Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

« Il sogno di Fausto e Iaio » de Daniele BIACCHESSI et Giulio PERANZONI le vendredi 20 janvier à 18h30 à la Maison d’Italie à Paris (trailer)

mercredi 18 janvier 2017, par Roberto Ferrario

Milan : 18 mars 1978 Fausto et Iaio tués par les fascistes (video)

Je ne peux cacher que j’ai la gorge serrée et que cela me fait mal quand je me souviens de ces évènements.

Je suis originaire de Milan et j’ai connu le centre Leoncavallo (à cette époque, j’habitais à 5 minutes de là) : je me souviens que deux heures après l’assassinat des camarades, informé par "Radio Popolare", je me trouvai sur place, participant à une manifestation improvisée qui a rassemblé 5000 personnes et qui s’est terminée à une heure du matin...

Dans la périphérie de Milan, Fausto Tinelli et Lorenzo "Iaio" Iannucci, qui menaient une enquête approfondie sur le trafic d’héroïne assuré par le crime organisé et les collusions avec le milieu fasciste de Milan, sont tués par des tueurs professionnels. Leur mort n’a jamais été entièrement éclaircie.

Classi Edizioni Parigi e Musica Italiana Parigi en collaboration avec la MAISON D’ITALIE organisent, le vendredi 20 janvier à 18h30 la projection en italien du film de Daniele Biacchessi et Giulio Peranzoni « Il sogno di Fausto e Iaio »

à la Maison d’Italie
7 A, boulevard JOURDAN
75014 PARIS

La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur Daniele Biacchessi et Alessia J. Magliacane di Classi Edizione.

Fausto Tinelli et Lorenzo Iannucci dit Iaio avait un peu plus de 18 ans. Les 18 Mars 1978, deux jours après l’enlèvement d’Aldo Moro, ont été tués par trois hommes armés avec huit balles, à Milan, via Mancinelli.

Le film raconte, à travers diverses techniques narratives (théâtre, cinéma, illustrations LDP, images et archives sonores), l’énorme émotion pour cet jeune mort, prématurée, contre nature.

Dès les premières manifestations juste aux funérailles, passant par un échange très dense de correspondance des notes laissées pour la mémoire future par des milliers de personnes dans la rue Mancinelli de Milan.

Le film retrace également l’enquête officielle et parallèle du journaliste Mauro Brutto du quotidien "L’UNITA", mort en 1978 dans un accident étrange.

C’est un travail collectif, le résultat d’un grand engagement artistique et civil qui est basé sur l’un des livres les plus importants de la contre-information en Italie ( "Fausto Iaio, l’espoir meurt à 18 ans" écrit par Daniele Biacchessi, publié par Baldini Castoldi) , réimprimé à plusieurs reprises depuis 1996, jusqu’à la dernière édition de 2015.

C’est un film qui regarde la jeune génération et qui parle et communique avec des nouveaux langages.