Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

La Délégation du MNLA au Parlement Européen

mardi 29 mai 2012, par LBL

La Délégation du MNLA au Parlement Européen :

Algérie/Mali - version RFI : mardi 29 mai 2012

Crise malienne : Alger favorable à un dialogue avec les rebelles du Nord

Rebelles du MNLA, au nord du Mali, dans la région de l’Azawad.

Les autorités algériennes ont discuté le 27 mai avec les chefs de missions diplomatiques européennes en poste à Alger de la crise qui secoue leur voisin malien. Le gouvernement algérien prône l’ouverture d’un dialogue avec les rebelles du Nord mais estime que l’intégrité territoriale et la souveraineté du Mali ne sont pas négociables.

Notre dossier spécial Mali

Ici out le monde s’accorde à dire que l’Algérie est un acteur clé dans la région sahélo- saharienne. Beaucoup peinent à déchiffrer la stratégie politique algérienne sur la question du nord du Mali et s’interrogent sur la détermination d’Alger à lutter contre les terroristes d’Aqmi qui aujourd’hui noyautent Ansar Dine, l’un des deux groupes rebelles touaregs maliens.

Mais la politique de l’autruche est elle tenable ? Alger s’est particulièrement inquiété lorsqu’en avril dernier des informations ont circulé sur la présence à Tombouctou des deux chefs d’Aqmi, les Algériens Mokhtar Ben Moktar et Abou Zaid. Alger qui s’est vu également et pour la première fois au Sahel, infligé le rapt de sept des ses compatriotes parmi lesquels le consul algérien en poste à Gao.

Si à l’avenir l’Union africaine et l’ONU envisageaient d’engager une opération militaire au nord du Mali, rien ne dit que le pouvoir algérien accepterait d’y participer.

Pour l’heure, le gouvernement algérien estime que la résolution de la crise malienne passe d’abord par la restauration d’un pouvoir stable à Bamako. Préalable aux yeux des Algériens, pour trouver une solution politique à la question du Nord. Mais cela suffira t-il ?

Sur le terrain, les rebelles du MNLA et d’Ansar Dine discutent de l’avenir de l’Azawad sans parvenir à concilier leurs points de vue. Ce qui fait l’affaire d’Aqmi qui aujourd’hui contrôle en partie cette région de l’Azawad.

http://www.rfi.fr/afrique/20120529-...