Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

USTKE, meeting ce soir à Paris et conférence de presse demain
de : USTKE
lundi 14 septembre 2009 - 11h53 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 91.3 ko

Photo Huma 2009 - Roberto Ferrario

A la veille du délibéré de la cour d’appel de Nouméa concernant les syndicalistes de l’USTKE, une grande soirée de solidarité a lieu ce soir à Paris à partir de 19h, à l’espace Jean-Dame, 17 rue Leopold Bellan, dans le 2ème arrondissement, avec, aux côtés de la délégation kanak : Elie Domota, Olivier Besancenot, José Bové, Alain Mosconi, Bruno Dalberto (CGT), Christian Mahieux (Solidaires).

Et demain (mardi 15 septembre) à 11h, la délégation tiendra une conférence de presse pour commenter le verdict, près du Ministère de la Justice, à l’angle de la Place Vendôme et de la rue de la Paix.

JPEG - 22.6 ko

Photo Huma 2009 - Patrice Leclerc

JPEG - 40.8 ko

Cliquer pour agrandir/télécharger

http://solidaritekanaky.org/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
USTKE, meeting ce soir à Paris et conférence de presse demain
15 septembre 2009 - 09h44

"Comme tous les autres camarades présents ce soir, le collectif BELLACIAO vient réitérer son soutien plein et entier à l’USTKE et à ses militants, notamment à Gérard Jodar, et au-delà au peuple kanak, dans leur combat acharné contre la dictature capitaliste en Nouvelle-Calédonie.

Nous en profitons aussi pour saluer chaleureusement nos camarades du LKP, présents ce soir, et tout le peuple de la Guadeloupe.

Nous leur transmettons nos encouragements pour les luttes qui se profilent de nouveau à l’horizon, du fait d’un patronat béké qui n’applique même pas les accords qu’il signe lui-même !

Il est important de rappeler que les combats de l’USTKE et du LKP sont des fusées à plusieurs "étages" ; il faut lutter contre l’exploitation capitaliste, mais encore, contre le néo-colonialisme et contre le racisme.

Il faut lutter aussi pour le droit à l’auto-détermination des peuples, au cœur de notre engagement internationaliste depuis ses origines et faire en sorte que cette auto-détermination ne se résume pas à des mots sur le papier.

De ce point de vue, la France a indéniablement régressé depuis des années.

Les ghettos métropolitains et l’exploitation esclavagiste des sans papiers en sont peut être les preuves les plus évidentes.

Face à des mouvements de lutte populaire comme ceux menés par l’USTKE et d’autres dans le monde entier, des mouvements qui ont également pour objet la protection de leur patrimoine naturel et environnemental immédiat, (puisque exploitation capitaliste et destruction environnementale sont toujours liées) les capitalistes qui n’aiment que l’argent, et l’argent, et l’argent, apparaissent de plus en plus comme de sombres ringards.

Mais ce sont de sombres ringards dangereux, car ils ont entre leurs mains certains pouvoirs.

D’où l’urgence à les leur prendre.

Non pas pour "chausser leurs souliers" mais pour les briser.

Oui, on doit se sentir chaque jour plus forts, plus beaux, de n’être pas faits du même bois que tous ces gens-là.

Oh bien sûr, de l’argent, pour l’instant, il nous en faut à nous aussi, à nos enfants, à nos vieux, on ne vit pas (encore) d’amour et d’eau fraîche.

Encore ne demande-t-on pas plus que le nécessaire et qu’on se contenterait fort bien de services publics nombreux, gratuits et efficaces.

Au moins nous, nous n’avons pas besoin d’être dans une chambre d’hôtel à 600 euros, payée par l’exploitation de l’homme et la dévastation de la nature, pour apprécier un coucher de soleil.

Au moins pour nous , la fraternité, le respect et le combat commun nous adoucissent le vin le plus mauvais, et le transforment en nectar.

Au moins, nous ne tuerions pas nos frères prolétaires pour du pouvoir ou de l’argent.

Nos camarades kanaks doivent être orgueilleux de cela aussi pour ça aussi. De replacer l’Humain et la nature au cœur de la société

Nos ennemis communs les appellent "barbares", "primitifs" et autres gracieusetés, mais non, ce sont eux, les Humains.

Qui sont-ils, ces capitalistes, pour jeter sans état d’âme au fond d’une prison, des hommes comme les militants de l’USTKE, qui veulent défendre leur peuple, leur liberté, leurs droits, disait on à un moment, "inaliénables et imprescriptibles" !

Pas besoin de Rolex, pour voir que l’heure tourne pour les capitalistes.

Leur temps est révolu et le nôtre, celui de nôtre peuple à toutes et tous, le peuple du travail, le peuple des exploités, multicolore, multi-ethnique, va enfin venir.

Un jour viendra, nous nous battrons ensemble et au même moment dans le monde entier pour cela.

Pour l’heure, non, "la crise" n’est pas finie.

Que le Capital profite bien de ce petit répit qui semble s’offrir à lui, ici et ailleurs, car le prochain combat que mènera le monde du travail pourrait être plus violent.

Que l’on soit noir ou blanc, ces luttes courageuses de nos camarades ultra-marins, annonciatrices d’une aube nouvelle, ces luttes , il faut les soutenir, avec obstination et persévérance.

Et toute la question est là en fait : COMMENT les soutenir, plus loin, plus fort, ces justes combats, au-delà des déclarations de principe ou des manifestations "de soutien" ? Comment en être vraiment dignes ?

Le collectif BELLACIAO continuera à soutenir la lutte de l’USTKE et du peuple kanak contre le capitalisme néo-colonial, et ce en dépit des nombreux messages d’insultes ou parfois, même, des menaces qu’il reçoit à ce sujet.

On n’a pas le choix, il s’agit de travailler sans relâche pour parvenir à créer partout, ici en France métropolitaine, des luttes aussi acharnées et efficaces que les leurs. Des rassemblements contre l’exploitation capitaliste, partout où sévit le capitalisme et il y a matière à faire !

Et ça ne suffira pas de psalmodier "prenons exemple". Ou de crier "grève générale" !

Si on ne se trompe pas, ce n’est pas ainsi que ces mouvements ont commencé, et ce ne sont pas les incantations qui soutiennent leurs luttes mais bien le sens de sa propre dignité, la réflexion, l’analyse critique, la solidarité et l’action organisée, déterminée, dans chaque recoin de la société kanak ou guadeloupéenne où peut exister une contradiction à même de faire vaciller le capitalisme.

Pour soutenir nos camarades de l’USTKE et abattre les prisons qui les retiennent, nous n’avons pas d’autre alternative que de nous libérer AUSSI nous-mêmes ici et maintenant.

Si nous ne le faisons pas, ils en subiront encore plus les conséquences.

Qui ne se prend pas en mains, qui ne se rebelle pas contre son dictateur ne peut aider personne. Un peuple qui n’a pas assez d’estime de soi, qui ne croit pas assez en lui pour défier jusqu’au bout le Goliath capitaliste est un peuple en voie d’extinction qui ne peut rien pour les Autres.

Pour libérer les militants de l’USTKE, pour les aider vraiment, il faut nous libérer nous-mêmes ici, en France métropolitaine, partout dans ce pays !

Cela, nous ne le ferons pas sans nous réunir EN URGENCE sur la construction collective, par "la base", d’un projet politique alternatif à même de mettre à bas l’Etat capitaliste sous toutes ses formes !

C’est sur cette base-là, qu’on doit discuter et avancer, et que ceux qui veulent préserver cet Etat-là s’en aillent.

Des Etats Généraux de la Commune des travailleurs, voilà ce qu’il nous faut mettre au point PARTOUT !

Et quand nous parlons de politique, nous parlons créer pour organiser la vie en société, à l’échelle du monde, pas de querelles d’organisations pour des places.

Une nouvelle constituante pour clôre le chapitre ouvert en 1789 et en ouvrir un nouveau, pour nous, les travailleurs, et nos alliés objectifs. Mais nous, travailleurs, nous ne sauverons plus les alliés de la bourgeoisie, nous ne sauverons plus l’État bourgeois.

C’est cette conjonction de la politique et de l’action syndicale et associative dans tous les secteurs de notre vie quotidienne, qui débloquera la situation ici et là-bas et que nous devons construire.

Il ne faut plus "rêver d’un autre monde", il faut " le construire".

ENSEMBLE, de la Kanaky au Berry, de la Guadeloupe à Saint-Denis, sur des bases de classe, sans peur et sans avoir honte de ce que nous sommes ni d’où nous venons.

Le passé est mort, il faut accoucher l’avenir !"



USTKE, meeting ce soir à Paris et conférence de presse demain
15 septembre 2009 - 10h57

Nouvelle-Calédonie : Gérard Jodar écope de neuf mois ferme en appel
mardi 15 septembre 2009 (10h54)

La cour d’appel de Nouméa a condamné mardi Gérard Jodar, le président du syndicat indépendantiste néo-calédonien USTKE, à neuf mois d’emprisonnement ferme. La cour a également ordonné son maintien en détention et celui de cinq autres syndicalistes.

Gérard Jodar avait écopé d’un an ferme lors du jugement en première instance le 29 juin dernier. Le parquet avait requis quinze mois ferme en appel.

A l’issue de l’audience, le patron de l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités, resté debout pendant le délibéré, est retourné au Camp-Est à Nouméa. La cour a ordonné son maintien en détention ainsi que celui des cinq autres militants USTKE incarcérés. En première instance le 29 juin dernier, Gérard Jodar avait été condamné à un an de prison ferme et placé sous mandat de dépôt.

"On ne peut pas accepter que des syndicalistes soient incarcérés comme des délinquants", a déclaré Me Cécile Moresco, avocate des militants USTKE, à l’issue du délibéré. Deux options s’offrent désormais aux syndicalistes : le pourvoi en cassation ou la demande d’aménagement des peines, a indiqué l’avocate. "Nous déciderons au cas par cas des suites à donner", a-t-elle précisé.

Le président du syndicat et vingt-sept autres militants étaient jugés pour avoir investi le tarmac de l’aérodrome de Magenta-Nouméa et, pour certains, être montés à bord de deux avions des compagnies aériennes Aircal et Air Tahiti.

Les membres du syndicat doivent désormais soupeser les avantages de l’une ou l’autre solution. Jusqu’à la semaine dernière "M. Jodar a purgé sa peine de Carsud sans aménagement", a déclaré son avocate. Le président de l’USTKE avait été condamné définitivement à douze mois de prison dont trois ferme, le 12 mai dernier, pour des affrontements aux abords de l’entreprise de transport Carsud, en janvier 2008.

Avec cette nouvelle condamnation à neuf mois ferme, planent au-dessus de sa tête "dix-huit mois s’il n’y a pas de dispense de révocation du sursis", a souligné Me Cécile Moresco.

"On va analyser tout ça avec l’avocate et en concertation avec les six détenus", a déclaré Marie-Pierre Goyetche, vice-présidente de l’USTKE. Elle ne se dit pas surprise de l’arrêt de la cour d’appel de Nouméa. C’est "une répression qui ne fait que perdurer", a-t-elle commenté, appelant les quelque 200 militants USTKE rassemblés mardi à poursuivre "le combat contre les inégalités".

L’énoncé des peines s’est déroulé dans le calme mardi. La vice-présidente de l’USTKE a assuré que l’écho serait fait de "la criminalisation des syndicalistes". Les prochaines actions et notamment la suite à donner à la grève générale, relancée dans la nuit de lundi à mardi, seront décidées lors d’une prochaine assemblée générale.

Le syndicat indépendantiste dénonce également les interpellations menées dans la tribu de Saint-Louis en fin de semaine dernière. Ces opérations font suite aux affrontements du 5 août dernier où des gendarmes avaient été pris pour cible par des jets de billes d’acier et par des tirs, probablement de chevrotines, avaient annoncé les forces de l’ordre. AP






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsque les arbres seront tous abattus, les animaux tous exterminés, l'homme découvrira qu'il ne se nourrit pas d'argent. Abraham Lincoln
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite