BELLACIAO
mercredi 27 janvier 2021 (19h13) :
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...

De :
4 commentaires

NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires...

JPEG - 31.1 ko

Au royaume de la CGT. La résistible ascension de Philippe Martinez
de Jean-Bernard Gervais

Avant-propos

Comme beaucoup de Français, en ce printemps 2020, j’étais enfermé chez moi telle une tomate décatie dans une boîte de conserve. J’espérais, comme tant d’autres, que les déclarations tonitruantes du professeur Raoult au sujet de la chloroquine soient solides comme du béton, ou qu’un laboratoire annonce à la face du monde, sidéré, qu’il avait enfin trouvé le vaccin contre ce fichu SARS-CoV-2.

J’étais, en effet, plus soucieux de récupérer mes formulaires d’autorisation de sortie et de me procurer les rares masques chirurgicaux qui circulaient parfois sous le manteau en Seine-Saint­ Denis, où j’habite, que de suivre les atermoiements de l’avant-garde du mouvement ouvrier : la Confédération générale du travail. Laquelle CGT s’etait mise en sommeil, comme le reste du pays, ou presque. Elle avait, à la fin du mois de mars, déposé un préavis de grève, en plein pic de l’épidémie de Covid-19. Plus exactement, la Fédération CGT des services publics avait décidé de mettre les services publics... à l’arrêt. Une décision, une attitude, qui avait scandalisé le pays durant deux ou trois jours, et puis plus personne n’y avait pensé. On n’avait plus entendu parler de la CGT.

Bref, confiné chez moi, je ne pensais guère à la Confédération où j’avais passé deux années effroyables au poste de conseiller en communication. Jusqu’à ce qu’un ami m’adresse la lettre ouverte de Mickaël Wamen, qui circulait dans les milieux militants.

Wamen, c’est ce cégétiste qui a fait le tour de tous les plateaux télé lorsque son entreprise, Goodyear, en 2014, a mis la clé sous la porte, laissant sur le carreau plus de 800 salariés. Il faisait partie de ces syndicalistes que les Français admirent un temps, qui leur rappelle que la France est ce pays où le peuple s’est révolté deux siècles auparavant pour détrôner la monarchie, et reconquérir un semblant de dignité, dans une démocratie qui malheureusement laisse peu de place aux aspirations populaires.

Avant lui, les Français ont idolâtré Xavier Mathieu, le cégétiste de l’usine Continental, lequel avait vandalisé la sous-préfecture de Compiègne. Comme lui, Wamen avait été poursuivi en justice, pour des faits de violence : on lui avait reproché, avec six autres de ses camarades, d’avoir « retenu » toute une nuit deux cadres de l’usine Goodyear.

Wamen, avec ses yeux bleus perçants, son air de rocker, sa peau basanée, son franc-parler, incarnait à la perfection le rebelle grande gueule que les Français aiment en cachette, ou détestent avec passion. Il apparaissait, incontestablement, comme un incorruptible. Un Robespierre 2.0.

La lettre ouverte de Wamen, diffusée en plein confinement par mail et que je dévorai sur mon portable, n’était, ni plus ni moins, qu’une lettre de démission du syndicat Info’Com-CGT, d’une violence rare. Un événement syndical.

Info’Com-CGT est un syndicat comme il y en a des milliers. Il fédère les métiers du livre, de l’édition, de l’information et de la communication avec, tout de même, deux particularités : il s’affiche comme un bastion radical et communique énormément, souvent avec fracas. En 2016, en pleine opposition à la loi Travail, le syndicat avait publié un tract qui avait fait scandale : on y voyait un montage « photoshopé » qui représentait des pavés ensanglantés, sur lesquels étaient posés une matraque et un insigne de policier, barrés de ce slogan : « La police doit protéger les citoyens et non les frapper. » Les syndicats de police, au bord du collapse, avaient menacé les cégétistes de poursuites judiciaires. Sans concession face aux exactions des forces de l’ordre, Info’Com-CGT avait fait le buzz. Wamen, avec sa « grosse bouche », ne pouvait pas espérer meilleurs compagnons de lutte. Il les avait rejoints en 2016.

Mais c’était ignorer la nature réelle du syndicat Info’Com-CGT, comme la décrit Wamen dans sa lettre de démission. Ce brûlot, à sa lecture, réveilla en moi des souvenirs enfouis. Comme moi, Wamen avait fait l’expérience du désenchantement au contact d’une structure vermoulue de la CGT.

Pour le syndicaliste, après la joie de retrouver des frères de lutte, la désillusion s’était cristallisée autour d’une promesse d’embauche à la SACIJO (1), que lui avait fait miroiter Info’Com-CGT. La SACIJO, société de droit prive, édite le Journal Officiel. C’est une coopérative et à ce titre, elle élit ses dirigeant et s’auto-administre.

Info’Com-CGT, pèse au sein de son conseil d’administration et peut ainsi proposer des embauches.

Sauf que, Wamen, c’est Wamen : très Vite, son embauche a posé problème et la direction de l’information légale et administrative (DILA), service du Premier ministre pour qui travaille la SACIJO, s’y est opposée. Le syndicaliste de Good Year,a qui l’on avait promis un CDI, est donc resté en CDD, précaire. Tout en espérant que son syndicat allait prendre le taureau par les cornes pour remédier à cette injustice. lnfo’Com-CGT était quand même LE syndicat qui avait tenu tête au ministère de l’Intérieur, et apparaissait comme LA structure syndicale la plus combative en cette fin d’année 2016.

Wamen est tombé des nues quand il s’est rendu compte que le syndicat le considérait désormais comme un gêneur. Non seulement les services du Premier ministre l’avaient dans le viseur, mais ses camarades de la section CGT de SACIJO le tenaient en respect, de peur qu’il se mette à... militer !

« J’ai été, rapidement considéré comme un danger par la section syndicale Info’Com-CGT de la SACIJO. Les élus et mandatés de cette section ont pensé que j’avais envie de militer dans cette entreprise, alors que c’était clair dès le début. on m’a dit "tu vas au JO, tu vas voir des trucs plus que bizarres, mais tu y es uniquement pour bosser et basta et prendre du fric..." »

Waimen va, alors, entrapercevoir la réalité du syndicat Info’Com-CGT (ou tout du moins, sa section à la SACIJO). La défense de la veuve et de l’orphelin semble être le cadet de leur souci :

« Pour revenir au fric, c’est un des soucis majeurs dans cette situation, des "camarades" n’ont plus les pieds sur terre. Le fric justement les a mis hors sol, leur faisant oublier même les règles de ce que doit être un syndicat, son origine, ses valeurs, le respect des autres... »

La vénalité des syndicalistes d’Info-Com-CGT va de pair avec leur brutalité :

« Je n’avais jamais vu autant de hargne à vouloir détruire quelqu’un qui gêne parce qu’il a gardé sa liberté de parole ! »

Wamen va même faire un burn-out, à la suite d’une convocation du syndicat, qui lui reproche d’avoir demandé à la DILA pourquoi son embauche avait été refusée :

« Comme vous avez dépassé les limites en allant voir la DILA et parce que le syndicat de la SACIJO nous le demande, nous vous privons de quinze jours de salaire. »

Wamen croit devenir fou : est-ce bien ce syndicat qui passe aux yeux du grand public pour un parangon de vertu, le dernier rempart contre des patrons voyous, et qui le prive arbitrairement de quinze jours de salaire ?

« Là tu te dis, mais c’est quoi ce bordel ? Je suis ou ? Dans ce syndicat qui fait des affiches pour dénoncer le pouvoir abusif des patrons et leurs méthodes dégueulasses ? Pendant quatre heures j’ai vidé mon sac, dit tout ce que je pensais de ces méthodes qui n’ont rien à envier à celles des pires tauliers, la décision de nous "punir" avait été prise avant même que nous puissions nous expliquer ! J’ai donc, à la suite de cet entretien, puis d’une montée en puissance de la cabale contre moi à la SACIJO, eu un accident du travail... le premier de ma life ! »

NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence à les (punitions) infligée par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord a ces méthodes discriminatoires...

Mais Wamen n’était pas au bout de ses surprises. Le syndicat conteste son arrêt de travail :

« Et comme il ne fallait pas en rester là, la direction de la SACIJO a contesté mon accident, au motif suivant, mon "accident n’a rien à voir avec mon emploi actuel mais est lié à Goodyear". Voilà comment des gens qui vont dans les manifestations syndicales traitent les salarié-e-s qu’ils ont sous leurs ordres !!! »

Wamen conclut avec amertume :

« Bref, le fric, le fric et le pouvoir, voilà ce qui détruit ce superbe outil, enfin c’est ce que Je pense. C’est un gâchis sans nom. »

Je relâchai mon portable après avoir fini la lecture de cette lettre ouverte, et souris.

Wamen avait décrit ce que j’avais moi-même enduré à la tête de la confédération, deux ans plus tôt. Derrière l’image vertueuse de la CGT, qui se pose comme l’ennemi juré du néolibéralisme, lequel lamine nos existences, vénalité, brutalité, bêtise règnent en maître. Je ne m’étais pas trompé. J’avais vu juste. Et c’est ce que je vais vous conter.

Jean-Bernard Gervais

(1) Société Anonyme de Composition et d’Impression des Jornaux Officiels


Jean-Bernard Gervais

Journaliste et sympathisant cégétiste, Jean-Bernard Gervais intègre les rangs de la Confédération générale du Travail fin 2016, comme conseiller en communication. La Confédération vient de perdre la bataille contre la loi Travail, menée par son tout nouveau secrétaire général, Philippe Martinez.

Pour le conseiller en com’ qui se pense alors au plus près de ses convictions, l’illusion sera de courte durée. Au siège de la CGT, à Montreuil, se côtoient des " camarades " sans morale, des militants nostalgiques et des opportunistes sans états d’âme, évoluant dans un climat de crainte et de jalousie. Durant deux ans, il sera ainsi le spectateur impuissant de la lente mais inexorable perte de vitesse de la CGT, grevée par ses échecs consécutifs – les ordonnances Macron et la réforme de la SNCF – et spoliée de sa place de premier syndicat de France au profit de la CFDT. Sur le terrain du combat social, force est de constater que la lutte se fait désormais ailleurs, au sein de corporations et de secteurs mieux organisés et plus déterminés, bien éloignés des querelles et mesquineries de la direction de la Confédération.

Le diagnostic corrosif d’un militant désabusé, sur les pathologies qui rongent ce qui fut le fer de lance du mouvement ouvrier, devenu aujourd’hui le royaume d’un seul homme : Philippe Martinez.

https://www.facebook.com/pg/Auroyau...

https://livre.fnac.com/a14086203/Je...

https://www.michalon.fr/index.asp?n...

https://www.amazon.fr/Fraternelleme...

https://www.leslibraires.fr/livre/1...


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
27 janvier 2021 - 20h09 - Posté par Thomas - 46.**.192.***

Il va finir comme Bernard Tibault ?




Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
28 janvier 2021 - 16h02 - Posté par Téméraire - 46.**.192.***

Bonjour les camarades , où pouvons-nous trouver ce livre
Fraternellement




Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
31 janvier 2021 - 02h48 - Posté par Davesnes - 46.**.192.***

La fin de cet avant-propos m’interpelle. Parler de "royaume de Philippe Martinez", c’est une façon de personnaliser un problème qui est bien plus large que la prise de pouvoir par un seul homme. C’est d’un système qu’il s’agit. Une espèce de camarilla à la tête de la CGT et de certaines fédérations. C’est la structure de la CGT qu’il faut changer. Aujourd’hui, ce sont les permanents qui ont le pouvoir à la CGT. Le syndicat ne vit pas des cotisations de ses membres mais de subventions (y compris du patronat) et de l’organisation de stages. Comme il y a beaucoup d’argent en jeu, il y a des dérives qui échappent aux adhérents de base (mais pas aux permanents qui en croquent).




Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
1er février 2021 - 12h59 - Posté par Pedro - 46.**.192.***

"En même temps", que faire ? Quand la droite dit que des syndicats peu représentatifs se gavent aux frais du contribuable, elle a raison ?




> Version web de cet article