Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Quand les murs athéniens prennent la parole

mercredi 11 avril 2012, par paco

La collection Paroles des éditions Libertaires s’enrichit d’un nouveau livre signé Yannis Youlountas. Paroles de murs athéniens est le témoin d’une résistance qui nous interpelle et qui nous nourrit. Aux grands maux, les grands remèdes. Grèce générale !

Avec sa gueule de métèque à poil ras, Yannis Youlountas n’a pas vraiment le profil du pâtre grec chanté par Georges Moustaki. Poète, philosophe, agitateur libertaire, chroniqueur de Siné Mensuel, il commence l’ouvrage en nous parlant du 6 décembre 2008, jour où un flic grec assassina un jeune de quinze ans sur la place Exarcheia. Un peu plus tard dans la nuit, plus de 10 000 personnes venues de tous les quartiers d’Athènes se regroupèrent pour organiser un campement et lancer des actions. Bilan : commissariat attaqué, banques et commerces de luxe incendiés, ministère de l’Économie détruit, universités occupés par des anarchistes et des communistes…

Quelques années plus tard, les vautours capitalistes ont pris leur revanche. « Ils ont mis à genoux et étranglé l’économie grecque et envoyé un message menaçant et autoritaire à tous les peuples d’Europe, explique Yannis Youlountas, La Grèce était le pays où le taux de suicide était le plus bas du continent. Ce taux a doublé en moins de deux ans. Les retraites ont été diminuées du jour au lendemain de plus de 25% et parfois jusqu’à 60%. Les hôpitaux sont obligés de refuser un quart des entrées, faute de moyens. La prostitution s’étend aux étudiantes et, de plus en plus, aux femmes mariées. Des cas d’évanouissement d’enfants dus à la faim sont signalés dans plusieurs écoles du pays, alors que les cantines ferment les unes après les autres… »

Aujourd’hui, les grèves et les manifestations se multiplient. Sur les murs d’Athènes, la colère s’exprime aussi contre l’infernale union gouvernementale qui mêle « gauche » socialiste, droite et extrême droite. Affiches, slogans, poèmes donnent la température du moment. Entre décembre 2008 et janvier 2012, Yannis Youlountas a parcouru les rues de la capitale grecque sans lâcher son appareil photo. Le montage présenté dans Paroles de murs athéniens associe graphs, slogans (Solidarité avec le combat des damnés, Feu aux banques, Pas d’humain sans nourriture, Pas de paix avec les tyrans, Ne vivons plus comme des esclaves, Arrêtons de payer…), poèmes révoltés (Je rêve d’amour mais je ne vois que marchandise…) et citations choisies.

Se succèdent ainsi Homère, Épicure, Yannis Ritsos, Nikos Kazantzakis, mais aussi Henry Miller, Laurence Durrel, Errico Malatesta, Buenaventura Durruti, Guy Debord, Noam Chomsky, Léo Ferré, Michel Foucault, Raoul Vaneigem, Gébé, Albert Camus… dans une belle série de textes rebelles. « Il faut bien que la vérité monte des profondeurs du peuple, puisque d’en haut ne viennent que des mensonges », lance par exemple l’intemporelle et universelle Louise Michel.

« La Grèce est notre passé. Elle est aussi notre avenir », conclut Yannis Youlountas dans sa préface. Le geste de Dimitri Christoulas, retraité de 77 ans qui s’est suicidé le 4 avril devant le au Parlement grec, donne un relief particulier à cette prédiction. Dans un ultime message, Dimitri Christoulas donnait sa vision du monde qu’il quittait brutalement pour ne pas avoir à fouiller les poubelles en quête de nourriture. « Je crois que les jeunes sans avenir prendront un jour les armes et pendront les traîtres de ce pays sur la place Syntagma, comme les Italiens l’ont fait avec Mussolini en 1945. »

La junte des colonels de la finance comprenant FMI, BCE et Commission européenne a assassiné Dimitri Christoulas comme elle nous assassinera tous si nous ne réagissons pas. Il ne faut pas prendre à la légère les paroles de Mikis Théodorakis quand il dit : « Si vous laissez la société grecque être détruite sur l’autel de la dette et des banques, très vite viendra votre tour… Révoltez-vous ! » Message reçu ?

Yannis Youlountas, Paroles de murs athéniens, collection Paroles, éditions Libertaires. 13 euros.

Pour aller plus loin :

- Le blog de Yannis Youlountas.

- Du même auteur chez le même éditeur, Derrière les mots.

- Le site des éditions Libertaires.

- Le site du Club du livre libertaire.

- Les éditions Libertaires seront présentes au Salon du Livre Libertaire qui se tiendra les vendredi 11 mai (14 h à 21 h), samedi 12 mai (10 h à 20 h) et dimanche 13 mai (10 h à 16 h) à l’Espace d’animations des Blancs Manteaux 48, rue Vieille-du-Temple 75004 - Paris (métro lignes 1 ou 11 : station Hôtel de Ville ou Saint-Paul). Entrée à prix libre.

Regards sur les autres livres de la collection Paroles animée par Franck Thiriot aux éditions Libertaires :

- Paroles anticléricales.

- Paroles antimilitaristes.

- Paroles de maîtres du monde d’aujourd’hui.

- Paroles de Brel, Ferré, Brassens.

- Paroles clandestines.

Messages