Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Y a-t-il une morale du politique ?
de : Marc Alpozzo
vendredi 5 août 2005 - 14h55 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 18.6 ko

de Marc Alpozzo

Totalitarisme et Etat de droit

Contrairement à ce que croit, avec beaucoup de force d’ailleurs, le sens commun, le totalitarisme n’est en aucun cas une anti-thèse, une anti-chambre, le contraire même de la démocratie : système politique selon beaucoup indépassable !

Totalitarisme Il suffit pour le comprendre d’observer le XXe siècle et certains Etat occidentaux ayant oscillé entre deux systèmes politiques qui en constituèrent précisément les deux pôles : démocratie et totalitarisme. Et on est à peu près sûr de ne plus faire la confusion en prenant le totalitarisme comme l’envers de la démocratie. Hannah Arendt dans Origine du totalitarisme, nous a bien mis en garde : totalitarisme n’est pas despotisme (à savoir, pouvoir qui ignore le droit est qui est fondé sur la crainte et la terreur). N’étant pas le négatif de la démocratie, le totalitarisme en serait plutôt la déviation possible.

Une déviation possible d’autant plus compréhensible pour tout lecteur attentif, si l’on tente une toute petite définition du totalitarisme, dont on peut dire que c’est une doctrine ou un système caractérisé par la toute-puissance de la collectivité (Etat, race ou classe) qui se subordonne sans réserve les personnes, les activités et les biens des individus qui la composent et exerce sur eux une action sans limite. Généralement le régime totalitaire se caractérise et se reconnaît par la fusion des pouvoirs exécutif, législatif, et judiciaire. Le totalitarisme est d’ailleurs une déviation de la démocratie jusque dans l’élection du dictateur, puisqu’on a pu constaté que ça n’était pas moins que le peuple qui a porté au pouvoir Mussolini, Staline ou encore Hitler. Car, le vrai problème que nous devons nous poser, en ces temps d’accalmie, de liberté, et de démocratie, c’est la question suivante : L’Etat peut-il « vraiment » devenir totalitaire, de nos jours ?

Petit retour à la genèse :

L’Etat proprement dit n’apparaît qu’au XVIème siècle sur notre continent, moment ou le pouvoir se matérialise c-à-d qu’il s’incarne dans une institution, et qu’un espace public se développe, si bien que le pouvoir d’Etat cesse d’appartenir à ceux qui le représentent pour devenir une chose publique. Il est à noter que l’Etat moderne est complètement désacralisé, puisque le pouvoir n’est ni naturel ni imposé par Dieu ou l’Eglise. L’Etat moderne a d’ailleurs été en grande partie inspiré des réflexions de Rousseau, Locke ou encore Spinoza. Ces théoriciens pensent par exemple de l’Etat moderne q’un régime dont les pouvoirs sont limités est seul à même de préserver l’égalité et la liberté naturelles des hommes. Pour Spinoza : la démocratie est le régime le plus conforme à « la saine Raison ». Ce que Spinoza vise à empêcher, c’est le transfert d’une souveraineté à un pouvoir incontrôlable. Seul le peuple peut rester souverain, tout du moins en droit. Il faut limiter les pouvoirs de l’Etat et protéger les droits fondamentaux des hommes par les institutions fondatrices de l’Etat.

Etat de droit

Cela dit, entre tenter d’élaborer la théorie de l’Etat légitime et approuver l’Etat existant, il n’y a pas forcément concordance. Déjà Rousseau dénonce l’Etat comme étant un instrument au service des puissants. Il accuse les premières sociétés d’avoir porté au pouvoir des hommes habiles qui ont protégés leurs intérêts, confisqué les terres, légalisé leur puissance par le biais d’institutions qui seraient à l’origine d’un pouvoir conçu comme une structure de domination et d’oppression. Pour Rousseau, la prétention de l’Etat de représenter les intérêts de tous n’est qu’un leurre : le pouvoir n’est ni neutre, ni impartial.

Cette définition édifiante de l’Etat introduit en effet le problème de la violence de l’Etat. A l’origine l’Etat, alors nommé Cité, était géré par une République (Res publica « chose publique » à l’écoute et respectueuse des ses citoyens.) Mais il n’est pas illégitime de réfléchir aujourd’hui aux les moyens de coercition employés par l’Etat pour réguler les comportements, notamment dans un Etat de droit (cf. Les micros-pouvoirs chez Foucault !).

Il n’est pas illégitime de s’interroger à propos d’une supposée morale du politique ? En effet, y a-t-il une morale du politique ?

L’Etat totalitaire prétend incarner le peuple, ce qui l’oppose précisément au despotisme, parce qu’il n’est pas un Etat sans lois (dans le despotisme, la volonté du despote tient lieu de lois). Non ! Dans le système totalitaire, le chef prétend s’inspirer d’une loi infaillible (loi de la Nature, ou de l’Histoire), et c’est pour cela que l’illusion d’une légitimité du pouvoir est si puissante. Cette légitimité est évidemment mensongère et cela veut précisément dire que les régimes totalitaires ne sont mêmes plus des Etats au sens d’un Etat de droit.

La morale du politique

Cette idée revient alors à interroger la grande question de la morale du politique. Excellente question ! Combien sont-ils à se demander où la morale se niche dans l’action politique. Oui, ils sont pas mal ! Ne serait-ce qu’en pensant à la violence qui est faîte contre les citoyens, violence de l’Etat, qui n’est d’ailleurs pas considérée comme telle, car elle n’est appliquée qu’en vue de résoudre une crise, et par définition, qu’en vue de protéger l’intérêt général.

En fait, la question posée ici est bien plus fine qu’elle ne parait. On ne doit pas se demander s’il y a une morale du politique, mais plutôt : la morale doit-elle être évincée de l’action politique ? C’est finalement tout le problème de l’Etat moderne.

Machiavel, grand génie du verbe. N’est-elle pas admirable cette philosophie qui procède du génie diabolique d’un florentin de la Renaissance, d’origine sociale modeste qui ne put par conséquent jamais prétendre à un rôle politique ? Nicolas Machiavel est un penseur éminent tout simplement parce qu’il a pensée la politique moderne. L’Etat moderne. D’ailleurs, quand on se pose le problème de la morale additionnée, impossible de ne pas penser au machiavélisme. Sa conception de la politique est cynique : violence, ruses, mensonges, trahisons. Tous les moyens sont bons pour parvenir au pouvoir et s’y maintenir. Cette question, à savoir « comment accéder au pouvoir ? » « comment s’y maintenir ? », est d’ailleurs largement débattue dans Le prince. Machiavel laissant délibérément de côté toute question de « valeur » (« est-ce bien ou mal ? » « est-ce un bon ou mauvais gouvernement ? ») pour se concentrer exclusivement sur le « comment ». Cette idée éclaire bien les « manoeuvres politiciennes » actuelles qui désespèrent l’électorat.

On comprendra très bien après l’exposé suivant, que la stratégie de Machiavel éloigne considérablement la politique de la morale. L’homme politique devra :

1) posséder des qualités contradictoires : un homme politique idéal est celui qui est capable de se modeler lui-même afin de modeler les occasions. (ch. XVI-XVIII)

2) se rappeler toujours l’importance du peuple (ch. XIX-XXI)

3) jouer sur l’image sans jamais s’enfermer dans l’image (ch. XXII-XXIV) car il est si facile de jouer l’apparence, il est plus difficile d’apprendre à ne pas être le jouet de l’apparence ; l’homme politique entouré de flatteurs, d’une multitude d’individus ayant intérêt à le tromper, le détournent progressivement de la réalité pour le mener à sa perte. L’apparence : un outil, mais aussi un piège redoutable.

La modernité de Machiavel se révèle dans cette autre idée qu’il développe : l’Etat ne doit pas se préoccuper de la morale à titre individuel. L’Etat n’a qu’une seule finalité : se maintenir. Garantir sa pérennité malgré les crises.

Serait-ce morale qu’un Etat s’apitoie sur le sort d’un seul, tâchant de le protéger au dépend de l’intérêt général ; tout le problème réside dans cette dichotomie : le particulier contre le général.

Toute la réflexion du Prince donnant des conseils cyniques relatifs à la dissimulation, à l’exercice du secret et de la manipulation se résume, en cette formule donc trop bien connue : qui veut la fin veut les moyens.

Et parce que Machiavel est un pessimiste il préconise l’absolutisme. Il fait de l’Etat, un Etat omnipotent capable de contenir les passions de ses sujets et de faire primer si nécessaire la raison d’Etat. D’où la radicale opposition avec la cité antique : nous ne raisonnons plus comme les grecs aujourd’hui. C’est bien évident. Mais le pourrions-nous ?

La société n’est plus pour nous une communauté, mais une association artificielle dans laquelle les liens avec les concitoyens sont beaucoup plus lâches qu’autrefois, plus économiques que sentimentaux. La politique ne prétend même plus représenter une organisation spontanée ou naturelle de la société. On a constaté avec les décennies que l’Etat s’est progressivement transformé en un appareil administratif, que les individus se représentent comme un système d’oppression.

Bibliographie indicative : Machiavel, Le prince, Le livre de poche. Hannah Arendt, Origine du totalitarisme, Presse pocket. Marcel Gauchet, La démocratie contre elle-même, Gallimard tel.

http://www.e-torpedo.net



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Y a-t-il une morale du politique ?
6 août 2005 - 12h00

BRAVO, bravissimo !

Bonne petite leçon à nos maîtres qui ne cessent de se gargariser avec la DEMOCRATIE !
Liberté, Egalité, Fraternité... Tu parles !






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

En surface, vous ne voyez peut-être encore rien, mais clandestinement, c'est déjà en feu. Y.B. Mangunwijaya, écrivain indonésien
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite