Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
de : Dan Welch
dimanche 25 février 2007 - 15h47 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 25.7 ko

Résumé : L’écrivain américain, Daniel Patrick Welch, affirme que ce ne sont pas uniquement ces fous bornés à Washington, mais les aspects bien ancrés de la culture et de la politique américaine, et plus particulièrement cette foi inébranlable des Américains en notre propre noblesse, qui nous mène vers le dernier chapitre de la guerre mondiale.

de Daniel Patrick Welch

J’éprouve souvent un plaisir douteux à écouter les libéraux snobs pleurnicher sur leur "malaise" devant ce qu’ils appellent la "culture arabe". Il existe chez les Américains un phénomène surprenant, tellement convaincus de notre propre supériorité que nous pouvons être à la fois totalement ignorants par rapport au monde que nous dominons et en même temps ne montrer absolument aucun intérêt pour notre propre histoire, culture et société. Le problème c’est qu’il faut piger – plus de passe-droit pour les libéraux et les soi-disant "progressistes" qui préfèrent critiquer les cultures des autres ou confiner leur colère intérieure à la cabale dans la Maison Blanche.

Nonobstant les innombrables crimes de guerre commis par ces voyous faschistes, leur petite entreprise aurait périclité sans la complicité totale, sans mentionner au début, leurs « amis de l’autre bord », l’autre moitié du Parti américain pour la Guerre. Ce moment glorieux et historique de l’histoire des Etats-Unis n’aurait pu avoir lieu sans des décennies d’entraînement, de pression sur la classe ouvrière pour qu’elle se laisse embrigader dans les forces armées « volontaires », et ainsi en militarisant tout ce qui pouvait l’être dans notre société depuis la mode pour les enfants et les jouets jusqu’aux budgets en croissance du Pentagone de toutes nos grandes universités. Promenez vous dans les allées de votre magasin de jouets, dans les rayons pour les garçons, remplis de chars et de bombardiers en plastique qui sont même vendus avec des missiles détachables. Prenez une chemise camouflage, un bandeau ou un sac d’école, ou n’importe quel autre objet qui peut servir à faire comprendre à nos enfants la notion que les guerriers que l’on rencontre partout sont détendus et à la mode. Nous sommes une culture sur le chemin de la guerre, bien que le terme de culture soit à utiliser de manière large.

Nous avons longtemps été méprisés dans le monde à cause de notre manque de culture, et il est peut-être peu surprenant que nous ayons facilité le vol à grande échelle de certains des trésors culturels anciens de la civilisation en Irak, ou que nous ayons participé à la désintégration par la guerre aérienne d’une autre culture ancienne de la Méditerranée au Liban. Pendant se temps, les libéraux parlent et se moquent de la manière dont les Arabes traitent les femmes, empêchés peut-être par leur « malaise » de mettre un terme à cet holocauste à venir contre l’Iran. La classe moyenne américaine (ne dites pas ‘bourgeoisie’ sinon vous serez traité de communiste) semble se complaire dans ce tremblement ; et pourtant elle détient la richesse et le pouvoir nécessaires pour imposer un changement à la politique américaine. « Usted no es nada », a un jour déclaré Victor Jara en critiquant la classe moyenne chilienne. « No es chicha ni limonada ». Au la pointe de l’histoire, ils auraient pu agir pour empêcher le règne meurtrier de Pinochet. Mais ils étaient dans leur petit confort, trop craintifs, trop tremblants.

Les Arabes don’t nous parlons sont en réalité des Perses, mais cette différence signifie peu de chose quand on parle des autres. Combien de femmes musulmanes ont été tuées par des bombes et des balles américaines et israéliennes ? Combien de femmes et d’enfants ont été affamés et maintenus dans une pauvreté meurtrière par les politiques soutenues par les Etats-Unis de la Banque mondiale et du FMI ? Peu importe : les Américains sont aveugles et ne voient pas ces chiffres puisque nous sommes la cause de la mort de la culture tout autour de nous. Notre appétit glouton national ruine nos propres vies, tuent nos ressources naturelles, et même notre propre planète. Nous soutenons et tentons de nous développer dans une culture qui a grandi en accusant la victime d’une science sociale sophistiquée, de ceux qui ont réussi à échapper à notre atroce génocide jusqu’aux vestiges de notre population d’esclaves importés . La façon dont les Etats-Unis traitent les immigrants, les ouvriers, les minorités, les enfants, est la pire de toutes celles du monde dit civilisé que nous prétendons représenter.

Et lorsque la poussière d’uranium des bombes lâchées au-dessus de l’Iran est soufflée au-dessus de l’Asie, est-ce que les libéraux pleureront la mort qui aurait pu être évitée des femmes musulmanes, des femmes indoues et de leurs enfants dont l’air, l’eau et le corps seront empoisonnés et ce pour des siècles à venir ? Cette guerre a déjà commencé : n’importe quel idiot peut le voir dans cette folie véhiculée par la presse que l’on fait ingurgiter aux Américains. Mais nous sommes experts dans ce qui est de chercher la critique ailleurs. Les chefs du Congrès pontifient sur l’Irak, quatre ans après le tournant : la guerre en Iran a commencé lorsque la légende de la statue renversée de Saddam Hussein parlait de « libération » de l’Irak, et ce dans toute la presse complaisante.

En fait, cette pornographie guerrière concerne tout ce qui est au menu d’une culture dans laquelle les nouvelles expressions copient à l’identique les photos des “installations nucléaires suspectes” en Iran et en Corée du Nord. Cela ne fait aucune différence lorsque ce qui passe pour du journalisme est presque exclusivement du remplissage qui consiste à utiliser de l’espace entre la pub.

Et les maquereaux de la guerre des deux bords sont ravis de rentrer dans le jeu, cherchant les mots vides qui correspondent à la furie pour dire rapidement des choses qui ne veulent rien dire. Lorsque le parti au pouvoir n’arrive pas à obtenir un débat sur une résolution non contraignante, c’est parce qu’il n’essaie pas – et pire, il ne veut pas. Mais il ferait mieux d’essayer : la BBC a récemment rendu publique une histoire qui prédit que les membres du Congrès américain, si les Américains devaient attaquer l’Iran, seraient arrêtés et placés en détention s’ils s’aventuraient dans les capitales de l’Europe occidentale.

Même ce pantin de Tony Blair annonce ses projets de se retirer d’Irak. Les Anglais auraient-ils l’intention d’éviter de se faire embringuer dans le massacre qui s’annonce ? Il n’y aura pas de possibilité de fuir de cet Armageddon : les Démocrates sont déjà pris complètement dans le sang. Et personne n’a la moyenne cette fois. Les Américains devront abandonner cette fantaisie que nous avons d’être une nation noble, d’être ceux qui portent la coiffe blanche. Mais c’est précisément ce mythe qui garde la bulle intacte : si nous devions rencontrer l’ennemi de Pogo dans le miroir, toute cette entreprise éclaterait. Sans croisade et une destinée auto-importante, notre quête pour la domination du monde ressemblerait plus à celle de Genghis Khan que ce que nous souhaitons.

Binyamin Netanyahoo, parlant de maquereaux de guerre, et autres cris parlent de manière absolument perverse pour dire que cela ressemble à 1938, et que l’Iran est le Troisième Reich, mensonge historique que même Condi ne va pas avaler. Ce devrait être un signe de la stupidité de l’analogie, pas une mesure de clareté de la part de Rice. Mais l’opposition loyale reste attachée à la théorie de la coiffe blanche, à tel point que la coiffe tombe sur les yeux et nous aveugle. Ce n’est qu’en enlevant cette coiffe que nous commençons à voir que l’analogie n’est pas seulement fausse, mais arrierée : c’est nous (par le biais de nos « alliés » israéliens) qui avons détruit le Liban pendant que le monde restait à regarder sans réagir. Le monde regarde la souffrance de la Palestine et des Palestiniens qui peu à peu sont rayés de la carte ; il nous regarde détruire l’Irak ; et maintenant détruire l’Iran ? Regardez dans le miroir de Pogo et dites quelle culture vous met mal à l’aise.

Traduit par Marie Wagner

© 2007 Daniel Patrick Welch. Autorisation de réimprimer accordée avec crédits et liens site http://danielpwelch.com. Ecrivain, chanteur, linguiste et activiste, Daniel Patrick Welch vit et écrit à Salem, Massachusetts, avec son épouse, Julia Nambalirwa-Lugudde. Ensemble ils dirigent The Greenhouse School http://www.greenhouseschool.org. Les articles sont traduits en 20 langues. Nous avons besoin de vos remarques sur le site à l’adresse http://danielpwelch.com.

http://danielpwelch.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
25 février 2007 - 17h27

AU DEBUT ETAIT LA CULTURE WASP !!!!



Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
25 février 2007 - 20h42

Sommes nous condamnés a être gouverné par des monstres ?



Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
25 février 2007 - 21h43 - Posté par

Qu’auriez-vous à proposer de faire et non pas seulement de dire... pour que ces monstres ne gouvernent plus ?

De quel moyen pensez-vous disposer pour ce faire ?

comment erradiquez jusqu’à leur reproduction, leur ré-émergence de toute situation ?


Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
25 février 2007 - 23h11 - Posté par

Décidément, la période électorale est nauséabonde ! Tous les coups sont permis pour discréditer l’adversaire ! Mais aucune discussion sur le fond, aucune proposition sérieuse, aucune trace d’une réflexion, rien que des vieux slogans et des belles paroles…

Commençons par Madame Ségolène Royal. Ses dernières prestations télévisuelles, en particulier une récente interview par Madame Claire Chazal, sont d’une platitude extrême. La pauvre candidate a répété sur un ton monotone les principaux thèmes de son programme, ou plutôt de son absence de programme. Ni la voix, ni les expressions, ni les gestes, n’étaient capables d’enthousiasmer les foules ! Quant aux idées, n’en parlons pas…Seul "l’emballage" donnait l’impression d’un changement par rapport aux vieilles lunes socialistes. Il faut faire payez les riches ! Quelle idée nouvelle, alors que tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédé au pouvoir depuis 1975 n’ont cessé d ’ajouter des impôts ou des taxes à ceux, déjà lourds, qui existaient avant eux…Quant à ses gaffes répétées en matière de politique étrangère, que ce soit sur le Moyen-Orient ou sur le Canada, elles prouvent surabondamment que cette dame et ses conseillers n’ont ni l’expérience, ni la prudence ni les connaissances nécessaires dans ce domaine délicat. On s’est aperçu aussi que, même si c’est le résultat d’une blague d’un goût douteux, il en est de même en ce qui concerne le problème corse…

Tout est-il possible ?

De son côté, Monsieur Nicolas Sarkozy, qui lui, n’est pas dépourvu d’expérience, utilise les bonnes vieilles méthodes démocratiques : promettez n’importe quoi aux électeurs, promettez- leur la lune, comme disait Charles Maurras, cela n’engage à rien et cela marche toujours ! Monsieur Sarkozy a donc ressorti, sur ses affiches de candidat, un slogan emprunté aux socialistes dans une campagne précédente : "Tout est possible" ! Il fait donc le tour des différentes communautés existant dans notre beau pays, du nord au sud et d’est en ouest, des banlieues des grandes agglomérations à la France profonde de la campagne, en serrant des mains et en disant à tous, après avoir entendu leurs doléances : "Je vous ai compris" ! On connaît la musique…

Pendant ce temps, dans les sous-sols, pas loin des égouts, des équipes semblent au travail pour disqualifier les adversaires. Pourrait-on imaginer que, comme peut-être dans l’affaire Clearstream, certains services de l’Etat soient utilisés pour fouiller le passé de quelques membres de l’Etat-Major de campagne de Madame Royal ? Là aussi, on connaît la chanson, qui fonctionnait déjà sous la Troisième République ! Mais soyons sérieux et revenons au fond du problème. Peut-on réellement dire que tout est possible ? Nous savons bien que non. On ne peut pas laisser les frontières ouvertes et se plaindre du chômage et des délocalisations, comme le font un grand nombre de nos hommes politiques… On ne peut pas être favorable à une Europe fédérale et prétendre maintenir une France forte et riche… On ne peut pas avoir fait approuver le Traité de Maastrich et se plaindre des inconvénients pour nos exportations d’un euro surévalué…On ne peut pas être favorable à l’élargissement de l’Union européenne et se plaindre des problèmes sociaux que ne manqueront pas de créer l’arrivée sur le marché du travail en Europe occidentale de millions d’ouvriers bulgares, roumains et autres, dont le niveau de vie est parmi les plus pauvres de la planète, et qui sont prêts à travailler pour un salaire de misère…Eh oui, c’est comme cela, on ne peut vouloir tout et son contraire ! Les faits, les faits, répétait Charles Maurras ! Si on s’en écarte au profit d’ idéologies qui ne sont que des mots creux, on en subit forcément les tristes conséquences !

Pas de marge de manoeuvre

Une autre raison pour laquelle " tout n’est pas possible ", c’est que la France ne dispose pratiquement plus de marges de manœuvre en matière économique et financière. Sur ce plan, elle est plombée de tous côtés. Par exemple, elle ne peut baisser les impôts de manière significative sans faire baisser les dépenses publiques, c’est-à-dire sans diminuer massivement le nombre de fonctionnaires. Peut-on sérieusement envisager cette solution, qui équivaudrait à faire augmenter fortement le chômage, à un moment où les entreprises privées françaises ne sont pas en état d’embaucher massivement à cause de l’Europe et de la mondialisation ? Il n’est pas non plus possible de faire baisser significativement le montant énorme de la dette de l’Etat, qui s’est accumulée depuis vingt-cinq ans. Celle-ci dépasse maintenant les mille milliards d’euros sans compter les comptes sociaux et autres dettes pour un montant équivalent, et le simple montant des intérêts à payer annuellement sur cette dette atteint le montant total de l’impôt sur le revenu des personnes physiques ! On pourrait bien sûr, si l’abaissement des dépenses de l’Etat était possible, utiliser une partie des sommes ainsi rendues disponibles en remboursant chaque année une portion, disons un dixième, du capital de cette dette. Mais il faut savoir qu’une telle opération de " déflation " est redoutée, car elle s’accompagnerait d’une baisse considérable de la croissance économique et que, malheureusement, notre croissance, comme celle de l’ensemble de la Zone Euro d’ailleurs, est déjà très faible, de l’ordre de 1,5 % l’an. La déflation n’a d’ailleurs été pratiquée qu’une seule fois en France, par un certain Pierre Laval ( Eh oui, celui-là ! ) qui a été dans les années trente deux fois Président du Conseil. Cela n’a fait qu’amplifier les difficultés économiques de notre pays à cette époque et qu’augmenter le chômage, ce qui nous a menés tout droit au Front Populaire. En réalité, toutes les dettes de l’Etat français qui atteignaient un montant exagéré n’ont été effacées qu’en faisant fonctionner à plein "la planche à billets", c’est-à-dire en dévaluant la monnaie ! Dans ce cas, l’Etat rembourse ses dettes " en monnaie de singe "…Mais une telle porte de sortie, que l’Etat français a utilisée bien des fois dans le passé, nous est maintenant interdite, car notre monnaie nationale n’existe plus. On le voit, nous sommes enfermés dans un piège dont nous ne pouvons pas sortir. C’est pourquoi, quelles que soient les envolées lyriques de Monsieur Sarkozy, il ne faut pas espérer que la situation économique et financière de la France puisse être améliorée de manière significative.

La constitution européenne

Un autre terrain sur lequel on attend Monsieur Nicolas Sarkozy, c’est le sort de la constitution de l’Union Européenne que plus de 55 % des Français ont refusé d’approuver lors du dernier référendum. Les européistes ne cachent pas leur désir que le NON français soit effacé au plus tôt. De son côté, Madame Angela Merkel, chancelière allemande, qui préside pour six mois l’Union Européenne, s’efforce de lancer une négociation pour aboutir à un mini-Traité. Les dix-huit pays européens qui ont ratifié ce Traité, réunis récemment à Madrid, ont répondu : pas question de modifier en profondeur le texte adopté. Quelle est la position de nos deux principaux candidats ? Madame Ségolène Royal a fait savoir que, pour sa part, elle soumettrait à référendum tout projet de nouveau traité sur cette question. Monsieur Sarkozy est resté muet sur cette procédure. Sur le fond, on devine que les deux candidats veulent revoir le texte de l’ancien Traité, en supprimer la troisième partie, rajouter un protocole social et, éventuellement, modifier les Statuts de la Banque Centrale Européenne, ce qui constituerait un crime de lèse-majesté pour les Allemands. Sans risque de se tromper, on peut prévoir une belle bagarre au niveau international !

