Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Une gauche empreinte de pragmatisme et de radicalité reste à inventer
de : Philippe CORCUFF
lundi 23 janvier 2006 - 04h02 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 32.5 ko

Eclosion de la mélancolie en politique

de Philippe CORCUFF

« Et nous voici de nouveau dans le désert. Mais je ne veux pas croire qu’il ne se passera plus jamais rien. Que les citoyens n’exerceront plus leur pouvoir qu’en mettant un bulletin dans l’urne pour désigner comme souverain (à leur place) un monsieur qui a une bonne tête à la télévision. »

La tonalité mélancolique de cet « Eloge de la politique » par Roger Vailland en 1964 revêt une actualité particulière. Le processus de professionnalisation politique et de présidentialisation s’est accusé, élargissant l’écart entre les jeux politiciens et les citoyens.

Et puis de multiples désenchantements sont venus nourrir la mélancolie du côté gauche de la politique : désenchantement à l’égard des expériences dites « communistes » (transformées en totalitarismes), désenchantement à l’égard du PS (enlisé dans le social-libéralisme), déception à l’égard du gauchisme soixante-huitard (reconverti dans l’establishment ou replié dans des groupuscules dogmatiques) ou à l’égard des Verts (« la politique autrement » s’étant métamorphosée en politique politicienne comme les autres).

Face à cette mélancolie, l’inconscient médiatique, en quête des miroitements du « neuf », participe au lancement de produits de substitution. Version nostalgique de ces marchandises en toc : « la Mitterrandomania », qui exhume un politicien manipulateur ayant contribué à la paralysie marchande de la gauche. Version modernisée : on promeut une simple image appelée « Ségolène Royal ».

Mais le produit le plus vendeur semble être le « Nicolas Sarkozy ». Un coup marketing : des phrases chocs qui augmentent le niveau de démagogie du discours politique, des gesticulations immédiatement médiatisables remplaçant l’action, une face people avec le « ça s’en va et ça revient » de Cécilia... Un bouffon pour nous distraire en ces temps mélancoliques ! Et la pointe avancée du carriérisme et du cynisme tranquilles en politique. Les analogies entre le politicien professionnel type Sarkozy et la bourgeoisie croquée par Marx sont saisissantes : « Frissons sacrés et pieuses ferveurs, enthousiasme chevaleresque, mélancolie béotienne, elle a noyé tout cela dans l’eau glaciale du calcul égoïste. » A côté de cette évolution desséchante, l’éthique libertaire incarnée par Olivier Besancenot, qui continue d’exercer son métier de facteur malgré ses responsabilités politiques, apparaît rafraîchissante.

Alors Sarkozy : un quasi-« fasciste » ? Plutôt un démagogue proche de la version sécuritaire du social-libéralisme de Tony Blair. Ceux qui participent, pour des raisons diverses (besoins militants d’ajouter un ersatz de dramatisation dans le vide ambiant ou intérêts électoraux), à diaboliser Sarkozy en clone de Le Pen nous préparent une valorisation a contrario de produits plus lisses comme Dominique de Villepin, François Bayrou ou Ségolène Royal. Et face à ce qui aura été dépeint comme le pire, comment « le peuple de gauche » pourra-t-il résister au « vote utile » pour le candidat PS dès le premier tour ? Pourtant, on a déjà donné avec les « de Gaulle fasciste », « Pompidou fasciste », « Giscard fasciste »...Privatisations, inégalités, précarisation, chômage, affaiblissement de l’Etat social, promesses non tenues d’« intégration », réduction de l’Europe à un espace commercial, etc. : le social-libéralisme de gauche et le libéralisme social de droite ont, avec des petites différences, conduit alternativement aux dégradations actuelles. Sans avoir eu besoin d’un ultralibéralisme à la Thatcher-Reagan, agité comme un épouvantail électoral par le PS.

Les médias, dans leur course-poursuite après un « nouveau » vite défraîchi, ont leur part de responsabilité dans la situation. Mais pas à la manière du « grand complot néolibéral » supposé réunir capitalistes-politiciens-intellectuels-journalistes, qui fait tellement frétiller de manichéisme quelques critiques simplistes des médias et leurs lecteurs. Notre mélancolie déboussolée semble avoir autant besoin de « héros d’un jour » que de boucs émissaires. Cependant, pour stimuler les résistances face aux dérives propres aux médias et au poids grandissant des logiques économiques, mieux vaudrait prendre davantage au sérieux les idéaux qui ont été inscrits historiquement dans le métier de journaliste. Le digne refus de l’étranglement de leur indépendance, sous les coups de butoir conjugués de l’homme d’affaires Bruno Rousset et du maire PS de Lyon, Gérard Collomb, par les journalistes de l’hebdomadaire Lyon Capitale en constitue un exemple.

À l’écart, la gauche radicale émergente, qui a marqué des points avec le succès du « non de gauche » à la Constitution européenne, pourrait nous aider à sortir de la mélancolie politique par l’invention d’une nouvelle politique mélancolique. Une politique mélancolique, car tenant compte des échecs passés, des incertitudes de l’avenir, des tâtonnements nécessaires à l’éclosion d’un autre monde.

Une politique gauche et de gauche, consciente de ses maladresses et de ses faiblesses. « Je ne me considère pas plus importante que cette petite coccinelle et, imbue du sentiment de mon infime petitesse, je me sens ineffablement heureuse », écrivait Rosa Luxemburg de sa prison en 1917, moins de deux ans avant que « Rosa la rouge » ne soit assassinée. Elle anticipait un héroïsme de la fragilité, éloigné des vains rêves de pureté et d’absolu.

Une nouvelle gauche aurait aujourd’hui tout à la fois besoin de pragmatisme et de radicalité. Pragmatisme, en se préparant à participer à une expérience gouvernementale qui inverserait la logique néolibérale. Radicalité, car les conditions ne sont pas réunies pour échapper à l’hégémonie sociale-libérale. Or, les agitations en cours autour d’une « candidature unitaire » ambiguë à la gauche de la gauche (réunissant ceux qui ont besoin à tout prix du PS pour survivre institutionnellement et ceux qui s’efforcent d’explorer un chemin différent) risquent d’étouffer dans l’oeuf la possibilité même d’une autre politique au nom d’une mystique unitaire sans contenu.

Mieux vaudrait utiliser nos forces limitées pour lutter quotidiennement contre l’inacceptable, pour expérimenter d’autres façons de vivre et de travailler, pour dessiner avec les mouvements sociaux un projet alternatif de société, pour esquisser les contours d’un nouveau type d’organisation politique. Qui réponde aux aspirations à la justice sociale et au respect individuel qui se sont exprimées dans les banlieues en novembre, du côté des émeutiers comme de ceux qui récusaient la violence.

En prenant à bras-le-corps les divisions travaillant les révoltes sociales, renvoyant à la diversité des formes de domination. Divisions entre hommes et femmes, entre ceux qui subissent l’exploitation capitaliste et ceux qui sont en plus soumis à l’oppression postcoloniale, entre hétérosexuels et homosexuels, entre victimes de racismes distincts (islamophobie et judéophobie notamment, suscitant des combats concurrents)... Ou divisions au sein des quartiers populaires entre ceux qui brûlaient les voitures et ceux dont les voitures brûlaient.

Divisions, également, entre générations quant à la prise en compte des effets de nos actes présents sur la vie écologiquement dégradée des générations futures. La convergence des désirs, des luttes et des expérimentations n’est pas donnée à l’avance, elle suppose travail, mise en rapport, débats, dans la pluralité et des contradictions assumées. Et puis il y a tout le champ des imaginaires quotidiens, où les frustrations et les rêves de nos individualités blessées cherchent à tâtons la possibilité d’une autre vie, d’un ailleurs. La nouvelle gauche radicale a tant à faire plutôt que s’essouffler dans des projets d’alliances électorales qui n’ont pas de sens en l’état des rapports de forces.

http://www.liberation.fr/page.php?A...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 10h42

Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur. Avec Roger Vaillant, il me dit que la politique pourrait être autre chose que des "solutions" prépensées, prédigérées, toujours les mêmes à destination du pauvre électeur. Ce pauvre électeur qui de toute façon n’y comprendrait pas grand-chose et devrait être guidé par des professionnels de la politique dont les ambitions réelles et les appétits sont souvent loin de ce qu’ils prônent. Oui la politique peut être source de vrais débats, de projets communs, de combats mobilisateurs. Oui la politique peut être autre-chose que de voter pour une oligarchie ou une autre. Oui la politique peut être autre chose que de laisser le champ libre aux cravateux endimanchés bavards dont la montre coûte souvent plusieurs mois d’un smicard et donne pourtant la même heure. La politique peut être réinvestie par les citoyens, par les gens de la vie ordinaire avec leurs espoirs, leurs forces, mais aussi leurs angoisses, leurs incertitudes, leurs faiblesses. La politique peut être notre affaire.
Voilà ce que me dit Philippe Corcuff. Et voilà pourquoi il me met du beaume au coeur.

Faure Engel.



> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 14h24 - Posté par

Oui, sauf sur la candidature unitaire.

Ph.Corcuff exprime sa crainte que la fascination des médias pour le fasciste Sarkozy (je maintiens le mot fasciste, et ceux que le mot gêne pour des raisons historiques, il suffit de dire néo-fasciste) ne fasse passer les autres candidats qui sont juste un peu moins à droite (Villepin, Bayrou) pour des candidats acceptables ... Et puis un peu plus loin, il semble se prononcer contre une candidature unitaire de la gauche de la gauche sans contenu. Pourquoi sans contenu ?
Au contraire, une candidature unitaire, qui serait basée sur quelques grandes mesures phares, permettrait d’obliger Villepin, Bayrou, et tous les sociaux-libéraux, à tomber le masque. Parce que si candidature unitaire il y a, elle obligera les médias à donner un temps de parole comme jamais les forces de contestation n’en ont eu jusqu’à présent. Alors qu’avec un candidat pour chaque formation politique à la gauche du PS, ils seront inaudibles ; et il n’y aura pas le même enthousiasme ...

D’autre part il ne s’agit pas de conquérir le pouvoir : il s’agit de faire en sorte que le pouvoir n’agisse plus, et qu’enfin les citoyens reprennent la main.

Vive le fédéralisme municipal !

Tellmarch


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 14h58 - Posté par

Je suis d’accord avec Philippe Corcuff sur le fait qu’il ne faut pas s’arrêter sur un programme électoral comme je l’avais suggéré dans un précédent commentaire, mais voir au-delà de cette élection et réfléchir avec tout le peuple de gauche à un projet politique, social et écologique qui rompt avec le système actuel.

William


Encore une fois, Philippe Corcuff me fait mal au cul !
23 janvier 2006 - 16h49 - Posté par

Ce c... de Corcuff s’en prend encore aux critiques radicaux des médias, qu’il met dans les rangs des "complotistes". Ce serait simplement risible s’il ne le faisait pas dans la presse qui est à descendre en premier, je veux parler de Libération.

Alors que dans les milieux qui nous sont proches (globalement l’extrème gauche, les libertairtes, le non de gauche), tout le monde est tombé sur le râble de Libération pour sa campagne anti-Chavez et autres saloperies de même genre, c’est dans ce genre de presse que Corcuff - qui a un incommensurable besoin d’exister (tout comme Philippe Val, qui a fini par le virer de Charlie parce que deux crocodiles dans le même marigot...) - se répand. Voir sa tribune vendredi dernier.

Avec des Corcuff, la LCR n’a pas besoin d’ennemis...

Kaoutchousky


Suffit-il d’éructer des injures pour faire une réponse ?
23 janvier 2006 - 18h47 - Posté par

Suffit-il d’éructer des injures pour faire une réponse ? Le sectarisme et la rancoeur suffisent-ils pour faire une politique ? Les réflexes pavloviens font réagir de manière conditionnée dés qu’on agite l’objet qui les déclenche :-) Mieux vaut en rire !!!!!!
faure Engel.


> Encore une fois, Philippe Corcuff me fait mal au cul !
24 janvier 2006 - 15h23 - Posté par

Certains continuent à confondre critique RADICALE des médias ("radical" au sens de Marx de "saisir les choses à la racine") et critique SIMPLISTE des médias (les Méchants journalistes complotant dans l’ombre avec les Méchants Patrons pour tromper le Gentil peuple...), et plus largement radicalité et manichéisme...que cela soit Serge Halimi ou Alain Minc, Kaoutchousky ou Alain Finkielkraut

PPDA/Laurence Parisot masqués


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
23 janvier 2006 - 17h21 - Posté par

L’économie custom est à la mode. Pas une journée sans qu’on nous rabatte les oreilles avec le social libéralisme.

Sauf que pour moi, le social-libéralisme ça n’existe pas. Il ne correspond même pas à un désir sincère d’une refonte structurelle d’un keynesianisme mis en demeure afin de le préserver ; mais bien à d’avantage de libéralisme au détriment de ce qui fait l’essence même du socialisme. A savoir, répondre à une situation d’urgence et limiter les dérives d’un système inégalitaire. D’ailleurs, plus qu’une insulte envers ceux qui se réclament du vrai socialisme, le libéral-socialisme est avant tout une insulte pour les libéraux eux même, qui en toute bonne foi, ne manqueront pas cette occasion pour vous rappeler les vertues "égalitaristes" de leur doctrine.

Mais que voulez vous, quand on s’appelle Daniel Kohn Bendit par exemple ; qu’on a construit sa carrière autour de la baricade, qu’on gagne 6000€/mois et qu’en plus, on est cool au point de bouffer des gateaux au shit, ça fait chier de dire qu’on a viré à droite et qu’on est un traitre.


> Encore une fois, Philippe Corcuff me met du beaume au coeur !
24 janvier 2006 - 18h50 - Posté par

Quant on dit son aversion sur la société que nous vivons, on est extrémiste ; tant pis si on parle en connaissance de cause et en toute modeste expérience ; on n"en peut presque plus, je suis un extrémiste.





BEA TRISTAN : elle pourrait vous apprendre les mauvaises manières
jeudi 27 - 07h24
de : jean 1
Anthropologie multigenrée de la dignité et de l’égalité.
mercredi 26 - 21h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement
mercredi 26 - 18h00
de : jean 1
1 commentaire
Participation des associations au Service national universel. L’éducation populaire complice du pire !
mercredi 26 - 14h37
de : jean 1
1 commentaire
Alfortville : La Poste opte pour l’évacuation de ses travailleurs intérimaires sans-papiers
mercredi 26 - 08h33
« J’ai vu des gens tomber à l’eau » : l’opération de police qui a dégénéré, un soir de Fête de la musique à Nantes
mardi 25 - 20h03
de : nazairien
9 commentaires
Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
1 commentaire
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
3 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
1 commentaire
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe. Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite