Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Causette fête ses 3 ans... Interview Bellaciao (video)

lundi 27 février 2012, par Collectif Bellaciao

Édito#22
Il y a trois ans, j’ai souri, et vos dents ont reflété les miennes.

L’idée que je fasse un magazine pour vous vous plaisait. Alors j’ai connecté mes neurones. J’ai mis mes chaussures de randonnée. Pris mon calepin et mon appareil photo. J’ai fait craquer mes doigts, me suis frotté les mains et ai retroussé haut les manches de mon gros pull hors d’âge.

Depuis, on s’est quand même bien marrées ! Pas mal énervées, aussi. C’est comme ça que le courant est passé. Et je suis restée collée. Voici donc venues nos « noces de froment ». Je suis d’accord, on fait plus glamour comme Légion d’honneur pour course de fond amoureuse. Mais trois ans, c’est le froment !

C’est comme ça. Et c’est la base. Froment, farine, pain quotidien. Ou pâte à quiche. C’est moi qui pétris, c’est toi qui fais cuire. Et vous allez voir – sur les podiums des Quiches d’Or 2012 –, nous nous ressemblons tellement que nous les garnissons à présent presque pareil, nos moules à quiche !

Alors qu’on ne vienne pas me dire que l’amour ne dure que trois pauvres années ! Je crois qu’on s’aimera encore longtemps. Un œil sur l’avenir, bras dessus bras dessous, et en avant la marmaille ! Ensemble, femmes de la vie réelle, les pieds sur terre et les mains dans le cambouis. C’est mon anniversaire, c’est notre anniversaire : le 8 mars, on fait le bilan.

Le nôtre est bon, mes amies. Très bon. Naguère, quand je prétendais vouloir tenter de faire un magazine féminin différent – « enrichissant », disais-je –, on riait grassement en postillonnant sous mon petit nez renfrogné. Comme on a ri des femmes qui demandaient la mort administrative du mot « mademoiselle ». Jusqu’à ce que Matignon leur donne raison.

Hommes comme femmes, beaucoup voulurent me convaincre de retourner à mon gloss et à mes sacs à main. Mais vous, vous avez été là. Vous m’avez fait confiance, avez été exigeantes tout en restant indulgentes, parce que vous saviez que les plâtres, ça s’essuie. Aujourd’hui, nous sommes presque dix fois plus nombreuses à vivre en Causettie, ce petit pays pour réfugiées, qui a déclaré unilatéralement son indépendance le 8 mars 2009.

On s’y installe durablement pour fuir les insultes que la société de consommation jette en permanence au visage des femmes. On s’y retrouve pour se sentir moins seules. L’asile féminique y est accordé sans examen fashionique ni questionnaire peopeulitique. Asseyez-vous, chères citoyennes causettiennes, car j’ai une grande nouvelle à vous annoncer : le ministère de la Culture vient de reconnaître notre pays en déclarant officiellement que mes pages sont celles d’une « Publication d’information politique et générale », parce qu’elles apportent « de façon permanente sur l’actualité politique et générale, locale, nationale ou internationale, des informations et des commentaires tendant à éclairer le jugement des citoyens ».

Nécessaire à la démocratie. Une première, pour un féminin... Et c’est grâce à votre fidélité. Alors merci, bravo les filles, et en avant mauvaises troupes !

CAUSETTE

N. B. : Bon, ça craint, mon imprimeur habituel est en grève. Régis Ragnolet, mon cousin imprimeur qui vit dans la Présipauté du Groland, m’a proposé de prendre le relais. Il est un peu misogyne mais très sympa. J’espère qu’il ne va pas déconner...


Allez, bon anniversaire et rendez-vous mercredi 29 dans les kiosques !!!




Émission du mardi 10 janvier 2012

Les invités de Tania de Montaigne :

Gregory Lassus-Debat (directeur de la publication) et Berangère Portalier (rédactrice en chef) du magazine Causette. De mars 2009 à aujourd’hui, ce magazine "plus féminin du cerveau que du capiton" s’est fait une place de choix dans les kiosques à journaux.

http://www.franceinter.fr/emission-ouvert-la-nuit-caroline-simonds-le-rire-medecin-gregory-lassus-debat-et-berangere-portalier

Messages

  • alléché par l’article (et puis j’en avais entendu causer sur Bellaciao déjà) comme j’ai le temps ce mtin je regarde la vidéo, pas longtemps parce que le début laisse mal augurer de ce que peut-être ce journal féminin , le mec parle trop d’entrée...bon je me gourre peut-être, mais c’est comme ça que ça s’est passé pour moi.. PS il n’y a pas de faute d’accord à alléché

    .

    • laisse mal augurer de ce que peut-être ce journal féminin , le mec parle trop d’entrée

      Le "mec" n’est rient d’autre que Gregory Lassus-Debat (directeur de la publication) et la copine, Berangère Portalier (rédactrice en chef) du magazine Causette.

      Et bien sur que tu te gourre...

      César alias "Melquiades" c’est quoi ton problème ?

    • Mais euh admettons... c’est quoi le problème dans ce que tu dis ?

    • bon c’est pas vraiment un problème, c’était une tranche de vie , celle de mon petit surf sur Bellacio ( plusieurs fois par jour, il est dans mes marque-pages infos, quatre, cinq onglets...) l’accroche générale me semblait induire une parole féminine, mais la preuve que je me gourre c’est que je m’intéresse au "féminisme", je pense qu’ on est sur le même bateau..c’est donc la détestable manie de vouloir survoler , je vais essayer de m’amender et trouver le temps aujourd’hui de regarder les vidéos ou mieux d’acheter le magazine papier, là je signe césar mais c’est pas pour me planque qu’habituellement je choisis Melquiades, c’est une habitude, par exemple j’aime bien en Italie Wu_ming...

  • Bien, j’ai hâte de lire un exemplaire.

    J’aime bien l’angle d’attaque en réponse à tous les magazines "faits" pour les femmes, prenant le contre pied, entre autre, car je n’ai pas encore lu Causette, de ce que toutes ces pelures imposent aux femmes.

    Pour répondre au message précédent, le fait qu’un homme, qui fait parti de l’équipe du magazine, ou pas d’ailleurs, prenne la parole prouve, au contraire, que le féministe ne regarde pas seulement les femmes mais les hommes aussi.
    Il serait temps de le comprendre !! camarade !

    Salve 007

  • "Le gloss ou brillant à lèvres est un produit de maquillage qui vient des États-Unis, assez récent en comparaison des accessoires de maquillage classiques type fards et rouges à lèvres dont on trouve les premières traces aux alentours de 3000 avant J.-C.

    Le terme gloss est un mot anglais signifiant « brillant ».

    C’est un produit cosmétique dérivé du rouge à lèvres, plus liquide et généralement présenté sous forme de gel en tube ou de baume. Il sert principalement à donner un effet brillant et mouillé aux lèvres, et parfois, à les colorer voire les pailleter ou les parfumer. Il peut aussi être transparent (les produits clairs peuvent ainsi être appliqués par-dessus un rouge à lèvres pour rajouter un effet de brillance)." Source : Wikipedia.

    Bon, ce problème étant réglé, je précise que j’ai lu les deux derniers N°s de ce canard... et que je me suis régalé (vous aurez noté que, en cas de doute vu mon prénom, je n’ai pas mis de "e" à la fin de "régalé"...).

    Mais pourvu que ma compagne et camarade conjointe ne lise pas ce brulot, elle n’a pas besoin de ça pour combattre le machisme... et je souffre déjà assez comme ça...