BELLACIAO
samedi 6 avril 2019 (23h00) :
Âge de départ à la retraite : défaire les mensonges de nos élites

De : frustration
2 commentaires

https://www.frustrationlarevue.fr/a...

( Xavier Bertrand veut faire sauter le "tabou" de l’âge du départ Le président de la région des Hauts-de-France préconise de reculer l’âge légal de départ à la retraite et de le porter, d’ici à 2032-2035, à 65 ans.)

Âge de départ à la retraite : défaire les mensonges de nos élites pour nous libérer de leurs fausses évidences

1 avril 2019

C’est au tour de Xavier Betrand de dénoncer le “tabou” de l’âge de départ à la retraite https://www.rtl.fr/actu/politique/r...

, un sujet tellement “tabou” que c’est la 4e fois qu’il est évoqué cette année, et qu’il fait la Une à peu près tous les ans, avec toujours un encadrement médiatique complaisant de type “X ose aborder le sujet tabou de l’âge de départ à la retraites” ! Et le problème est toujours abordé de la même manière : parce que la dernière loi allongeant la durée de cotisation a engendré un très gros mouvement social en 2010, chaque politique qui l’aborde se présente comme un brave des braves, celui ou celle qui a le courage d’affronter la colère populaire, car chez nos élites c’est une vraie vertu politique que de ne pas écouter le peuple (l’écouter c’est “faire du populisme”).

La deuxième étape, c’est de présenter la nécessité de repousser l’âge de départ à la retraite comme un Discours de Vérité. “Il faut dire la Vérité aux Français”, dit Xavier Bertrand comme s’il avait inventé cette formule, déjà utilisée par Buzyn et Darmanin la semaine dernière, mais passons. La Vérité ce serait de dire que notre système de retraite ne PEUT PAS survivre sans que les gens travaillent plus longtemps. Et qu’il se trouve que les gens PEUVENT travailler plus longtemps parce qu’ils VIVENT plus longtemps. C’est mathématique. Tous ceux qui voient les choses autrement seraient dans l’irrationalité et s’aveugleraient, par faiblesse.

Sauf que ces gens oublient un grand nombres de FAITS et de LEVIERS pouvant contribuer à l’équilibre et à l’amélioration de notre système de retraites. Et à force d’être bercés par le discours dominant en matière de retraites, on oublie trop souvent leur existence alors qu’ils sont vraiment évidents :

1 – Pour équilibrer le système de retraites, il faut de l’emploi et des salaires, ou comment remplacer le clivage générationnel par le clivage de classe :

Trop content de nous mettre face à un clivage générationnel – le fameux “bientôt il y aura trop de retraités pour pas assez d’actifs” – nos politiques oublient le clivage social : l’équilibre d’un système de retraites dépend aussi de la façon dont les richesses sont réparties et produites. Ainsi, s’il est vrai qu’il y aura plus de retraités pour moins d’actifs, ces actifs seront aussi plus productifs. C’est ce qui se passe chaque décennie. Et donc s’ils sont payés en conséquence, le volume de cotisations globales devrait augmenter et les retraites de nos anciens financées. Mais ce n’est pas le cas, et Bertrand et consorts, dans leurs discours de Vérité, font au moins un mensonge par omission : puisque les salaires stagnent (au profit du capital, globalement), que les femmes continuent d’être moins payées que les hommes, qu’un chômage de masse perdure (et l’encouragement aux heures supplémentaires ne va pas aider), forcément c’est plus compliqué. Compliqué, pas “en faillite” : contrairement à ce que ces gens disent notre système de retraites n’est PAS en péril imminent.

2 – Si l’on vit plus longtemps, c’est parce qu’on travaille moins longtemps ou comment sortir de la fausse évidence de l’espérance de vie qui impliquerait de partir plus tard à la retraites :

Ils oublient aussi de nous dire que l’espérance de vie n’augmente pas tant que ça, qu’elle stagne par moment (c’était le cas en 2015), et que l’une des variables de l’espérance de vie c’est le temps passé au travail : et que quand on dit “parce qu’on vit plus longtemps il faut travailler plus longtemps”, il faut aussi dire que plus on travaille longtemps, moins on vit longtemps ! Et d’ailleurs, les statistiques sur le sujet sont clairs : vous souvenez-vous l’été dernier quand on nous a bassiné avec l’augmentation des arrêts maladies, un scandale national, un jour de vacances en plus etc. ? Et bien l’une des explications de ce phénomène résidait dans le nombre plus important de seniors au travail https://www.ledauphine.com/france-m... , à cause de la réforme de 2010 (car repousser l’âge de départ est tellement “tabou” que ça a déjà été fait il y a moins de dix ans). Des gens âgés en poste, plus facilement malades, et plus souvent rendus malades par ce maintien forcé dans l’emploi.

Facile donc de dégommer les deux “évidences” avancées en permanence par ceux qui nous disent la “Vérité”, il vous suffit de dire que 1 – Non, augmenter l’âge de départ à la retraite n’est pas le SEUL levier dont nous disposons pour équilibrer notre régime : réduire le chômage, augmenter le salaire des femmes, augmenter les salaires de tous, ça va dégager des milliards d’euros de cotisations supplémentaires et donc donner une pêche d’enfer à ce système : la retraite à 60 ans est carrément possible si les femmes sont payées autant que les hommes, donc qu’ils arrêtent avec leur fatalisme feint et 2 – Ce n’est pas parce qu’on vit plus longtemps qu’il faut travailler plus longtemps, déjà parce que parlez pour vous les riches, mais jusqu’à preuve du contraire les ouvriers vivent 6 ans de moins que les cadres https://www.lemonde.fr/sante/articl... , et la dégradation des conditions de travail et des protections tout azimut rend les travailleurs stressés, désynchronisés et donc plus malades, et ensuite parce que c’est précisément parce qu’on a pu travailler moins qu’on arrive à vivre plus longtemps.

Mais on voit bien qu’une telle vision implique de parler du monde du travail actuel et donc des pratiques managériales qui font notre économie, et nécessite de parler partage des richesses. Autant de choses que les Bertrand, Buzyn et Darmanin, n’ont précisément pas le COURAGE ni surtout l’envie de faire. C’est pourquoi ils traduisent en un discours technique ce qui n’est qu’une équation politique et de classe : “comment maintenir leur système de retraites sans toucher à nos profits et sans remettre en cause notre modèle économique ?”. A nous de sortir des bornes étriqués de leur petit univers bourgeois.


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Âge de départ à la retraite : défaire les mensonges de nos élites
7 avril 2019 - 11h22 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1 - 2.*.38.***

Ce matin je me sens en forme pour asséner des conneries, quoique.

Assumons ; dans le système capitaliste tel qu’il est organisé le travail est rémunéré en fonction de critères que je considère comme très injustes.

Prenons au hasard apathie, qualifié de journaliste, dont la paye est de beaucoup supérieure à celle d’un maçon. A la fin de la journée, de la semaine, du mois quelle valeur ce "journaliste" a-t-il créée alors que le maçon à la fin du mois, dans des conditions pénibles, aura construit de ses mains l’ossature d’une maison ? 0 la valeur créée par apathie pour une paye beaucoup trop conséquente en rapport de celle du maçon

Cet exemple pourrait se répéter maintes fois et il serait temps, comme le dit le banquier président ( il faut que le travail paye ) et sa clique de godillots, de rétribuer le travail en fonction des valeurs créées.

Pour la retraite le maçon devient improductif et apathie le reste donc à égalité et à chacun la même retraite : plus pour le maçon avant ( pénibilité ) le journaliste expert dans le réglage de la clim. dans son bureau.

D’accord pour augmenter la paye des actifs moins nombreux mais plus productifs mais d’accord aussi pour taxer les robots, l’I.A., etc... en fonction également de la valeur créée par ces machines et à égalité avec l’humain.




Âge de départ à la retraite : défaire les mensonges de nos élites
7 avril 2019 - 15h20 - Posté par jean-marie Défossé - 88.***.229.**

Pourquoi pas un départ à la retraite à la carte ?

Sur un seuil minimum de 62 ans par exemple , ceux qui voudraient aller plus loin dans leur carrière auraient la possibilité de le faire .

D’autres pourraient éventuellement pousser plus loin avec un mi-temps au travail et un mi-temps en demie-retraite .

Cela permettrait une éventuelle transmission de savoir du pré-retraité acquis au fil des années et qui ainsi ne tomberait pas dans l’oubli .

Les organismes humains ne réagissent tous pareils suivant l’emploi occupé (extérieur ou intérieur) , suivant la pénibilité d’une tâche (ex : maçon , carreleur , couvreur, marin pêcheur , mineur etc...)

Quel intérêt pour l’être humain d’avoir travaillé durement toute une vie et de se voir imposer un âge de retraite pour ensuite passer de vie à trépas quelques mois après .
A côté du coût des retraites souvent mis en cause à tort par nos gouvernants , le fait est que ces retraités contribuent très largement et de façon avérée à l’économie du pays .




> Version web de cet article