Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Silvio BERLUSCONI a officiellement démissionné ! (video)

samedi 12 novembre 2011, par CA SE FETE (quand même)

Silvio Berlusconi n’est plus le président du Conseil italien. Après la ratification par les députés des nouvelles mesures d’austérité promises à ses partenaires européens lors du dernier sommet des 27, le « Cavaliere » s’est rendu en début de soirée à la présidence de la République sous les huées de milliers d’Italiens.

Exil ou come-back... que fera Silvio Berlusconi après sa démission ?

Sa démission a été prononcée officiellement à 21h45.

Après 18 années de vie politique dont huit années à la tête de la présidence du Conseil de 1994 à 1995, de 2001 à 2006, puis de 2008 à aujourd’hui, l’Italie a tourné la page de l’ère Berlusconi même si un retour du Cavaliere n’est pas impossible.

http://www.leparisien.fr/international/en-direct-silvio-berlusconi-a-officiellement-demissionne-12-11-2011-1716260.php

Messages

  • Bon débarras !!Hourra.

    Hélas, notre joie est fortement compromise par le fait que :

    1/ cet individu n’ira jamais en prison.

    2/ ce n’est pas le peuple qui l’a viré.

    3/ Monti and co c’est la galère en pire mais en plus présentable

    4/ La situation du prolétariat italien est catastrophique.

    Se réjouir pleinement dans ces conditions est donc très difficile en ce qui me concerne.

    La seule lueur d’espoir c’est que Berlusconi parti, l’antiberlusconisme qui tient lieu de politique a toute une cohorte de valets du Capitalisme type IDV, PD etc va tomber également et que l’on a une chance de refaire de la politique.

    "La politique pour la classe ouvrière consiste à préparer la révolution".

    AVANTI COMPAGNI !

    LL

    • Je dois dire que ça me fait vraiment plaisir de lire ce commentaire. Je suis completement d’accord. Malheureusement rien à feter aujourd’hui, à l’unisson les partis présents au parlement defendent le gouvernement Monti, la politique d’austérité e l’application des mesures imposèes par la BCE.
      Ce qui aujourd’hui me choque, c’est de voir que malgrès cette situation de crise et les mesures qui continuent à dètruire les droits du travail, les services publics, le droit à la santè, à l’éducation, malgrès le fait que l’on continue à payer la crise pendant que les profits des grands patrons sont garantis, il y en a qui considèrent la journèe d’aujourd’hui un jour de fete. Les ex fasciste du FLI fete les démissions de Berlusconi avec les jeunes "démocrates" du Partito Democratico. Triste scenario...
      On continuera la mobilisation de façon à faire comprendre clairement que nos revendication ne se sont jamais limiter à un simple antiberlusconisme comme c’est le cas d’IDV, SEL, PD, MOV 5 STELLE, etc...
      A la lutte camarades.

      RP

    • On continuera la mobilisation de façon à faire comprendre clairement que nos revendication ne se sont jamais limiter à un simple antiberlusconisme comme c’est le cas d’IDV, SEL, PD, MOV 5 STELLE, etc...
      A la lutte camarades.

      Exacto. La lotta continua.

    • 2/ ce n’est pas le peuple qui l’a viré.

      (...)

      Se réjouir pleinement dans ces conditions est donc très difficile en ce qui me concerne.

      C’est même très caractéristique de l’époque : un peuple mobilisé n’arrive pas à se débarrasser d’un dirigeant dont il ne veut plus depuis des mois voire des années. Les "marchés" froncent les sourcils et ce dirigeant explose en vol.

      Les marchés décident si on doit ou non tenir des élections, si on doit ou non organiser un référendum, si on doit ou non privatiser ceci ou cela, si on doit repousser l’âge de la retraire etc.

      C’est ce qui s’appelle la dictature des marchés, régime ordinaire en système capitaliste.

      Beaucoup de gens en ont conscience. Personne ne sait vraiment comment faire pour s’en défaire.

      Chico

  • Ce soir je vous propose donc de fêter ensemble, plus encore que la démission de Berlusconi, la possibilité d’un "Rinascimento" de la politique et du communisme en Italie, enfin débarrassés, avec Berlusconi, de cet anti-berlusconisme de MERDE qui pourrit tout et fait passer depuis des années, des représentants 100% de la bourgeoisie pour des "opposants" et des "rebelles".

    L’ESPOIR, même mince, même ténu, ça oui, ça se FÊTE !

    GGRRAAAPPPAAAAA TIME :-D

    LL

  • http://www.youtube.com/watch?v=R41uBLHSEo4

    Allons allons, il ya des secousses en Italie, une crise politique, une jeunesse qui essaye de reprendre la main.

    Cest vrai que les organisations du mouvement ouvrier sont dans un sale état.

    Berlu a sauté mais le chiwawa à talonettes continue lui de sautiller.

    Qui est le plus avancé ?

  • L’histoire admettra sûrement qu’en ce début de vingt et unième siècle, entre les guerres, les crises, le réchauffement climatique, nadine morano, le chômage et le nucléaire, les oliguénarques à consonnance en "i" en prirent plein la bouche ... Suivant !

  • LE DRAME est qu’il ait réussi à durer aussi longtemps.
    Et ce n’est pas le peuple qui l’a viré ce sont les marchés.
    Sans connaissance politique, le vote démocratique restera éternellement vain.
    Les gens votent pour l’argent qu’on leur promet, à droite et à gauche.
    Pour la sécurité, disent-ils, ils passent du PC au FN.
    Et dans le plus grand désespoir, ils élisent un chanteur (Haïti).
    Ô rage Ô désespoir !
    Les peuples du monde sont ligotés. Ils ne connaissent rien à la liberté. Mis à part celle de regarder la télé autant qu’ils veulent, de consommer autant qu’ils veulent, de se divertir autant qu’ils veulent, et de surtout ne plus penser, ne plus penser, ne plus penser ... qu’à soi.
    Quand trop affamés ils vont se décider à descendre enfin dans la rue, illusoirement solidaires, mais en réalité uniquement pour leur pomme, je n’y serai plus.
    Je démissionne moi aussi.