Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Un non mélancolique
de : Philippe Corcuff
mercredi 18 mai 2005 - 17h24 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 9.1 ko

de Philippe Corcuff

« Le désenchantement est une forme ironique, mélancolique et aguerrie de l’espérance ; il en modère le pathos prophétique et généreusement optimiste, qui sous-estime volontiers les terrifiantes possibilités de régression, de discontinuité, de tragique barbarie latentes dans l’Histoire. » Claudio Magris, Utopie et désenchantement, Gallimard, 2001.

Le XXe siècle, gorgé de promesses de progrès et de liberté, s’est aussi avéré tragique : l’horreur extrême de la Shoah, les autres barbaries génocidaires (des Arméniens, au Cambodge, au Rwanda...), les boucheries des guerres mondiales, les crimes du colonialisme et de l’impérialisme, les horreurs des stalinismes, etc.

Certains cherchent le réconfort dans la nostalgie de passés mythifiés. Nauséabonde nostalgie raciale pour l’extrême droite ou inquiétante nostalgie du « combat contre les Sarrasins » chez de Villiers. Nostalgie de l’Etat-nation chez les souverainistes de droite et de gauche. Nostalgie du mouvement ouvrier traditionnel, incarnée avec une beauté digne par Arlette Laguiller. D’autres, n’en finissant pas de régler des comptes avec leur passé stalinien ou gauchiste (comme Daniel Cohn-Bendit), cultivent la nostalgie par la négative, par le ressentiment, mais en en restant prisonniers, incapables de saisir des pépites d’inédit dans les mouvements de l’histoire. Toutefois, comme les tenants du « c’était mieux avant » cher à Alain Finkielkraut, ils risquent que « le mort ne saisisse le vif », selon la formule de Marx. Que les griffes du passé n’enserrent les aspirations du présent.

A l’inverse, les leaders des deux forces politiques provisoirement hégémoniques, UMP et PS, jouent d’un faux optimisme, un optimisme-marketing pour campagne électorale. Mais, justement, l’enthousiasme publicitaire des couples Raffarin/Lorie et Royal/Hollande sonne faux, comme s’ils n’y croyaient pas vraiment...et s’enfoncent un peu plus dans un monde marchand dénaturant la belle idée d’Europe. Ainsi, l’écart se creuse entre professionnels de la politique et citoyens ordinaires !

A distance de cette double tentation nostalgique et béatement optimiste, une attente mélancolique n’émerge-t-elle pas dans certains secteurs de la population, et en particulier au sein du « peuple de gauche » ? N’alimente-t-elle pas un des courants principaux du non au traité constitutionnel européen ? C’est en tout cas une hypothèse. Une mélancolie qui n’aurait pas oublié les blessures et les déceptions du passé, mais qui demeurerait ouverte aux arcs-en-ciel de l’avenir. Une mélancolie qui, refusant de s’enfermer dans le culte d’hier, se confronterait aux défis renouvelés du XXIe siècle (la résorption des énormes inégalités planétaires, l’ouverture à un monde métissé, les risques écologiques, l’égalité hommes/femmes, les enjeux de l’individualité, etc.) mais en gardant la mémoire des impasses et des faiblesses révélées par le XXe siècle. En abandonnant les mirages d’« absolu » et de « pureté », pour se coltiner les indépassables imperfections de l’action humaine tentant de transformer le monde.

L’avant-goût d’une telle politique mélancolique, on le sent poindre dans la galaxie altermondialiste, dans les mouvements sociaux et, plus largement, parmi nombre de citoyens déçus mais en attente. Cela concerne peu les organisations politiques. Quelques rares cailloux blancs, en pointillés de nos cheminements politiques, nous font cependant signe. A la croisée du champ intellectuel et de l’espace militant, le philosophe Daniel Bensaïd s’est efforcé de renouer les fils mélancoliques de l’anticapitalisme entre sa « génération 68 » et les plus jeunes, dans le bel éloge d’Une lente impatience (Stock, 2004). Empreint d’une mélancolie toute joyeuse, Olivier Besancenot exprime sur la scène politique la rencontre des héritages émancipateurs des combats collectifs et des impétuosités de l’individualité contemporaine. Tous deux militants de la Ligue communiste révolutionnaire, ils ne correspondent guère aux images médiatiques qui traînent paresseusement sur cette mouvance : « archaïque », « extrémiste », « gauchiste », etc.

Mais les cailloux blancs de nos espérances mélancoliques sont quelque peu clairsemés face à la taille des problèmes à affronter. C’est là que la force d’un non européen au néolibéralisme pourrait permettre d’accélérer les choses, de redistribuer les cartes, en France et en Europe. Cependant l’action politique ne renvoie qu’à des paris, adossés à des valeurs, nourris de connaissances partielles, vers un avenir pour une part incertain. Ces paris n’autorisent pas l’arrogance des certitudes ni la diabolisation unilatérale du non ou du oui. Ceux-ci sont d’ailleurs travaillés, chacun, par des paris hétérogènes. La fermeté des convictions et de l’engagement n’appelle pas nécessairement le manichéisme. Et, dans les polémiques en cours, le « non de gauche » n’apparaît pas le plus manichéen et le plus catastrophiste dans ses discours. On peut défendre le non, mélancoliquement, avec la tranquille indocilité du gauche explorateur d’un monde à rebâtir.

Paru dans le quotidien régional Sud-Ouest, lundi 16 mai 2005

http://www.sudouest.com/160505/opin...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Un non mélancolique
18 mai 2005 - 21h33

Je regrette Philippe, mais je ne suis ABSOLUMENT PAS de ton avis.

Personnellement, je lutte contre le capitalisme mais je ne suis ABSOLUMENT PAS du genre à me plonger dans la nostalgie. Pour moi, le combat de gauche est un combat progressiste. Il est synonyme de progrès et d’égalité. Bien sûr, on regarde dans le rétroviseur, pour ne pas commettre les mêmes erreurs qu’autrefois. Mais le combat de gauche : laïc, féministe, anti-raciste, anti-homophobe, anti-raciste et anti-capitaliste est résolument progressiste et donc tourné vers l’avenir et non le passé.



> Un non mélancolique
18 mai 2005 - 21h36 - Posté par

Tu te sens peut-être blasé, désabusé, etc. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Nous allons de l’avant, justement parce que nous combattons le passé et ses valeurs.

Ne mélange pas tout ...


Un progressisme mélancolique
18 mai 2005 - 23h28 - Posté par

La nostalgie, c’est s’enfermer dans le culte du passé. C’est ce qui est critiqué dans cet article.

La mélancolie, c’est garder des traces des désenchantements passés et des risques pour le futur, afin d’ouvrir de nouvelles voies pour l’avenir justement.

La mélancolie s’oppose seulement à l’optimisme béat, mais pas à tout progrès, comme pari (voir le livre de Daniel Bensaïd, Le pari mélancolique). Comment être béatement progressiste après les catastrophes du XX° siècle et les menaces écologistes ? Pourquoi ne pas redéfinir justement un progrès mélancolique ?

un écolo-libertaire mélancolique


> Un progressisme mélancolique
19 mai 2005 - 04h31 - Posté par

Moui ....

Je pense que les luttes que nous mènons ne doivent pas
être enfermées dans ces notions de tristesse qui en affectent
la dynamique. Je ne voudrais surtout pas de combats larmoyants.
Nos luttes sont fondamentalement positives et elles n’ont
aucune raison de nous lier à une tristesse, qu’elle soit d’ordre
nostalgique ou mélancolique. Je la vois comme une bouffée
d’oxygène dans un système qui cherche à nous en priver.

Je suis moi-même anarcommuniste, situationniste et écolo.
Mais je ne me retrouve pas du tout dans cette tristesse avec
laquelle vous caractérisez nos combats.

La nostalgie est liée au passé et la mélancolie peut être liée
au passé, au présent et aussi à l’avenir, mais si c’est pour
changer le monde et en faire un nouveau en traînant la savate
bâti sur la mélancolie ou la nostalgie, merci, très peu pour moi !
On a bien assez d’un monde triste pour le remplacer par un
monde triste. Ca fait des millénaires qu’on nous bassine avec
la souffrance et la tristesse. J’ai le bonheur de participer à
quelque chose qui va bouleverser tout ça, et franchement,
ça ne m’emballe pas des masses de voir notre combat être
entâché de morosité. C’est bien assez dur au quotidien,
la vie dans cette société. On n’est ni dans un monastère,
ni dans un couvent, ni à un enterrement. Ce que nous faisons,
ce pour quoi nous luttons est éminament vivant et positif.
Aucune raison de jouer les dépressives/ifs.
Le monde dans lequel on vit, oui. Il est lugubre, et lui
peut nous déprimer, mais pas nos combats.

Vive le dynamisme, à bas la morosité ! :o))


> Un progressisme mélancolique
19 mai 2005 - 04h32 - Posté par

Si c’est pour combattre livide, autant rester au lit.


> Un non mélancolique
20 mai 2005 - 09h19

On appelle ça fendre les poils en quatre.






Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
1 commentaire
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
5 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite