Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
de : La Louve
mercredi 17 mars 2010 - 14h25 - Signaler aux modérateurs
64 commentaires
JPEG - 37 ko

de La Louve

Précision préalable : ce petit article n’a pas de prétention à "la vérité", ni, non plus, à être complet (il faudrait des pages et des pages pour faire à peu près correctement le tour des causes et conséquences de la situation du PCF dans la lutte des classes actuellement, et de la manifestation de cette situation au regard des élections régionales ; il faudrait beaucoup de temps, il faudrait pouvoir "écrire à plusieurs mains", et probablement, il faudrait des connaissances et une expérience que je n’ai pas). La seule prétention de cet articulet, c’est donc simplement d’ouvrir ou d’éclairer une piste de réflexion et de travail pour l’avenir.

Le premier tour des élections régionales, et plus encore, le résultat des "négociations d’alliance" entre les deux tours, signe, manifestement, un nouvel échec de la énième tentative de prise du pouvoir du socialisme petit-bourgeois, qui est en train d’achever le PCF.

L’absence d’analyse en forme marxiste des possibilités qu’offrent les élections bourgeoises dans cette République particulière qu’est la 5ème incluse dans un processus "européo-atlantiste", en termes de construction de l’alliance de la classe ouvrière et de la classe de la petite-bourgeoisie contemporaine (défaut de construction d’alliance qui prit d’abord la forme d’un ouvriérisme stérile) , le reniement de la perspective de "démocratie prolétarienne" (avec l’abandon du travail sur la notion de "dictature du prolétariat"), et la négation même de l’existence de la classe ouvrière comme seule classe révolutionnaire (négation à plusieurs visages au cours de l’histoire du PCF) emmènent une nouvelle fois le PCF, et ce qu’il pouvait accomplir et représenter de révolutionnaire en cette période de grave "crise" du capitalisme mondialisé, droit dans le mur.

Faute de travail de réflexion sérieuse en termes de classes, de lutte des classes, et faute d’analyse juste de la phase que traverse actuellement le capitalisme, au niveau national et au niveau mondial, il y a fort à parier que la gangrène du tropisme bourgeois qui agite une partie de la petite-bourgeoisie moderne va continuer à pourrir ce qui fut un jour dans l’histoire de la lutte des classes en France le "Parti de la classe ouvrière".

Tant qu’il n’y aura plus, au sein du PCF, de courant dominant (et donc, assumant de façon volontariste, la nécessité d’une domination idéologique) revendiquant, sur la base d’une analyse de la société actuelle en terme de classes et de luttes, de position dans le mode de production capitaliste, l’alliance avec la petite-bourgeoisie sous la direction de la classe ouvrière, tant qu’on ne reviendra pas sur l’analyse d’une formule qui posait, justement que, de par sa place et son rôle unique dans le mode de production capitaliste, notamment, a fortiori depuis le début de la phase aiguë de la mondialisation, la classe ouvrière seule peut être révolutionnaire, seule peut être internationaliste, et que toute alliance (y compris hors période électorale et dans le cadre des organisations syndicales) avec d’autres classes doit être conduite comme une "prise en charge" réelle de la classe de la petite bourgeoisie par les organisations ouvrières MAIS (contrairement à ce qui a été fait ces 30 dernières années) sous l’égide et la direction de la classe ouvrière seule, il n’y a aucun sursaut à espérer de ce côté.

D’autant que pour en arriver à un sursaut véritable, il faudrait que les cadres dirigeants du PCF (s’ils le voulaient) comprennent ce qu’est réellement la petite-bourgeoisie contemporaine, les positions de classe qu’elle peut adopter, écartelée qu’elle est et sera toujours entre position bourgeoise et position ouvrière, mais surtout, tordent le cou à ce mensonge de la "disparition de la classe ouvrière" en France, et c’est peu dire qu’on en est loin.

Pire, la stratégie du PCF fondée sur un électoralisme forcené, d’alliances de sommet avec des partis aussi peu révolutionnaires que le PDG, les Verts ou le PS, ne fait qu’éloigner la perspective d’un renouveau du PCF comme possible organisation révolutionnaire de la classe ouvrière et au-delà, ouvre des voies insoupçonnables au fascisme "new-look", qui est bien une manifestation d’un des pires compromis que la bourgeoisie et la petite-bourgeoisie peuvent sceller en période de crise économique grave.

La classe ouvrière et la fraction de la petite-bourgeoisie adoptant le point de vue de la classe ouvrière (fraction actuellement dominante, du fait de la crise, au sein de la petite-bourgeoisie) ne s’y sont pas trompées, qui ont refusé de se déplacer Dimanche dernier , pour participer à ce jeu de dupes.

Le "plus fort", c’est que dorénavant, même en termes strictement électoralistes, le PCF, - qui participe activement (par masochisme ? par pure opportunisme de la caste politico-bureaucrate qu’il abrite en son sein ?...) à la création de ce nouveau parti prétendument représentant d’une petite-bourgeoisie qui serait favorable au "prolétariat" (mais pas "à la classe ouvrière" ni à la révolution, nuance subtile !) qu’on appelle "Parti de gauche" (et qui n’est qu’une resucée moins glorieuse de ce qui donnera le PS) d’une part, et d’autre part, qui assoit l’actuelle développement de cet autre véhicule de l’alliance de classe bourgeoisie/Petite-bourgeoisie qu’est "Europe Ecologie", tout en contribuant à maintenir sous respirateur artificiel le PS, ne récolte même plus les fruits de ses reniements, voire, de ses trahisons, puisque presque partout, il perd des postes de conseillers régionaux, des vices-présidents, voire, se fait carrément enfler par le duo socialo-écolo, comme en Picardie ou en Limousin (mais pourquoi nos ennemis de classe se priveraient-ils de laminer même le peu qui reste du PCF ?)

Pour "sauver" ce qui resterait à sauver du PCF, il faudrait une prise de conscience proprement "révolutionnaire", de ce qui reste d’éléments révolutionnaires non opportunistes, de représentants non corrompus de la classe ouvrière, et des alliés objectifs de cette classe au sein du PCF.

Une prise de conscience telle qu’elle aboutisse à une véritable insurrection interne qui parvienne à faire le tri entre "le bon grain et l’ivraie" et jette dehors les cadres qui "tiennent" ces alliances (rosâtres, brunâtres ou verdâtres) avec le pire de la fraction de la petite-bourgeoisie dans le Parti.

C’est-à-dire qu’il faudrait prendre conscience dans les jours à venir que la lutte des classes existe au sein du parti lui-même (et depuis des décennies !), qu’elle est âpre, violente, à l’instar de celle qui se déroule quotidiennement entre classe ouvrière et classe bourgeoise à tous les niveaux, qu’elle ne permet plus de tergiverser, de biaiser, ni d’être attentiste.

Évidemment, un tel processus impliquerait de pouvoir balancer aux orties des dogmes quasi-religieux qui stérilisent le meilleur du PCF en l’éloignant des objectifs de la classe ouvrière, comme "l’unité du Parti", "la fraternité des camarades", et j’en passe.

Il y a un divorce interne (inévitablement violent, je le crains) à accomplir, entre la fraction du PCF qui peut encore servir de fondement à la construction d’un nouveau parti de la classe ouvrière  susceptible de prendre en charge le sort de la classe d’une fraction de la petite bourgeoisie (donc, qui doit accepter de redevenir d’abord un parti de classe avant de pouvoir prétendre être un parti "de masse", car la constitution de la société en classes actuellement est telle que le parti de masse est presque l’antithèse d’une direction par la classe ouvrière du procès révolutionnaire, dans la mesure où la classe ouvrière est numérairement moins importante aujourd’hui que la petite-bourgeoisie, et qu’on voit bien qu’on ne peut pas régler le problème en noyant tout cela dans une fausse classe qu’on appellerait "prolétariat"), et la fraction du Parti qui tient, directement ou indirectement, parfois sans en avoir conscience, pour la défense d’intérêts qui, à travers les intérêts d’une fraction de la petite bourgeoisie, sont des intérêts qui servent la bourgeoisie.

Cela est-il possible ?

J’en doute, dans la mesure où des décennies d’éducation à accepter, à œuvrer même, pour certains, à la soumission idéologique et politique de la classe ouvrière à la fraction la plus bourgeoise de la petite-bourgeoisie, à priver même, la classe ouvrière de sa légitimité à se revendiquer et à se construire comme organe de la révolution prolétarienne, ainsi que la composition sociale actuelle du Parti lui-même, hypothèquent gravement la survenance de la prise de conscience.

Quand bien-même, comme me disent certains camarades du Parti, on "remettrait à l’usine" la plupart des cadres dirigeants du parti, ils ne (re)deviendraient pas pour autant des agents politiques actifs de la restauration de la classe ouvrière, et au contraire !

La tentative d’assassinat politique d’un des derniers représentants social et politique objectif de la classe ouvrière au sein du PCF (quoi qu’on puisse trouver à lui reprocher également), je veux parler, bien-sûr, de Maxime Gremetz en Picardie, signe le forfait plus sûrement que n’importe quelle revendication : les renards sont nombreux dans le poulailler.

Je suis peu optimiste.

Hors l’hypothèse de la prise du Palais d’Hiver de la Place du colonel Fabien,donc, il ne me semble pas y avoir d’autre solution raisonnable qu’une scission prochaine et rapide, et que la fraction du PCF issue de cette scission (scission qui devrait, pour être efficace et pérenne et surtout, pour ne pas nous entraîner dans un processus à l’italienne type "Refondation", être réalisée sur la double base, d’une part, de la volonté claire d’assumer à nouveau le rôle de lieu d’organisation politique privilégié de la classe ouvrière et de la reconnaissance de son DROIT à être hégémonique -moins l’ouvriérisme bien-sûr, qui est une plaie social-démocrate-, et d’autre part, de construction du parti sur des principes aptes à fonder une réelle démocratie prolétarienne), que la partie du PCF issue de cette scission prenne sur elle de rassembler d’abord, parmi les membres de la classe ouvrière, et dans les individus qui acceptent de devenir des alliés objectifs de cette classe, les militants communistes .

Cette scission, pour être efficace, suppose en outre une main tendue et une absence de sectarisme de la part de certains qui serait quasiment, vu son ampleur, une sorte de transsubstantiation des cadres de certains courants  ! Peut-on y CROIRE ? oui sans doute, comme on peut croire au ciel. Doit-on l’espérer ? C’est une autre affaire.

Tout cela est-il possible ? Nous le saurons bientôt. En toute logique, celles et ceux qui ont été réveillés par cette séquence-là dans le Parti devraient rapidement sortir les boîtes à gifles et affûter leurs "arguments", et tout ceci devrait se régler au "congrès extraordinaire de juin", dans quelques mois.

Si rien ne se fait, Mélenchon et ses soutiens dans le parti sonneront le tocsin et le PCF finira dans un suaire rose (reconnaissons au moins à la tactique mélenchonesque l’immense vertu dialectique d’avoir fait exploser certaines contradictions internes, et d’avoir permis à certains camarades du Parti d’ouvrir les yeux sur une partie de leur caste dirigeante qui s’unit au-delà des prétendus courants, comme toute bonne caste).

Les questions qui doivent d’ores et déjà se poser à nous, militants communistes plus ou moins isolés et situés en dehors du PCF, quels que soient les véhicules qui aient été reconstruits par la suite, sont les suivantes : comment, d’une part, doit-on s’organiser pour "attendre" cette insurrection, ou cette scission (qu’il ne faut pas, je pense, pour la justesse de notre démarche, chercher à provoquer), dans quel délai doit-on circonscrire cette attente, et comment, d’autre part, dans l’hypothèse, très probable, où cette scission, dans ce sens, ne se produirait pas rapidement, comment peut-on faire "sans le PCF", question mainte fois posée mais à laquelle il n’a pas été répondu VALABLEMENT pour l’instant.

Sachant que toute tentative de fusion dans ou de rapprochement avec des partis ouvertement construits pour assumer la représentation politique hégémonique de la petite-bourgeoisie (PDG avec une fraction majoritaire manifestement "pro-bourgeoise", et, dans une autre mesure, moins nette, NPA, victime de ses lointaines origines idéologiques trotskistes, et donc, victime de ses penchants idéologiques de classe, je pense aux mencheviks, le "cul entre deux chaises", oscillant entre tropisme bourgeois et tropisme ouvrier sans jamais pouvoir trancher, et, bien-sûr, "Europe Ecologie", de façon encore plus flagrante puisque reniant même l"idée de classes, ou de détermination ne serait-ce que par la "couche sociale"), toute tentative en ce sens serait évidemment une nouvelle erreur.

Il faut également appliquer d’une certaine manière, ces bribes de raisonnements au devenir de la CGT (qui peut encore être le lieu d’une reconstruction communiste) et à l’utilisation qui peut en être faite de façon "non gauchiste" en termes de lutte des classes et de restauration de la classe ouvrière, ainsi qu’en termes de "prise en charge" des fractions des autres classes qui peuvent lui être objectivement alliées (fraction très résiduelle de la petite paysannerie, et fraction de la petite-bourgeoisie à tropisme ouvrier), sur SES bases à ELLE.

La question des erreurs, -et je m’en arrêterais là- (étant bien placée pour en parler !), quand ce sont réellement des erreurs (erreurs d’analyse, fondées sur un manque d’étude, et de culture de la très longue histoire du mouvement ouvrier, de la lutte des classes, de l’étude marxiste...ou erreurs de raisonnement, fondée sur une pratique inexacte de la dialectique) ce n’est pas qu’elle place X ou Y dans une position de "faiblesse" ou qu’elle impacte" négativement tel ou tel, non.

Ce n’est pas qu’elle soit un signe de "faillibilité" qui fasse perdre la légitimité de tel ou tel. Non, le problème n’est pas là. C’est pire ! C’est que l’erreur, répétée, d’une part, éloigne du but, fait perdre du temps (ce qui est parfois rétrospectivement très utile), mais surtout, que l’erreur répétée et non analysée, d’autre part, empêche radicalement de "transformer le négatif en positif" et ne permet pas d’avancer, mais fait même reculer la construction du mouvement révolutionnaire.

Or, si l’hypothèse de base (toujours valable selon moi, dans la mesure où sa fausseté n’a pas été démontrée, au contraire) est toujours que la révolution prolétarienne et l’avènement d’une société sans classe ne sont pas du tout des "conséquences nécessaires et immédiates" du capitalisme soi-même, et donc, qu’elles pourraient très bien ne pas "advenir" (a fortiori quand on ne combat plus ses ennemis), qu’il n’y a rien de "mécaniste" dans la survenue de la révolution socialiste, et qu’au contraire, même, il se peut que les classes se dissolvent et se détruisent l’une l’autre et que notre monde finisse dans une sorte de gros chaos sanguinaire, on voit qu’on a tout intérêt à continuer de se battre, à chercher des voies, à ne pas abandonner l"idée de la révolution prolétarienne, et donc, à pouvoir tirer des enseignements de l’analyse de ses erreurs passées.

Je me permets de vous transmettre ci joint un extrait court, de ce qui a été mon livre de chevet ces derniers jours, et qui, lié à d’autres éléments de lecture, m’a permis d’en arriver à cette conclusion d’étape ( peut être fausse ? je ne prétends pas à la vérité) d’un livre que pour ma part, quoi qu’ardu parfois,j’ai trouvé fascinant, vivifiant, enrichissant, incroyablement d’actualité, qui est un recueil de textes de Nicos Poulantzas, que certain-e-s d’entre vous connaissent déjà sûrement, intitulé "Les classes sociales dans le capitalisme aujourd’hui".

J’ai choisi cet extrait mais je recommande la lecture de l’ouvrage entier, si possible, ainsi que de "Fascisme et dictature", du même auteur, à mon avis une très bonne tentative d’analyse des erreurs idéologiques qui ont jalonné la vie du Komintern et une bonne analyse de classe.

PDF - 2.1 Mo


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 16h00 - Posté par bernard Trannoy

On perd les batailles que l’on ne mène pas - Il ne manque pas de communistes au sein du PCF pour considérer qu’il faut offrir, proposer une perspective de transformation fondamentale radicale de la société "Nous ne renoncerons jamais à l’idée du communisme" sens de l’article de l’Huma du 15/03 - Rien n’est joué ni dans un sens ni dans l’autre. L’affrontement qui oppose réformisme et révolution traverse aussi le PCF D’ailleurs pour une large part cet affrontement est entre militants et des élus qui ont une fâcheuse tendance à vouloir instrumentaliser l’organisation.

J’ai quitté le PCF pendant près de 15 ans et j’y suis revenu. Convaincu que je suis que si cela disparait ce serait une catastrophe tant la reconstruction serait difficile.

Je fais mienne cette citation du compagnon de D. B. "Si un jour tu quittes le parti, si tu descends de la charrette, pour aller dans les près, suis là des yeux, ne la laisse pas trop s’éloigner !" De mon point de vue le premier lieu de combat est bien dans cette opération de récupération l’outil PCF et tous ceux qui se réclame du communisme n’ont pas, de mon point de vue de tâche plus importante Site : www.pcfbassin.fr



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 16h26 - Posté par La Louve

Je fais mienne cette citation du compagnon de D. B. "Si un jour tu quittes le parti, si tu descends de la charrette, pour aller dans les près, suis là des yeux, ne la laisse pas trop s’éloigner !"

C’est une belle citation.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 16h19 - Posté par Viktor

Il est clair que tant que les travailleurs auront à ingurgiter ce genre de prose la révolution prolétarienne ne sera pas proche. Analyser les erreurs passées pour mieux les répéter relève de la masturbation pure et simple. Nous n’avons que faire d’une avant-garde éclairée pondeuse de mots d’ordre. Utiliser une bougie pour éclairer un coquelicot en plein soleil est un exercice puéril. La classe ouvrière comprend vite en temps opportun sans sous-titres. Elle n’a pas besoin des béquilles théoriques qui encombrent l’inconscient collectif de ceux qui baptisent le moindre courant d’air du nom d’ouragan. Ce n’est pas parce que les textes de Karl Marx, etc. sont utiles pour comprendre certains mécanismes du capitalisme et anticiper la fin de la préhistoire, que le terme de marxisme, de léninisme ou de troskysme est autre chose qu’un synonyme de "mauvais rhume". Exemple : négliger la dialectique très particulière, inconnue de Marx, qu’imposent les médias aujourd’hui est une faute grave. J’ignore ce qui m’a poussé à lire ce roman in extenso malgré ma charge de travail. Sans doute le souvenir de textes moins pénibles avec la même signature.



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 16h26 - Posté par La Louve

Nous n’avons que faire d’une avant-garde éclairée pondeuse de mots d’ordre.

Éclaire ma lanterne, que je puisse continuer à me fendre la poire,"Kamarade", c’est qui ce "Nous" ?


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 17h00 - Posté par Orphée

Je suis d’accord avec la citation ;-) on veut du bonheur et de la liberté. Si ce n’est pas l’avantage de l’eurocommunisme alors à quoi bon refaire le passé tel qu’on sait qu’il mena non pas à la réalisation de l’utopie comme égalité et comme liberté mais à son contraire — mais bien au pouvoir sauf que ce n’est pas ça l’objectif communiste lui-même mais la réalisation sociale... ? Qu’on ne dise pas que Staline fut le contraire de la bureaucratie dépossédant le population de son autonomie voire de sa puissance, ou qu’on va refaire la révolution léniniste — ou le Front populaire à l’autre bout de l’alternative de gauche — cette fois sans rater !!

Il faut avancer oser avancer oser se débarrasser des vieux palanquins — y compris l’avant-garde, paralysante de la libre énergie. Nous avons de vieux bons outils marxistes pour capter les classes et leurs changements, les communautés de pauvres qui peu à peu prennent place en nombre à côté du prolétariat soumis à l’entropie des classes moyennes dans la période de récession de la diversité industrielle et sa délocalisation, notre savoir des révolutions manquées, la connaissance qu’aucune dictature, même pas celle du prolétariat, ne mena avec ses hypothèses stratégiques, par exemple en Russie à laisser les paysans de côté, à la justice, et nous avons aussi notre observation des changements.

Je trouve que cet article en plus de tomber à point est vraiment intéressant. Poulantzas oui ça bouleverse de le voir cité ici, parce qu’il n’avait pas désespéré et même peut-être pensé quelque chose de précieux pour donner à la gauche un outil à comprendre son avenir possible.

Quand je vois que ces imbéciles du PS continuent à fanfaronner se croyant revenus le grand parti du passé qui va soumettre toute la gauche, alors qu’ils sont regénérés par les écolos justement parce que les écolos ont fait route seuls pour se rebâtir après avoir été discrédités par le PS (sur le dossier du pyralène, du nucléaire, de la pollution des autoroutes), et le Front de gauche (contre l’infamie droitière du PS), et qu’en plus en deux endroits ils ont d’une part forcé la rupture du front entre communistes et parti de gauche, pour le second tour, et ailleurs refusé l’alliance avec le NPA donc écarté là encore le parti de gauche, vraiment je frémis.. que ces imbéciles et fausse gauche — le PS de gauche il est dans le Parti de gauche c’est bien connu, il n’y en a plus au PS ;-) — ne s’imaginent pas que les gens ont voté pour eux afin de les remettre en position de pouvoir sur la gauche !! Alors qu’ils ne sont qu’une force palliative régionale face à l’UMP, qui ne pourrait rien sans le Front de gauche et les écolos, car eux sont une force électorale vivante (je ne donne pas mon avis politique là, je parle de la situation émergente). Pourvu qu’ils n’étouffent pas dans l’oeuf le Front de Gauche et qu’ils ne ramènent pas les écolos aux compromis signés d’antan qui avait détruit leur pertinence...

Le vélo dans Paris rien de plus abject, comme fausse manière de vaincre le problème de la pollution ! Sans parler pour le troisième âge : ils font comment ? Hop ! un petit coup d’euthanasie ? Et la transmission sociales des générations : on l’explose.

Merci pour ton papier.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 17h03 - Posté par Roberto Ferrario

Elle n’a pas besoin des béquilles théoriques qui encombrent l’inconscient collectif

"Victor" l’herbe que tu fume doit être pas mal... ca coute combien près de Toulouse ?... Parce que ton charabia le prouve que c’est de la "bonne"...

Donc pour toi le "prolétaire" doit reste "ignorant" et "inculte", inutile que "comprend" ce que est entrain d’arrive dans notre société...

négliger la dialectique très particulière, inconnue de Marx, qu’imposent les médias aujourd’hui est une faute grave

Tu a raison la "révolution" c’est facile... tu a que a change de programme de télé... ;-))))))))))))

ignore ce qui m’a poussé à lire ce roman in extenso

Pauvre "stalinou" habille en "Calimero"... ma quel "drame" d’avoir lu cet "roman" ;-))))))

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 19h35 - Posté par

de l’inutilité actuelle de la direction du PCF pour la bourgeoisie ?

Le role politique des differentes directions du PCF depuis 1945 fut d’empecher que ne se constitue le parti revolutionnaire communiste ouvrier en France,a l’interieur comme a l’exterieur de la sphere d’influence du parti.

L’eviction permanente des ouvriers revolutionnaires pratiquée avec constance mais vecue par eux comme accidentelle ; n’a plus lieu que marginalement ,faute de groupes ouvriers,en majorité politique dominante, depuis 1968.

La bourgeoisie sait d’experience depuis 1968, l’efficacité superieure de la repression armée y compris mediatique sur les discours appels au calme des politiciens de tout bords y compris PC.

La survivance d’un “PCF” simulacre est juste necessaire pour des alliances electorales du bipartisme effectif, surtout dans l’inconnu de la crise actuelle.

Il n’y a aucun espoir en changeant de direction de refaire un parti ouvrier revolutionnaire communiste ...vu sa pratique repoussoir passée comme presente.

C’est seulement le processus revolutionnaire enfanté par la crise qui verra ou pas l’emergence
du parti mouvement revolutionnaire...suivant l’ampleur de la vague revolutionnaire et de la crise/guerre mondiale.

L’ abstention qui s’est faite dimanche, comme en 2009 ,contre tous les partis ,du PCF au FN,montre au contraire du discours dominant,l’intelligence politique des futurs acteurs de la vague revolutionnaire et de leur puissance politique spontanée non recuperable et encore en partie inconsciente .

La crise politique qui a demarrée,lors de ces elections regionales, dans tous les partis ,revelera la lutte des classes en cours preparant la conscience pour soi, donc du projet /programme revolutionnaire, etouffé depuis des generations.

Merci de contribuer a cette liberation creation.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 18h34 - Posté par sargel

t’en a pas marre de passer ton temps à donner des leçons au PCF ? Il est assez grand pour savoir ce qu’il a à faire.



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 19h16 - Posté par Alain62

Ben non justement, cette direction mutante est complètement irrécupérable, il va falloir la virer...

Alain62


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 21h20 - Posté par

Non, j’en ai pas marre :)
Ah oui on voit bien qu’il sait ce qu’il a à faire.
Sinon, autre chose ?


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 21h44 - Posté par

C’est pour ça que ceux qui sont dedans de puis deux ou trois générations ont fini par descendre du wagon pendant que les "camardes" du sommet bradaient botre héritage, (pas que politique ou culturel mais aussi financier et foncier) aux forces de l’argent.

Au fait qui tu es pour parler "au nom" du PCF, TOI ?

G.L.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 21h54 - Posté par

C’est sans doute un "gentil kamarade" du Parti de gôôôôôche :)

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 20h51 - Posté par AF NIMES

D’abord il y a longtemps que je voulais répondre aux articles de la louve parce que je trouve ce pseudo un peu con et surtout ridicule pour la symbolique légèrement présomptueuse qu’il charrie. Je ne sais pas, moi j’aurai choisi si j’étais une fille, par exemple, la frégate parce que c’est en même temps un oiseau et un bateau.
Enfin si on y tient parce que des initiales c’est pas mal non plus.
Maintenant sur l’article, bon dieu ce qu’il est long : au 3éme paragraphe j’ai lâché la rampe. Comme chaque fois j’ai l’impression de lire la version laïque des sermons religieux. C’est nous les + justes : nous sommes pas parfaits mais quand même tout de même on la côtoie quotidiennement la perfection.
je dois préciser toutefois que souvent pour ne pas dire tout le temps je suis d’accord avec les critiques faites au PS sans parler de l’actuelle CFDT qui est vomir bien qu’étant un ancien représentant de ce syndicat.
Pour terminer et faire court je dirais que je suis d’accord avec le 1er paragraphe du 1er commentaires et que si, bien évidemment, la bataille se gagne d’abord au niveau des idées, aujourd’hui l’existence du Front de Gauche donne un peu d’oxygène à l’air ambiant.



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 21h19 - Posté par

Je garde ce commentaire comme un autre magnifique exemple de résurgence stalinienne. Attaques sur la personne, sur le nom, etc... Sur le fond ? Rien. Ah si.. !!!Le "FOND de gôche", comme un arrière goût de fond de capote...Oxygène ?! dioxyde de carbone plutôt non ?


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 21h57 - Posté par ins

Front de Gauche donne un peu d’oxygène à l’air ambiant.

Le "Front de Gauche soutiens les travailleurs comme la corde soutien le pendu. Au moins on sait qu’on peut récupérer le cadavre...

On devrait faire un sondage sur l’identité communiste ou proche de ceux qui postent ici.

Entre autre leur CV de militant, (Anonyme s’ils le veulent). Les raisons pour lesquelles ils sont encore au PCF ou en sont partis. Leur parcours "universitaire" dans le Parti, (Ecoles, formation autodidactique)...etc). Historique familial, date de naissance, date d’adhésion au Parti, responsabilités diverses, parcours socio-professionnel.

Ainsi que leur parcours syndical s’il sen ont un.

Et leur région d’action pour cadrer un peu et voir s’il racontent des craques.

Sur la base du volontariat bien sûr, mais en sachant que leur participation conforterai leurs inters passées présentes et futures.

Puis Roberto, qui a une TRES grande bibliothèque des inters de chacun pourrait voir tout ça en relation avec les IP.

Ca risquerai d’être très instructif... Même rigolo dans le cas de quelques uns.

Ca n’a rien de péjoratif ou contraignant. Ca se pratique tous les jours sur des forums techniques ou de loisirs ou je participe sans que personne n’y trouve à redire. (((- :

G.L.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 22h02 - Posté par

Tiens justement on en parlait ier soir lors de la réunion hebdo du collectif :)

GL, ne tente pas notre Furioso et néanmoins camarade, on a toutes les peines du monde à le modérer dans la modération parfois, si en plus tu nous l’excites avec des idées pareilles on est pas rendu-e-s !!!!!

 :)))))))))))))))))))))))))))))

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 22h00 - Posté par

Le PCF n’en serait pas là si dans les années 1960 il avait rompu les amarres avec l’urss et en 1983 avec les socialos.
au premier tour front de gauche au deuxième carton rouge dans l’enveloppe.
Alain 04


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 22h03 - Posté par

C’est juste évidemment. Mais ces comportements ne sont que des conséquences d’autre chose je pense.

La question est de savoir "quoi" ?

Moi je dis "la lutte de classe" dans le parti autrefois de la classe ouvrière y compris jusque dans le Komintern formidable machine à reproduire internationalement des erreurs qui auraient pu rester circonscrites à quelques territoires nationaux.... Et ça on n’a pas fini d’en discuter, au contraire et c’est tant mieux !


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 22h07 - Posté par Roberto Ferrario

En Italie on dit pour un mec que parle comme "AF NIME"... "povero cristo"...

Il fait de la peine... tellement volontairement il se débarrasser des tous type des notions et privé des tous les outils pour comprendre et combattre cet gouvernement et essaie de change la société... il pense que a déjà asse donne dans ca vie...

Il a déclaré forfait... il accuse qui veux comprendre des "mysticisme religeux" juste parce que préfère analysé la situation actuelle même avec des écrit vieux de quelque ans...

Il est faible et comme dernier souffle de "résistance"... insulte et dénigre, plus aucune cartouche disponible dans le fusil... c’est fini... il lui reste, lui que parle de "sermons religieux", de s’accroche a une "foi" a un "croyance", a un "dieu", a un "solution miraculeuse"... et voila que a trouve la "potion magique"...

Le "Front de Gauche" c’est un "médicament miraculeux", un peux comme le "sirop" à base de cocaïne que certaines "charlatans" bradé dans le far-west...

Il guérit de tous les maux... c’est la solution... objectif est atteint, finalement on peux ferme boutique et se range dans notre petit potagé... a la retraite... c’est la paix... et le dernier arrivé tous agité que nous le casse avec sont analyse et théorie... ouff quel fatigue...

Mais ne comprend rient quelques goutes tous les soir avant de se couche du sirop "Front de Gauche" et voila un sommeil parfait...

Même les riches vont dormir tranquilles...

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 23h22 - Posté par

le front de gauche ?
Certains de ces illustres représentant , jerome leroy sur causeur, voulait nous remettre au gout du jour le service militaire.......
ça parait anecdotique, c’est pourtant tellement révélateur de ce qui nous attends quand ils seront au pouvoir !!!

tu parles d’une bouffée d’air frais...


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 23h48 - Posté par

le service militaire......

Tu vois, moi je serai aussi pour un service militaire. Ou plutôt une "milice" comme il y avait en Suisse ou comme Chavez est en train de mettre en place.

Mais une "milice" populaire dans un gouvernement réellement du Peuple.

Pour ce qui est du Service militaire comme le FdG voudrait le ressusciter, faut comprendre que dans deux ans c’est Eux et la "Gôôôche" qui s’y collent.

Sisisisisi !!!!

Ca fait partie du plan, le Nain commence à être usé, et Carlita s’impatiente.

Et, évidemment, la seule Légion et un ou deux régiments d’Elite ça suffira pas comme chair à canon pour les guerres qu’ils nous ont prévues avec leur pote Obama.

Sans compter que les Légionnaires et les "Spécialistes" ça doit se payer. Quelques dizaines de milliers de bidasses en Afghanistan, en Somalie, et en Iran ça diminuera les effectifs des chômeurs et en plus ils sont pas chers. Je pense même qu’ils ont envisagé d’embaucher les sans-papiers comme aux USA en échange de la Nationalité... S’ils en reviennent.

Remarque que ça, ça existait déjà dans l’Antiquité à Rome ou les colonisés pouvaient devenir citoyens au bout de 40 ans de Légion à l’Etranger. Comme quoi les copains de Méluche connaissent leurs classiques.

G.L.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
17 mars 2010 - 23h59 - Posté par erwan

Tu vois, moi je serai aussi pour un service militaire. Ou plutôt une "milice" comme il y avait en Suisse ou comme Chavez est en train de mettre en place.

ça je le conçois, pas de soucis. mais sur des bases absolument claires, et pas en nous évoquant cet esprit de camaraderie cocorico....qui ressouderait le peuple.

Parce que les bourgeois qui se sentent d’un coup un peu viril en évoquant le pan pan , les perms sympatoches, et tout le folklore non merci....on sait très bien qui en chie, qui perd du temps et qui au final est sacrifié.

ça c’est le programme du front de gauche. tous uni derrière la république centralisatrice, prête à soulager le monde entier de son ignorance....(bien sur, avec les types qui pensent, et les autres qui se tapent les commandos...)


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h15 - Posté par Roberto Ferrario

Et voila... je trouve le "fameux" article de Jérôme Leroy membre active du "Front de Gauche" ou il demande de rétablir le service militaire obligatoire...

La premier remarque que me fait froid au dos... c’est que le plus grand fervent défenseur au rétablissement du service militaire obligatoire sont justement les faf du FN et tous les groupuscules neo-nazi... (bientôt on doit imagine que le FdG va même demande le rétablissement de la peine de mort...)

Tous les visions de société nationaliste et "défenseur" des valeurs de la patrie (bien sur bourgeoise...) passe par le concept que un corps arme doit existe au service des intérêts du capital et le fait que les membres du FdG, PCF en tette (par tradition historique...) fasse de ca un des ses projet de société n’est pas surprenant...

Apres la deuxième guerre mondiale on a confondu volontairement certaine chemin pour arrive au "socialisme"...les ordre sont arrivé de Moscou pour tous les diffèrent brigades des "partisan" de la résistance communistes dans les diffèrent pays libéré de l’Europe occidental passant par les état majeur de partis communistes... été le suivant, "dépose les armes et intégré tous les corps d’armes, police incluse..."

Le but "officiel" mais pas pour autan "débile" été que on pouvez les "contrôlé" de l’intérieur, le but réel été bien un autre... empêché cout que cout la révolution dans certaine pays... l’Italie et Grèce en particulier ou les nombres, les structures et l’organisation des "combattant de la résistance" pouvez donne a pense de pouvoir crée des état socialiste...

De la ca découle toute une théorie "malsaine" et "schizophrénique", (que, entre autre, ouvre tous le chemin a la social-démocratie...) pour arrivé a pense que pour change la société on "inverse" les étapes révolutionnaire...

Primo pour arrive a une "société socialiste" la premier étape c’est de défendre la nation actuelle (donc fondamentalement bourgeoise...) et de suite... défendre le valeur de la patrie, l’importance de la citoyenneté, et le dogme de la redistribution de la richesse sous forme de aide sociale et garanti a l’emploi, dans cet même société sans pense de la change radicalement et dans un façon "socialiste"....etc etc etc... pour arrive a la fin de démontré que on peux arrivé a obtenir des avancé sociale sans passe par un phase pre-révolutionnaire et donc détruisant tout l’importance de comprendre la phase clairement transitoire d’une révolution en arme que débouche a une instauration de le prémisse d’une société socialiste (difficile pour moi développé plus, deux raison trop long et faible maîtrise de la langue française... je me excuse, je fait se que je peux...)

C’est sur que vue dans cet façon la volonté de se considéré les "vrai défenseur" de la paix sociale dans cet société actuelle est très fort, la phrase utilise par Jérôme Leroy bien masque par le rôle "social" de pacificateur des conflit de classe (entre autre un très bizarre rôle, au lieu de amplifié les tension social on essaie de faire les pompiers au service du capital... mais bon on avance...) donc la phrase en question : "Sauf que l’on peut penser que si le service militaire avait encore existé en 2005, il est fort probable que la révolte des quartiers cette année-là, n’ait pas eu lieu ou pas avec une telle ampleur" dénote sans ambiguïté l’effort de défendre, pas seulement un concept très bourgeoise de la société, mais pire encore de défendre l’existence elle même de cet société, renvoient a la poubelle de l’histoire touts idée, ou volonté, ou espoir de arrivé, juste de imagine la possibilité de voir un jour un autre type de société...

C’est sans doute un de point le plus "déterminant" du concept social-démocrate que a envahi tous les partis communistes dans l’Europe occidental juste après la libération, mais sans surprise on peux admettre que tous ca découle de un concept "nationaliste" loin, très loin, du concept de solidarité internationaliste entre les peuples... que par exemple a débouche a l’entre des chars soviétiques a Prague le 20 août 1968...

To be continued...

RF


http://www.causeur.fr/le-service-mi...

Le service militaire obligatoire

de Jérôme Leroy

Pour tous, sans condition, et vite

Publié le 2 mars 2010 à 10h22

La caserne ? C’était la vie de château, mon adjudant !

Bien sûr, il était devenu inégalitaire. Bien sûr, le fils du prolo, le jeune chômeur, le gars de la campagne jamais sorti de son trou allaient perdre des mois à balayer des casernes en Picardie, tandis que les étudiants, les futurs cadres, les apprentis profs, eux, trouvaient le moyen, la plupart du temps très légalement d’ailleurs, de lui échapper. Et d’aller faire leur période en coopération dans des villes aux ciels bleus et aux filles à la peau sombre, dans des entreprises amies de papa ou de tonton pour perfectionner, aux frais de la nation, leurs aptitudes de futur licencieur économique, sans compter ceux qu’on envoya, à une époque, et là ce fut le ministère de l’éducation nationale qui se frotta budgétairement les mains, remplacer les surveillants dans les zones d’éducation prioritaire.

Lui, c’était le service militaire.

Il a disparu le 28 mai 1996, sous Chirac. C’est drôle, tout de même, de se dire que c’est sous la présidence d’un gaulliste, le dernier peut-être, et qui confia récemment dans ses Mémoires avoir été dépucelé dans un bordel d’Alger alors qu’il était un jeune lieutenant “fanamili”, que l’on doit cette disparition dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences sur la société française.

Bien sûr, nous dira-t-on, l’époque avait changé. La levée en masse de toute une classe d’âge n’était plus de saison. A l’Est, il n’y avait plus de danger, on ne risquait plus un beau matin de se retrouver avec des patrouilles de spetnatz sur nos lignes arrière, terrorisant le paysan limougeaud et faisant sauter des stations services, dispersant les femmes et violant le bétail, à moins que ce ne fût l’inverse, c’est si loin désormais…

Bien sûr, cette grosse machine aussi lourde à gérer que le baccalauréat qui forçait à équiper, nourrir et loger des centaines de milliers de garçons, chaque année, en plein jaillissement hormonal et avec des appétits commaques coûtait beaucoup trop cher.

Bien sûr, l’avenir était aux forces d’action rapide, comme on disait. Aux forces spéciales, comme on dit maintenant.

Bien sûr, la jeunesse avait d’autres choses à faire que de perdre douze mois, puis dix sous les drapeaux. Et la jeunesse, qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, sinon ce ne serait pas la jeunesse, de se réjouir et de vérifier sur les calendriers du renoncement si l’on serait ou non du dernier contingent. Parce que, n’est-ce pas, ce serait trop bête d’être celui qui, pour la dernière fois, ferait ses trois jours, pour la dernière fois ferait ses classes avec le boulanger, le fils de médecin, le futur avocat, le mécanicien, le cas social, enfin toute cette France qui se côtoyait ne serait-ce que les quelques semaines, où on lui apprenait à tirer au FAMAS, à marcher dans la nuit avec les 17,5 kilos règlementaires du paquetage et à descendre en rappel les vieux murs d’un fort Vauban.

Bien sûr, bien sûr.

Sauf que la République coupa à cette occasion elle-même sa première jambe. Est-ce que toutes ces économies dont on nous parla tellement, d’ailleurs, furent transférées pour soigner la seconde jambe, déjà bien gangrenée, à savoir l’école laïque et obligatoire ? Il ne semble pas, si l’on en juge par l’état de la belle outragée qui perd ses fonctionnaires par dizaines de milliers et que la violence gagne alors qu’elle perd l’art de transmettre.

Sauf que la République a mis son sort entre les mains de prétoriens surentraînés et qu’on ne sait jamais. Un putsch, c’est vite arrivé. On fait la guerre dans des territoires lointains (tiens, au hasard, prenons l’Afghanistan), on a l’impression de la faire pour rien ou d’être plus ou moins trahi ou oublié par les autorités civiles et, vlan, un quarteron de généraux a ses vapeurs. C’est arrivé, vous savez, et il n’y a pas si longtemps.

En 1961, à Alger, on peut raisonnablement penser que, s’il n’y avait pas eu d’appelés, simple biffins ou officiers, pour écouter les transistors dans les chambrées et refuser de bouger, les paras auraient sauté sur Paris et l’on se serait retrouvé avec une dictature militaire de type méditerranéen, c’est-à-dire méchante comme l’espagnole et incompétente comme la grecque, mais qui se serait accrochée au pouvoir avec la bénédiction des Américains qui auraient eu un vassal de plus pour la guerre froide.

Sauf que le service militaire avait encore un peu, oh un tout petit peu, mais un tout petit peu quand même, une vraie vocation à la fois sociale et assimilationniste. On oubliait, quoiqu’on en dise, la couleur, l’origine, la religion. Un uniforme c’est toujours un uniforme et rien ne ressemble plus à une paire de rangers qu’une autre paire de rangers, surtout quand elle donne des ampoules identiques au futur routier kabyle qui aide le futur agent des impôts auvergnat à retirer les siennes.

Sauf que l’on peut penser que si le service militaire avait encore existé en 2005, il est fort probable que la révolte des quartiers cette année-là, n’ait pas eu lieu ou pas avec une telle ampleur. Ces mois-là, passés sous les drapeaux, on affectait de les trouver idiots, on pestait, il n’empêche qu’ils nous donnaient, presque malgré nous, ce sentiment indispensable d’appartenir à la même communauté de destin, ou faisons simple et basta le politiquement correct, au même pays.

Et puis, comme on disait à gauche (enfin la gauche républicaine), c’était tout de même l’armée du peuple, l’héritière des soldats de l’an II, et il n’y avait pas de raison de laisser à la bourgeoisie le monopole des armes. Il y en avait même qui poussaient le vice à lire Marx dans leur chambre de futur officier de réserve.

Maintenant, l’armée est devenue une entreprise comme les autres. Elle recrute et la dernière campagne publicitaire de l’armée de terre a beaucoup fait parler, surtout quand on a su que cette campagne faisait principalement mouche dans les quartiers difficiles, chez nos jeunes compatriotes relégués.

Je ne sais pas comment il faut interpréter ce phénomène. Je trouve qu’il y a quelque chose d’un peu triste à se dire que l’armée apparaît à ces jeunes gens des banlieues comme l’unique perspective professionnelle. Je n’aimerais pas, par exemple, l’idée d’une armée française s’américanisant et envoyant ses minorités ethniques se faire trouer la peau dans des opérations extérieures en échanges d’études payées ou d’un boulot assuré.

De même qu’il était assez malsain pour la République de ne plus avoir, au moins quelques temps, sa jeunesse, toute sa jeunesse, sous ses drapeaux, de même il est tout aussi malsain de penser que Marianne ferait reposer uniquement sa politique extérieure sur ceux de ses enfants qu’elle a été le moins capable d’aimer.

Alors rétablissons le service national. Et vite.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h36 - Posté par

C’est un article tout à fait répugnant.

En même temps, voici ce que dit Wikipedia de ce monsieur :

"C’est un « hussard de gauche »[réf. nécessaire] qui apprécie autant Roger Nimier que Roger Vailland. Défenseur des grandes causes, marxiste convaincu, communiste, mais aussi nostalgique du monde « d’avant » et surtout de ses plaisirs. Il a été paradoxalement critique dans quelques journaux classés à droite, le Quotidien de Paris, la Revue des Deux Mondes et Valeurs actuelles. Il est chroniqueur à Causeur.fr."

La revue des deux mondes et Valeurs actuelles.

On a un beau rouge-brun là si je ne m’abuse !


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 07h53 - Posté par braks

La classe ouvrière existe et sait très bien qu’elle existe, seulement peut être autant que les abstentionnistes que chacun-e s’arrange à mettre dans son camp alors qu’ils sont silencieux ou pas du tout du même bord(trop facile de parler pour eux) ben elle est ailleurs : à la pêche ou faisant les magasins, lisant Marx, Lepen ou les mémoires Jacques Martin et peut être que les écœurant-e-s cadres de tout bord et de toutes théories qui savent pour tout le monde mais qu’on ne voit jamais au charbon se retrouvent à dix dans un local à préparer une révolution qui ne se fera avec personne et du coup pense à une dictature plus facile à mettre en œuvre sans l’assentiment du grand nombre des gens soit disant concernés. Ben la classe ouvrière œuvre peut-être à les mépriser par leur absence, leur indifférence la plus individualiste. La classe ouvrière politisée est une minorité comme partout dans toutes les classes et la révolution philosophique libérale du capitalisme a atteint tout le monde. On est passé à "gauche" du maoiste au moaiste. Et franchement à lire certaine théorie qui vise à rendre servile et imposer une conception de ce que la classe ouvrière veut et doit penser, ben des fois, je me dis que c’est peut être pas plus mal qu’elle se foute de tout et je comprends pourquoi.

La théorie politique ne se construit qu’après être allé sur le terrain et agissant avec monsieur et madame l’ouvrier et peut être même que monsieur et madame vont vous dire qu’ils ont changé de nom qu’ils s’appellent sans-papier ou mal-logé ou rmiste, "licencié-es ou bientôt" ou tout simplement que tu peux les appeler Paul et Fabienne et que leur problème spécifique de maintenant tout de suite va pas attendre la théorisation d’une énième tête pensant les choses de loin et pas avec eux, ensemble pour une organisation humaine et sociale autre où ils puissent aussi participer à la théorisation. Et que d’abord pour aider les camarades, aller voter contre ceux qui leur mettent des barres de fers dans les jambes et sur la gueule se serait déjà un pas vers une internationale solidaire ouvriériste avant le grand soir que douze personnes préparent dans leur coin.



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 08h36 - Posté par

je partage en partie ton point de vue.
Moi aussi j’ai parfois de mal avec les quelques personnes dans une salle qui préparent la révolution...mais je trouve ça étrange, parce que quand je discute avec un type du front de gauche, c’est exactement avec ce genre d’arguments qu’il va justifier la corruption et les financements par la bourgeoisie d’organisations censées représenter uniquement les interets des travailleurs....

Le fameuse formule du...se salir les mains....ou alors, vous les trotsko vous n’avez pas de mains !! etc....je l’ai encore entendu chez les intellos du front de gauche...(les intellos un peu ventru, qui sont pour le service militaire, pour les autres bien sur...la plus part du temps des bourgeois qui jouent aux instits laïque...avec tout ce que cela implique de condescendance et d’auto satisfaction. )

Alors même si les quelques types qui pensent dans leur coin la révolution peuvent être un peu lourd parfois, je constate par expérience qu’ils ont souvent le mérite d’être transparents, ce qui est en soi une énorme qualité !
Rigoureux aussi, et ne lâchant rien...
Mais bien sur, encore une fois, pour un type du front de gauche (je l’ai lu...), le rigoureux n’est qu’un coincé du cul ,pas fun, pas festif, un cureton trotskyste en sommes....

C’est tellement plus fun d’être concret comme Rolland Castro ! mettre les mains à la pâte et pourquoi pas, les mettre dans les petits fours préparés avec grand soin par la bourgeoisie !!!
ça c’est concret, ça ça permet de renforcer les acquis sociaux !!!

A choisir je préfère encore les quelques types dans leur salle....


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h07 - Posté par

Toujours les mêmes vieilles grosses ficelles petite-bourgeoises exactement les mêmes que celles déjà employées plus haut par "Viktor" je crois :

On pose les postulats suivants comme des évidences , -sinon, tout le bazar idéologique sectaire et dogmatique des petits messieurs de la social démocratie de "gôôôôche" , ça ne marche pas :

1° Quelqu’un qui écrit un texte un peu théorique est nécessairement un bureaucrate , une "hyène dactylographe", non, pire, un "intellectuel" (le tout dit avec énormément de mépris). Et c’est bien connu, un "intellectuel" ne travaille pas, ne mange pas, ne sort pas de chez lui (surtout maintenant avec Internet hein :)) ne dort pas, ne baise pas, ne conduit pas, ne chie pas...

Sous entendu, parfois même clairement déclaré, l’intellectuel est un PARASITE IDEALISTE.

2° "Les intellectuels" ne peuvent pas (au sens que les manuels ne peuvent pas être des intellectuels) être des manuels et vice versa - ce sont deux "sous couches" irréconciliables ; en clair, "chacun chez soi et les vaches seront bien gardées"

3° Au "parti des ouvriers" issu des délire fumeux de la seconde période de la IIIe Internationale, puis du Komintern, seuls les "manuels" (ceux qui acceptent de refuser de penser, selon leurs dogmes) doivent être valorisés et mis en avant ; un ouvrier (au sens de la classe sociale et pas du mythe ouvriériste qui ferait de la pauvreté du revenu le critère de définition) un ouvrier "intellectuel" ouhlllaaallaaa, méfiance c’est un "gauchiste" qui veut "corrompre" nos "bonnes masses" ! Tout ceci nous donna un Thorez et son moscovisme abrutissant dans une littérature indigeste, ou un Georges Marchais et son STO plutôt qu’un Charles Tillon mais bref, on ne va pas refaire l’histoire...

4° Bref, tuons les "intellectuels", il en va de notre survie, surtout ceux qui mettent le doigt dans nos petites saloperies, tuons les par tous moyens, mes braves gens, en les trainant dans la boue, en les calomniant, en les poussant au suicide si on peut (Poulantzas, Althusser ?), symboliquement, voire, en leur tapant sur la gueule, et pire parfois...

"L’intellectuel" qui, en plus, ne se revendique pas comme tel mais qui essaie (le fieffé fourbe !!) simplement de s’attacher à ce que dans sa vie il y ait tjs théorie et praxis, et qui PIRE ENCORE, le gredin, ose parler de "classe ouvrière" est un SALAUD, CAR ÉVIDEMMENT un "intellectuel" n’a nécessairement JAMAIS VU d’ouvrier (comme s’il fallait d’ailleurs avoir "vu" qque chose pour avoir le droit d’en parler correctement ?!) et il ne sait même pas ce que c’est que de TRAVAILLER. Ahhh là on touche à un clivage fantasmé mais révélateur qui tranche le fossé entre la caste politique, la nomenclatura comme dirait notre ami Copas, et tous les autres : le rapport au TRAVAIL comme OBLIGATION, comme RITE INITIATIQUE, comme témoignage de la capacité de servilité, comme VALEUR. MAIS le TRAVAIL "pour les Autres, pas Pour nous" !

C’est là que ces cadres du Parti ont en commun avec le pire de la droite républicano-socialo-bourgeoise : LA VALEUR TRAVAIL. MAIS POUR LES "AUTRES", pour " LA POPULACE".

Bref, je vais m’arrêter là pour l’instant mais sachez que vos crises d’urticaires 2.0 et vos éructations sont pour moi un réel bonheur , parce que c’est comme ça, avec vos missiles télécommandés d’ailleurs, que je vois si je vous FAIS VRAIMENT BIEN CHIER OU PAS, bande de socialos de MIERDA !!!!!!!!!!!!!!!!! ABSTENTION DIMANCHE PAS UN BULLETIN DANS LES URNES POUR VOS LISTES DE VENDUS ET DE POURRIS.

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h22 - Posté par Roberto Ferrario

l’intellectuel est un PARASITE IDEALISTE.

c’est pour cet motif que sous les ordre précise de Moscou, Togliatti (secrétaire générale du PCI en "remplacement force" de Antonio Gramsci en prison et bien au chaud a Moscou pendant le régime fasciste en Italie...) a fait crevé Gramsci dans la prison fasciste sans essaie de bouge un seul poil pour le libéré...

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h29 - Posté par

Oui mais bon c’est quand même Mussolini qui l’a fait enfermer hein ;)


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h36 - Posté par Roberto Ferrario

Je ne savais pas tiens que Mussolini l’a fait enfermer... ;-) mais de la ne avoir pas essaie de le faire sortir...

Tu veux dire que en dix ans des prison les occasion ne se sont pas présenté pour le libéré ???

Entre le 8 novembre 1926 est mort en prison le 27 avril 1937, donc bien avant la guerre...

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 10h39 - Posté par

Ben tu sais, ils trouvaient plus le chemin, ils n’avaient pas la clef, la corde ça coute cher, l’explosif ça tache, tout ça tout ça quoi...compliqué... :)))

Si tu as besoin de moi pour t’apprendre des choses sur l’histoire de l’Italie, pas de pb hein :) hi hi hi


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 13h20 - Posté par

Tout ceci nous donna un Thorez et son moscovisme abrutissant dans une littérature indigeste, ou un Georges Marchais et son STO plutôt qu’un Charles Tillon mais bref, on ne va pas refaire l’histoire...

en les poussant au suicide si on peut (Poulantzas, Althusser ?), symboliquement, voire, en leur tapant sur la gueule, et pire parfois..

Un peu limite.....


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 14h08 - Posté par

Ah bon ? tu trouves ? Regarde le documentaire "Paroles d’ex - le parti a toujours raison".

Quant à Marchais, le pire dirigeant que le Parti ait pu "se choisir". Aucun pb à le dire.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h25 - Posté par

Poulantzas suicidé ? Altusser suicidé, non, et sa tragédie finale ne doit rien ni au communisme, ni aux communistes, ni même à la politique. La folie nous menace tous !

Quand à Marchais, on peut le critiquer politiquement sur plein de sujets (Dictature du prolétariat, pour ce qui me concerne), mais pas sur son honnèteté. Jamais je ne lui reprocherai d’avoir cherché à vendre le mieux possible sa force de travail (c’était avant le STO), tous les salariés le font. Dans la classe ouvrière il n’y a pas que de la misère physiologique, il ya aussi de la misère morale et politique. Tout le monde n’a pas la chance naitre dans une famille communiste (GM était né dans une famille catho et misérable, de la Hoguette dans un des département, la Manche, les plus réac de la France de l’époque). Et puis les FTP dans le Lot, c’était assez facile à rencontrer, encore que, mais à Paris, où sa mère était bonne chez des bourges, c’était bien plus compliqué.

Alors, SVP, laissons à la bourgeoisie le soins de salir nos camarades de lutte.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h57 - Posté par

Marchais camarade de lutte ?

Ouai , c’est ça.

Le STO compréhensible. Etc.... Ben dis donc tu vas loin toi.

C’est pas moi qui ai balancé, c’est Tillon. C’était pas un camarade de lutte ça, un VRAI ? (ah oui c’est pas beau les "vrais", les "faux"..) ah non c’est vrai, c’était un traître gauchiste... !!!!!

Ouarf ouarf.

Je te laisse volontiers ce genre de "camarade de lutte". Pas de pb.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h57 - Posté par Alain62

Alors, SVP, laissons à la bourgeoisie le soins de salir nos camarades de lutte.

Tout à fait d’accord avec toi Camarade, sauf sur la dictature du prolétariat qu’il faudra bien réinventer pour en finir une fois pour toute avec le capitalisme, les bourges ne vont pas se laissient dépouiller en restant l’arme à la bretelle !...

Quand à Jojo, son erreur fut le programme commun, la politique de la main tendue, cette entêtement de vouloir ramener le PS à gauche , cette illusion fit rentrer au parti des charettes de révisionistes qui sont devenus mutants qu’il va bien finir de les déloger de Fabien !...

Pour le reste "laissons le soins à la bourgeoisie de salir nos camarades de luttes", car si on se met à hurler avec les loups, ben ça donne cela !...

Halte à la criminalisation du communisme !

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Fraternellement.

Alain62


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 16h09 - Posté par

Faut pas tout confondre quand même !

Charles Tillon qui fut un des rares à dénoncer "in situ" les "petits soucis" de Marchais, c’était quoi alors ? un traître ? un salaud ? L’homme de l’appel du 17 juin 1940 (entre autres ?!)

Va falloir se défaire de certains réflexes de chapelle quand même - y’a bcp de gens à défendre au PCF mais Marchais, pas sûre que ça en vaille vraiment la peine (je ne dis pas qu’on est obligé de l’enterrer une seconde fois mais bon...), si on y réfléchit un peu, vu que c’est quand même lui qui nous a amené ET CHOISI ROBERT HUE :) chuis pas sûre que c’était une "erreur de jugement".....Faudrait analyser un peu le parcours politique et résistant (oups ! pardon...) avant de hurler à "l’anticommunisme".

Et surtout s’interroger sur le rôle qu’a joué le Komintern dans la lutte des classes en Europe, et notamment en France, "fille aînée de l’union soviétique"...

De ceux qui le dénoncèrent et de lui même, le plus anticommuniste, je ne sais pas qui c’est au fond....

Et pour ton info Alain la personne à qui tu parles , un"camarade" est un fervent détracteur de M. Gremetz et un opposant de la première heure à la "dictature du prolétariat".... M’étonnerait que vous soyez réellement d’accord , y compris même, sur Marchais, en creusant bien...

D’ailleurs, excusez moi, mais les bourgeois adoraient autant Marchais que Besancenot, selon les critères de certains, puisqu’il passait tout le temps à la TV, à la radio etc... (petite pointe d’humour noir spéciale dédicace à CN 46400)


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 16h38 - Posté par Alain62

Je ne peux pas tout savoir Elodie, surtout que je reviens sur ce site après une longue absence cause maladie, de plus je ne suis pas un intello mais un coco tout terrain , je suis encore moins le roi du clavier, d’ailleurs ce dernier me fait "chier", aussi il serait intéressant de se côtiser afin d’organiser une petite réunion entre vrais communistes pour pouvoir discuter sérieusement et laver notre linge sale en famille, loin de ces ordures bourgeoises qui se délectent en nous lisant...

Ca ne doit pas être très compliqué à mettre en place tu imagines l’affiche, les cocos de chez Bellaciao se réunissent, ça aurait plus de gueule non..., et ça serait le début de quelque chose..., remarque on n’aura pas trop de mal quand on voit la clique qui squatte Fabien !...

à méditer...

Cordialement

Alain62


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 16h45 - Posté par

C’est pas un reproche camarade, en effet, tu ne peux pas savoir. Je te donnais juste une info car on connait bien par coeur certains des "squatteurs" du site.

C’est une idée cette histoire de réunion ,et je vais te dire y’a pas besoin de payer ,je pense qu’on pourrait la trouver gratoche la salle.Et sans doute qu’après cette histoire des régionales on va être un paquet du PCF ou d’ex du Parti à avoir un certain nombre de choses à se dire.

Moi non plus ça ne me réjouit pas tjs de "laver le linge sale" sur le Net, mais en même temps, c’est aussi une manière de montrer aux bourgeois que nous retrouvons le chemin de la dialectique et que les divergences n’empêcheront plus l’UNION.
Que ce défaut de la cuirasse là l’incapacité à gérer les divergences y compris frontales tout en maintenant l’union et la cohésion, nous sommes toutes et tous en train de le guérir, parfois dans la douleur et les larmes, souvent avec des facheries plus ou moins grosses, plus ou moins longues, mais bon, faut ce qu’il faut. Donc, une manière de leur signifier aussi qu’ils peuvent (comment t’as dit déjà ?) commencer à retourner s’acheter des couches culottes- bout filtre ? :)

C’est un point de vue bien sûr. Mais moi ça me fait pas flipper par rapport aux bourges qui en plus, je pense , doivent être bien au courant vu ce qu’ils voient, de nos "divergences" :) ils n’ont pas eu à attendre BC pour ça :) quand tu vois un PC capable de "s’unir " avec un Piquet et un Mélenchon et de servir la soupe au PS pour "tuer" Gremetz , bah t’as tout compris.

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 17h26 - Posté par Alain62

Va falloir prévoir une très grande salle, car croit moi nous sommes nombreux à ne plus voter, ça risque de se transformer en méchouis géant, oui il est grand termps de se renconter, de s’organiser et enfin de s’unir dans un véritable parti marxiste digne du grand Lénine, du grand Jaurès assassiné pour ses convictions , et j’en oublie les illustres et les sans grade, la vrai gauche quoi, on va les faire trembler ces ordure révisionistes !...., mais ne me parle plus de Mélenchon, il me file des boutons !...

Je vous passe mon adresse email, tenez moi au courant de l’évènement, va falloir quand même ammener des saucisses.

Cordialement

Alain62


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 17h35 - Posté par

Lénine et saucisses, forcément je prends, je prends :)

Je pense que ça monterait même de Marseille, de Corse et d’ailleurs si j’ai bien tout suivi de divers échanges récents...

Mais bon.... :) là pour le coup je suis d’accord, pas sur le NET :)


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 17h39 - Posté par

Moi je crois que devant le péril, les communistes (les vrais pas les liquidateurs de classe ouvrière) , ceux du dedans comme ceux du dehors, ont toujours eu le sursaut nécessaire pour se retrouver et s’organiser afin de lutter ensemble contre l’ennemi commun. Je n’ai JAMAIS perdu cet espoir, j’ai tjs eu confiance dans ce qu’il y a au fond de nous, malgré, souvent nos parfois énormes divergences (chaque coco pourrait presque créer un parti ç lui seul si on s’arrête aux divergences :)), malgré les engueulades, parfois mémorables, limite coup de claques dans la tronche.

Mais devant l’ennemi commun on sert les rangs on s’organise.

Donc... A plus tard


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 17h59 - Posté par Alain62

ben non pas sur le net, comment faisaient les anciens, je pense au FTP, il n’allait pas à la kommandantur pour passer un coup de fil à la manivelle, effectivement il est grand de se réunir,de discuter, d’aller de l’avant en n’ayant pas les yeux braqués dans le rétroviseur, tout, en n’oubliant pas les errances du passé, comme tu le dis fort justement on ne va pas construire chacun son propre parti !...

UNISSONS NOUS.

Fraternemment

Alain62


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 16h03 - Posté par

La folie nous menace tous !

Je ne te le fais pas dire ! y’en a dans le Lot qui pensent encore être communistes en votant le Front de Gauche de Picquet et socialo au second tour, c’est dire !!!!!!!


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 23h54 - Posté par Roberto Ferrario

La folie nous menace tous !

90.**.106.** alias CN46400 écoute moi bien ... dans les ans 70/80 a Milan, je connu des camarades que se sont pendu ou on préféré la fenêtre et en particulier un amis très proche... et tous ca a cause de la trahison du PCI... ta façon de se foutre de leur gueule c’est, a dire peux, "répugnant"...

Je reste calme et je te "balance" un truc asse intéressant de ton "club" des aficionados de ton bled de Saint-Céré...

Le PCF avec toi en tête de liste :

PCF seul aux cantonales de 2001 a obtenu : 13.38% Nb de voix : 572

PCF seul aux cantonales de 2008 obtenu : 6.93% Nb de voix : 131

Et avec Christian PICQUET le FdG (aggloméré des plusieurs formation politique en plus du PCF) aux régionales de 2010 a obtenu :

5,87 % Nb de voix : 81 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bon alors tu nous réponde a propos de ton super méga trouvaille du FdG ???

Tu a fait, avec tes collègues social dem, certainement une très bonne campagne électorale, pour "ramasse" les 81 voix... ;-))))

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h20 - Posté par erwan

Je suis tout à fait d’accord avec toi,

pour ma part quand j’utilise le terme péjoratif ,intello du front de gauche, c’est plus par ironie, parce que ces types, écrivains, journalistes de front de gauche qui méprisent les trotskystes...ou les libertaires (avec violence et vulgarité...) ne sont pas souvent si pertinent que ça....et en eux résonne souvent des comportements ultra convenus de domination et de nationalisme...(parfois même du négationnisme dans leur vision des luttes"régionales" pendant la résistance...)

C’est juste que parfois, j’ai du mal à me faire confiance, et à ne pas être un peu bouffé par leur étiquette, écrivain, artiste, etc....dire "intello" est une façon pour moi de relativiser....

mais dans l’absolu, je suis tout à fait d’accord avec toi....sur l’importance de la réflexion !!! qui n’enlève rien pour peu qu’on s"y mette à l’action et à l’incarnation ...


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h21 - Posté par erwan

le post du dessus était une réponse à LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 15h58 - Posté par

mais dans l’absolu, je suis tout à fait d’accord avec toi....sur l’importance de la réflexion !!! qui n’enlève rien pour peu qu’on s"y mette à l’action et à l’incarnation ...

Evidemment !


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 17h59 - Posté par sam 82

article très intéressent sur Poulantzas . j’ai de larges extraits de deux de ses ouvrages qui sont fascisme et dictature , qui je dirais peut devenir d’une actualité brulante au sens propre , si les communistes ( je ne parle pas du PCF hélas ) ne s’attaquent pas a dégager une perspective politique de rupture au capitalisme , et ouvrir la voie au socialisme . a mon humble avis c’est a lire . je précise au cas ou que je ne suis pas un intellectuel , mais un ouvrier a la retraite , qui en activité a toujours milité syndicalement , et politiquement et qui continue . le deuxième ouvrage est tout aussi intéressent et d’actualité , le titre est l’état , le pouvoir , et le socialisme . a lire également . d’ailleurs il faut que je prenne un peu de temps pour relire ces deux ouvrages . je trouve bien que cet article ait été mis sur le site , car il devrait alimenter la réflexion théorique et pratique , et l’inverse sur des thèmes essentiels qui concernent les communistes . sam 82 .



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 20h29 - Posté par

Slt Sam

"Fascisme et dictature" suis en plein dedans :) et également, "Etat pouvoir et socialisme" en effet.

Ça, oui, c’est de l’oxygène pur.

Slt militant à toi Sam

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 10h14 - Posté par sam 82

salut a toi LL

c’est sur que l’on a besoin d’oxygène pur , car l’air des campagnes électorales est de plus en plus pollué , et dans tous les domaines , et malheureusement la gauche au travers de toutes ses composantes y contribue largement . bonne lecture . sam 82 .


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 19h41 - Posté par Lou Florian

J’avoue être dépité, dégouté par ces élections. Dégouté aussi de voir ces alliances merdiques avec le PS pour le second tour, comme si ce parti n’avait pas retourné sa veste depuis longtemps, valet capitaliste un poil socialisant et se croyant à gauche, ou plutôt tendant à nous le faire croire. Dégouté aussi de voir trois "Droles de dames" s’acoquinant à Paris devant nos yeux trahis !

Dimanche, je n’irai pas voter. Moi aussi !

A bien discuter avec les gens, ils n’y comprennent plus rien. Je les comprends. Alors, ils ont raison de rester chez eux. Puisqu’au second tour c’est pour élire les mêmes. PS ou droite, qu’importe, toujours le même manège. Le même cercle, les mêmes bidouilleurs........

Si nous créons un Front Populaire Anticapitaliste, osons au moins qu’il le soit !

Et dégageons nous du PS. Délibérément. Sinon, c’est du temps gaspillé pour rien, des élections et des électeurs perdus d’avance.

Autant gagner du temps à lire un bon bouquin ou partir à la pèche, puisque c’est rapé d’avance.

Militant oui, mais pas n’importe comment !

Et surtout pas pour n’importe qui !

Si c’est pour devenir par la force des choses, des électeurs du PS, non merci !

Lou Florian



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 20h25 - Posté par

Ben ça on verra après.

De mon point de vue, l’urgence c’est D’ABORD de rassembler les COMMUNISTES de ce pays, quelle que soit leur nationalité.

Donc avant un "Front Populaire Anticapitaliste", ce sera, en ce qui me concerne, un Front Communiste plutôt.

Il y a des mots qu’on ne peut pas & qu’on ne doit pas effacer. Il ne faut pas se cacher. Il ne faut pas avoir peur, ni honte et avancer, orgueilleux sous le drapeau rouge et la bannière du communisme. LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 20h44 - Posté par Lou florian

Je suis tout à fait d’accord avec toi. Le drapeau rouge est une pièce maîtresse du puzzle, bien sûr ! Mais il y a aussi diverses autres tendances, et ce n’est qu’une force collective, à mon avis, qui renversera les choses. D’ailleurs, si l’on se cantonnais au communisme seulement, le socialisme du 21ème siècle qui s’érige en Amérique Latine, par exemple, nous serait étranger. Ce serait bigrement dommage. C’est un ensemble qui doit monter aux créneaux, et toutes les énergies seront necessaires pour la victoire. A condition que les forces rassemblées soient exclusivement anticapitalistes, pour gagner, et surtout pour se faire comprendre.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 22h13 - Posté par

D’ailleurs, si l’on se cantonnais au communisme seulement, le socialisme du 21ème siècle qui s’érige en Amérique Latine, par exemple, nous serait étranger.

Que vient faire la Chine dans cette histoire ?

 :) ouarf ouarf

Bon écoute laisse tomber tu veux ?

Tu fais ton truc "anticapitaliste", et nous le notre, et on se croisera ou pas.

Sur "l’anticapitalisme" je t’invite en toute modestie à LIRE l’extrait de Poulantzas que j’ai mis en ligne sur ce site. Ca te fera comrpendre certaines choses et pourquoi ta proposition typiquement de la petite bourgeoisie qui n’a pas encore compris quel était le seul camp qu’elle pouvait raisonnablement adopter pour sauver sa peau n’est pas celui de Méluche et cie, n’est pas recevable à l’heure actuelle.

Comme je le dis souvent anticapitaliste, c’est un bon "début", communiste, c’est nettement plus clair.

Arrêtez de paniquer dès qu’on parle de communisme, mes petits loulous.

Que Mélenchon se prenne pour le Chavez occidental ça le regarde - moi ça m’amuse follement j’avoue, vu que Chavez est bien catho et Mélenchon bien franc mac , y’a des trucs à revoir :)

Ca ne vous tente pas le communisme ? Ok mais n’essayez pas d’en dégouter les autres. Vous avez déjà assez largement oeuvré en ce sens avec les CUALS et la bande à Marie-JOJO.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 20h23 - Posté par Lou florian

En fait, j’ai reçu ça, et ça m’a plu :
(Liste « à Gauche Maintenant », collectif unitaire du canton de Mèze : Front de Gauche (Parti de Gauche, Parti communiste), NPA, FASE, Objecteurs de Croissance et associatifs. La candidate Colette Subirats remercie les 922 électrices et électeurs (8.62%) qui ont soutenu la liste de gauche unitaire incarnant une résistance au libéralisme et au capitalisme, la plaçant en tête des listes de gauche au 1er tour. Les membres du collectif constatent et regrettent cependant l’absence de la gauche sociale, démocratique et écologique au 2ème tour des Régionales. Ils s’exprimeront donc le 21 mars soit par un REFUS DE VOTE, soit par un VOTE BLANC. Le collectif unitaire « A Gauche Maintenant » du canton de Mèze lance un APPEL à tous les collectifs qui ont participé à l’unité des forces antilibérales et anticapitalistes lors de ces élections régionales à se constituer maintenant en un Front Populaire Anticapitaliste. CONSTRUISONS ENSEMBLE LE FRONT POPULAIRE ANTICAPITALISTE !
Et puis, vraiment triste depuis dimanche, car j’espérais vraiment un vote rouge et non pas rose bonbon, j’ai répondu à cet e-mail : "J’avoue être dépité, dégouté par ces élections. Dégouté aussi de voir ces alliances merdiques avec le PS pour le second tour, comme si ce parti n’avait pas retourné sa veste depuis longtemps, valet capitaliste un poil socialisant et se croyant à gauche, ou plutôt tendant à nous le faire croire. Dégouté aussi de voir trois "Droles de dames" s’acoquinant à Paris devant nos yeux trahis ! Dimanche, je n’irai pas voter. Moi aussi ! A bien discuter avec les gens, ils n’y comprennent plus rien. Je les comprends. Alors, ils ont raison de rester chez eux. Puisqu’au second tour c’est pour élire les mêmes. PS ou droite, qu’importe, toujours le même manège. Le même cercle, les mêmes bidouilleurs........ Si nous créons un Front Populaire Anticapitaliste, osons au moins qu’il le soit ! Et dégageons nous du PS. Délibérément. Sinon, c’est du temps gaspillé pour rien, des élections et des électeurs perdus d’avance. Autant gagner du temps à lire un bon bouquin ou partir à la pèche, puisque c’est rapé d’avance. Militant oui, mais pas n’importe comment ! Et surtout pas pour n’importe qui ! Si c’est pour devenir par la force des choses, des électeurs du PS, non merci !"
Et puis j’ai eu envie de le patager sur Bella Ciao. J’ai discuté avec Melechon, il y a quelques semaines, lorsqu’il est venu sur Perpignan à la salle du Front de Gauche. Nous étions vraiment nombreux. Mais lorsque j’ai abordé l’idée qu’il ne fallait pas faire alliance avec le PS au second tour, au risque de se ridiculiser, Melenchon a coupé court à la discution, agacé, et s’est retourné pour parler avec d’autres personnes. Mais les résultats sont tombés, c’est une défaite certaine ici. Et moi, en discutant avec les gens, je sais qu’ils ne votent pas du tout, ou pas vraiment à gauche, puisqu’en finalité c’est pour reprendre les mêmes, ump ou ps. Je reste très fier de la liste "A gauche maintenant" pour le Sud, qui a réuni plusieurs tendances de gauche, mais orphelin d’une vrai dynamique anticapitaliste....



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
18 mars 2010 - 20h26 - Posté par

Oui bon c’est bien ce qu’on avait compris va, t’inquiète pas....Une énième resucée des CUALS

Tu vois, quand je te dis que les MOTS ont leur importance.... ;)

Ben tu feras ta énième tentative de "gôche anticapitaliste" et nous, on va essayer de rassembler le s communistes qui sont d’accord pour l’être.

LL


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 10h28 - Posté par

Oui les mots ont leur importance et bien souvent changer de vocable c’est aussi changer de pratique.
Mais cependant il ne faut pas tomber dans le travers qui est la fétichisation des mots .
je n’apprécie pas plus que ça le sigle NPA,j’aurais voulu garder le mot "communiste".

mais qu’est ce qui est important un parti qui effectivement se nomme encore communiste mais qu’il ne l’est plus,ou un nouveau parti qui sans mettre ce mot magnifique de communiste ,veut sauver et construire cet idéal ?

la marche est longue ,je ne pensais pas quand je collais des affiches du programme commun avec mon pote Allain qui a écrit "sacré coco" que 40 ans apres le PCF serai si bas dans les deux sens du terme.
Oui s’arcquebouter sur le mot communiste ne veut rien dire si derriere il n’y a pas une vraie pratique lutte de classe.

Sur Marchais ,ben bon dieu si les derniers dirigeants pcf arrivaient à sa cheville c’aurait été bien.
Oui bien sùr le bilan globalement positif,oui le programme commun..
En revanche son STO,faut être loin des réalités de l’époque pour lui en faire grief.
Je pense aussi que son choix de Hue est lamantable,bein qu’il a du être surpris de la facilité avec laquelle hue a virer soc dem .

Reconstruisons chacun à notre place une force communiste certains à LO,d’autres au NPA,d’autres encore "ailleurs" ,cessons de regarder plus qu’il ne faut vers le passé,mon pote "sacré coco " appelle à voter front de gauche en haute normandie,moi j’ai voter NPA,et je vote blanc dimanche,mais lui et moi sommes communistes ,avec ou sans le mot .


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 10h37 - Posté par

Oui les mots ont leur importance et bien souvent changer de vocable c’est aussi changer de pratique. Mais cependant il ne faut pas tomber dans le travers qui est la fétichisation des mots . je n’apprécie pas plus que ça le sigle NPA,j’aurais voulu garder le mot "communiste".

Ohla, le grand truc du "fétichisme" des mots....Bon déjà là tu perds un point.

mais qu’est ce qui est important un parti qui effectivement se nomme encore communiste mais qu’il ne l’est plus,ou un nouveau parti qui sans mettre ce mot magnifique de communiste ,veut sauver et construire cet idéal ?

Ah ah ...Dis donc, si le fond te dérange pas, pourquoi tu voudrais supprimer le mot ? Le plus "dur" c’est le fond, alors le mot ensuite c’est de la rigolade non ? Donc....Ça m’intéresse, j’arrive pas à piger. Tu peux argumenter ?

Moi, si j’aime le jambon, par exemple, ça me dérange pas que ce soit écrit "jambon" dessus , tu vois ?

la marche est longue ,je ne pensais pas quand je collais des affiches du programme commun avec mon pote Allain qui a écrit "sacré coco" que 40 ans apres le PCF serai si bas dans les deux sens du terme. Oui s’arcquebouter sur le mot communiste ne veut rien dire si derriere il n’y a pas une vraie pratique lutte de classe.

Oui oui note bien que je ne propose en rien ce que tu décris. Mais bon. On reconnait les arrières pensées de certains immédiatement à leur façon de tordre la réalité de propos tenus.

Sur Marchais ,ben bon dieu si les derniers dirigeants pcf arrivaient à sa cheville c’aurait été bien.

Ben forcément vu sous cet angle et avec si peu de perspective historique...
Que veux tu répondre ???

Oui bien sùr le bilan globalement positif,oui le programme commun.. En revanche son STO,faut être loin des réalités de l’époque pour lui en faire grief. Je pense aussi que son choix de Hue est lamantable,bein qu’il a du être surpris de la facilité avec laquelle hue a virer soc dem .

Nan écoute là , c’est pas sérieux mais bon j’ai déjà argumenté longuement et plusieurs fois ici et ailleurs sur ce sujet.. HUE "ERREUR" de JOJO, ça n’a plus aucun sens...Y’a 15 ans je dis pas....Mais maintenant qu’on sait ce qu’on sait, avec le RECUL... non !


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 11h04 - Posté par

Ne distribue pas de mauvais ou bon point ,ok ?
Oui le fétichisme des mots existe(c’est une évidence d’ailleurs ) ,la preuve ! la fixation dur le mot de communiste lors du débat sur le nom du NPA

Ca me dérange qu’il n’y soit pas ,je l’ai ecrit,et même j’aurais voulu que ce mot reste,cependant pour une majorité de camarade,il semblait que ce mot apres les tragédies du XX eme siecle était trop lourd à porter ;
Je pense comme toi que c’est un tort.
A la différence de toi,j’estime que c’est secondaire SI le programme ,la pratique sont bien communiste ;
Je pense que c’est la cas au NPA .

l’erreur de de Marchais intronisant Hue,je pense que d’un coté c’est un choix cohérent avec la politique du PCF d’alors,cependant la dérive absolument droitiére de HUE est un phénoméme indépendant,totalement autonome du choix de Marchais .

Reste que c’est bien la quasi totalité du pcf qui maintint Hue et le réélit à chaque fois .
je ne comprends ta phrase sur les arriéres pensées ?


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 11h34 - Posté par

l’erreur de de Marchais intronisant Hue,je pense que d’un coté c’est un choix cohérent avec la politique du PCF d’alors,cependant la dérive absolument droitiére de HUE est un phénoméme indépendant,totalement autonome du choix de Marchais .

A HA HA HA HA

Le coup de la "dérive droitière" j’avais pas entendu ça depuis 1978 ... et le fameux "VIRAGE A DROITE DU PS" de .....de qui ,déjà ????? !!!

 :)))
Bravo c’est bien tu as bien appris ton catéchisme !!!

Ah c’est sur qu’on a été surpris de la "dérive droitière" de Hue, Mr Propre qui poursuivait de sa vindicte sur la base d’accusations FAUSSEs, une famille d’immigrés de son bled dans les années 70/80...pour ne parler que de ça, bien sûr. En même temps, ça allait rudement bien avec le côté "Cohn Bendit, un anarchiste ALLEMAND".

Ah, et ensuite, le coup du mot "trop lourd à porter".

Oui sans doute lourd à porter pour certain-e-s mais PAS POUR TOUS !!!!

donc même réponse qu’à l’ami plus haut qui nous revend les CUALs, ne porte pas, en effet, ce que tu ne veux pas porter, personne ne ’t’a rien demandé ; moi ça ne me dérange pas et je ne le vis pas comme un handicap.

Ce qui est marrant c’est la véritable panique que semble déclencher chez certains l’hypothèse d’un nouveau rassemblement des COMMUNISTES , qui ne se cachent pas et prennent tout l’héritage, non sans positions critiques, pour construire l’avenir, en France. C’est d^role on dirait que cette éventualité vous fait littéralement FLIPPER :)

ce qui me fait dire que c’est sans doute la bonne voie !

allez, ciao.


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 00h12 - Posté par teres

Le Capitalisme touche les classes laborieuses surtout .Ouvriers ou pas.......
les 135000 communistes sur 60 millions de Français.....n’ont pas à se complexer pour leur présence perpétuelle sur le terrain....critiqués souvent par ceux qui parlent avant tout !
C’est le peuple intoxiqué par des contre-vérités et de la désinformation ...de la répression, du harcellement en tous genres et une dépolitisation organisée .....en ne tenant pas compte de son avis quand il dit NON par exemple ou quand il signe à plusieurs millions pour la Poste... .ect...qui ne croit en plus rien !.....la droite peut réussir ses coups de mèche avec la FInance et sa puissance répressive !!!!

Plus nous serons désunis à gauche et plus le Capital réussira ses coups ! Ceux qui boudent cette gauche multicolore...ne sont pas réalistes ....ce n’est pas les 10% de Rouges qui feront la révolution...on ne prend pas le pouvoir avec une minorité.......il faut discuter avec chacun et c’est un investissement personnel avant tout ....et coll ectif ...mais nos divisions découragent le peuple llllllll il s’abstient et ne veut plus de ce merdier .... de gauche.........



Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
19 mars 2010 - 00h48 - Posté par Roberto Ferrario

les 135000 communistes sur 60 millions de Français...

Et bien chaque semaine on monte de mille adhérents

Au 34ème Congrès

Les 29 et 30 octobre 2008 les adhérents du Parti communiste Français ont voté pour choisir le texte qui devient dorénavant la base commune de discussion jusqu’à leur congrès des 11, 12, 13 et 14 décembre à Paris-La Défense.

Inscrits (cotisants) : 78779... en octobre 2008 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Qui ne cotise pas ou plus et pourtant a la carte d’adhésion et est comptabilisé, comme moi ;-), doit encore être considéré comme un adhèrent a part entier ???

Donc les fameux "adhérents pas cotisant" on peux ne fabrique par dizain des milliers... sa serve pas mal pour le financièrement publique aux partis.... ;-)

RF


Élections régionales, stratégie & avenir du PCF, classes et capitalisme (+ extrait Poulantzas)
11 avril 2010 - 10h22 - Posté par Barcelona

La stratégie du PCF est très claire.
C’est celle du front de gauche. D’un véritable rassemblement unitaire où la diversité doit constituer sa richesse, pour une véritable alternative transformatrice de notre société en rupture avec le capitalisme et le libéralisme.
Elle a été définie et choisie démocratiquement par l’ensemble des communistes français (qui se sont déterminés par vote - lors des européennes) et la direction nationale du PCF vient de la confirmer aussi clairement récemment.

Celà ne sera pas facile, mais la stratégie qui a été choisie par les communistes français et la direction nationale du PCF doit correspondre politiquement aux attentes légitimes de nos concitoyennes et concitoyens.

Les communistes qui choisissent d’autres voies (comme celle des directions départementales du PCF 17 et 44....) assument leur choix. Il va à l’encontre d’une véritable et durable transformation de notre société.
Le communisme est plus que jamais d’actualité.
Il faut également porter notre regard vers l’Amérique Latine avec ce qui se fait avec l’ALBA et CUBA. Pour un monde meilleur.






GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite