Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Témoignage de Brigitte Brami : Thérèse est décédée
mercredi 8 octobre 2014 - 03h12 - Signaler aux modérateurs
> Prison

Suicide de Thérèse en prison pendant ma propre détention : un assassinat moral ?

Thérèse est décédée. Thérèse s’est suicidée dans sa petite cellule de 9 mètres carrés.
Thérèse était magnifiquement belle. Je le lui disais. Apparemment, mes pauvres mots ont été des coquilles vides de sens. Thérèse avait tué son mari à coups de couteau, puis elle s’était elle-même immédiatement dénoncée ; elle avait appelé la police. Son mari avait maltraité physiquement leur fils âgé d’un an au moment des faits, et cela dès sa naissance.
Je ne l’ai vue que trois fois. Elle était souriante, toujours. Et toujours impeccable dans des tailleurs-pantalons ou des fringues simples qui la dotaient d’un grand charme.
Sa beauté noire m’avait comme d’habitude attirée amicalement. Tout ce qui est noir de peau m’est familier ; voire très souvent intime. Je ne sais pas pourquoi. J’ai dû être prise dans les bras d’une femme noire quand j’étais bébé, il faudra que je questionne ma mère à ce sujet. On s’était écrit ; très peu, car chacune de nous-deux perdait le numéro d’écrou de l’autre. J’étais persuadée qu’elle s’en sortirait, oui qu’elle sortirait de Fleury-Mérogis : parce que c’était elle la victime ; parce que les jurés ne pourraient enfermer longtemps une jeune femme si jolie, si classe, si subtile. Je pensais qu’elle serait probablement relâchée ; relaxée, que son geste était une espèce de légitime défense morale ; que le nombre impressionnant de coups de couteau – 318 en l’occurrence - ni révélait ni sadisme ni acharnement mais exprimait une liberté enfin reprise, prononçable et désormais acquise. Parce qu’aussi il était irréfutable que le chef d’accusation comprenant entre autre la préméditation était incompatible avec le nombre de coups de couteau portés qui infirmait à mes yeux tout calcul. Et enfin parce que depuis l’origine de l’humanité, les hommes et les femmes, ça se tue par les guerres, les assassinats, car les hommes et les femmes, ça meurt, et que la mort est tellement chose insupportable qu’on la projette sur son contemporain, sa contemporaine : « On a du sang sur tout le corps et comme on ne veut pas le voir, on fait couler celui des autres », écrivait Boris Vian – dans Cantilène en gelée.

« Comme tu es belle ! », il va falloir que j’apprenne à dire autre chose, me reproche-je, car visiblement, la réalité, seule dominatrice, me prouve que cette exclamation ne saurait prévenir du suicide. Quel gâchis !
Il parait que les autres prévenues lui ont fait une vie d’enfer, qu’elles se sont toutes liguées contre elle ; elles lui auraient promis la perpette, les mauvaises ! Je ne me trouvais pas dans le même bâtiment, je ne partageais pas sa promenade, je ne savais rien de ces tortures psychologiques, sinon, évidemment, j’aurais agi et réagi. Evidemment.
Elle était trop belle pour ne pas être jalousée ; trop calme pour répondre au attaques ; trop droite pour balancer. Elle voulait reprendre ses études universitaires par correspondance : la possibilité d’une bourse universitaire de 200 euros mensuels, financée par le Conseil régional était envisageable. Je l’y avais encouragée. Dans une salle d’attente médicale du Grand Quartier, on avait parlé des avocats, de leur compétence et surtout de leur incompétence respectives - j’en connaissais un rayon là-dessus suite aux nombreux avatars dus à ma propre expérience ! Sa timidité la rendait faussement hautaine. Sa grâce incitait au vouvoiement, ce qui entre écrouées est rarissime. Je la vouvoyai donc par une délicatesse un peu étrange que soudain je me découvrais à mesure que la conversation avançait ; une conversation à l’instar d’une marche, dans le déséquilibre permanent avant que le pas suivant ne s’articule.
Je suis passée à côté de sa fragilité. . .
Thérèse était trop sensible pour se pardonner son crime ; pas assez dupe pour se raconter des histoires ; trop lucide pour dénier son acte. Thérèse avait lu avant même que je ne la rencontre La Prison ruinée et l’avait aimée, peut-être est-ce pour cette raison que d’emblée, elle m’avait fait confiance. Quant à moi, faut-il encore le souligner : l’élégance naturelle de sa beauté m’intimidait. Le fait qu’elle connaisse mon orientation sexuelle me gênait car je voulais que le désir reste insoupçonnable, et que c’était vraiment mal parti en raison de mes goûts en général, et de mon attirance en particulier à son endroit ; attirance évidemment qu’elle devinait, sinon percevait.
Arrivée à la MAF il y a quatre mois, elle se savait, elle se croyait, ici pour très longtemps, m’avait –elle précisé. Elle avait commencé une formation de jardinerie, et c’est alors qu’elle courait dans le couloir que je l’avais entrevue pour la dernière fois. Je l’avais en vérité à peine reconnue, tant elle était plus que jamais resplendissante. Et toujours, oui toujours souriante dans son tailleur-pantalon beige clair : « ce que tu es belle », lui ai-je alors lancé sans savoir que c’était la dernière fois que l’on se parlerait. « Brigitte, Je t’écris très vite » furent les derniers mots qui m’étaient destinés et qu’elle prononça en vitesse.
Que Thérèse était belle et moi, que suis-je bête !
Thérèse s’est pendue dans la nuit du 9 au 10 mai 2014 ; dans la nuit d’avant-hier à hier.
Ni La Prison ruinée, ni mes paroles n’ont été en mesure de la secourir.
Elle avait 35 ans et elle est morte comme elle est née : innocente.

Fleury-Mérogis, dimanche 11 mai 2014,
Brigitte Brami
Écrivaine et ancienne détenue,
Auteure de : La Prison ruinée (2011),
Prochaine publication (courant octobre 2014) : Miracle de Jean Genet, chez L’Écarlate/L’Harmattan éditeur.



Imprimer cet article





À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d'y penser. Blaise PASCAL
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite