Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Enfin une explication claire sur la dette publique

dimanche 2 octobre 2011, par Orphée

C’est facile à comprendre... il faut vraiment tout entendre et voir de cette vidéo. Tout y est.

Les articles européens qui ont fondé cette possibilité en solution exclusive de la création de monnaie sont l’article 104 du Traité de Maastrich constitutionnalisé par l’article 123 du Traité de Lisbonne. C’est depuis 1973 que la dette publique française a lié son sort aux banques.

Messages

  • Assez bien expliqué avec deux bémols :

    1. Dans l’explication, les Sarkozy, Merkel, Barroso, etc sont présentées comme ignorant de ce qu’elles font, ce qui est un peu fort de café :"article 123 du traité européen", " ???" , "je vois, vous ne savez pas ce que c’est !"

    Il est évident qu’on n’est pas arrivé à cette situation sans la complicité active des représentants de droite comme de gauche de la classe dominante.
    Il est faux de parler de l’impuissance de l’Etat alors que l’Etat s’est mis au service d’intérêts privés et conserve sa puissance.

    2. Les banques sont les seules visées par ce genre de démonstration mais elles ne sont pas les seules responsables, pas plus que ne sont responsables de la crise les traders comme Kerviel qui font le travail pour lequel ils sont payés et qui endossent le rôle du méchant quand il y a besoin d’un fusible pour faire croire à l’existence de bons capitalistes !
    En période de surproduction (provoquée par la baisse des revenus conséquence de la libéralisation sauvage et de la hausse des profits) le capital se détourne de la production pour s’investir dans le casino financier. Voilà pourquoi il fallait faire en sorte que les Etats s’endettent auprès de créanciers privés.

    Pour aggraver l’endettement de l’Etat, quoi de mieux que d’accroitre la dépense fiscale (niches, exonérations de charges etc ...) et dans le même temps siphonner l’investissement dans le secteur public (santé social etc) avec en plus pour "heureuse" conséquence de pouvoir privatiser parce que "le public ne marche pas".

    • Oui c’est vrai, sur l’opposition graphisme et texte, cela m’avait gêné mais je pense que ce n’est pas par intention de les innocenter, je pense que le graphiste-animateur s’est simplement économisé de faire un carton de plus. Car personne ne pourrait croire à leur innocence évidemment ;-)

    • Car personne ne pourrait croire à leur innocence évidemment ;-)

      si "personne" concerne les militants, vous avez raison

      mais si l’on cehrche à toucher l’immense majorité alors là je ne vous suis pas du tout !!

      sinon je rappellerai, sans vouloir prendre tout le monde pour des cons, qu’il vaut mieux dire :

      quand votre père ou votre mère dans une maison de retraite privée verse 100 euros, le patron empoche 25 euros de bénéfice ( inof Marianne de cette semaine )

      que de dire la marge dans les maisons de retraite privée est de 25%

      juste pour dire qu’il serait temps pour beaucoup de ré-écrire leur bafouille

    • En période de surproduction (provoquée par la baisse des revenus conséquence de la libéralisation sauvage et de la hausse des profits) le capital se détourne de la production pour s’investir dans le casino financier.

      heu..
      Je peux un bémol ?

      C’est surtout parce que la notion de TAUX de PROFIT reste la donnée essentielle pour le Capital que l’investissement dans la sphère industrielle lui apparait (et il a raison !). ;moins "rentable" que les allers -retours spéculatifs dans la sphère "financière", que le K.., contrairement aux élucubrations de quelques économistes soc-dems, ne SAURAIT être "dirigé par je ne sais quel retour au "keynésisme" !

      Le développement des forces productives, ça plombe méchamment le Taux de Profit, et autrement qu’en 1930 !!!(Nouvelles technologies, besoin de formations, ...et Luttes de classes pour rémunération de la FDT..)

      C’est donc dans un partage du gâteau garni de contradictions nouvelles...et , y compris par zones géographiques, en analyses de"risques".liée s aux rapports de force dans tel ou tel pays ,que le K tente de se "protéger" au maximum..différant sa"FIN" inscrite dans ’Histoire des Sociétés, par un recours Obligé à un "retour en arrière" vers la Barbarie..

      La CRISE sytémique, c’est bien ça non ?(pas seulement certes)

      A.C

  • Je connaissais.
    Utile en effet.
    Maintenant, pour tout savoir, en gros et dans le détail, il suffit d’ouvrir le site spécialisé :
    http://www.cadtm.org/Francais

  • Merci.c’est la première explication que je regarde qui me soit compréhensible d’une manière aussi claire et qui me rappelle mon enfance avec les problèmes sur les robinets et le temps. pour les remplir.

  • La crise financière internationale a une cause centrale connue : le système financier lui-même. Alors vouloir "colmater les "brèches" par des mesures qui même à coup de milliards, n’en restent pas moins des mesurettes prise en cascades et en urgences, est une mauvaise plaisanterie. J’ai la conviction que nos politiques nous "promènent" de façon totalement irresponsable, dans des négociations indignes. Ils nous gâchent la vie, et poussent au désespoir.
    Merci pour la diffusion de votre éclairant message.
    Michel Bafour.