Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

60 jours de résistance à Kobané (video) Une victoire sans équivoque

mercredi 12 novembre 2014, par Actukurde

60 jours de résistance à Kobané : Une victoire sans équivoque

Kobané n’était qu’un hameau, il y a cent ans. Aujourd’hui, une ville qui est devenue le symbole de la résistance contre la barbarie.

Cette ville fait partie du Kurdistan, à cheval sur quatre pays ; la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie.

Kobanê est située sur la frontière avec le Kurdistan de Turquie. En 1921, une ligne de démarcation divise la ville de Kobané de sa jumelle Suruc, dans la province d’Urfa.

Les kurdes désignent encore ces deux villes avec les mots serxet (au-delà de la ligne) et binxet (au-dessous de la ligne).

Comme les autres villes du Kurdistan syrien, Kobané devient victime de la politique d’arabisation du régime Ba’as à la fin des année 60.

La mode de vie, la coexistence de différentes cultures, les noms des villes... tout change après la prise de pouvoir de la famille d’al-Assad.

Le sort de Kobané et de tout la région ont commencé à changé à partir du 19 juillet 2012, quand les kurdes ont pris pour la première fois le contrôle de la ville de Kobané.

C’était le début de la révolution kurde, appelé Rojava. Mais aussi le début d’une nouvelle ère pour les Kurdes et pour toute la région. Plus rien ne devait être comme avant...

La révolution de Rojava qui redéfinit les rapports sociaux autour d’un contrat social laïque et libertaire a attiré aussi l’attention des régimes répressives, des forces obscurantistes et leurs complices.

Les attaques visant ce modèle démocratique n’a pas cessé depuis le début de la révolution.

Mais le train de la révolution était déjà sur les rails.

En janvier 2014, le Kurdistan syrien a adopté le modèle cantonal. Trois cantons autonomes ont été déclarés : Djazira, Afrin et Kobani.

Ce modèle a inclus tous les composants de la région kurde dont les arabes, les arméniens, les assyriens, les tchétchènes mais aussi les différentes religions comme l’Islam, le christianisme, le yézidisme etc…

Le canton de Djazira a adopté trois langues officielles, kurde, arabe et syriaque.

Les vices présidents du canton sont un arabe et une syriaque. Les femmes sont fortement représentées dans les gouvernements de ces trois cantons.

Une femme est à la tète du canton d’Afrin, car cette révolution était avant tout celle des femmes.

En juillet 2014, les ennemis de l’humanité ont lancé une vaste attaque contre la région de Kobané.

Cette attaque visait directement la révolution kurde, dans son berceau pour en finir une bonne fois pour toutes.

De violents combats ont eu lieu pendant un mois, loin des yeux du monde entier. Les combattants kurdes ont réussi à brisé et repoussé les attaques.

Après plus d’un mois, le 15 septembre, des milliers d’hommes, vêtus des chemises noires, ont lancé des attaques sans précédentes, recevant notamment le soutien de la Turquie.

Face aux tanks, mais aussi des armes américaines, russes, allemandes et françaises, tombé aux mains du Daesh, les combattants et combattantes kurdes ont montré une résistance héroïque.

Ces braves gens ont montré au monde entier qu’aucune force n’était au dessus de la volonté humaine décidée à vaincre la barbarie.

Alors que tout le monde attendait, dont certaines gouvernement avec impatience, la chute de cette petite ville, la résistance inattendue du peuple kurde a changé le cours de l’histoire.

Cette résistance face à une force sauvage qui a pris le contrôle d’une large zone en Irak dont Mossoul en une semaine au cours du mois de juin, a gagné la sympathie du monde entier.

Cette ville qui a rendu visible la lâcheté infâme des gouvernements, la complicité avec des sauvages, le bilan catastrophique d’une politique régionale et internationale, était désormais un tournant important pour l’avenir de la région.

Elle incarne à la fois Stalingrad, Verdun, Varsovie, Srebrenica et Guernica.

C’est plus qu’une ville kurde. Elle représente maintenant une résistance incroyable, l’héroïsme, la puissance de la femme et sa lutte féroce pour la liberté, la détermination, l’espoir d’une nouvelle vie, la volonté humaine et la solidarité internationale.

La victoire appartient déjà à tous ceux et celles qui luttent pour l’humanité à Kobané et dans le monde entier.

Maxime Azadi

Vidéo realisée par la chaine de télévision kurde Med Nuce

http://www.actukurde.fr/actualites/...

Portfolio

Messages

  • « Les attaques visant ce modèle démocratique n’ont pas cessé depuis le début de la révolution »
    dit ce reportage où, après une mention de l’oppression par « la famille al Assad », il apparaît que le régime syrien a en fait laissé les cantons kurdes profiter d’une large autonomie, à la faveur de troubles sérieux depuis 42 mois. Aussi, depuis le début de la révolution, les ennemis impitoyables des kurdes sont plutôt les mercenaires divers (maintenant Daech) de forces impérialistes extérieures à la Syrie. Des forces sauvages...
    Parmi elles, la France avec une coalition dite internationale a fait bien des efforts, en vain jusqu’à présent, pour renverser le « dictateur », « boucher de Damas », tout en soutenant les pseudo rebelles qui ont cherché à détruire la Syrie, et (incidemment) le Rojava. Aussi a-t-on en vain réclamé que l’OTAN aide les kurdes, yézides etc, tant en Irak qu’en Syrie : si Washington réinvestit militairement la région "pour des dizaines d’années", ses bombardements ont ostensiblement évité de protéger Kobanê. La Turquie et la France soutiennent encore des djihâdistes (les bons, cette fois ??? ou ceux qu’on emprisonne dès leur retour en Europe ?). Processus pas nouveau, mais toujours écoeurant, d’autant qu’il a pu si longtemps berner des militants, en faisant miroiter un regime change vers la démocratie.
    Rappel, qui concerne aussi des dirigeants/caniches plus proches de nous :

    Si les lois de Nuremberg étaient appliquées, chaque président des Etats-Unis de l’après-guerre aurait été pendu.

    Noam Chomsky
    PS : non, je n’idolâtre pas Bachar, qui n’a été plébiscité en juin que parce que son armée incarne seule l’espoir d’une paix non sectaire... en attendant mieux.
    Et bonne chance aux kurdes !!