En conclusion, que ce soit le candidat de droite ou de gauche qui gagne les élections, ils seront incapables de réaliser leurs programmes

Georges ROUSSEAU


Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
26 février 2007 - 11h18 - Posté par

Monsieur Rousseau,

Vous faites un grand exposé de ce qui se passe dans cette campagne électoral ,en vous tablant comme le font hélàs les journalistes et tous les medias de la radio et la télévision en analysant les programmes de seulement deux candidats ou en filigramme ont peut décerner votre préference pour l’un d’eux.Je voudrais vous faire remarquer, que parmis les autres candidats il y en a une qui se démarque radicalement des autres et qui a mon avis prends bien le probléme a bras le corps,mais hélas on en parle jamais ,on l’oublie complétement pour ne pas faire connaître son programme parcequ’elle s’attaque vraiment là ou ça fait mal, je veux dire au pouvoir de l’argent !!!! il est de plus en plus évident que c’est seulement là que se trouve la solution au mal de notre temps, quitter le pouvoir a tous ces donneurs d’ordres, de fonds de pensions , et des actionnaires qui ne pensent qu’à leur bien être et se fichent pas mal de la misére du monde,il faut vraiment s’attaquer a eux parceque ce n’est pas le monde des affaires, bien que peu nombreux dans le monde , de dirriger les affaires du monde, je pense que tous les peuples devraient avoir le droit de mettre leur nez dans la gestion des entreprises pour les empêcher de faire n’importe quoi pour avoir plus de rentabilité au détriment du reste des peuples . Voilà comment a mon avis on pourrait arranger les affaires du monde.AL DE TOULOUSE .
Je voulais parler de MARIE GEORGE BUFFET , mais je pense que vous l’avez compris !!!!!
C’est pour elle que le peuple doit voter s’il veut avoir un réel changement !!!!!!


Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
26 février 2007 - 12h23 - Posté par

les moyens : sortir de prison tous les petits fumeurs de "chichons" c’est pas leurs place

et mettre tous les criminels en cols blancs pour les remplacer TOUS

ministres ,préfets , magistrats ,avocats ,Présidents ,je dis TOUS

POUR LA PAIX DANS LE MONDE JE DIS TOUS

oeil de bison


Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
26 février 2007 - 12h50 - Posté par

ben oui

ça on est probablement quelques uns à y penser à ce genre de solution...

Mais là encore... avec quel personnel allez-vous arrêter les criminels en cols blancs responsables et coupables de la perte, dans tous les domaines, des prix de nos labeurs...

Avec les mêmes petites frappes et salopards qui ont arrêté de pauvres bougres désespérés et faisant l’autruche en fumant de la merde pour oublier leur désespoir de n’être rien ni personne dans ce monde ?

Le problème, c’est que beaucoup de choses se tiennent et que une trop grande partie du bon peuple n’aime pas les petits fumeurs et rêve d’avoir un fifils en col blanc avec une situation de destructeurs du travail des autres pour bâtir sa richesse sur le nombre asseptisé de victimes... fiers de "niker" les autres sans rien y regarder !!!

ça me rappelle les pilotes de bombardiers qui balancent leur saloperie depuis des hauteurs aveugles à la réalité des souffrances dans lesquelles ils tuent en masse... dans le confortable devoir que leur donne leur soumission aux ordres d’une hiérarchie administrative noire d’inconscience ou de psychose...

Heichman vous rappelle-t-il quelque chose : on est en plein dans ce que Hannah Arendt décrivait, cette fois en plus fort car plus silencieux, sans la théâtralisation hitlerienne et pangermaniste, ou autres, des crises fascistes du siècle dernier...

Il ont réussi silencieusement à standardiser, à démocratiser, à populariser l’esprit de fonctionnaire d’Heichmann à l’échelle de la planète...

alors ma question reste la même

comment faire pour arrêter ce massacre de nos vies ?

car croyez-vous qu’il voteront pour quelque chose d’autre qu’un respectable porteur des uniformes de leur fierté , le costume du dimanche ou de mariage autour du quel ils se reconnaissent tous, le costard et la cravate ou le tailleur, tous puritains petits bourgeois internationalisés ?

la médiocrité est à l’échelle de leurs envies et jalousies concurentielles des uns et des autres et la sacralisation qu’ils opèrent maintenant est plus banale que celles des croyances de leurs ayeux : car chacun est devenu le bouc-émissaire anonyme autant que narcissique de tout le monde. Le "c’est pas moi c’est l’autre" n’est plus implement sacralisé sur des dieux, mais sur toutes les formes d’alterité...

avec quoi allez vous arrêter cette folie culturelle là ?

ils ont rejeté la laïcité car elle demandait l’effort de l’assimilation de beaucoup de concepts de distanciation et de non projection ethnocentrée, l’effort de l’humilité d’accepter les bancs équitables des écoles publiques standardisant les bases de cognition communes et pratiquables par tous...

alors comment faire ?


Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
26 février 2007 - 13h28

Votre analyse fait froid dans le dos et pourtant elle est vraie.
Que pouvons nous faire ?

Devons nous organiser en France une marche sur Paris de tous les exclus, SDF, chômeurs, travailleurs pauvres, petits salariés et HUMANISTES DE TOUT POIL , avec pancartes , banderoles et clamant à pleine voix : "nous existons, nous sommes les plus nombreux, nous sommes une force , NOUS VOULONS VIVRE, qu’avez-vous fait de nous ? Que ferez-vous pour nous ? NON A LA MORT, NON A LA GUERRE AMERICAINE !!".
Une marche semblable pourrait avoir lieu dans tous les pays d’Europe, puisque la politique est un rapport de force .

Et surtout, aux Etats-Unis, car c’est bien quand une grande partie de la population américaine a manifesté dans les rues contre la guerre du Vietnam que le gouvernement a cédé .

Les chansons anti-guerre de Dylan reviennent à la mode . Est-ce un signe ?



Personne ne s’en sort vivant : Le refus des Américains de regarder dans le miroir annonce notre propre chute
27 février 2007 - 10h17 - Posté par

L’ennui c’est qu’une semblable marche me semble difficile à imaginer à quelques motifs que ce soit

compte tenu de la médiocrité observable : les gens dans leur étouffante majorité se passionnent plus pour les malheurs de leurs idoles niaises de caprices (que ce soient des chanteurs ou des sportifs) que pour le sort de leur propre emploi

je dis ça en pensant aux difficultés rencontrées depuis de nombreuses années par beaucoup de syndicalistes dans les usines de toutes tailles...

et que dire des regards amusés compatissants piteux ou méprisants des gens quand on distribue des tracts politiques sur un marché en semaine ou le dimanche...

ça aussi ça me laisse pensif

je pense comme d’autres observateurs des moyens de communications généraux que les grandes chaînes de distribution de la propagande de classe, radio, presse, télévision, sont les pires menaces pour l’émancipation des populations par la culture, l’instruction scolaire technique et intellectuelle et donc la démocratie

Ces chaînes de diffusion, par l’orchestration de la médiocrité, banalisent la bêtise, les constructions d’opinions par mimétisme de masse et banalisation des envies,

elles banalisent l’ignorance en conséquence de quoi elle permettent la généralisation de valeurs de lois du plus fort que ce soit par la brutalité factuelle ou le poids de la masse d’individu s’accordant sur une projection de caprice d’opinion,

elles permettent la diffusion de la loi de l’égoisme dépersonnalisé puisque battie sur une uniformisation des modèles de comportements et de motivations

elle sont une extrème menace pour la démocratie qu’elle font détruire par le reigne de masse de la brutalité dont la culture querrière est une des traductions les plus criantes





Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite