Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Hania Mufti, l’Irak et le procès de Saddam
de : Catherine Wendell
dimanche 28 janvier 2007 - 15h42 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Catherine Wendell

Mufti Elue parmi les personnalités de l’année 2005 de Time Magazine, cette Jordanienne de 47 ans enquête depuis plus de 20 ans, pour le compte d’Amnesty International, puis Human Right Watch, sur les horreurs commise par le régime de Saddam Hussein (Chiites, Kurdes, opposants Sunnites), dans le plus grand secret et souvent au risque de sa vie.

Hania Mufti est née à Amman, en Jordanie. Après avoir quitté ce pays, puis le Liban livré à la guerre civile, elle part à Londres terminer ses études où elle se fait embaucher par Amnesty International. Nous sommes en 1981, un an près l’offensive de Saddam contre l’Iran.

En 1984, Amnesty lui confie l’ensemble du dossier irakien, l’un des pays réputé comme l’un des "plus difficile" de la région.
Le pire ? "Un cas à part", rectifie-t’elle.
Rapidement, Hania découvre l’efficacité des services secret du Baas, très actifs en Europe et notamment à Londres, où elle réside. La prudence est de rigueur car il s’agit pour elle de protéger ses sources et ses contacts.
"Les informations que nous récoltions étaient si dramatiques, le nombre d’exécutions si élevé et les techniques de torture tellement dures... que nous développions un sens particulier de la mesure. Ce qu’on nous rapportait paraissait à ce point incroyable que j’avais en permanence des doutes sur ma capacité à déceler le vrai du faux. Au final, nous n’écrivions dans nos documents publics qu’une infime partie de ce que nous entendions".

Le 16 mars 1988, au matin...
quelques mois avant la fin de la guerre contre l’Iran, Saddam intensifie son offensive contre les guérillas kurdes. Sous prétexte d’une infiltration de soldats iraniens dans la ville de Halabja, il ordonne à son aviation de déverser des bombes chargées de gaz mortel. Ce sera le massacre d’Halabja. On parle d’abord de 4 000 morts, peut-être le double. Et puis de 100 000 personnes massacrées avec la destruction de près de 90% des villages kurdes irakiens.

Kurd_1 Le jour de la tragédie, Hania est à Londres. Elle rassemble immédiatement toutes les infos disponibles. Mais Amnesty hésite à condamner l’attaque, craignant de déroger à la règle de neutralité des organisations de défense des droits de l’homme en temps de guerre ! Hania insiste et se bat mais devra attendre un mois avant qu’Amnesty ne condamne ce que l’on peut assimiler à un génocide. "C’était très dur... d’autant plus dur que l’on apprendra quelques années plus tard que ce n’était pas la première attaque chimique contre les populations kurdes..."

Rumsfeldsaddam_1 La communauté internationale se tait également. À l’époque, l’Irak étant l’allié des grandes puissances, celles-ci se contentent de vagues condamnations. Quant aux États-Unis, le Président Bush père, donne même son consentement pour une allonge d’un milliard de dollars afin de soutenir l’Irak contre l’Iran... (ici, Rumsfeld et Saddam en 1983 >)

Hania part pour le Kurdistan turc où elle recueille les témoignages auprès des quelques 100 000 réfugiés entassés sous des tentes de fortune. Elle se heurte aux autorités turques, pour lesquelles attirer l’attention sur les traitements des Kurdes irakiens risquent de mettre en lumière la situation des Kurdes de Turquie.

En bref, de 1985 à 1990, Hania dépose devant la Commission des Droits de l’Homme, à Genève, des rapports alarmants sur la situation irakienne (Kurdes, Chiites, opposants Sunnites). En vain.

Ensuite, c’est l’invasion du Koweït, le 2 août 1990 avec sa litanie d’horreurs, qu’elle rapporte suite à un séjour à Ryad où elle rencontre des centaines de réfugiés koweïtiens. Mais là, elle commet une erreur, suite à une information fausse qui pèse encore aujourd’hui sur ses épaules : c’est l’affaire des 300 couveuses de bébés koweïtiens, qui auraient été débranchées par les soldats irakiens. En fait, de tels agissements se sont produits, mais seulement 7 à 8 cas individuels.

"J’avais l’impression que les crises en Irak n’allaient jamais finir" se souvient-elle en évoquant l’année 91 et la répression sanglante des Chiites au sud et des Kurdes au nord par Saddam.

En 1992, Hania profite de la relative autonomie du Kurdistan irakien pour se rendre sur place, rencontre les opposants kurdes, visite les bâtiments qu’occupaient encore récemment les agents du régime baassiste. Elle met la main sur des centaines de documents concernant les opérations meurtrières menées par le régime. Et poursuit jusqu’en 1997 sa quête contre l’oubli. Epuisée, elle finit par quitter Amnesty pour se reposer.

Pas longtemps, car en 2000 Human Right Watch lui propose de devenir chef de son bureau irakien. Elle repart à nouveau en Syrie et en Jordanie, à la rencontre des opposants de Saddam.

Début 2003, la guerre menace. Une nuit, Hania traverse le Tigre pour atteindre l’Irak et arrive finalement à Bagdad fin avril.
"Je n’ai vu que la version détruite de la ville... il flottait pourtant dans l’air un sentiment d’accélération de l’histoire, une impression incroyable de liberté. Mais très vite, après seulement deux ou trois jours, la situation a changé."

Hania Mufti adopte une position fort réservée sur l’occupation militaire de l’Irak. Mais lorsque l’administration américaine met en place un Tribunal Spécial Irakien (3 jours avant la capture de Saddam Hussein), elle propose aussitôt ses services et ceux de Human Right Watch.
Elle rencontre juges et magistrats, fraîchement adoubés par Washington et prépare ses dossiers afin de
nourrir le réquisitoire.

Elle recommande également la mise en place d’une cour de justice mixte, composée d’Irakiens et de spécialistes internationaux indiscutables et rappelle qu’une juridiction crédible doit respecter les droits des accusés.

Et là, elle se heurte à un mur : "Dès le début, ils (les Américains et les autorités irakiennes) avaient décidé que le procès serait organisé par eux, et par eux-seuls".
Un envoyé de George W Bush finit par lui cracher le morceau : "A Washington, ils ne veulent pas de toi dans la procédure. Ils ont peur que tu remettes en question tout le dossier des charges que nous essayons de mettre en place".

Avec Human Right Watch, elle n’est que la spectatrice du procès contre Saddam. Un procès qui "doit avoir lieu magré tout, malgré la précipitation... malgré cette cour qui ne semble pas en mesure de rendre une justice équitable."
Pourquoi alors ? "Parce que j’ai bien peur que pour beaucoup de victimes de la dictature, ce procès soit la seule forme de jugement qui leur sera jamais offerte."

Irakboy_1 La suite a démontré sa clairvoyance avec la pendaison express de Saddam Hussein, le 30 décembre 2006, condamné à mort pour la répression de Doujail en 1982.

Hania consacre désormais son temps à recenser les violations des droits de l’homme perpétrées par les troupes d’occupation, violences, tortures, sévices infligés aux prisonniers sunnites.

Elle veut rester la porte-parole de la souffrance irakienne, un objectif qu’elle s’est fixée voilà plus de vingt ans.

Source : Nicolas Bourcier - Le Monde 2 - 22 octobre 2005

http://planetargonautes.typepad.fr/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Hania Mufti, l’Irak et le procès de Saddam
30 janvier 2007 - 21h19

Hania Mufti ,après la lecture de sa bio, je dis il y a une vraie belle personne engagée........mérite d’être connue et montrée en exemple.

Jean-Philippe Veytizoux






CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt-à-penser". Hubert Reeves
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite