Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Saddam emporte ses secrets dans la tombe
de : Robert FISK
lundi 1er janvier 2007 - 00h43 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 8.5 ko

Notre complicité disparaît avec lui. Comment l’ouest a armé Saddam, lui a fourni des renseignements sur ses "ennemis", l’a équipé pour ses atrocités – puis s’est assuré de son silence.

de Robert Fisk Traduction Valère

On lui a fermé la gueule. Au moment où le bourreau encapuchonné de Saddam a tiré le levier de la trappe à Bagdad hier matin, les secrets de Washington étaient en sécurité.

Les scandaleux et honteux soutiens militaires cachés que les Etats-Unis - et la Grande-Bretagne - ont fournis à Saddam durant plus d’une décennie reste une des plus terribles histoires dont nos présidents et premiers ministres ne veulent absolument pas que le monde se souvienne. Et maintenant Saddam, qui connaissait toute l’étendue de ce soutien de l’Occident – qu’on lui a accordé alors qu’il préparait quelques unes de pires atrocités depuis la 2° guerre mondiale - est mort.

Il est parti l’homme qui a personnellement reçu l’aide de la CIA pour détruire le parti communiste irakien. Après que Saddam ait pris le pouvoir, le renseignement US lui a donné les adresses personnelles des communistes à Bagdad et dans d’autres villes dans le but de détruire l’influence de l’Union Soviétique en Irak.

Le mukhabarat de Saddam s’est rendu dans chaque maison, en a arrêté les occupants et leurs familles, pour les envoyer tous à la boucherie. Les pendaisons publiques étaient pour les comploteurs ; pour les communistes, leurs femmes et enfants, il y avait un traitement spécial : les pires tortures avant l’exécution à Abu Ghraib.

Il est de plus en plus évident dans le monde arabe qu’une série de rencontres entre Saddam et des officiers supérieurs américains se sont tenues avant l’invasion de l’Iran en 1980. Il croyait, comme l’administration américaine que la république Islamique s’effondrerait dès qu’il ferait franchir la frontière à ses armées. Le Pentagone a été chargé d’ aider la machine de guerre Irakienne en fournissant des renseignements sur les plans de bataille Iraniens.

Un jour d’hiver en 1987, pas loin de Cologne, j’ai rencontré le marchand d’armes Allemand qui a initié ces premiers contacts directs entre Washington et Bagdad - à la demande de l’Amérique. « M. Fisk… au tout début de la guerre, en septembre de 1980, j’ai été invité à aller au Pentagone, » me dit-il. « Là j’ai eu en main les plus récentes photographies satellites US des lignes de front iraniennes. Vous pouviez tout voir sur les images. Il y avait les postes de combat dans Abadan et derrière Khorramshahr, les lignes de tranchées du côté oriental du fleuve Karun, les camouflages des chars – par milliers – tout au long de la frontière, jusqu’au Kurdistan. Aucune armée ne pouvait espérer mieux. Et j’ai volé avec ces cartes de Washington à Francfort et de Francfort directement à Bagdad par Iraki Airways. Les Irakiens étaient très, très reconnaissant ! »

J’étais avec les commandos avancés de Saddam, sous les tirs de barrage iraniens, et j’ai remarqué comment les forces irakiennes alignaient leurs postes d’artillerie loin du front grâce à des cartes détaillées des lignes iraniennes. Leurs bombardements des environs de Bassora ont permis aux premiers tanks irakiens de franchir le Karun en moins d’une semaine. Le commandant de cette unité de tank a refusé gaiement de me dire comment il était parvenu à choisir le seul gué non défendu par l’armée iranienne. Il y a deux ans, nous nous sommes à nouveau rencontrés à Amman et ses officiers subalternes l’appelaient « général » - le grade attribué par Saddam à la suite de son offensive à l’est de Bassora, avec le concours du renseignement de Washington.

En Iran l’histoire officielle de la guerre de huit ans avec l’Irak affirme que Saddam a utilisé pour la première fois des armes chimiques contre lui le 13 janvier 1981. Le correspondant d’AP à Bagdad, Mohamed Salaam, a été conduit à l’endroit d’une victoire militaire irakienne à l’est de Bassora. « Nous avons commencé à compter - nous avons marché des milles et des milles dans ce putain de désert, en comptant sans arrêt, » dit-il. « Nous sommes arrivés à 700 et on s’est trompé… On a recommencé à compter… les Irakiens avaient employé, pour la première fois, une combinaison - le gaz neurotoxique pour paralyser les corps… le gaz moutarde qui noyait leurs poumons. C’est pourquoi ils crachaient du sang. » Lorsque les Iraniens ont dénoncé les USA comme fournisseur de cet horrible cocktail ,Washington a nié. Mais les Iraniens avaient raison. Les longues négociations qui ont mené à la complicité de l’Amérique dans cette atrocité demeurent secrètes - Donald Rumsfeld était l’un des hommes-clé du Président Ronald Reagan à cette époque – et Saddam en connaissait évidemment chaque détail. Mais un document à diffusion confidentielle, « les exportations US de matériel biologique et chimique à double usage vers l’Irak et leur impact sanitaire possible du fait de la guerre du Golfe Persique », établit qu’avant et après 1985, des compagnies américaines avaient expédié des stocks d’agents biologiques en Irak avec l’accord du gouvernement. Y compris des « Bacillus anthracis » , qui produisent l’anthrax, et des « Escherichia coli » (E. coli). Ce rapport du Sénat en concluait : « Les Etats-Unis ont fourni au gouvernement de l’Irak des matériaux « à double usages » qui ont aidé au développement des programmes chimiques et biologiques irakiens ainsi que de systèmes de missiles, y compris… une unité de production d’agent de guerre chimique et les schémas techniques et équipements complets pour la guerre chimique. »

Le Pentagone n’ignorait pas non plus l’ampleur de l’utilisation des armes chimiques par l’Irak. En 1988, par exemple, Saddam a donné son autorisation personnelle au Lieutenant-Colonel Rick Francona, agent du renseignement militaire US, un des 60 agents américains qui fournissaient secrètement à des membres de l’état-major Irakien des informations détaillées sur les déploiements iraniens, la planification tactique et les évaluations de dommages des bombardements – pour une visite de la presqu’ile de FAO après que les forces irakiennes aient repris la ville aux Iraniens. Il a rapporté à Washington que les Irakiens avaient utilisé les armes chimiques pour vaincre. Un haut dirigeant du renseignement militaire, le Colonel Walter Lang, a dit plus tard que l’utilisation du gaz sur le champ de bataille par les Irakiens « n’était pas un problème stratégique majeur ». J’en ai cependant vu les résultats. Dans un long train-hopital militaire de retour du front vers Téhéran, j’ai trouvé des centaines de soldats iraniens crachant du sang et des mucosités – les wagons eux-mêmes puaient tellement le gaz que j’ai dû ouvrir les fenêtres - et leurs bras et leurs visages étaient couverts de furoncles. Beaucoup étaient effroyablement brûlés. Ces mêmes gaz ont été employés plus tard sur les Kurdes à Halabja. Il n’est pas surprenant que Saddam ait été d’abord jugé pour le massacre de villageois Shiites plutôt que pour ses crimes de guerre contre l’Iran.

Nous ne savons toujours pas - et avec l’exécution de Saddam nous ne saurons probablement jamais - l’ampleur des crédits des USA à l’Irak, qui ont commencé en 1982. La tranche initiale, qui a été dépensé en achats d’armes américaines en Jordanie et au Koweit, atteignait 300 millions de dollars. En 1987, on promettait à Saddam 1 milliard. En 1990, juste avant l’invasion du Koweit, le commerce annuel entre l’Irak et les USA avait atteint 3,5 milliards. Pressé par le ministre des affaires étrangères de Saddam, Tarek Aziz, de poursuivre le versement de crédits, le secrétaire d’état James Baker, le même qui vient de livrer un rapport tendant à tirer George Bush de l’actuel bourbier Irakien a plaidé pour 1 milliard de crédits supplémentaires.

En 1989, la Grande-Bretagne, qui avait fourni sa propre aide militaire a Saddam a garanti 250 millions de livres à l’Irak peu de temps après l’arrestation du journaliste de l’Observer Farzad Bazoft à Bagdad. Bazoft, qui enquêtait sur une explosion dans une usine à Hilla qui utilisait les composants chimiques envoyés par les USA, a été pendu par la suite. Dans le même mois de cette arrestation, William Waldegrave, Ministre des Affaires étrangères dit : « Je doute qu’il existe à l’avenir un marché d’une telle ampleur où le Royaume-Uni est potentiellement aussi bien placé si nous jouons correctement notre jeu diplomatique. … Quelque Bazofts en plus ou une nouvelle poussée d’oppression interne le rendrait plus difficile. » Les remarques du 1° Ministre suppléant, Geoffrey Howe, sur l’assouplissement des contrôles de ventes d’armes britanniques à l’Irak, sont bien plus repoussantes. Il a gardé cela secret, écrit-il, parce que « il paraîtrait très cynique qu’aussitôt après avoir exprimé notre indignation au sujet du traitement des Kurdes, nous adoptions une approche plus souple au sujet des ventes d’armes ».

Saddam savait aussi les secrets de l’attaque de l’USS Stark, le 17 mai 1987, quand un jet Irakien a lancé un missile sur une frégate américaine, tuant plus d’un sixième de l’équipage et coulant presque le navire. Les USA ont accepté l’excuse de Saddam selon laquelle le vaisseau avait été pris par erreur pour un navire iranien et l’ont autorisé à décliner leur demande d’interrogatoire du pilote irakien. Toute la vérité est morte avec Saddam Hussein dans la chambre d’exécution de Bagdad hier. Beaucoup à Washington et à Londres doivent avoir soupiré d’aise parce que ce vieillard a été à jamais réduit au silence.

http://news.independent.co.uk/world...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Saddam emporte ses secrets dans la tombe
1er janvier 2007 - 12h52

Pas tout. Les historiens s’activent pour remettre de l’ordre dans les événements et les fixer.

Et puis, nous sommes si nombreux comme témoins génants...quelques milliards.

Gonflés les voeux de Chirac, quand il nous souhaite davantage... d’HUMANISME dans la société. MDR.



Saddam emporte ses secrets dans la tombe
1er janvier 2007 - 13h48

S’il était le seul à connaître ces vilains secrets, on l’aurait peut-être pas mis hors de portée aussi vite. Quelques-uns devaient savoir ce qu’il savait et le préférer silencieux...

Dans une cinquantaine d’année, quand ça ne gênera plus personne, on ouvrira les archives.



Saddam emporte ses secrets dans la tombe
1er janvier 2007 - 15h03 - Posté par

Nous savons tous qui sont les coupables et attendre 50 ans c’est encore jouer leur jeux. Comme dab. S’il vous plait, relisez Goerge Orwell et vous serez édifies, les mêmes combines à chaque génération et toujours autant d’assassins en liberté.
Bush a promis du sang et des larmes à son peuple et par extention à la planète, comme souhait de nouvel an,c’est au delà du supportable. Je ne lis rien sur cette tirade nul part.
Bxl


Saddam emporte ses secrets dans la tombe
1er janvier 2007 - 17h09

L’histoire est ecrite par les vainceurs c’est à dire les capitalistes impérialiste assoifés de sang et de colonisation !

BEN.






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture... ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers. André Malraux
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite