Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 avril
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Info’Com-CGT propose « Les Rencontres Info’Com ». Tout au long de l’année, notre syndicat et divers partenaires organiseront des débats, des échanges en présence d’auteurs, des militant-e-s autour de la sortie d’un livre, d’un documentaire etc. Le premier débat sera autour du dernier livre de Michèle Audin : « Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871 » (aux éditions Libertalia). L’écrivaine nous présentera cette grande figure de la Commune de (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Lettre ouverte à Régis Debray sur le tragique, l’utopique et la gauche du XXIe siècle
de : Philippe Corcuff
vendredi 23 juin 2006 - 17h36 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 10.8 ko

Paru dans Le Monde, "Le Monde des livres"

de Philippe Corcuff

Cher Régis,

Ta Supplique aux nouveaux progressistes du XXIe siècle (Gallimard) nous oriente opportunément vers une réflexion sur l’armature intellectuelle de la politique, à un moment où coups bas politiciens et manœuvres électoralistes occupent le devant de la scène.

Après les tragédies du XXe siècle, avec la course néolibérale au neuf en toc, à l’ombre des risques écologiques, il est temps de réévaluer notre conception du Progrès. Car, tu as raison, “Le XIXe siècle croit dans l’Histoire parce qu’il a cru en Dieu, et pour continuer d’y croire, d’une autre manière, après qu’il a perdu la foi. Ce qui se baptise Providence à l’église se nomme Progrès en ville”.

Cependant, il n’y aurait, pour un agnostique de l’histoire, que “des progrès, au pluriel”. Dans cette perspective, toute tradition ne serait pas a priori négative et toute nouveauté positive.

Il ne s’agit pas d’éteindre les Lumières, mais d’en “renouveler l’outillage intellectuel”. Ici point de relativisme “post-moderne”, où tout se vaudrait parce que plus rien ne vaudrait. Se dessineraient plutôt des Lumières tamisées, moins arrogantes, pour une gauche qui n’aurait pas abandonné le triple pari de la connaissance, de la modification de soi et de la transformation du monde. D’où ton appel à l’émergence d’« une gauche tragique », « dopée au pessimisme », à l’écart tant de « la gauche divine », étalant jusqu’à l’écœurement la confiture de l’optimisme, que de « notre gauche de gestionnaires », enlisée dans le présent perpétuel, sans mémoire historique ni projection vers l’avenir.

La gauche a certes besoin de se lester de tragique. Prenons acte des fragilités de l’action humaine face aux circonstances indépendantes de sa volonté qui, sans cesse, la débordent et la dévient. Affrontons la composante d’incertitude de nos histoires, avec leurs risques et leurs paris. Portons un regard contrasté sur la condition humaine, avec ses potentialités créatrices mais aussi destructrices, travaillées par une histoire aux éclairs émancipateurs et aux inerties oppressives. Abandonnons les sornettes anthropologiques sur « l’homme bon par nature et perverti par le capitalisme ». Faisons l’économie de l’hypothèse, irréaliste et parfois meurtrière, de la naissance rapide d’un « homme nouveau », qui résoudrait comme par miracle toutes les contradictions des politiques transformatrices. Oui, mais...

Tes analyses apparaissent unilatéralement noires. Comme si la prétention à une lucidité ultime maintenait dans ta bouche la nostalgie du définitif et de l’absolu, ceux-ci étant fichés dans le travail du négatif plutôt que dans « l’avenir radieux ». Et ton autoportrait en « navigateur solitaire », seul à contre-courant, nous fait toucher du doigt le dérisoire de la prétention à une lucidité omnisciente. Depuis ta Critique de la raison politique (1981), dans laquelle tu as cru maîtriser grâce à tes concepts l’énigme de toute société humaine (leur fondement supposé religieux), tu as pris la grosse tête des philosophes-rois. Ce faisant, n’as-tu pas trop rapidement confondu le caractère heuristique d’une analogie (entre le religieux et le politique) avec une vérité éternelle ? Tu es plus convaincant dans les récits autobiographiques, quant tu mets en scène nos déficiences face aux dérèglements de la vie politique et amoureuse : Les rendez-vous manqués (1975), Les masques (1988), Loués soient nos seigneurs (1996)...

Et s’il fallait récuser plus définitivement les lucidités définitives et les poses inspirées de ceux qui croient voir le fondamental ? En interrogeant, à travers des vues toujours partielles, les sinuosités des contingences historiques comme nos propres limitations individuelles devant elles. Avec, comme points d’appui, des repères issus des traditions passées, fonctionnant comme des boussoles révisables en chemin, valant plus que le cocktail relativiste des insignifiances « post-modernes » et moins que les absolus d’antan. Des transcendances relatives en quelque sorte.

Ta « gauche tragique » semble avoir oublié la tension dialectique entre le tragique et l’utopique. Est-ce que ce ne sont pas des caractéristiques semblables de l’histoire humaine, son ouverture, ses mouvements, sa part d’imprévisibilité, qui rendent compte de son double visage ? Maurice Merleau-Ponty en a eu l’intuition : « Le monde humain est un système ouvert ou inachevé et la même contingence fondamentale qui le menace de discordance le soustrait aussi à la fatalité du désordre et interdit d’en désespérer » (Humanisme et terreur, 1947). Les fleurs de l’utopie continuent d’éclore un peu partout dans les mondes bigarrés de l’altermondialisme, ou près de nous dans les révoltes des banlieues ou le mouvement anti-CPE, avec des contradictions, voire des manichéismes. Dans la tension, donc, avec le tragique. « Homme de la pluie et enfant du beau temps, vos mains de défaite et de progrès me sont également nécessaires », lançait René Char (Seuls demeurent, 1938-1944), poète en armes au milieu du maquis.

La double possibilité de nouvelles avancées émancipatrices et de nouvelles régressions barbares ne se joue peut-être même qu’à un fil en France aujourd’hui. Dans un contexte moins dramatique, ne sommes-nous pas un peu comme Walter Benjamin, en 1940, « à l’instant du danger », tentant de discerner dans « l’à-présent » une fragile espérance libératrice ? D’un côté : l’ethnicisation des rapports sociaux, portée par le FN et le marketing anti-musulmans de de Villiers, stimulée par les démagogies sécuritaires. Au milieu : la gestion sociale-libérale de la précarisation généralisée par l’UMP-PS, sur fond d’épuisement des institutions de notre démocratie représentative. Á l’autre bout : l’étincelle d’une nouvelle question sociale soucieuse des individualités, vacillante dans la vitalité de mouvements sociaux anti-libéraux en manque de traductions politiques. Quand les feux follets de l’utopie anti-capitaliste défient les mécaniques menaçantes du plus probable.

Alors, Régis, une gauche utopique et tragique pour le XXIe siècle ? Le défi est immense, les urgences imminentes, à la hauteur de nos faiblesses.

Paru dans Le Monde, « Le Monde des livres », vendredi 23 juin 2006

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/...

Philippe Corcuff est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Lyon, membre du comité de rédaction de la revue ContreTemps (éditions Textuel).



Imprimer cet article





« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
2 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
4 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1
Dans la république des gredins...
vendredi 12 - 13h05
Privatisation d’ADP : Macron et les copains de la finance
vendredi 12 - 11h20
de : Hélène Grumal

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite