Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Dominique Strauss-Kahn : "Ce n’est pas mon rôle de m’immiscer dans la primaire" (video)

dimanche 18 septembre 2011, par Paris

Dominique Strauss-Kahn est l’invité du JT de Claire Chazal. Suivez l’interview en direct.

Claire Chazal reçoit ce dimanche au JT de 20h de TF1 Dominique Strauss-Kahn.

L’ancien directeur du FMI, libéré le 23 août dernier des charges que la justice américaine faisait peser sur lui dans le cadre de l’accusation d’agression sexuelle formulée par Nafissatou Diallo, s’explique pour la première fois. Une cinquantaine de féministes avaient campé devant la Tour TF1 pour guetter sa venue, comme le montre cette photo.

20h31 : Il est interrogé sur son avenir. "Je vais me reposer, retrouver les miens. Toute ma vie a été consacrée à esayer d’tre utile au bien public. On verra..."

20h27 : Rayer la dette de la Grèce ? "C’est un peu l’idée". "Tout le monde doit prendre sa perte, les banques comme les Etats". "Couper les perts maintenant pour pouvoir repartir de l’avant" Il ajoute : "Les gouvernements européens font souvent trop peu ou trop tard".

20h25 : Il est interrogé sur la situation économique ; "Si nous ne réagissons pa vite, dans 25 ans l’Europe sera une terre de désolation".

20h23 : DSK confirme qu’il voulait être candidat à la présidentielle. "Je voulais être candidat. Je pensais que je pouvais être utile à apporter des réponses. Tout cela est derrière moi. Je ne suis évidemment pas candidat même si je continue de penser que la victoire de la gauche est nécessaire. Je osuhaite le succèdes primaires. C’est plutôt bien parti. Ce n’est pas mon rôle de m’immiscer dans la primaire. Martine Aubry a été très présente et j’y ai été sensible".

20h22 : Il "récuse" le portrait qui est fait de lui et de ses relations avec les femmes. "Jamais une relaiton avec quelqu’un n’a voulu se traduire, se mettre sur le terrian d’un rapport de pouvoir. J’ai du respect pàur les femmes. J’ai vu la douleur que j’ai créée autour de moi et j’ai réfléchi. Cette légèreté, je l’ai perdue, pour toujours."

20h20 : Claire Chazal évoque l’affaire Trstane Banon. Il rappelle qu’il a été entendu comme témoin. Il ne souhaite pas commenter "une affaire en cours".

20h18 : Claire Chazal lui demande s’il a pensé à "un piège, un complot". Il n’écarte pas l’hypothèse. Il rend hommage à Anne Sinclair, sans qui il n’aurait "pas résisté". "Elle ne m’aurait pas soutenu comme cela si dès la première seconde elle n’avait pas été persuadée que j’étais innocent". Il "comprend" que l’argent de la caution, l’appartement luxueux loué aient choqué. "Il fallait une maison, sinon dans un immeuble les locataires ne m’auraient pas accepté. La maison c’était ça ou retrouner à Rykers Island".

20h17 : "J’ai eu très peur. Vous avez l’impression que cette machine peut vous broyer"

20h15 : DSK estime que la procédure civile prouve que Nafissatou Diallo a des motivations financières. Il "rappelle" la conv ersation qu’elle a eu avec son ami détenu dans une prison en Arizona.

20h14 : Il cite le rapport encore une fois et rappelle que Nafissatou Diallo y est qualifiée de menteuse. DSK assimile l’abanon des charges à un non-lieu.

20h13 : L’Express est qualifié de "tabloid" pour avoir publié le rapport du procureur. Il nie toute forme de violence.

20h11 : "qu’est ce qui s’est passé ? Ce qui s’est passé ne comprend ni violence ni contrainte ni agression, ni aucun acte délictueux. C’est une relation inappropriée, plus que cela. Une faute vis à vis de ma femme, mes enfant, ma famille. Mais aussi vis à vis des Français. J’ai manqué mon rendez vous avec les Français. Ce n’était pas un rapport tarifé. C’ets une faute morale et je n’en suis pas fier."

20h10 DSK prend la parole.

20h : C’est parti. Claire Chazal déroule les titres. L’interview de DSK, qui devrait durer une vingtaine de minutes, aura lieu en fin de journal, selon plusieurs médias. Patience, donc...

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/en-direct-dsk-chez-claire-chazal_1031462.html

Portfolio

Messages