BELLACIAO
vendredi 26 février 2021 (14h40) :
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !

De : joclaude
1 commentaire

Source : Association France-Cuba Paris

Cuba va produire dès juin 2021, cent millions de doses de Soberana 2, un vaccin à double dose intramusculaire. En France, pays développé et soucieux du bien public, on les achète (cher !) aux grands labos dont les actionnaires garderont un excellent souvenir de la pandémie. On comprend que ces labos et leurs sponsors haut placés, dont les responsables de l’Union Européenne, ne souhaitent pas entendre parler du vaccin cubain... Voyez ce qu’en dit le Président Miguel Diaz-Canel Bermùdez > > ′′ Notre vaccin est libre pour tous les pays du monde. > Nous ne sommes pas une multinationale, nous sommes un pays socialiste, libre de l’impérialisme ". > Miguel Diaz-Canel Bermúdez

Cuba : prix Nobel de la paix 2021 ?

Depuis mars, La Havane a envoyé 53 brigades dans 39 pays et territoires touchés par Covid-19, avec plus de 3 700 professionnels, dont 61% de femmes (10).

Qui fait partie de ces brigades ? Ce sont des professionnels du Contingent International de Médecins Spécialisés en Situations de Catastrophes et Epidémies Graves "Henry Reeve", créé en 2005 par Fidel Castro, pour aider les Etats-Unis après le passage de l’ouragan Katrina. Ils sont mobilisés en moins de 48 heures et ont servi, dans 45 pays à travers le monde, plus de 3,5 millions de personnes, sauvant au moins 80 000 vies (11). Le contingent a agi après huit graves inondations, cinq ouragans et sept tremblements de terre. Dans l’épidémie de choléra en Haïti (2010), ou Ebola en Afrique (2014). Lors du tremblement de terre au Pakistan (2005), par exemple, deux mille travailleurs humanitaires ont effectué, en huit mois, 14 000 interventions chirurgicales et sauvé la vie de plus de deux mille personnes (12).

Le contingent « Henry Reeve » a reçu d’innombrables récompenses. Deux exemples : le prix de santé publique Dr Lee Jong-Wook, décerné en 2017 par l’Organisation mondiale de la santé (13) ; et le Prix de la démocratie 2020, du Centre culturel argentin Caras y Caretas, reçu en novembre 2020 (14).

Actuellement, une campagne internationale le propose pour le prochain prix Nobel de la paix 2021, et sa candidature officielle a déjà été présentée par le Conseil mondial pour la paix

Aéroport de Milan : la victoire emblématique de Cuba

Le 22 mars 2020, l’image de 52 agents de santé cubains arrivant à l’aéroport de Malpensa (Milan), a fait le tour du monde (1). Pour la première fois, en 60 ans de coopération médicale cubaine, cela avait été demandé à un pays européen, membre du G8 et, à ce moment-là, épicentre de la pandémie sur le continent : l’Italie.

L’événement a envoyé un message éthique et politique. Une double gifle : à la politique criminelle de Donald Trump contre l’île, et au postulat de "mon pays d’abord" de plusieurs gouvernements de l’Union européenne qui, à l’époque, se battaient pour le stock limité de masques et de respirateurs (2 ). Le pays assiégé par les États-Unis et stigmatisé par les médias internationaux s’est révélé le plus favorable. Pas seulement avec les pays du Sud. Aussi avec l’Europe.

Cuba a obtenu un triomphe moral. Et dans les médias : pour la première fois depuis des années, les médias ont fait de la solidarité médicale cubaine un événement d’actualité important.

Quelque chose de similaire s’était produit en septembre 2014, au milieu de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, lorsque le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, a téléphoné à cinq dirigeants mondiaux : quatre de grandes puissances ayant une responsabilité historique dans la colonisation et la néo- colonisation de l’Afrique - les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et le Conseil européen - et - chose assez surprenante - le président d’une petite nation du sud, Raúl Castro (3). Cuba a été le premier pays à envoyer des travailleurs humanitaires, un total de 256, et leur participation a été essentielle pour contrôler l’épidémie (4).

Dans les mois qui ont suivi l’arrivée de la première brigade en Lombardie italienne, la coopération sanitaire cubaine en Europe n’a pas cessé. Une nouvelle brigade est arrivée en Andorre (5), et une seconde en Italie (à Turin, Piémont) (6). Les associations européennes de solidarité ont envoyé des lettres à leurs gouvernements respectifs, proposant de demander une collaboration similaire en matière de santé à Cuba (7). Mais aucun autre État ou communauté n’a franchi le pas. La plupart, pour ne pas déranger Washington. En juin, en effet, les sénateurs républicains Rick Scott, Marco Rubio et Ted Cruz ont présenté un projet de loi aux États-Unis pour sanctionner toute administration qui conclurait des accords médicaux avec Cuba (8).

Alberto Navarro, ambassadeur de l’Union européenne à Cuba, a déclaré en mai quelque chose que, paradoxalement, seule la presse cubaine a repris : « quand quelques années passent et qu’ils parlent de Covid-19, il y aura une petite note où cette solidarité L’effort sera mentionné d’une île d’un peu plus de 10 millions d’habitants qui est capable d’envoyer des médecins et des infirmières dans tant de pays. C’est quelque chose d’inégalé »


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
1er mars 2021 - 11h14 - Posté par JOclaude - 46.**.192.***

Source :https://www.lapresse.ca/internation...

"BioCubaFarma, société d’État pour les industries biotechnologiques et pharmaceutiques. - Au total, l’île socialiste travaille sur quatre candidats vaccins."

En notre pays où les "donneurs de leçons" à ceux qui refusent les lois du capitalisme, les médias publics (sic) se gardent de dévoiler la réalité cubaine en matière de santé. Mais également en bien d’autres domaines : protection de l’environnement, éducation, culture... La raison de ce silence, particulièrement contre Cuba, est claire : Il ne faut surtout pas révéler le caractère humaniste de ce pays par rapport aux carences du capitalisme.

Le bon peuple français ne doit pas se poser cette simple question : "Comment est-il possible qu’un pays à économie relativement pauvre réalise tant de prouesses en faveur de l’humain"

Certes, ce pays souffre de sanctions inadmissibles décidées par les USA, et malheureusement "admises" par d’autres pays occidentaux dont la petite france. Pourquoi ce qualificatif "petite", simplement par le fait, qu’à ce jour, à part la force de frappe, la chimie et les produits de grand luxe, notre pays peut être considéré "en voie de sous-développement selon moi.





> Version web de cet article