d’AURORE MARTIN, pour un délit présumé d’appartenance à une organisation terroriste.

Que l’on expédie le présent mandement d’incarcération à la prison de l’accusée.

Que l’on notifie la présente résolution au ministère Fiscal et aux autres parties en présence.

Que l’on peut recourir contre cet arrêt dans un délai de trois jours, devant ce Tribunal Central d’Instruction et/ou, dans ce cas, un recours d’appel, en un seul effet, devant la Chambre Pénale de l’Audiencia Nacional en application des articles 507 et 766 de la Loi de Procédure Criminelle.

Ainsi par cet arrêt, j’accorde, ordonne et signe, Pablo Rafael Ruz Gutierrez, Magistrat-Juge Central d’Instruction N°5.

Sources : http://infurmazione.unita-naziunale...






Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
1 commentaire
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
4 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Voici le fondement de la critique irréligieuse : c'est l'homme qui fait la religion, et non la religion qui fait l'homme. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite